Je suis marié et père de famille, mais je ne sais pas si je suis hétéro, bi, gay ou pan…


J’ai 42 ans et je ne suis pas si je suis hétéro, bi, gay ,pan, etc.
La question me donnes beaucoup des angoisses, j’ai 3 enfants de 29 à 15 ans
Pourriez-vous m’aider?
Je besoin de discrétion car ma femme ne savais rien du tout.
J’habite [dans le Centre-du-Québec].
Help me;!!

F.

Salut F. !

 

Merci grandement pour la confiance que tu accordes envers les services d’AlterHéros. Il n’y a pas d’âge pour se questionner sur notre orientation sexuelle et nos attirances de façon globale. Je comprends néanmoins que cela puisse être la source de plusieurs angoisses et que le contexte conjugal et familial dans lequel tu gravites peut ajouter un certain stress à tout cela. Je tiens toutefois à te féliciter de nous avoir contacté : il n’est pas évident de verbaliser ce type de questionnement et c’est vraiment tout à ton honneur de prendre le temps de nous écrire. J’espère que mes mots t’apporteront des pistes de réflexion. Sache toutefois que tu n’es pas seul dans ta situation, nous recevons fréquemment des demandes de soutien d’hommes, d’époux et de pères qui abordent des questionnements similaires.

 

Selon ce que je comprends, tu ne sais pas si tu es hétérosexuel, bisexuel, gay, pansexuel ou toute autre variante de l’orientation sexuelle. C’est bien cela? D’abord, ça peut prendre du temps pour découvrir, apprivoiser ou comprendre les différentes nuances de nos attirances ou de notre orientation. C’est encore plus difficile lorsqu’on s’aperçoit que nos attirances ne s’inscrivent pas complètement dans ce que l’on définit comme étant l’hétérosexualité. Néanmoins, pour citer ma collègue Marianne, les mots comme hétéro, gay, bi, pan, etc. «sont des outils que nous pouvons employer si on les trouve utiles, mais ce ne sont pas des boulets auxquels on se retrouve enchaîné.e. On n’est certainement pas obligé.e de s’en servir s’ils ne nous conviennent pas ou s’ils ne nous correspondent plus

 

D’ailleurs, dans cette réponse, ma collègue fait un petit rappel super pertinent, je me permets de te le glisser ici : «Un autre petit rappel au passage… Je me doute que tu le sais déjà, mais des fois, ça peut faire du bien de l’entendre à nouveau : l’hétérosexualité est peut-être plus fréquente, mais elle n’est pas plus importante, plus normale, plus souhaitable ou plus naturelle que les autres orientations. Elle est simplement plus visible.»

 

Concernant tes questionnements sur ton orientation, je ne peux malheureusement pas répondre à ta place. L’orientation, c’est quelque chose de super personnel dont seul toi peut trouver les mots pour parler de tes attirances et choisir (ou non!) une étiquette qui te fait sentir bien. Je peux toutefois te donner quelques informations pour t’aider à faire le tri dans tes réflexions. D’abord, il est possible de distinguer l’orientation en deux dimensions : l’orientation sexuelle et l’orientation romantique. L’orientation sexuelle réfère à notre capacité à ressentir de l’attirance purement physique envers des personnes, alors que l’orientation romantique réfère à notre capacité à ressentir de l’attirance émotionnelle envers des personnes. Parfois, ces deux types d’attirances concordent, parfois, pas du tout. Ainsi, certains hommes par exemples peuvent être excités sexuellement par des hommes et des femmes, mais ressentir une attirance romantique majoritairement pour des femmes. Et vice versa!

 

Maintenant, tu nommes plusieurs étiquettes liées aux orientations sexuelles. Permets-moi de les définir rapidement :

Hétérosexuel.le ou hétéroromantique : capacité de ressentir du désir sexuel ou des sentiments amoureux envers certaines personnes d’un autre genre que le sien.

-Bisexuel.le ou biromantique : capacité de ressentir du désir sexuel ou des sentiments amoureux envers certaines personnes de plusieurs genres différents.

-Pansexuel.le ou panromantique : capacité de ressentir du désir sexuel ou des sentiments amoureux envers certains individus, peu importe leur genre.

-Homosexuel.le ou homoromantique : capacité de ressentir du désir sexuel ou des sentiments amoureux envers certaines personnes du même genre que le sien.

 

Est-ce que l’une de ces définitions t’interpelle? Il est aussi très possible qu’aucune de ces définitions puissent coller à ta réalité. En effet, toute tentative de vulgariser par un seul mot des identités aussi complexes, diversifiées et variantes que nos attirances risque d’être incomplète. C’est pourquoi, avant de se questionner sur quel terme on peut utiliser pour parler de notre orientation, on peut également tenter de démystifier nos désirs et nos attirances ainsi que de définir quels types de comportements souhaitons-nous avoir en fonction de ces diverses attirances. En effet, l’orientation, c’est un beau mélange entre nos désirs, nos comportements et notre identité. À ce sujet, citons un extrait d’une ancienne réponse que j’ai composée : «Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personnes, qui aimerait-on embrasser, avec qui aimerait-on avoir un rapport sexuel, etc). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé une amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l‘identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, hétéro-curieux, bisexuel, bi-curieux, gai, etc.). Ainsi, certains hommes, par exemple, qui auraient des désirs sexuels tant pour les garçons que pour les filles, mais qui n’ont eu des expériences sexuelles ou des histoires amoureuses uniquement avec des filles pourraient choisir de se définir comme hétérosexuels (en se basant sur leurs comportements) ou comme bisexuels (en se basant sur leurs désirs) ou d’autres termes qui leur conviennent mieux, comme bi-curieux ou hétéroflexible. L’identité, c’est vraiment propre à chaque personne, tout dépend de la façon à se percevoir et son sentiment d’appartenance à une orientation plutôt qu’une autre.»

 

Je suis conscient qu’il s’agit de beaucoup d’informations en même temps. En effet, on ne grandit pas en nous faisant dire qu’il est possible de ressentir des formes d’attirances sexuelles ou sentimentales envers les hommes et les femmes à différents degrés ou de façon variable. On ne grandit pas en nous faisant dire que le fait de ressentir des attirances envers des hommes peut être complémentaire à nos attirances pour certaines femmes, que les deux peuvent coexister. On ne grandit pas non plus avec l’information selon laquelle nos attirances peuvent fluctuer dans le temps selon nos contextes de vie, nos nouveaux besoins, notre curiosité, etc. Tout cela est valide et il s’agit, j’en conçois, d’un grand travail de réflexion pour les personnes concernées. Autorise-toi de prendre le temps nécessaire pour y réfléchir.

 

Est-ce qu’il y a quelqu’un.e dans ton entourage avec qui tu te sens en confiance et avec qui tu pourrais partager ces questionnements et ces réflexions? Il est parfois libérateur de pouvoir en parler avec d’autres personnes. Dans la même veine d’idées, il peut être intéressant pour toi de pouvoir discuter avec d’autres pères de famille qui, comme toi, vivez des réflexions sur leur orientation sexuelle. Connais-tu l’Association des pères gais de Montréal?
Pour citer un de leurs services : ”Un service qui s’adresse à tous les pères qui se questionnent sur leur orientation sexuelle et sur la vie gaie, ou qui vivent une situation difficile. Il s’agit d’un service confidentiel où l’appelant n’a pas à dévoiler son identité. Un retour d’appel en toute discrétion est assuré dans les 48 heures
Téléphone: 1-855-237-APGM (2746)”
L’association a également un adresse courriel, selon tes préférences : peresgais@gmail.com 

 

Finalement, je comprends que la situation conjugale ou familiale peut apporter son lot de stress et d’insécurités. Est-ce que tu ressens qu’il y a une ouverture de la part de ta conjointe pour aborder ces questionnements avec elle? Peut-être qu’elle se pose la même question que toi! Après tout, les personnes bisexuelles en relation hétérosexuelle sont beaucoup plus fréquentes de ce que l’on peut penser! Concernant tes enfants, est-ce qu’il y a un.e de tes enfants avec qui tu crois qu’il serait possible d’en parler? Si jamais tu crains les réactions de tes enfants, et pour me permettre une petite parenthèse personnelle, je crois que le plus important pour des enfants est de voir leurs parents heureux, peu importe la configuration relationnelle que cela implique ou peu importe le type de sexualité vécue. Qu’en penses-tu?

 

Si tu le souhaites, je t’invite à m’écrire de nouveau en approfondissant un peu ta situation ou en m’adressant de nouvelles questions qui auraient émergées entre temps. Je te laisse également ces différentes réponses qui pourront complémenter mes différents mots.

Au plaisir d’avoir de nouveau de tes nouvelles! 🙂 On est là pour toi.

Solidairement,

Guillaume pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment