J’ai peur que ma famille religieuse n’accepte pas ma bisexualité…


Bonjour
Je m’appelle Tarah et j’ai 15 ans
Je me pose beaucoup de question sur mon orientation sexuelle.Je me decris comme hétérosexuelle.J’aime les garcon mais j’ai aussi une attirance envers les fille.J’ai deja eu des rapport sexuelle avec une fille et j’en ai deja eu avec un garcon et j’ai bien aimer les deux.Honnêtement je pense etre bisexuel et ca me fait paniquer je ne sais pas pourquoi.Et je ne peut pas en parler a ma famille car ma famille est tres religieuse et pour eux ce genre de chose c’est un pêcher une abomination.Je ne sais pas pourquoi je suis attirer par les deux sexe.J’ai peur qu’on ne m’accepte pas comme je suis et aussi j’aimerais en savoir plus sur la bisexualiter.

Deuxiemement ca m’arrive de me masturber et a chaque fois que je suis dans un grand moment d’excitation j’ai envie d’uriner je ne comprend pas pourquoi.Souvent pendant que je me masturbe l’interieur de mon vagin deviens sèche,irriter.

Merci d’avance

Tarah

 

Bonjour Tarah 🙂

Quel honneur de recevoir ton témoignage intime et, du même coup, de bénéficier de ta confiance. J’espère que mes mots sauront t’apporter un peu de douceur.

 

D’une part, si je comprends bien ta situation, tu te poses des questions concernant ton orientation sexuelle. Tu te décris comme hétérosexuelle et affirmes néanmoins avoir la capacité d’aimer les garçons tout en ressentant une attirance envers certaines filles. L’idée d’être attirée à la fois par des garçons et des filles ou d’être bisexuelle te fait paniquer, sans toutefois savoir pour quelle raison. Tu nous partages que tu ne te sens pas confortable d’en parler à ta famille qui, de par leurs convictions religieuses, n’entretient pas un discours positif envers la diversité sexuelle. Tu crains ainsi de ne pas être acceptée par ta famille et toute cette situation te fait poser plusieurs questions entourant la bisexualité.

 

D’autre part, tu te demandes pourquoi, lorsque tu te masturbes, tu ressens une envie d’uriner lorsque tu es très excitée. Tu te demandes également pourquoi ton vagin devient sec et irrité lorsque tu te masturbes. Il s’agit de deux questions très pertinentes et tu as très bien faire d’écrire à AlterHéros pour obtenir des pistes de réponses. 🙂

 

En premier lieu, tu dis avoir déjà eu des rapports sexuels avec une fille et avec un garçon. Tu as apprécié ces deux expériences. Dans la vie de tous les jours, tu affirmes ressentir une attirance pour les garçons et les filles. Pour commencer, j’aimerais préciser que toutes les orientations sexuelles et romantiques sont autant valides et magnifiques les unes que les autres. Il n’existe pas d’orientation meilleure qu’une autre et il est possible que les mots que nous possédons pour parler de nos attirances ne puissent jamais décrire avec exactitude la complexité de nos identités, sentiments, désirs et expériences. De plus, il est complètement normal d’avoir des questions concernant notre orientation sexuelle, et ce, peu importe l’âge. Néanmoins, tous ces questionnements peuvent emmener quelque chose de super positif en t’offrant à toi-même le cadeau de mieux te connaître. Je comprends que cela puisse entraîner son lot de stress, surtout lorsque nous grandissons dans un environnement familial plutôt fermé à discuter de diversité sexuelle. Mais tu n’es pas seule! Vous êtes des centaines de jeunes dans ta position à écrire à AlterHéros et nous sommes privilégié.e.s de pouvoir vous accompagner. <3

 

Pour citer une ancienne réponse à une question très similaire à la tienne : «l’orientation sexuelle est quelque chose de très intime et personnel! Je ne peux donc pas répondre à ta question à savoir quelle est ton orientation sexuelle. Tu es [la seule] qui a la possibilité de mettre des mots sur tes attirances et de choisir avec quels mots tu souhaites en parler. Certaines personnes choisissent de s’identifier à une orientation sexuelle précise (comme hétérosexuel.le, bisexuel.le, homosexuel.le, asexuel.le, etc), d’autres préfèrent ne pas s’étiqueter et vivre la variation de leurs attirances au quotidien selon les personnes que l’on rencontre ou selon nos contextes de vie. C’est vraiment une décision et une réflexion qui appartient à chacun.e de nous!» Toujours en citant une ancienne réponse que j’ai composée : «il est important de nommer que l’orientation sexuelle se décline en trois aspects : les désirs, les comportements et l’identité. Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personnes, qui aimerait-on embrasse, qui aimerait-on avoir un rapport sexuel avec, etc). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé une amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l‘identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, hétéro-curieux, bisexuel, bi-curieux, gai, etc.).» Ainsi, certaines filles dans une situation similaire à la tienne pourraient, par exemple, avoir la capacité de ressentir des désirs sexuels autant pour les garçons et pour les filles et avoir eu des expériences sexuelles ou amoureuses majoritairement avec des garçons pourraient choisir de se décrire comme hétérosexuelles (en se basant sur leurs comportements) ou comme bisexuelles (en se basant sur leurs désirs) ou d’autres termes qui leur conviennent mieux, comme pansexuelles, bicurieuses, hétéroflexibles, hétéroromantique & bisexuelle, etc. L’identité, c’est vraiment propre à chaque personne! Tout dépend de la façon dont on se perçoit et de notre sentiment d’appartenance envers une orientation plutôt qu’une autre. Ainsi, si tu préfères te décrire comme hétérosexuelle comme tu l’as fait dans ton message, c’est absolument correct! Le fait de te décrire comme hétérosexuelle n’enlève pas ton attirance pour certaines filles non plus. Si avec le temps tu réalises qu’un autre terme que hétérosexuelle te semble mieux approprié à ta réalité, rien ne t’empêchera de l’adopter à ce moment. Tout dépend de ton confort à ce niveau. 🙂

 

Tu te demandes pourquoi es-tu attirée envers les personnes de genres différents. Je peux comprendre que cela peut être préoccupant de se poser cette question ou de réaliser que nos désirs ne concordent pas exactement avec l’hétérosexualité. Toutefois, ma réponse à cette question peut sembler un peu simpliste… mais il n’existe absolument aucune raison pour laquelle tu es attirée envers des personnes de différents genres. Nous ne choisissons pas les personnes envers qui nous ressentons une attirance. Ce que nous choisissons toutefois, ce sont les comportements que nous souhaitons avoir concernant ces attirances (par exemple, inviter telle fille à une soirée romantique, tenir la main de tel garçon, etc). Nos attirances, que l’on soit bi, homo ou asexuel.le, sont toutes autant valides et magnifiques que chez les personnes hétérosexuelles. Si tu veux lire davantage de détails sur ce sujet, je t’invite à lire cette réponse : Quelles sont les causes qui font que l’on est hétéro, gay, bisexuel, asexuel, etc. ?

 

Tu affirmes ressentir un sentiment de panique à l’idée de possiblement être bisexuelle ou de ressentir des attirances pour certains garçons et certaines filles. Est-ce que tu serais apte à m’expliquer un peu plus l’origine de cette panique? Est-ce que tu ressens de la peur? Si oui, qu’est-ce qui te fait peur exactement? Pour faire suite sur cette idée, autorise-moi de citer un extrait d’une récente question que j’ai répondu à ce sujet (Je fais des crises d’angoisse parce que j’ai une peur bleue d’être homo ou bi, je ne l’assumerai jamais!) : «Quelle est ton opinion de l’homosexualité, de la bisexualité ou de l’hétérosexualité? Est-ce qu’il y a en une qui te semble meilleure qu’une autre? Pourquoi? Nous vivons malheureusement dans des sociétés qui nous dictent dès le jeune âge que tout le monde est hétéro. Dans ce contexte, si nous expérimentons des désirs, des comportements ou des identités allant à l’encontre de ce standard hétérosexuel, il est possible de vivre une certaine stigmatisation et un certain stress à naviguer certaines orientations sexuelles qui sont parfois mal vues. L’objectif est donc d’entrevoir la diversité sexuelle comme quelque chose de positif pour l’ensemble de notre société et d’émancipateur pour les personnes concernées, et ce, peu importe comment toi tu souhaites te définir par rapport à ta sexualité. En d’autres mots, je t’invite à te questionner plus en profondeur sur l’origine de cette peur et cette angoisse. Puis, je t’invite également à réfléchir à cette mise en situation ; si ton meilleur ami ou quelqu’un de ta famille proche te partageait des questionnements identiques à ce que tu me décris, qu’est-ce que tu lui répondrais?»

 

En d’autres mots, il est compréhensible de ressentir certains sentiments de peur lorsqu’on navigue des questionnements sur notre orientation sexuelle, notamment lorsque notre famille ne semble pas ouverte à discuter de notre réalité. Cette peur est entre autre liée au fait que toute notre vie, on nous a éduqué comme si nous étions par défaut hétéro. Or, nos réalités sont bien plus complexes et nuancées, n’est-ce pas? Ainsi, en découvrant que nos attirances ne correspondent pas à cet agenda hétéro que notre famille nous a offert, il est normal de se sentir déstabilisé.e et de vouloir chercher des réponses à nos questions. C’est pour cela qu’AlterHéros existe. 🙂

 

Tu nous partages le fait d’avoir quelques questions concernant la bisexualité. Aimerais-tu nous partager ces questionnements dont tu fais référence? Nous seront toujours disponibles pour te répondre avec le plus grand du respect! Je te laisse au passage ces deux réponses de ma collègue Cat, fière bisexuelle, qui répond avec précision sur les questions liées à la bisexualité ici :

 

Puis, tu affirmes que ta famille entretient des discours négatifs concernant la diversité sexuelle, notamment en raison de leur religion. Il arrive que certains parents ne soient pas toujours bienveillants à l’égard des personnes ayant une orientation non hétérosexuelle, c’était d’ailleurs mon cas lorsque j’étais plus jeune. C’est la raison pour laquelle j’ai envie de t’inviter à prendre le temps dont tu as besoin pour faire le tri dans toutes ces informations et pour en discuter avec des personnes de confiance autour de toi. Est-ce que tu as des ami.e.s proches avec tu peux discuter ouvertement de ce que tu vis? Connais-tu l’expression de famille choisie? Notre famille choisie, ce n’est pas nécessairement les personnes avec qui nous avons un lien de sang ou un lien légal. Notre famille choisie, c’est nos ami.e.s avec qui l’on peut être épanoui, sur qui nous pouvons compter, ceux et celles qui nous donnent envie de célébrer qui nous sommes. Est-ce que tu as des visages en tête lorsque tu lis ceci? Par ailleurs, ta question n’aborde pas directement le sujet du coming-out, mais je me permets d’en parler quand même. Sache qu’un coming-out est un processus super personnel et intime. En d’autres mots, si un jour tu souhaites discuter de l’orientation sexuelle dont tu auras choisie pour te définir, tu auras la possibilité de choisir à qui tu souhaites en parler, la façon dont tu souhaites le faire, le moment et l’endroit tout en respectant ton propre rythme dans ce processus. Il n’y a aucune presse. Cela m’a personnellement pris plus de 7 ans avant de parler de mon homosexualité avec ma mère! Il n’y a pas de presse. L’important, c’est que tu puisses te sentir en confiance et en sécurité dans ce processus. Je te laisse ces réponses abordant le coming-out, au besoin :

Je te laisse également ces réponses en lien avec la religion pratiquée par notre famille. Tu ne précises pas exactement quelle religion tu pratiques ou bien que tes parents pratiquent, mais si tu as des questions précises à ce sujet ou si tu cherches une communauté religieuse autour de Montréal ou Laval qui est accueillante aux personnes LGBT, je t’invite à nous écrire en nous le précisant! En attendant, je te laisse des réponses concernant le catholicisme et l’islam. L’important, c’est de se rappeler que chaque religion comporte divers mouvements de pensées et que chaque personne croyante est libre de définir sa propre définition de sa spiritualité en fonction de ses valeurs et de son identité. Ainsi, plusieurs communautés religieuses sont ouvertes aux personnes LGBTQ+ et plusieurs personnes croyantes sont elles-mêmes fièrement LGBTQ+.

 

Me voilà enfin à ta seconde question concernant la masturbation! Tu demandes pourquoi tu ressens une envie d’uriner lorsque tu es très excitée. En fait, c’est extrêmement normal et super répandu chez les personnes qui ont un vagin! En te masturbant et avec l’excitation qui monte tranquillement vers l’orgasme, cela entraîne une sorte de pression au niveau de tes organes génitaux. Plus précisément, cette pression vient stimuler le méat urinaire ou la paroi vaginale qui titillent à leur tour la vessie. Il est donc courant de ressentir une envie d’uriner pendant la masturbation ou un rapport sexuel. Cet envie d’uriner que tu me décris peut aussi être un signe d’un orgasme qui monte tranquillement. J’en conviens, il peut être difficile de différencier ces sensations. Si cela peut réduire certains stress, il demeure possible de tenter de se masturber dans la douche ou le bain pour voir ce qui se passe! Une bonne façon de réduire cet envie d’uriner est également de vider sa vessie avant de se masturber ou d’avoir un rapport sexuel. 🙂 Enfin, tu nous partages que ton vagin est parfois irrité ou sec lorsque tu te masturbes. C’est également super normal! La quantité de cyprine, le liquide naturelle que ton corps produit pour lubrifier le vagin, est différente d’un corps à l’autre, d’un contexte à un autre, d’une personne à une autre. De plus, il est aussi très fréquent que la cyprine, après quelques va-et-vient, ne soit plus suffisante! Un bel astuce pour éviter que ton vagin s’irrite pendant la masturbation est d’utiliser un lubrifiant de qualité acheté à la pharmacie (ou même de l’huile de coco achetée à l’épicerie qui est très bien pour la masturbation, mais à éviter absolument avec un préservatif car l’huile de coco peut faire exploser les condoms en latex!).

 

J’espère que le tout a pu répondre à tes interrogations. À tout moment, tu peux nous ré-écrire. Tu peux aussi téléphoner à Interligne. Si tu as envie de discuter virtuellement avec d’autres jeunes vivant possiblement une situation similaire à la tienne, je t’invite à demeurer alerte des activités de Projet 10 qui organise des groupe virtuels pour les jeunes LGBTQ+ (14 à 25 ans) chaque jeudi dès 14h. Tu dois les contacter pour avoir le code d’accès pour te connecter via la plateforme zoom : questions@p10.qc.ca. Dans les cas, nous serons toujours là pour toi.

 

Bon courage, Tarah, et n’hésite pas à nous donner de tes nouvelles. 🙂

 

Solidairement,

 

Guillaume, pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment