Je regrette de n’avoir pas pu explorer ma sexualité auprès des hommes, mais je ne souhaites pas tromper ma femme avec un autre homme…


Bonjour,
Je vous lis depuis un moment à la recherche de réponse pour ma situation particulière. Je n’ai jamais trouvé un site de votre qualité comme le vôtre pour discuter de tous ces sujets qui étaient encore plus tabou quand j’étais ados. Si la lecture de certaines de vos questions me permettent de me déculpabiliser sur certains points, j’ai encore quelques problèmes qui ont resurgi récemment. Si seulement, vous aviez existé lorsque j’étais adolescent, je pense que je ne vivrai pas dans ma frustration actuelle !
Je suis en couple depuis plusieurs années avec 2 enfants, j’aime beaucoup ma femme et pour rien au monde je ne la quitterai.

J’ai toujours eu des fantasmes homosexuels depuis l’adolescence en alternance avec des fantasmes hétérosexuels. Rien de plus normal aujourd’hui, mais à l’époque quand enfant et ado, la seule source d’information était la télé et les magazines papiers, je le percevais comme très anormal mes envies homosexuelles. J’ai totalement déculpabilisé par rapport à mes fantasmes homosexuels avec votre site, seulement très récemment. Pourquoi il n’existait pas quand j’étais adolescent ?

Maintenant, je regrette de n’avoir jamais eu de relation homosexuelle quand j’étais adolescent ou jeune adulte, le sujet étant encore plus tabou que maintenant. Parfois je regrette de ne pas être adolescent en ce moment, l’homosexualité semblant mieux acceptée par les nouvelles générations. Je me sens très frustré sexuellement de ne pas avoir eu ou essayé de relation homosexuelle, pourtant l’envie ne me manquait pas, j’avais commencé à correspondre avec des personnes homosexuelles sur Internet avant d’abandonner par honte vis à vis de mon entourage. Je me suis souvent interrogé si je n’allais pas devenir exclusivement homosexuel par moment pour vous expliquer ma frustration de maintenant, j’étais très perdu émotionnellement à cette époque, avant de me mettre en couple hétéro avec plusieurs filles successives. Il m’est arrivé de tomber amoureux d’hommes entre 14 et 24 ans, en alternance avec des femmes, mais c’était encore moins concevable à l’époque d’être bi ou homo dans les années 90 et au début d’internet, donc j’ai du refouler tous mes désirs homosexuels. Je pense que si je redevenais jeune maintenant, j’aurai assouvi ces fantasmes homosexuels, cela semble mieux accepté maintenant.
Cette frustration homosexuelle me revient donc comme un boomerang, je regrette de n’avoir jamais eu de rapport sexuel avec un homme, mais j’aime ma femme et je ne pourrais jamais la tromper avec une femme ou un homme. Je suis heureux en couple et avec mes 2 enfants.
Comment gérer cette frustration sexuelle qui est revenue et faire pour qu’elle disparaisse ? Je tiens à vous préciser que c’est cette frustration qui me pèse beaucoup et pas le fait d’avoir des fantasmes homosexuels toujours existants, toutes vos réponses à d’autres personnes m’ont déjà éclairés sur ce sujet et m’ont fait accepté ma bisexualité au niveau sexuel ? Avez vous des conseils ?

Julien.

Bonjour Julien!

Pardonne-moi du délai de réponse! J’aimerais tout d’abord te remercier chaleureusement, au nom de toute l’équipe d’AlterHéros, pour les doux compliments sur la qualité de notre site internet. Nous travaillons fort, et ce avec si peu de budget, pour offrir ce service gratuit de soutien par et pour les personnes LGBTQ+ et pour permettre aux jeunes d’aujourd’hui d’éviter, ou du moins d’amoindrir, les difficultés que nous avons, toi et moi, vécu lorsque nous étions adolescents en raison de nos attirances ne correspondant pas au modèle hétéronormatif dominant. Je suis heureux de lire que la lecture de certaines des réponses t’a permis d’être davantage indulgent envers toi-même et d’entrevoir ton orientation sexuelle de façon positive. Pour répondre à ta question, AlterHéros a pris naissance en 2002 (avant même Facebook!), et il est vrai que peu de ressources LGBTQ+ existaient lorsque tu étais adolescent. Toutefois, il n’est jamais trop tard pour nous écrire! 🙂 De plus, j’entends entièrement ton témoignage entourant les difficultés liées au fait de ne pas être hétérosexuel dans les années 1990. On peut être fier du chemin que nous avons, collectivement, fait en tant que société pour s’ouvrir davantage à la diversité sexuelle et de genre, mais il reste encore tellement de travail à faire, à plein de niveaux différents, afin de permettre à tous les jeunes de s’émanciper en accord avec leur identité de genre et leur orientation sexuelle/romantique.

 

Si je comprends bien, tu t’identifies comme bisexuel et tu es en relation amoureuse avec une femme (dont tu aimes d’amour!) depuis plusieurs années avec qui tu as fondé une famille, mais tu ressens un profond regret de n’avoir jamais eu l’opportunité d’expérimenter sexuellement avec un autre homme avant d’être en relation avec elle. Ce regret se manifeste même en grande frustration, selon tes mots, à l’idée de n’avoir jamais connu cette expérience avec un autre homme. Tu précises que tu ne souhaiterais jamais tromper ton épouse uniquement pour avoir un rapport sexuel avec un homme.

 

D’abord, j’aimerais préciser que tu es loin d’être seul dans ta situation. Il est fréquent que des personnes en couple fermé puissent ressentir une forme de déception ou de regret à l’idée de n’avoir pas expérimenté telle ou telle activité sexuelle. Ceci est vrai peu importe l’orientation sexuelle des personnes. Toutefois, c’est également un enjeu vécu par plusieurs personnes bisexuelles ; pas nécessairement en termes de regret liés à des expériences sexuelles désirées, mais davantage en termes de visibilité de leur orientation. On a tendance à rendre invisible les vécus et les identités propres aux personnes bisexuelles en définissant, à tord, leur orientation sexuelle en fonction du genre de la personne avec qui iels sont en relation. Par exemple, un homme bisexuel en couple avec un autre homme sera automatiquement étiqueté comme homosexuel, alors que cette étiquette invisibilise entièrement son identité bisexuelle et ses attirances envers certaines femmes. Plusieurs hommes bisexuels en relation amoureuse avec des femmes peuvent ressentir cette même forme d’invisibilisation en se faisant considérer, à tord, comme hétérosexuels. Il y a des préjugés et des stéréotypes propres à la bisexualité qui peuvent rendre encore plus complexe l’exploration ou même le dévoilement de notre orientation bisexuelle. À ce sujet, je t’invite à consulter la réponse de ma collègue Rose : En tant qu’homme bisexuel, j’ai l’impression de réprimer une partie de moi par peur d’être étiqueté comme gay…

 

Je tiens toutefois à préciser que l’absence d’expériences sexuelles avec un autre homme ne t’empêche aucunement de revendiquer la bisexualité comme faisant partie prenante de ta personne. En effet, notre orientation sexuelle demeure valide, peu importe nos antécédents, peu importe l’absence d’expériences et peu importe avec qui nous sommes en relation actuellement. 

 

Fini l’introduction! Je comprends entièrement que tu ressens des regrets importants face au fait que tu n’as pas eu d’expériences avec un autre homme. Tu souhaites trouver des conseils sur comment réduire ces frustrations.

 

D’abord, je serais curieux de connaître certaines informations sur la relation avec ta femme.

-Est-elle au courant de ta bisexualité? Est-elle au courant des difficultés et stigmatisation que tu as vécu lorsque tu étais plus jeune entourant la navigation de ces désirs? Est-ce que tu crois que votre communication actuelle et votre sentiment de confiance l’un.e envers l’autre te permettraient d’aborder ton orientation sexuelle en toute bienveillance de sa part? Est-ce que tu te sentirais soulagé par le simple fait de partager cette partie importante de ton identité avec ton épouse? Il est possible que le simple fait de discuter de ton orientation sexuelle avec ton épouse puisse vous rapprocher et vous créer un nouveau lien de complicité. Il est aussi possible qu’elle puisse avoir des solutions ou des pistes de réflexion à te partager. Vous êtes une équipe après tout, et tu as très bien précisé que tu l’aimes d’un amour profond et que jamais tu ne voudrais rencontrer des personnes à son insu. C’est quelque chose de précieux, cette confiance, et je suis convaincu que ton épouse peut être une alliée importante à la validation de ta bisexualité.

-De manière générale, comment décrirais-tu la complicité et la communication au sein de ton couple? Avez-vous développé, au cours de ces années, des méthodes pour se parler de sujet pouvant être sensible? Des mécanismes de résolution de conflit? Des méthodes pour parler de sexualité? Pour parler de désirs, de fantasmes ou de curiosités?

 

La raison pour laquelle que je pose l’ensemble de ces questions est que je suis convaincu que ton épouse peut jouer un rôle positif dans ces questionnements, réflexions et possibles expérimentations. Je m’explique. Chaque individu impliqué dans une relation significative a la possibilité de définir, avec son/sa/ses partenaires, les différentes ententes relationnelles. L’entente relationnelle, c’est un peu la façon que chaque couple, par exemple, définit les balises de la fidélité, de la communication et de ce qui est permis ou non dans la relation. Bien que le couple fermé et monogame soit la configuration relationnelle la plus répandue, il existe dans les faits autant de configurations qu’il existe de relations amoureuses. Certains couples s’autorisent certaines activités hors couple, d’autres s’autorisent de vivre ces expériences uniquement ensemble. Certaines personnes demandent à leur partenaire une complète transparence et communication, d’autres préfèrent avoir le moins de détails possibles. Ce que je veux dire par ici, c’est qu’il existe beaucoup d’alternatives devant toi pour expérimenter la sexualité avec un autre homme sans jamais tromper ton épouse : mais cela passe par la communication, l’honnêteté et le respect des limites, besoins et rythme de notre partenaire principale. Par exemple, peut-être que ton épouse serait intéressée à avoir une sexualité à trois avec un autre homme, peut-être serait-elle confortable de participer à une soirée échangiste à tes côtés, peut-être qu’elle a même des désirs forts d’expérimenter une sexualité avec une autre femme! Qui sait? Il demeurera impossible d’avoir la réponse à l’ensemble de ces possibilités tant qu’un dialogue ne s’ouvrira pas à ce sujet. Bien sûr, il se peut que ce ne soit pas dans tes propres désirs ou valeurs d’aller vers cette avenue, et ce serait très correct ainsi, je tenais simplement à te nommer cette possibilité.

 

Bien évidemment, j’ai nommé quelques possibilités, mais il est primordial d’écouter le rythme de votre couple et la direction des conversations. Je n’ai pas la prétention d’avoir la solution idéale à ta situation, puisque tu es le mieux placé pour réfléchir à des solutions adaptées à ta situation et tes besoins. Il demeure tout autant primordial de nommer qu’aucun modèle relationnel n’est meilleur qu’un autre, peu importe si on parle de couple fermé, de couple ouvert, de trouple, de polyamour, d’échangisme, etc. L’important, c’est que chaque partenaire puisse se sentir émancipé.e dans sa relation, de s’exprimer à ce sujet, et de miser sur le consentement, le respect et la bienveillance de toustes. Il existe plusieurs réponses sur notre site internet explorant la non-monogamie éthique, sur l’ouverture d’un couple, l’échangisme, etc.

Sur la non-monogamie éthique :

 

Enfin, peut-être que cela ne t’éclaire pas du tout sur comment réduire ces frustrations. Il demeure possible pour toi de discuter de ta situation avec d’autres personnes bisexuelles en relation hétérosexuelle afin de pouvoir s’exprimer librement, sans gêne, sur ce que vous pouvez vivre. Parfois, le simple fait de discuter de notre situation avec une personne qui a expérimenté des enjeux similaires peut nous aider grandement à se sentir moins seul et à faire preuve de compassion envers soi-même. En ce sens, est-ce que tu connais l’Association BiCause? C’est une association par et pour les personnes bisexuelles ou pansexuelles en France. Cette asso organise plusieurs groupes de soutien permettant aux membres de discuter des difficultés, invisibilité et enjeux propres à la bisexualité. Est-ce que c’et quelque chose qui pourrait t’intéresser? Cela peut permettre de connecter à une partie de notre identité sans forcément inclure la dimension de la sexualité dans cette démarche.

 

Et puis, en parlant du fait que tu es LOIN d’être le seul à vivre une situation comme celui-ci, voici une liste de réponses abordant les attirances bisexuelles en contexte de relation hétérosexuelle. Je suis certain que tu y trouveras plusieurs pistes de réflexion. 🙂

 

J’espère que le tout te sera utile. N’hésite surtout pas à nous répondre et à nous donner de tes nouvelles. Il me fera toujours plaisir d’échanger avec toi.

 

Solidairement,

 

Guillaume, pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment