Je suis lesbienne mais je me questionne sur mon identité de genre et mon statut intersexe…


Mon nom n’est pas réels afin que personne ne voit ce que je suis en train d’écrire.
J’ai plein de questions. Je suis lesbienne, ça je le sais mais je me questionne sur mon identité de genre. Je me sentais fille avant mais depuis que j’ai découvert être lesbienne je ne sais plus. Je me sens masculines (en tant que lesbienne) mais je ne sais pas c’est bizarre. D’un côté je m’habille de façon féminine mais je me sens mieux quand je m’habille plus masculinement. Je n’ai encore jamais été en couple avec une fille mais je sens que si c’était le cas j’aurais un peu commet dire… le “rôle su mec” même si il n’y a pas de rôle dans un couple. Et puis je vois les filles comme si j’étais un mec cis. Mais en même temps je ne voudrais pas qu’on m’appelle par les pronoms “il” ou “iel”, je me sens bien avec le “elle”. Enfaite j’ai juste l’impression que d’un point de vue amoureux (fin vous comprenez, j’espère) je suis un mec et sinon une fille. En plus j’aime les meuf féminines et pas les tomboys. Mais je ne sais pas si ce que je ressens est dû au fait que je sois lesbienne car je n’ai pas vraiment de modèle à ce niveau là et j’en ai besoin. Et en plus j’ai l’impression que même à part ça j’aime être le “mec” parce que j’aime être le leader et je sais pas comment expliquer mais j’aime prendre de la place, etc. comme un mec.
Et même phisyquement je ne sais pas si je suis un peu intersexe ou si j’ai beaucoup de testostérone ou quoi parce que j’ai quand même pas mal de pilosité faciale, mais je sais pas c’est bizarre mais je me sens bien dans mon corps féminin.
Enfin bref, je suis perdue, aidez moi svp.

Lana

Bonjour Lana!

 

Merci beaucoup de la confiance que tu accordes à AlterHéros en nous posant ta question. 

 

Si je résume, depuis que tu as découvert que tu es lesbienne, tu te questionnes sur ton identité de genre. Tu dis que tu te sens masculine et que tu préfère t’habiller et adopter des comportements plus typiquement masculins, notamment quand tu t’imagines en couple avec une fille. D’un autre côté, tu ne te vois pas nécessairement faire certains changements, par exemple utiliser des pronoms comme “iel” ou “il” au lieu de “elle” et tu aimes ton corps tel qu’il est. Finalement, tu te demandes si tu es intersexe ou si tu as un taux élevé de testostérone, car tu as de la pilosité faciale. C’est bien ça?

 

Commençons d’abord par distinguer plusieurs facettes de l’identité, soit l’orientation sexuelle et romantique, l’identité de genre, l’expression de genre et le sexe. Cela pourra nous aider à mieux voir où tu te situes en ce moment par rapport à ces aspects. Je te présente pour cela la fameuse licorne du genre:

La licorne du genre nous permet de mieux comprendre la différence entre des choses qui sont souvent confondues. 

 

La première chose que tu nommes dans ton message, c’est que tu es lesbienne. Cela correspond à tes orientations sexuelle et romantique, soit le potentiel que tu as d’être attirée par les femmes sexuellement et romantiquement. 

 

Ensuite, tu dis que tu te questionnes sur ton identité de genre, qui est un sentiment d’appartenance à une catégorie comme femme, homme ou non-binaire. C’est quelque chose qui est invisible.

 

Au contraire, l’expression de genre est ce qui est visible, comme les vêtements, la coupe de cheveux, le maniérisme, la voix, etc. Quand tu dis que tu aimes davantage porter des vêtements masculins et prendre de la place, tu fais donc référence à une expression de genre qui est masculine. L’expression et l’identité de genre ne correspondent pas toujours. Par exemple, moi je suis un homme très féminin: j’aime porter des robes et j’adore le rose. 

 

Finalement, le sexe est un mot qu’on utilise pour désigner un ensemble de caractéristiques comme les chromosomes sexuels, le taux de certaines hormones (estrogène, progestérone, testostérone), les organes reproducteurs et les organes génitaux. Ce qu’il faut comprendre à propos du sexe, c’est que ce n’est pas quelque chose qu’on peut nettement définir en deux cases ou même trois. C’est un continuum sur lequel se trouve plusieurs possibilités et combinaisons de ces caractéristiques. J’aime beaucoup l’illustration ci-dessous qui montre le continuum des organes génitaux humains:

Toutes ces variations sont présentes dans la nature et ne font partie que d’une diversité normale. Cependant, le modèle médical occidental actuel est très axé sur la binarité des sexes et considère donc comme “anormal” la divergence de cette binarité. C’est ainsi qu’on assigne un sexe (et le genre qui va avec) à la naissance de tous les bébés, en se basant uniquement sur l’apparence de leurs organes génitaux externes. Si c’est une vulve, on déclare que c’est une fille, si c’est un pénis, on déclare que c’est un garçon. Si l’anatomie correspond plutôt à ce qu’on retrouve en vert ou turquoise sur l’illustration ci-dessus, les médecins verront cela comme inacceptable et voudront procéder à des chirurgies pour normaliser les organes génitaux du bébé. Ces bébés sont dits intersexes. Certaines personnes vont également être désignées comme intersexes plus tard, par exemple si elles sont nées avec une vulve, mais qu’à l’adolescence elles ne commencent pas leurs menstruations et qu’on découvre qu’elles n’ont pas d’utérus, mais plutôt des testicules internes. Certaines personnes qui ont le syndrôme des ovaires polykystiques se considèrent également comme intersexes, car leur grand nombre de follicules ovariens occasionne un taux de testostérone plus élevé que chez la moyenne des personnes qui ont des ovaires. 

 

Je ne peux pas déterminer pour toi si tu es intersexe, car au final c’est une identification personnelle qui n’est pas seulement liée au fait de diverger de la binarité médicale des sexes, mais aussi intrinsèquement liée aux violences médicales qui agissent pour normaliser le corps des personnes qui ont ces caractéristiques corporelles.

 

Et tout comme l’expression de genre, le sexe est indépendant de l’identité de genre d’une personne. On peut être une femme avec un pénis, un homme avec une vulve et des chromosomes XY, une personne non-binaire avec un micro-pénis, etc. Savoir quel est ton taux de testostérone et si tu pourrais être considérée intersexe ne te donnera donc aucune information sur le fait d’être une femme ou non!

 

Récapitulons. Je viens d’expliquer tout ça dans le but de te dire que c’est tout à fait légitime d’être une femme lesbienne masculine qui aime les filles féminines. Le fait de préférer une expression de genre masculine ne signifie pas que tu n’es pas une femme.

 

Mais en comprenant bien tout ça, il se peut que tu continues de te questionner sur ton identité de genre et c’est bien correct aussi. Tu sais, il y a toujours eu un grand chevauchement entre les communautés lesbiennes et les communautés non-binaires et transmasculines. Quand il était encore illégal pour les femmes de porter des vêtements masculins, certaines lesbiennes masculines se faisaient passer pour des hommes pour éviter d’avoir des problèmes avec la police. Aujourd’hui, certaines personnes s’identifient d’abord et avant tout comme lesbienne, butch ou gouine, sans nécessairement accorder une importance au fait de définir leur identité de genre. D’autres s’identifient fièrement comme non-binaires et lesbiennes, tandis que des personnes qui s’identifiaient auparavant comme lesbiennes décident de s’affirmer en tant qu’homme trans. Je crois que cet article pourrait bien t’éclairer sur toutes ces possibilités.  

 

Au final, définir son identité de genre n’est pas toujours simple. Parfois, les mots qu’on utilise ne sont pas exacts à 100%, mais l’important c’est qu’ils soient confortables et aidant pour l’expression de notre identité. Par exemple, moi je me décris principalement comme un homme gai, même si dans les faits, m’arrive parfois d’être attiré par des femmes et que je ne suis pas exactement un homme. Il se peut que ta perception de ton identité varie dans le temps, comme je l’expliquais dans une réponse précédente: 

 

“Ça peut être chouette de trouver des mots qui nous correspondent exactement, mais je crois aussi que ce n’est pas quelque chose qui est nécessaire ou même possible pour certaines personnes. Il faut aussi comprendre que d’adopter une étiquette ou une autre ne coule rien dans le béton. C’est 100% normal de réaliser qu’un mot qu’on a déjà utilisé pour se décrire ne fonctionne plus pour nous. 

Tout juste après avoir réalisé que je n’étais pas trans, je trouvais que l’étiquette demigirl m’allait bien, puis ensuite j’ai résolument adopté les termes genderqueer et genderfluid, puis j’ai été attiré par le mot demiboy. Aujourd’hui, je me décris généralement simplement comme non-binaire, et parfois plus précisément comme personne bigenre dont les deux genres sont homme et genderqueer.

Je ne crois pas qu’à aucun de ces moment j’étais dans le tort. C’est simplement que ma perception de mon genre changeait et que j’avais donc besoin d’utiliser de nouveaux mots pour le décrire. Mais je comprends bien la détresse de ne pas pouvoir mettre le doigt sur un mot qui nous sied parfaitement. C’est désemparant de voir qu’autour de nous la plupart des personnes semblent bien certaines et bien fières d’être un homme ou une femme, et qu’on ne peut pas affirmer notre genre avec autant de certitude. 

D’ailleurs, c’est normal d’avoir de la difficulté à se projeter dans l’avenir en tant que personne non-binaire, car on n’a presque aucun modèle pour nous aider. Alors qu’on grandit en voyant des hommes et des femmes dans les médias, à l’école et dans notre famille, il demeure très rare qu’on soit exposé.e.s à des personnes non-binaires adultes et heureuses. Il y a aussi beaucoup de préjugé sur le fait d’être trans ou non-binaire (et j’en détruis quelques uns ici!)”

 

Donc si tu t’identifies aujourd’hui comme femme lesbienne, ça ne t’enlève pas la liberté de reconsidérer ce choix plus tard!

 

Tu as aussi  le réflexe de chercher à avoir davantages de modèles de lesbiennes et je crois que c’est une excellente idée! C’est souvent en s’exposant à différentes réalités qu’on peut arriver à comprendre si on s’y identifie ou non. Comme ce n’est pas toujours facile d’avoir des modèles de personnes LGBTQ+ dans notre vie de tous les jours, on peut parfois compenser par les réseaux sociaux, la musique qu’on écoute et les livres qu’on lit. Voici donc quelques ressources pour t’aider à t’immerger dans la culture LGBTQ+ et voir si tu peux trouver des narratifs auxquels tu t’identifies:

 

 

Je te propose aussi ces questions/réponses sur le site d’AlterHéros sur le même thème:

 

J’espère que ma réponse t’aide avec tes questionnements. Si tu en ressens le besoin, n’hésite jamais à nous réécrire pour poser d’autres questions ou tout simplement pour nous donner de tes nouvelles!

 

Je t’envoie plein de courage et de lumière,

 

Séré, intervenant pour AlterHéros

 


About Séré

Séré est un activiste trans non-binaire de la région de l'Estrie qui adore expliquer la pluralité des genres avec des métaphores de crème glacée. Iel défend les droits des jeunes trans et non-binaires en contexte régional, tout en essayant de se laisser du temps pour coller son chien et son chat.

Leave a comment