J’ai envie d’introduire la non-monogamie éthique dans ma relation.


Hey, j’ai vraiment envie d’introduire la non-monogamie éthique dans ma relation, mais je ne sais pas comment apporter l’idée à mon partenaire, puisque qu’il est plutôt du genre à être protecteur disons… comment je pourrais m’y prendre?
(J’aimerais que June réponde ☺)
Julianne
 
Salut Julianne!
Merci pour la confiance que tu portes envers AlterHéros. Tu nous écris aujourd’hui parce que tu aimerais introduire la non-monogamie éthique dans la relation avec ton partenaire. Tu te demandes comment apporter cette avenue, notamment en prenant en compte que ton partenaire est du genre à être protecteur, pour reprendre tes mots.
June n’avait malheureusement pas la possibilité de te répondre considérant son emploi du temps qui s’est considérablement rempli cette semaine. Je prends donc le relais! Le sujet de la non-monogamie éthique est un sujet qui me tient à coeur et que j’ai eu l’occasion d’expérimenter dans différents contextes de ma vie. J’ai en effet déjà été dans un trouple – c’est-à-dire une relation à trois partenaires – et été à quelques reprises en situations polyamoureuses ou en couple ouvert. Cela me fait donc plaisir de pouvoir répondre à ta question!
D’abord, qu’est-ce que la non-monogamie éthique? Selon ce blog sur le polyamour, la non-monogamie éthique  «est un type de relation inter-personnelle consensuelle qui ne relève pas du couple exclusif». En d’autres mots, c’est un modèle relationnel basé sur le consensus entre l’ensemble des partenaires où l’on s’autorise une non-exclusivité sexuelle et/ou romantique. C’est donc un accord commun et consentant qu’il est possible et acceptable d’avoir plusieurs partenaires amoureux.ses et/ou sexuel.le.s de manière simultanée. Il y a autant de modèles relationnels non-monogames éthiques qu’il existe de personnes s’identifiant ainsi. En d’autres mots, chaque personne a la possibilité de définir de façon consensuelle avec son/sa/ses partenaires les paramètres définissant leur relation. Certaines personnes vont opter pour un couple ouvert par exemple : où il y a une relation principale et que les deux partenaires principaux s’autorisent des aventures sexuelles à l’extérieur du couple. D’autres personnes vont se définir comme polyamoureuses et se permettre de développer des sentiments amoureux pour plus qu’une personne. Bref, les modalités sont infinies, comme l’exprime cet article. Ce sera à ton partenaire et toi de définir ce qui correspond le mieux à vos besoins et, surtout, de s’autoriser de faire des erreurs et modifier à nouveau les paramètres relationnels autant de fois que vous le jugerez nécessaire. Tu peux jeter un coup d’oeil à ce glossaire polyamoureux pour connaître davantage de termes et de définitions.

Maintenant, tu te demandes comment aborder le sujet avec ton partenaire. Tu sais, il n’y a pas de recettes miracles… Tu peux prendre le pouls sur son opinion sur ce sujet en parlant de quelqu’un.e dans ton entourage qui est dans ce type de relation, en écoutant ensemble ce vidéo sur les relations non monogames consensuelles. Mon collègue Shinri propose dans cette réponse ”Maintenant, c’est de savoir comment le communiquer à ta (ton) partenaire. Pour ce faire, je t’invite à réfléchir sur votre degré d’ouverture à discuter, ensemble, de sexualité. Quelles sont vos perceptions mutuelles de la sexualité? Est-ce qu’il vous arrive de parler de sexe facilement ensemble? De ce qui vous excite? Selon toi, est-ce qu’il y a des moments ou certains mécanismes que tu peux réfléchir pour faciliter la discussion avec elle (lui) concernant la sexualité? Sinon, tu peux toujours entamer la discussion en lui posant des questions de ce type :  A-t-elle (il) des fantasmes? Si elle (il) avait l’occasion d’essayer n’importe quoi, qu’est-ce qu’elle (il) aimerait tenter? Qu’est-ce qu’elle (il) n’aimerait vraiment pas essayer? Quelles sont vos limites mutuelles? vos peurs? insécurités? Est-ce qu’il y a certaines pratiques sexuelles dont vous êtes plus curieux.ses ?» Ce type de discussion peut ouvrir la porte à la possibilité de rencontrer d’autres partenaires (que ce soit chacun.e de votre côté ou ensemble!) Si tu vois qu’il a une certaine ouverte, ce serait possible de lui partager que tu serais potentiellement intéressée à essayer, ensemble.
Tu dis que ton partenaire a tendance à être parfois protecteur… Pour citer ma collègue Marie-Édith : «La jalousie, tu le sais, n’est pas un signe d’amour comme le pensent certaines personnes. Ça reste un sentiment très désagréable qui peut prendre beaucoup de place, comme la colère, la peine, l’envie… Tu peux être transparente à ce sujet avec ton chum quand ça arrive.» Tu peux aussi lui ouvrir la porte à te partager ses insécurités : parfois, la jalousie découle de certaines insécurités qui, lorsque adressées, peuvent facilement s’évaporer.

Voici sept éléments importants pour bien démarrer une relation non-monogame éthique tirée de cette page internet. Les phrases en italiques sont citées directement de ce site :

  1. Confiance : 

La confiance est la base de toute relation non-monogame. Une relation ouverte a la possibilité de nous mettre à nu.e émotionnellement devant notre/nos partenaires et, du même coup, d’en apprendre beaucoup sur soi. C’est la découverte de nos propres vulnérabilités ainsi que celles de notre/nos partenaires. Êtes-vous capables de vous faire confiance l’un.e à l’autre aveuglément ? Allez-vous faire ce que vous dites et dire ce que vous faites ? Quelles sont vos motivations respectives à vouloir ouvrir votre relation ? Quelles sont vos insécurités respectives à l’idée d’ouvrir le couple ?
2. Communication :
Comment informer notre partenaire des rencontres ou des émotions développées à l’extérieur du couple ? Est-ce qu’on souhaite en être informé.e ? Si oui, de quelles façons ? L’important, c’est de rester transparent.e et honnête sur comment on se sent, ce qui nous rend confortable ou inconfortable et d’accueillir l’autre dans ces questionnements et réflexions.
Au moment de rencontrer d’autres partenaires, soyez aussi honnêtes envers ces derniers/dernières. Si ton partenaire et toi avez convenu une exclusivité romantique, il serait important de le partager aussi aux autres personnes que vous rencontreriez. L’éthique relationnelle concerne l’ensemble des partenaires impliqué.e.s ! Aussi excitant que ce soit de faire de nouvelles rencontres, faites bien attention à ne pas blesser votre partenaire avec des détails, des comparaisons qui non seulement peuvent blesser, mais dont la divulgation n’apporte absolument rien à votre couple ouvert.
3. Honnêteté :
Soyons honnêtes sur ce que nous attendons de cette exploration d’une nouvelle configuration relationnelle. Vous vous êtes dit l’un à l’autre ce que vous attendiez de cette relation ouverte. Du sexe, de l’amour, ou quelque chose entre les deux. Les règles sont les vôtres. Attendez-vous cependant à ce que les choses changent. Vous avez donc l’entière liberté de revenir sur votre choix de départ…mais à la condition, une fois de plus de faire preuve d’honnêteté: communiquez en temps voulu ce changement aux personnes concernées. Réfléchissez bien, pesez le pour et le contre avant d’annoncer que vos sentiments ne sont plus les mêmes, qu’ils ont évolué. Le sexe se transforme en amour, l’amour se transforme en amitié, l’amitié devient sexuelle, etc. Cependant, veillez à communiquer à votre ou vos partenaire(s) ces changements afin que tout le monde soit sur la même longueur d’onde.
4. Respect :
Le respect, ça inclut tant le respect envers soi-même qu’envers notre/nos partenaires. Quelles sont tes limites personnelles ? Qu’est-ce que tu serais prête à faire par amour pour ton partenaire pour qu’il se sente également émancipé dans cette configuration ? Comment respectez tes propres désirs et besoins d’intimité ? Ton partenaire passe davantage de temps avec d’autres partenaires et vous manquez de temps de qualité ensemble ? Il est toujours temps de faire le point sur nos limites respectives.
Et c’est aussi le respect de(s) l’autre(s). Une pratique assez répandue dans les relations ouvertes balbutiantes consiste à établir un ensemble de règles avant même de sortir faire de nouvelles rencontres. N’hésitez pas à coucher toutes ces règles sur le papier. Elles sont un excellent moyen de définir ce que vous vous autorisez mutuellement, et de proscrire ce qui est hors-limites sur le plan sentimental ou sexuel. Certains partenaires « exigent » de connaître la nouvelle conquête afin de se sentir rassurés. D’autres exigent au contraire de savoir le moins possible de détails, pour se sentir rassurés également. Nous sommes tous différents, trouvez vos propres marques. Il existe une infinie de règles et de modalité possibles et tant et aussi longtemps qu’elles sont consensuelles entre tout le monde et qu’elles écoutent les besoins et limites de tout le monde, alors c’est magnifique. Respecter ces règles consensuelles pourraient grandement affecté positivement votre confiance mutuelle.
5. Volonté :
Reconfigurer une relation déjà existante, ça demande de la volonté des deux partenaires principaux. Ça nécessite une volonté de mettre l’énergie nécessaire dans l’écoute, l’accueil de l’autre et la communication. Celle-ci nécessite l’unanimité dans les choix de vie pour aller de l’avant.
Historiquement, une relation s’ouvre généralement à la demande de l’un des deux partenaires. S’ensuit alors un dialogue qui mènera (ou pas) à une relation ouverte. Puis, avec le temps, vos besoins sentimentaux et sexuels risquent de changer. Trains de vie différents, libidos décalées…autant de raisons de ne plus espérer chacun les mêmes choses d’une relation ouverte. Lorsque vos libidos sont diamétralement opposées, prenez-en note et consultez-vous l’un l’autre.
Ce que vous désiriez hier peut cependant changer demain. Puis, avec le temps, les choses peuvent changer à nouveau. L’âge, la libido, l’auto-estime, un changement géographique, familial ou professionnel par exemple. Autant de facteurs qui peuvent vous faire changer d’avis après quelques années. Une fois de plus, discutez-en le moment venu et prenez le cas échéant de nouvelles décisions ensemble.
6. Logistique :
Soyons honnêtes, les relations non-monogames éthiques, ça demande toute une logistique! Nos partenaires ont également leur vie, à la fois personnelle, mais sociale, et probablement avec leur(s) propre(s) partenaire(s) à iels. Comment faire la gymnastique dans vos nouveaux horaires tout en conservant suffisamment d’espace libre pour ton partenaire principal? Par espace, je désigne autant le temps que l’énergie émotionnelle! Vous allez rapidement devenir expert.e.s en organisation de votre temps!
7. Check-in :
Faire des check-in, c’est un peu l’équivalent de faire des bilans. Il est possible de faire des bilans après un mois, 6 mois, un an par exemple. Ou bien, de faire un check-in après chacune de vos autres rencontres avec votre partenaire principal.e, le lendemain d’une grosse conversation, après avoir croisé par hasard un.e autre de vos partenaires lorsque vous étiez tou.te.s les deux au restaurant… Bref, n’hésitez pas à trouver du temps pour faire des retours sur les sentiments et émotions de l’autre et s’informer s’il y a de nouveaux changements configurationnels à proposer. Après un certains nombres de mois, cette discussion peut permettre d’analyser si des problèmes qui existaient avant l’ouverture du couple résident encore, si oui, de quelles manières? Est-ce qu’on réalise qu’au fond on visait une ouverture de couple dans l’optique de trouver un remède à notre couple qui était déjà défaillant?
Un « check-in » avec votre partenaire vous permettra de savoir où vous en êtes dans votre vie amoureuse. Cette relation ouverte est-elle toujours ce que vous voulez pour vous deux? Ici encore, il n’y a pas de mauvaise réponse. Ce qui compte est que vous soyez tous les deux en accord avec vos coeurs respectifs.
Je te suggère également la lecture de cet article : 5 conseils (pas magiques) pour réussir sa relation polyamoureuse
…et te recommande fortement, et avec beaucoup d’amour, cette réponse de ma collègue Marie-Édith. Tu y trouveras de nombreuses références pour compléter tes réflexions que tu pourrais partager avec ton amoureux : Avez-vous des trucs pour vivre une transition de couple fermé à couple ouvert?

Il peut également être intéressant pour ton amie de rencontrer d’autres personnes polyamoureuses afin d’échanger sur des expériences semblables. Certains événements et ateliers sont organisés par l’association Polyamour Montréal. Une fois par mois, ce groupe organise un atelier nommé Introduction au polyamour (polyamour 101). Cela pourrait être une belle sortie entre amies !
Pour citer ma collègue, «Enfin, souviens-toi que le polyamour ou les relations ouvertes ne sont pas des façons « supérieures » de vivre sa vie amoureuse, en opposition à la monogamie. Certaines personnes pourront te faire sentir que c’est le cas, par leurs propos ou attitudes. Ta façon de vivre ta vie amoureuse est valide, tout comme celle des personnes qui sont non-monogames, et aucune configuration n’est universellement bonne ou mauvaise. Tu es la personne qui te connaît le mieux et qui sait ce qui est bon pour toi.»
J’espère que le tout te sera aidant.
N’hésite pas à nous réécrire si tu en as envie ou besoin, on est là pour toi !
Au plaisir, et bonne exploration!
Guillaume, pour AlterHéros

About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.