Comment m’accepter dans ma féminité et ma bisexualité tout en étant chrétien pratiquant?


Bonjour je m’appelle Alexandre j’ai 20 ans je suis chrétien depuis 3 ans et je suis profondément pratiquant et pourtant je pense etre bisexuel j’ai toujours été un garçon asser efféminé et je suis tombé avant en amour pour des filles et des garçon et cette partie de moi me met male dans ma peau car les gens me trouve bizarre car je ne correspond pas aux critères de masculinités et cela ne ma jamais intéressé d’être masculin en résumé mon enfance et ma vie ressemble beaucoup a celle du comédien Guiaumme Gallienne dans son autobiographie les garçons et guiaumme a table et c’est pour cela que j’aimerais savoir comment m’accepter et ne pas ce que les gens veulent que je sois sur ma féminité et ma sexualité ?

Alexandre

Salut Alexandre!

Merci grandement pour la confiance que tu accordes envers les services d’AlterHéros. Tu as cogné à la bonne porte! 🙂

Si je comprends bien, tu es chrétien et pratiquant. Tu te questionnes ces temps-ci à savoir si tu ne serais pas bisexuel, car tu as déjà ressenti des attirances amoureuses à la fois pour des garçons et pour des filles. Tu précises ne pas correspondre aux critères de la masculinité et être heureux dans l’expression d’une certaine féminité chez toi. Tu aimerais savoir comment mieux t’accepter et comment te distancer de ce que la société attend de toi, de ton expression de genre et de ta sexualité. C’est bien cela?

Pour commencer, je regrette sincèrement de te dire que je ne connais pas le comédien Guiaumme Gallienne, ceci est peut-être lié aux réalités cinématographiques canadiennes (AlterHéros est basé au Québec, si jamais!), mais je serai malheureusement incapable de faire des liens avec ce comédien. Néanmoins, je trouve ça vraiment inspirant et positif que tu t’es senti vu, interpellé et représenté en lisant son autobiographie! C’est vraiment cool de pouvoir se trouver des modèles positifs qui semblent correspondre à certains pans de notre vie. 🙂

Je vais séparer cette présente réponse ne trois parties distinctes : 1) La religion 2) L’orientation sexuelle 3) L’expression de genre & la féminité. Deal? 

  1. La religion

Pour citer cette récente réponse que j’ai composée (Puis-je être bisexuelle et croire en Dieu? Comment respecter les règles spirituelles de la bible tout en étant qui je suis?) : «Pour commencer, j’aimerais préciser que toutes les orientations sexuelles et romantiques sont autant valides et magnifiques les unes que les autres. Il n’existe pas d’orientation meilleure qu’une autre et il est possible que les mots que nous possédons pour parler de nos attirances ne puissent jamais décrire avec exactitude la complexité de nos identités, sentiments, désirs et expériences. De plus, il est complètement normal d’avoir des questions concernant notre orientation sexuelle, et ce, peu importe l’âge. Néanmoins, tous ces questionnements peuvent emmener quelque chose de super positif en t’offrant à toi-même le cadeau de mieux te connaître. Je comprends que cela puisse entraîner son lot de stress, [notamment en ce qui concerne l’articulation entre notre sexualité et notre religion]. Mais je tiens à te rassurer : tu n’es pas seul! Vous êtes des centaines de jeunes dans ta position, à s’interroger sur l’articulation entre leur spiritualité et leur appartenance à la diversité sexuelle et de genre, à écrire à AlterHéros et nous sommes privilégié.e.s de pouvoir vous accompagner. <3D’abord… qu’est-ce que représente la religion pour toi? Je pose la question, puisque toutes les réponses sont bonnes! En tant que personne pratiquant une religion, tu as entièrement l’autonomie de définir la façon que tu souhaites articuler ton orientation sexuelle et ta spiritualité. Je m’explique! Une religion est une spiritualité partagée par plusieurs personnes d’une même confession. […] La Bible étant utilisée par des personnes chrétiennes et des personnes juives, il va de soi que chaque communauté religieuse définit, à sa manière, leur propre sens et leur propre interprétation de ce type d’écrit religieux. Or, comme chaque religion, il existe des divergences d’opinions au sein même des personnes chrétiennes ou juives sur la façon d’interpréter leur propre religion. Certaines personnes vont défendre des points de vus davantage traditionnels, d’autres personnes vont opter pour une ouverture sur la diversité sexuelle et de genre avec des idées un peu plus progressistes. Bref, c’est à chaque individu d’interpréter et de définir par soi-même la façon dont iel désire vivre sa spiritualité. En effet, il n’existe pas de consensus auprès de la communauté chrétienne ou juive au sujet de l’homosexualité et de la bisexualité. Certaines personnes vont considérer ces orientations sexuelles comme un pêché, alors que de plus en plus de personnes religieuses prennent paroles pour célébrer l’amour entre êtres humains, et ce peu importe leur identité de genre ou leur orientation sexuelle.Là où je veux en venir, c’est qu’il est entièrement possible d’être [bisexuel] et [croyant]! Pour citer cette réponse composée par un bénévole chrétien et homosexuel à AlterHéros : «Le cheminement, les émotions vécues à travers celui-ci, font parties de votre histoire. Une amie chrétienne, se définissant comme appartenir à la communauté LGBTQ, me dit souvent: “Chaque histoire est une Histoire Sainte”. Le parcours, qui est le nôtre, est sacré. Il n’est pas parfait, pas toujours lisse, souvent rempli de récifs, de rejets tout comme il est parfois plus serein d’y cheminer, mais ce parcours/notre histoire est sacrée, c’est la nôtre.» En d’autres mots, ces questionnements entourant ton orientation sexuelle sont entièrement authentiques avec qui tu es et peuvent très bien se conjuguer positivement avec ta propre expérience entourant ta spiritualité. Je comprends néanmoins toute la complexité entourant la [communauté religieuse] et les épreuves entourant ces différents questionnements. Je tiens simplement à te rassurer que rien ne t’oblige à partager cette information avec [d’autres membres de ta congrégation] si tu ne te sens pas [prêt], si tu crains pour ta sécurité ou si tu as peur de leur réaction. L’important, c’est de respecter ton propre rythme et tes propres limites dans ce processus.

Si jamais tu souhaites rencontrer quelqu’un avec qui tu pourrais confier tes différents questionnements, avec qui tu pourrais confier ta propre histoire et en toute confiance, sache que Dieu aura toujours une oreille pour toi. Comme l’explique Samuel dans la réponse précédemment citée, celui-ci t’attendra toujours avec patience, compassion et amour. Et si tu souhaites en parler avec d’autres personnes qui vivent quelque chose de semblable à toi, il existe des groupes religieux ouverts, bienveillants et inclusifs envers les personnes LGBTQ+ [en France]. Il peut être émancipateur et soulageant de pouvoir adresser l’intersection de ton orientation sexuelle et de ta religion avec d’autres personnes ayant une histoire très similaire à la tienne. Qu’en penses-tu?»
Voici quelques groupes religieux accueillants des personnes LGBTQ+ en France. Il s’agit d’environnements sécuritaires qui sauront t’accueillir avec amour et bienveillance dans toute ton authenticité et complexité (et féminité!). 🙂 Je te laisse les références de différents groupes se définissant comme chrétiens et LGBTQ+. Dans l’éventualité que ta confession religieuse ne soit pas représentée dans la liste ci-dessous, je t’invite à nous écrire à nouveau en nous précisant ta religion et nous tenterons de trouver d’autres ressources adaptées à ta situation.
Groupes religieux accueillants des personnes LGBTQ+ en France :

J’espère de tout coeur que la liste de ces présents groupes religieux accueillants des personnes LGBTQ+ saura t’offrir un vent d’amour et de compassion envers ta propre histoire personnelle, envers tes propres questionnements entourant ton orientation sexuelle et saura te rassurer comme quoi il est tout à fait possible d’être chrétien pratiquant tout en étant bisexuel (si c’est le terme que tu choisis pour t’identifier, bien entendu!), mais surtout d’être chrétien tout en ne performant pas les stéréotypes dits masculins auxquels tu ne t’identifies pas!

2. L’orientation sexuelle

Permets-moi de citer ma collègue Marion pour t’éclairer en ce qui concernent les différentes composantes de l’orientation sexuelle : «Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personne, qui on aurait envie d’embrasser, etc.). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé notre amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l’identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, lesbienne, pansexuel.le, bisexuel.le, hétéroflexible, etc.).» Certains hommes qui auraient principalement des liaisons intimes et amoureuses avec d’autres femmes peuvent donc décider de s’identifier comme hétérosexuels, puisque c’est le terme qui correspond le mieux à leurs comportements. D’autres pourront décider de s’identifier comme bisexuels, puisque c’est le terme qui correspond le mieux à leurs désirs. L’identité, c’est vraiment propre à chaque personne, sa façon de se percevoir et son sentiment d’appartenance à une orientation sexuelle plutôt qu’une autre. En ce sens, tu as entièrement l’autonomie de choisir le terme qui correspond le mieux à la beauté et à la complexité de tes attirances. Et c’est aussi très correct de choisir de ne pas se limiter à un seul mot ou d’attendre avant de revendiquer quoi que ce soit. Bref, si tu as des questions plus précises entourant tes questionnements concernant ton orientation sexuelle, n’hésite surtout pas à nous les formuler. 🙂 Il est aussi possible de consulter diverses questions entourant la bisexualité sur notre site internet ou même de consulter cette réponse de notre collègue Cat : J’ai beaucoup de questions entourant ma bisexualité…

3. L’expression de genre & la féminité

Tu affirmes que les gens te trouvent bizarre, car tu ne corresponds pas aux critères de masculinités et que cela ne t’a jamais intéressé d’être masculin… J’ai sincèrement envie de te féliciter et de t’encourager à continuer à critiquer la masculinité traditionnelle et t’encourager à t’exprimer de la manière que tu le souhaites, t’exprimer de la manière qui te rend confortable et en concordance avec qui tu es! Cette féminité, c’est ce qui te rend unique, sexy et intègre envers toi-même!

Lorsqu’on réfère à la façon de s’exprimer en fonction de certains stéréotypes traditionnellement associés à la féminité ou la masculinité, on fait référence à l’expression de genre. C’est la façon dont on se présente à l’extérieur. Ça inclut entre autres ta façon de t’habiller, de te coiffer, mais aussi d’autres caractéristiques plus subtiles comme la façon de parler ou de bouger. Conséquemment, les stéréotypes de genre font en sorte que l’on catégorise une certaine façon de s’exprimer comme correspondant aux attentes masculines ou féminines. 

Toutefois, ce qu’on l’on définit comme étant masculin ou féminin est très personnel à chacun. Pour toi, qu’est-ce qui fait de toi que tu es un homme? Comment définies-tu ta masculinité? Comment définies-tu ta féminité? Qu’est-ce que la masculinité et la féminité représentent pour toi? Est-ce qu’il y a certains aspects de la masculinité que tu critiques parfois? Que tu trouves trop rigides? Lorsqu’on parle de masculinité, il existe une pression sociale imposée aux jeunes garçons et aux hommes nous poussant à devoir correspondre aux attentes sociales reliées au genre masculin. Par exemple, un garçon ne doit pas être émotif, doit être viril, matcho même, etc. Ce sont toutes des attentes que l’on peut critiquer leur pertinence. Au fond, un garçon peut être masculin tout en étant près de ses émotions, tout en portant du vernis à ongle et tout en étant respectueux auprès de l’ensemble des personnes de son entourage. Qu’en dis-tu?

Pour citer cette ancienne réponse que j’ai composée : «Rejeter tous les hommes plus efféminés est en soi un comportement sexiste et misogyne, puisque l’on interprète que les caractéristiques féminines sont inférieures aux caractéristiques masculines, que pour être un vrai homme on est obligé de performer une masculinité très viriliste et machiste. Pour pousser plus long la réflexion, il s’agit même d’une forme d’homophobie intériorisée où ces hommes tentent de rejeter certains hommes homosexuels ou bisexuels ne correspondant pas à leur propre définition de la masculinité : il ne faudrait surtout pas être attiré envers des hommes qui ont l’air gay! Dans la logique de ces hommes – et plus largement d’une certaine partie de la société -, il est correct d’être homosexuel ou bisexuel, tant et aussi longtemps que nous avons l’air hétérosexuels. Bien évidemment, il est possible de critiquer ce type de mentalité. Et surtout, ce ne sont pas tous les hommes qui adhèrent à ce paradigme. Les mentalités changent tranquillement et de plus en plus d’hommes critiquent la rigidité du moule de la masculinité et critiquent la façon dont la société nous pousse à discriminer les hommes ayant une expression de genre féminine.» Et je suis bien heureux de te compter à mes côtés dans cette guerre contre la masculinité toxique! 😉 Qu’est-ce que j’entends par masculinité toxique? Il s’agit d’une pression sociale entourant le besoin de se conformer à une forme de masculinité qui découle d’une conception traditionnelle et conservatrice de la masculinité. Cela peut entraîner, d’une part, son lot de stress et d’anxiété chez les hommes, mais également encourager et banaliser plusieurs formes de violences et d’oppressions, comme la misogynie et l’homophobie. Pour citer maon collègue Maxime à ce sujet : «Ces standards incluent la virilité, la performance sexuelle, le succès, l’autorité, la force, l’agressivité, le rejet des émotions et de ce qui est jugé comme féminin. […] Ces normes ne sont pas toujours atteignables et essayer d’y arriver peut avoir des conséquences graves sur ta santé et ton bien-être. Il existe plein d’autres formes de masculinité possibles et plus saines. Reconstruire ou redéfinir son identité, son rapport à la masculinité et à la sexualité prend du temps et des efforts, mais les résultats en valent la peine, pour soi et pour notre entourage. Si ça t’intéresse d’en apprendre plus sur le sujet, il y a des podcasts intéressants comme Entre mecs et Les couilles sur la table.»

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est qu’on peut critiquer ces idées et les remettre en question! À toi de définir par toi-même ce que représente le fait d’être un homme bisexuel, chrétien et féminin et de critiquer -si tu le souhaites- les différents standards associés à la masculinité/féminité autour de nous. Tu peux lire cette réponse qui pourra compléter ces propos : En tant qu’homme bisexuel, j’ai l’impression de réprimer une partie de moi par peur d’être étiqueté comme gay…

Bon bon bon… J’ai parlé beaucoup de la critique envers la masculinité dite hégémonique, mais bien peu sur des astuces te permettant de mieux t’accepter dans ta sexualité, ta spiritualité et ta féminité! C’est qu’il m’arrive parfois de m’emporter sur des sujets aussi stimulants que ta question! Néanmoins, ton témoignage m’a fait pensé à cette question d’un jeune qui désirait mieux assumer sa sexualité malgré les humiliations qu’il a vécu en raison de son expression de genre et de sa sexualité. Voici un extrait de ce que je lui avais répondu : «J’aimerais poursuivre en te partageant une citation d’Alexander Leon, un activiste pour les droits des personnes LGBTQ+. Elle est en anglais, je me permets donc une traduction personnelle si tu es moins familier avec la langue anglaise : Les personnes queer (ou LGBTQ+) ne grandissent pas en étant elles-mêmes, mais nous grandissons en jouant une fausse version de nous-même, en sacrifiant notre authenticité pour minimiser l’humiliation et les préjugés. Notre principale tâche en grandissant en tant qu’adulte  est de déceler quelles parties de nous-mêmes nous appartiennent vraiment et quelles parties avons-nous créer pour nous protéger. »

image.png

En gros, ce que tu m’expliques ici, soit cette volonté d’accepter toute ta féminité et ta sexualité, correspond entièrement au vécu d’une très grande majorité de personnes LGBTQ (lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans et queer). Un peu comme Alexander Leon l’a si bien vulgarisé, c’est une grosse tâche que tu as commencé à entamer : celle de déterminer qui tu es, toi, et non pas le masque de l’homme masculin de service que la société semble vouloir te dicter. C’est une magnifique première étape que tu t’es autorisé (bravo!) en nous écrivant. Je n’ai malheureusement pas de recette miracle à te proposer pour te permettre de vivre en harmonie avec toutes ces dimensions de ta personne, mais je peux te garantir que tu es entièrement sur la bonne voix! En effet, le fait d’en parler, de pouvoir verbaliser aussi clairement tes critiques envers les différentes formes de masculinités, de vouloir revendiquer une sexualité non-hétéro et articuler, mot pour mot, cette volonté d’accepter toutes les nuances de ta féminité sont tous des indicateurs de la longue route que tu as déjà parcourue. Est-ce que tu as des ami.e.s de confiance envers qui tu te sentirais confortables d’en discuter? Est-ce qu’il y a des personnes LGBTQ+ (chrétien.ne.s ou non) autour de toi à qui tu pourrais partager ta situation et écouter leurs histoires de vie? En discuter avec des personnes qui ont vécu des situations similaires à nous peut faciliter le lien de confiance et emmener des discussions très enrichissantes.

N’oublie pas que tu es l’expert de ta propre situation, de ta propre vie, de ta propre expression de genre et de ta propre sexualité. En d’autres mots, absolument personne n’a l’autorité de te dire comment t’habiller ou t’exprimer. De plus en plus d’hommes décident de sortir des sentiers traditionnellement masculins et d’adopter des apparences allant à l’encontre de ce qui est stéréotypiquement attendu d’eux. Ici au Québec, il y a Jay du Temple et Hubert Lenoir qui défient les normes de masculinité traditionnelles. Aux États-Unis, il y a Mark Bryan, un homme cis et hétéro qui incorpore des jupes et des talons hauts dans son style de tous les jours. Ils ne sont pas les seuls, ni les premiers! Et c’est vraiment cool que tu puisses prendre ta place dans ce grand mouvement! Dans l’éventualité où tu commences à trouver lourd le fait d’être étiqueté comme bizarre de la part d’autrui en fonction de ton expression de genre, il t’est toujours possible de t’inspirer du mouvement queer et de revendiquer l’étiquette bizarre comme quelque chose de positif, libérateur, revendicateur et contestataire! Tu peux être fier de cette unicité chez toi! Et alors que certaines personnes peuvent y voir quelque chose de négatif, je te garantie que nous sommes nombreux.ses à y voir quelque chose de magnifique, d’émancipateur et de rafraîchissant! Si jamais tu ressens le besoin de trouver des lieux ou des communautés où tu peux exprimer ta féminité en toute sécurité, tu peux consulter cette réponse de maon collègue Maxime à ce sujet. Iel y explique notamment que les environnements LGBTQ+ sont généralement davantage bienveillants à l’expression de stéréotypes féminins chez les hommes, mais également certaines communautés virtuelles! Tu peux aussi consulter cette question si tu le souhaites : Suis-je agenre ou genderfluid? Suis-je simplement confortable dans ma féminité?

Ouf… C’est toute une longue réponse que je viens de pondre là! J’espère que je ne t’ai pas perdu! N’hésite surtout par à nous écrire de nouveau si tu en ressens le besoin, que ce soit pour de nouvelles questions, pour rebondir sur certains éléments de cette présente réponse ou tout simplement pour nous donner de tes nouvelles!

J’ai eu beaucoup de plaisir à écrire cette réponse, et j’espère que tu auras du plaisir à la lire!

À très bientôt! 🙂 Et bravo d’être qui tu es!

Chaleureusement,

Guillaume (il/he), pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment