Puis-je être genderfluid et lesbienne?


hello! j avais deja ecrit a propos de plein de truc , sur mon genre, montyle androgyne ett. alors bon je suis pas bcp plus avancée danq mon questionnement mais g pas mal reflechi. g testé un truc ou il fallais cocher tt les truc qu on aimait par ex : elle ; monsieur; compliment feminin; iel; Mme.;… et g coché des trucs comme elle compiment masculin iel… mais comment c possible? normalement je suis pas sensé avoir un seul genre point barre? fin je sais que c possible d etre gender fluid mais dans les temoignages que g lu ct vrmt comme si ilsse sentaient fille pis tt a coup gars. et je crois pas avoir ca. ca m est arrivé une ou deux fois de me reveiller et de m habiller plutot feminine , de sortir et de voir mon reflet dans une vitrine puis etre completement “degoutée” par les vetements que je porte, et j aurais juste envie de courrir me changer. mais g hamais cette sensation quand j suis habilée avec des vetement “masc” . mais est ce que c par rappord au fet que je suis lesbienne et que dcp g l impression d etre habillee trop fille pour que les gens le sache ou bien c par rapport a mon genre? mystere :)). apres autre chose: je sais pas si c une heuphorie de genre mais une fois un gars m a dis “le jeune homme” pour paler de moi, et j etais tellement heureuse!! g aussi vu un tiktok ou un gars trans disias qu il etais bah un gars dcp, et qu il etait pas moin gars si il portait une jupe, et que les gars trans pouvais aussi porter de vetement dit ” feminin”. ca m a marqué car j me suis rendu compte que de dire “les vetements n ont pas de genre” ca coresspond AUSSI au personne trans et qu on peut etre trans ftm et ne pas frocement etre un exemple de virilité ou je ne sais quoi.apres encore un autre truc: c bizzard de dire ca comme ca, mais… j aime l idee d etre lesbienne. fin non je me corrige: j aime le fais que deux femme s aime, j aime tt la gay culture qu il y a autour, j aime… bah jps enft dire aimer l idee sa fais un peu fetichisme ou truc du genre. mais j aime appartenir a la “case” lesbienne. bizzard non? bon voila dsl pour les faute de tapes vu que j ecrit sur un clavier un peu bizzard jpp avoir les c scédille par ex. donc mercii d avoir lu!!

Anonyme

Hello!

 

Oui je suis pas mal sûr·e que c’est moi qui t’avais répondue la première fois aussi! Merci de revenir vers nous! 🙂

 

Je pense que c’est intéressant que tu dises ne pas avoir fait beaucoup de progrès mais avoir beaucoup réfléchi, notamment en consultant des témoignages et en remplissant une liste à cocher de termes et de compliments qui sont affirmatifs. Le progrès ne se calcule pas toujours en résultats concrets! 😉 De ce que je peux lire, tu sembles avoir pris des initiatives et avoir beaucoup avancé, même si tu n’es pas encore arrivé à la réponse que tu cherches.

 

Voici quelques informations additionnelles que je pourrais te partager : il y a plein de façons d’être genderfluid, et ce n’est pas toutes les personnes genderfluid qui vont passer d’une période claire d’un genre à une autre. Parfois, les genres peuvent se chevaucher, s’entrecouper ou se mélanger. En étant genderfluid c’est aussi possible de passer un moment où son genre n’est pas très clair ou bien défini. Les fluctuations peuvent arriver subitement ou graduellement, de façon prévisible ou complètement aléatoire.

 

Le genre ça peut être vraiment complexe et compliqué. Tu peux jeter un coup d’oeil aux exemples de Séré dans son texte “ni homme ni femme ni neutre” pour voir comment ce n’est pas toujours aussi simple que l’on pourrait croire :

  • Personne non-binaire qui a d’abord fait son coming-out en tant que femme trans. S’est rendu compte, en transitionnant et en devenant plus à l’aise avec son identité et son expression de genre, que le terme demigirl se rapproche plus de son identité que le terme femme. Utilise les pronoms elle et iel. 
  • Personne dont le genre varie de jour et jour et de saison en saison. Son genre a trois composantes : une masculine, une féminine et une agenre. Préfère des pronoms différents selon les variations de son genre, mais trouve que le pronom ol représente bien son genre dans l’ensemble.
  • Personne non-binaire qui n’a pas vraiment trouvé de terme qui définit plus précisément son identité et qui n’en a pas besoin non plus. N’utilise pas de pronoms, préfère plutôt que l’on répète son prénom à la place.
  • Personne assignée fille à la naissance qui a une expression de genre féminine et qui est à l’aise d’être perçue comme femme par la société en général, même si en réalité, le genre féminin n’est qu’un de ses nombreux genres. Préfère que l’on utilise plusieurs pronoms en alternance.
  • Personne transmasculine genderqueer. Est beaucoup plus à l’aise de se faire percevoir comme homme que comme femme, mais préfèrerait beaucoup plus pouvoir exprimer sa féminité librement, sans craindre de se faire genrer au féminin. Utilise le pronom iel avec les personnes éduquées sur les enjeux non-binaires, et il avec le reste du monde.

Le bonheur et la validation que tu as ressenti lorsqu’on t’a appelé jeune homme ressemble beaucoup à de l’euphorie de genre oui! Moi je me sens heureux·e quand des client·e·s de mon travail m’appellent “mademoiselle”. Et inversement, le dégoût que tu ressens parfois vis-à-vis des vêtements perçus en public comme plus féminins pourrait très bien être de la dysphorie de genre. 

 

Je suis 1000% d’accord avec le TikTok que tu cites, que les vêtements n’ont pas de genre, et que n’importe qui peut les porter s’iel en a envie, même si on est trans. Connais-tu l’art du drag? C’est souvent défini comme des hommes qui adoptent un costume hyperféminin dans le but de critiquer les stéréotypes de genre et de faire un spectacle divertissant. Pourtant, ce n’est pas que pour les hommes cis : les personnes trans et non-binaires ont toujours fait partie de la scène du drag et peuvent absolument utiliser un style qui diffère de leur identité pour faire passer un message, pour déconstruire des mythes ou simplement parce que c’est amusant.

 

Que tu sois lesbienne et/ou que tu t’identifies quelque part sur les spectres de la masculinité ou de l’androgynité, tu as vraiment le droit de vouloir et d’avoir le besoin de le montrer aux autres. C’est important que les gens arrivent à lire quelques bases de qui on est en nous regardant. De plus, ces deux aspects de qui tu es peuvent se croiser dans ta présentation esthétique, ton style de vêtements peut donc être à la fois masc et lesbien.

 

L’histoire, la culture, le style et le milieu lesbien·nes sont vraiment cool! Tu as le droit de continuer de les apprécier, et d’aimer les lesbiennes que tu connais, même si tu questionnes ta propre relation avec cette identité et avec ta féminité. En ayant été lesbienne pendant un temps, il serait normal que tu te sois habituée et accorchée à cette communauté et à ses participantes. Quand j’ai découvert être non-binaire ça a été plutôt difficile pour moi de voir le faussé qui se creusait avec mon appartenance avec la communauté gay et ses membres cisgenres. C’est une grosse adaptation au niveau identitaire. Mais ça ne veut pas dire que je n’aimais plus mes amis, ni qu’il n’y avait pas encore une partie de moi qui se sentait à l’aise et dans des espaces gays qui m’étaient familiers. Il y a tout une différence entre aimer une sous-culture et la fétichiser, et je ne crois pas que tu fétichise les lesbiennes en ayant encore un certain sentiment d’appartenance auprès d’elles. 

 

Enfin, je crois aussi que tu peux te dire lesbienne si tu te retrouves dans cet ensemble d’expérience même si tu ne crois pas être totalement, exclusivement ou tout le temps une femme. Tu peux être non-binaire et lesbienne! Tu peux avoir une apparence plutôt neutre/masculine et être lesbienne. Tu peut être queer et lesbienne, lesbienne et en questionnement, parfois lesbienne et parfois autre chose, etc. Il y a plein de combinaisons de cases compatibles et valides.

 

Voilà voilà! J’espère que ces quelques éléments de réponse te seront utiles et s’intègreront bien à tes réflexions personnelles.

 

Bonne chance avec tes questionnements, et à bientôt si tu veux!

 

Maxime, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


Avatar photo

About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.