Comment être de nouveau attiré par une sexualité sereine avec ma femme plutôt que mes pratiques masturbatoires anales?


Bonjour,
depuis quelques temps j’ai pris l’habitude de pratiquer des masturbations prostatiques très fréquentes (je m’empale sur des godes en faisant des allers et retours tout en me masturbant le pénis simultanément). Mais depuis quelques semaines en plus de cela j’ai décidé de m’épiler intégralement à la lumière pulsée pour avoir le corps imberbe, lisse et doux sans aucun poils. Depuis que j’ai des résultats et que mes jambes, mes fesses, mon torse et mes bras sont doux, lisses et sans aucun poils je me sens franchement bien et je porte de la lingerie féminine (uniquement les bas : culottes, strings, tangas, shorty, leggings, bas et collants, socquettes et même des portes-jarretelles). J’aime aussi mettre du rouge à lèvres et du vernis à ongle. Mais surtout parfois je me masturbe la prostate en utilisant des godes que je m’enfile dans l’anus et je me regarde dans un miroir en même temps et cela décuple mon plaisir et m’apporte des orgasmes inouïs. J’éjacule abondamment et je n’ai qu’une envie : encore me pénétrer l’anus et me masturber encore.
Je suis assez troublé parce que ma morale refuse d’accepter d’avoir envie d’être sodomiser par un homme, pourtant pendant ces pratiques j’ai du mal à refouler l’idée que je suis entrain de me faire pénétrer par un beau mâle viril, bien musclé avec un pénis massif, épais et long. Je me dégoute à cause de cette contradiction, et ma foi s’oppose à toute idée d’homosexualité assumée. Je suis perdu ! Comment redevenir normal, c’est à dire n’être attiré que par une sexualité sereine avec ma femme et abandonner ces perversions qui – même si elles m’apportent des orgasmes extraordinaires – m’oblige à les vivre caché et à ressentir une énorme culpabilité ?

Kamelle

Bonjour,

 

Ta question est plutôt simple, mais la réponse peut être compliquée. Avant tout, je me dois d’arracher le band-aid : il est impossible de changer volontairement ses attirances et son orientation sexuelle. Je comprends ton désir de le faire étant donné la culpabilité et la honte que tu ressens, mais je crois qu’une meilleure perspective pour te répondre serait davantage comment trouver un équilibre confortable entre ta sexualité et ta spiritualité. Qu’en dis-tu :)? Je t’assure que c’est possible et réaliste!

 

J’aimerais commencer en te disant clairement et explicitement que les plaisirs de la prostate, l’épilation et le maquillage ne sont pas des choses anormales, et encore moins une forme de perversion ou de danger quelconque. Cela pourrait te surprendre, je ne sais pas si tu connais beaucoup de gens de ton entourage qui partagent tes intérêts et tes fantasmes, mais c’est bel et bien le cas. Que ce soit ouvertement ou uniquement en privé, beaucoup d’hommes aiment jouer avec les attentes et les rôles associés traditionnellement à la masculinité (de même qu’avec leurs anus!). Ici au Québec, il y a Jay du Temple et Hubert Lenoir qui défient les normes de masculinité dans les médias. Aux États-Unis, il y a Mark Bryan, un homme hétéro qui incorpore des jupes et des talons hauts dans son style de tous les jours. Ils ne sont pas les seuls, ni les premiers. Tu as peut-être déjà entendu parler des drag queens, d’hommes et de femmes qui incorporent une représentation caricaturée de la féminité dans l’art de la scène. 

 

Si tu commences à trouver lourd le fait d’être étiqueté comme anormal et honteux, il t’est possible de t’inspirer du mouvement queer et de revendiquer l’étiquette bizarre comme quelque chose de positif, libérateur, revendicateur et contestataire. Tu peux être fier de ton unicité! Bien que certaines personnes peuvent y voir quelque chose de négatif, je te garantie que nous sommes nombreux·ses à y voir quelque chose de magnifique, d’émancipateur et de rafraîchissant. Si jamais tu ressens le besoin de trouver des espaces ou des communautés où tu peux exprimer ta féminité en sécurité, tu peux consulter ma réponse sur les communautés LGBTQ+ (en personne et virtuelles) généralement bienveillantes à l’expression de traits féminins chez les hommes.

 

Maintenant, pour l’aspect plus épineux de la religion. J’aimerais reprendre les mots d’une excellente réponse de mon collègues Guillaume : 

 

Pour commencer, j’aimerais préciser que toutes les orientations sexuelles et romantiques sont autant valides et magnifiques les unes que les autres. Il n’existe pas d’orientation meilleure qu’une autre et il est possible que les mots que nous possédons pour parler de nos attirances ne puissent jamais décrire avec exactitude la complexité de nos identités, sentiments, désirs et expériences. De plus, il est complètement normal d’avoir des questions concernant notre orientation sexuelle, et ce, peu importe l’âge. Néanmoins, tous ces questionnements peuvent amener quelque chose de super positif en t’offrant à toi-même le cadeau de mieux te connaître. Je comprends que cela puisse entraîner son lot de stress, [notamment en ce qui concerne l’articulation entre notre sexualité et notre religion]. Mais je tiens à te rassurer : tu n’es pas seul! Vous êtes des centaines de jeunes dans ta position, à s’interroger sur l’articulation entre leur spiritualité et leur appartenance à la diversité sexuelle et de genre, à écrire à AlterHéros et nous sommes privilégié‧e‧s de pouvoir vous accompagner. <3

 

D’abord… qu’est-ce que représente la religion pour toi? Je pose la question, puisque toutes les réponses sont bonnes! En tant que personne pratiquant une religion, tu as entièrement l’autonomie de définir la façon que tu souhaites articuler ton orientation sexuelle et ta spiritualité. Je m’explique! Une religion est une spiritualité partagée par plusieurs personnes d’une même confession. […] Or, comme chaque religion, il existe des divergences d’opinions au sein même des personnes [catholiques] sur la façon d’interpréter leur propre religion. Certaines personnes vont défendre des points de vus davantage traditionnels, d’autres personnes vont opter pour une ouverture sur la diversité sexuelle et de genre avec des idées un peu plus progressistes. Bref, c’est à chaque individu d’interpréter et de définir par soi-même la façon dont iel désire vivre sa spiritualité. En effet, il n’existe pas de consensus auprès de la communauté [catholique] au sujet de l’homosexualité et de la bisexualité. Certaines personnes vont considérer ces orientations sexuelles comme un péché, alors que de plus en plus de personnes religieuses prennent parole pour célébrer l’amour entre êtres humains, et ce peu importe leur identité de genre ou leur orientation sexuelle. Là où je veux en venir, c’est qu’il est entièrement possible d’être [homosexuel] et [croyant]!

 

Pour citer cette réponse composée par un bénévole chrétien et homosexuel à AlterHéros : « Le cheminement, les émotions vécues à travers celui-ci, font parties de votre histoire. Une amie chrétienne, se définissant comme appartenir à la communauté LGBTQ, me dit souvent: “Chaque histoire est une Histoire Sainte”. Le parcours, qui est le nôtre, est sacré. Il n’est pas parfait, pas toujours lisse, souvent rempli de récifs, de rejets tout comme il est parfois plus serein d’y cheminer, mais ce parcours/notre histoire est sacrée, c’est la nôtre.» En d’autres mots, ces questionnements entourant ton orientation sexuelle sont entièrement authentiques avec qui tu es et peuvent très bien se conjuguer positivement avec ta propre expérience entourant ta spiritualité. Je comprends néanmoins toute la complexité entourant la [communauté religieuse] et les épreuves entourant ces différents questionnements. Je tiens simplement à te rassurer que rien ne t’oblige à partager cette information avec [d’autres membres de ta congrégation] si tu ne te sens pas [prêt], si tu crains pour ta sécurité ou si tu as peur de leur réaction. L’important, c’est de respecter ton propre rythme et tes propres limites dans ce processus.

 

Si jamais tu souhaites rencontrer quelqu’un avec qui tu pourrais confier tes différents questionnements, avec qui tu pourrais confier ta propre histoire et en toute confiance, sache que Dieu aura toujours une oreille pour toi. Comme l’explique Samuel dans la réponse précédemment citée, celui-ci t’attendra toujours avec patience, compassion et amour. Et si tu souhaites en parler avec d’autres personnes qui vivent quelque chose de semblable à toi, il existe des groupes religieux ouverts, bienveillants et inclusifs envers les personnes LGBTQ+ [en France]. Il peut être émancipateur et soulageant de pouvoir adresser l’intersection de ton orientation sexuelle et de ta religion avec d’autres personnes ayant une histoire très similaire à la tienne. Qu’en penses-tu? »

 

Il existe différents groupes religieux ouvertement accueillants des personnes LGBTQ+ en France. Ces environnements sont sécuritaires et sauront t’accueillir avec amour et bienveillance dans toute ton authenticité et ta complexité. Je crois que tu n’as pas précisé de religion particulière, je te laisse les références de groupes chrétiens et LGBTQ+ mais tu peux toujours nous écrire si ta confession religieuse est différente.

 

Sinon, connais-tu les Soeurs de la perpétuelle indulgence? Il s’agit d’un mouvement militant LGBTQ+ ayant commencé à San Francisco en 1979 pour venir en aide aux hommes gays durant la crise du VIH. Elles reprennent l’image de la religion, parfois pour s’en moquer, parfois pour la critiquer et parfois pour s’en inspirer. Une de leurs missions principales est d’expier la honte et de promulguer la joie universelle. Si jamais c’est quelque chose qui m’intrigue, tu peux consulter leur site, les rangs de leurs couvents à travers le monde sont toujours ouverts.

 

Enfin, les questions suivantes de notre site pourrait te donner d’autre idées alternatives pour aider à diminuer la honte que tu ressens :


Pour finir, pourquoi pas un peu de lecture sur la masturbation anale?
Comment bien me préparer pour le sexe anal ?

Est-ce normal d’aimer la dilatation anale?

 J’ai eu un saignement anal un peu plus grand que l’habitude après l’utilisation d’un dildo avec un knot…

J’ai quelques question concernant la masturbation anale…

 

Du plus profond de mon cœur, je te souhaite de passer un excellent moment avec tes godes et ton god 😉

 

Chaleureusement,

 

Maxime, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment