Pouvez-vous m’aider à faire un choix concernant mon genre et mes objectifs de transition?


Tu pourrais m aidez à faire un choix car pour moi je ne suis pas né dans le bon corps ( j ai 14 ans ) et tu vois j aimerais bien être enfin dans le bon corps à ma majorité (18) donc je ne c est pas trop quoi faire si je dois le faire l opération ou les hormones ou rester comme je suis??

Diego

Bonjour Diego!

 

Merci de faire confiance à AlterHéros avec ta question sur les démarches de transition médicale.

Tu dis que tu ne te sens pas dans le bon corps et que tu aimerais donc savoir si tu dois avoir des opérations, des hormones ou encore ne pas entreprendre ces démarches. 

D’abord, j’aimerais dire que bien que certaines personnes trans sentent qu’elles ne sont pas nées dans le bon corps, d’autres aiment tout à fait le corps avec lequel elles sont nées. Plusieurs hommes trans aiment leurs seins ou leur vulve, plusieurs femmes trans aiment leur pénis et plusieurs personnes non-binaires ne souhaitent pas faire des démarches de transition médicale. En fait, si tu es un homme trans, ton corps est déjà un corps d’homme, tout comme c’est déjà un corps de femme si tu es une femme trans, ou un corps de personne non-binaire si tu es une personne non-binaire.

C’est donc un mythe qu’il faille recourir à des démarches de transition médicale pour « devenir » un homme ou une femme. C’est une option tout à fait légitime de ne pas transitionner médicalement. Recourir à des hormones ou à des chirurgies est également une option valide. L’important, c’est de faire les démarches que toi tu veux pour te sentir bien dans ton corps

La clé pour savoir quelles démarches pourraient correspondre à ce que tu veux, c’est de faire des recherches et de savoir que beaucoup de combinaisons sont possibles. Il n’existe pas un seul parcours de transition médicale : on peut prendre des hormones sans avoir de chirurgie, avoir des chirurgies sans prendre d’hormones ou encore faire les deux. 

Moi par exemple, je suis né avec une vulve et j’ai développé des seins à l’adolescence. J’aime bien mes seins, mais j’avais beaucoup de dysphorie en lien avec certains aspects de mon corps, notamment ma voix et aussi le fait de ne pas avoir de pénis. J’ai donc pris de la testostérone pendant quelques années, pour que ma voix mue et que mon clitoris devienne plus gros. Ensuite, j’ai eu une métaiodoplastie, une chirurgie pour faire un pénis à partir de mon clitoris. Donc maintenant j’ai un pénis, une vulve, un vagin et des seins. Et c’est comme ça que je me sens bien, maintenant j’adore mon corps et je n’ai presque plus de dysphorie.

Donc voici ce que je te suggère. D’abord, tu peux te poser plusieurs questions pour explorer tes besoins par rapport à ton corps et ce que tu aimerais modifier, le cas échéant :

 

  • Comment imagines-tu ton corps dans le futur?
  • Si tu avais une baguette magique, est-ce qu’il y a des choses que tu changerais de ton corps?
  • Est-ce qu’il y a des parties de ton corps qui te dérangent?
  • Si tu n’avais pas à te préoccuper du regard des autres sur ton corps, quel serait ton corps idéal?
  • Au contraire, est-ce qu’il y a des choses que tu aimerais modifier de ton corps pour changer le regard que les autres portent sur toi?

 

Après t’être fait ces réflexions, je te recommande de commencer tes recherches afin de voir les options qui sont disponibles pour atteindre tes buts. Voici quelques ressources qui pourraient t’aider :

 

 

Ensuite, en attendant d’avoir la possibilité d’accéder à des soins médicaux d’affirmation du genre, il est possible d’explorer différentes expression de genre en utilisant des prothèses genrées et des vêtements de compression comme :

 

J’espère que ma réponse t’aide mieux à envisager les options qui s’offrent à toi. Si tu as d’autres questions, n’hésite surtout pas à nous réécrire!

Bonne journée à toi!

Séré, intervenant pour AlterHéros


About Séré

Séré est un activiste trans non-binaire de la région de l'Estrie qui adore expliquer la pluralité des genres avec des métaphores de crème glacée. Iel défend les droits des jeunes trans et non-binaires en contexte régional, tout en essayant de se laisser du temps pour coller son chien et son chat.

Leave a comment