Le porno gay m’excite mais je ne veux pas être gay, je veux une relation amoureuse avec une femme…


Bonjour,
Je me permet de solliciter de l’aide car je me sens pas bien dernièrement. Je suis un étudiant de 23 ans et j’ai jamais eu une relation amoureuse ni un rapport sexuel avec une femme ou un homme. En fait, je ne sais pas du tout avec qui faire de l’amour. Mon problème c’est que depuis mon adolescence, j’ai commencé à me masturber sur le porn gay, je m’existe vraiment lorsque je vois un homme nu avec un gros penis ou deux hommes qui se sucent leur penis, etc. Je m’existe beaucoup que même en regardant du porno straight ça me fait du tout rien. Mais ce que je veux moi, ce n’est pas d’être gay, je voudrai rencontrer une femme, est vivre une relation amoureuse avec elle. J’aime les femmes, mais je m’existe pas lorsque je suis en leurs présences, ou même en regardant du porno.
Je me force à imaginer que je suis entrain de baiser une femme ou même embrasser, car je n’ai jamais vécu une telle chose, et c’est ce que voudrai vivre, et je veux aussi avoir des enfants, mais pas avec un homme.
J’ai commencé il y a 4 ans à penser à ça, je me sentais déprimée. et je réfléchissais beaucoup durant cette période, en disant pour quoi je suis comme ça, et pourquoi je ne suis pas comme les hommes dans mon entourage, qui ne cessent d’avoir les relation amoureuse avec des femmes. Je suis un homme, j’ai des beaux amis qui sont des hommes et j’étais toujours avec eux, même je dormais à côté d’eux et je ressentais rien du tout, je me comprends pas.

Durant la dernière année et actuellement , je ne pensais plus, et je me comportais comme rien ne c’est passé du tout, mon cerveau a supprimé tout ce que j’avais comme problème, et se comportait normal. J’ai même mal à penser durant une journée à ça, à mon état actuel. Tout ce qui a un rapport avec une femme/un homme, je ne pensais plus à ça, je suis devenu comme une machine, je fais la même chose toute la Journée en ignorant que j’avais des problèmes. Mais le fait de ne pas penser, c’est pas fait exprès, mais c’est inconsciemment.
J’ai dû sortir de ma zone de confort, et rentrer dans un pays étranger pour m’aider à mieux réfléchir et m’aider à affronter ce que j’avais peur de faire, mais le problème persiste encore, je ne pense à rien, je me sens seul, et j’ai même pas fais de nouveaux amis avec qui s’amuser. Ce problème m’a pris du temps et beaucoup de force, et je ne sais pas quoi faire.
Merci pour votre réponse.

Michel

Bonjour,

 

Merci à toi de nous avoir écrit. J’entends la détresse que tu ressens face à ta situation et je vais faire mon possible pour te rassurer et pour trouver des solutions.

 

Alors, tu expliques avoir depuis l’adolescence une attirance pour les hommes que tu explores principalement par la porno gaie et la masturbation, cette attirance est absente avec les femmes. Tu ressens beaucoup d’angoisse face à ce “problème” mais  je n’arrive pas à discerner clairement d’où provient cette peur ou cet inconfort d’entrer en relation intime avec un autre homme? Je tiens vraiment à commencer par préciser qu’être gay est une bonne chose, c’est une orientation sexuelle tout aussi valide que l’hétérosexualité et la bisexualité. La sexualité et la romance entre hommes, tout comme l’homoparentalité, sont des expériences en tout point aussi belles , profondes et significatives que dans le cadre de couples hétéros.

 

Tu nommes te sentir différent des hommes de ton entourage, tu n’as peut-être pas vu de nombreux couples gays jusqu’à maintenant ou rencontrer des hommes bisexuels. Beaucoup de messages négatifs et de stéréotypes sur l’homosexualité et la bisexualité circulent dans notre socitété, tu as sûrement dû en entendre quelques-uns. En l’absence de modèles positifs, ou de toute forme de modèle, il est possible de percevoir l’homosexualité ou la bisexualité comme extérieure, étrange, différente voire même menaçante. Il est plutôt humain d’avoir peur de l’inconnu, de l’invisible. Un autre réflexe très humain est de vouloir ressembler aux personnes que l’on connaît et que l’on admire. Sans vouloir assumer, peut-être qu’une partie de toi a l’impression de ne pas arriver à atteindre les attentes de tes proches masculins ou de les tiennes, ou même de décevoir. Est-ce que je me trompe? Il s’agirait d’émotions parfaitement valides, mais il est aussi important de comprendre le contexte plus général.

 

C’est possible d’aimer les femmes mais de ne pas ressentir d’excitation ou de désir pour elles. L’amour existe sous une multitude de formes différentes, les attirances aussi. Tu peux aimer passer du temps avec des femmes, discuter, apprendre ou faire des activités avec elles, sans vouloir aller au lit avec celles-ci. Tu peux trouver des femmes jolies, intéressantes, intelligentes ou inspirantes sans vouloir faire ta vie avec elles.

 

Maintenant, la mauvaise nouvelle est que tu ne peux pas changer de façon consciente tes goûts pour les hommes ou les gros pénis, pas plus que tu ne peux te forcer à avoir du désir et de l’excitation avec des femmes. Il est impossible de se mettre à aimer la coriandre ou les ananas sur la pizza simplement parce que tout le monde dans sa  famille ou ses amis aiment ça. Il est normal que tu aies besoin de temps pour t’adapter à cette réalisation, pour certaines personnes c’est un peu une forme de deuil pour un futur qu’ils avaient toujours imaginé ou pris pour acquis. La bonne nouvelle par contre, est que tu peux absolument vivre une vie joyeuse, satisfaisante et complète, riche en aventures et en possibilités, en compagnie d’autres hommes. Tu as même le droit à tes ambitions de famille, de mariage, de voiture et de banlieue, beaucoup d’hommes gays ou bi les partagent également.

 

Tu as parlé de t’être concentré sur ton travail et tes tâches quotidiennes dans la dernière année pour éviter de penser à la souffrance liée à tes questionnements identitaires. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose, il est important d’avoir des distractions. Penser à ce qui nous stresse 24h/24 peut accentuer et aggraver son anxiété. Mais je crois aussi que tu fais bien d’en parler aujourd’hui. Il pourrait t’être utile de rencontrer des gens qui sont passés par des trajets comparables. Tu pourrais essayer des applications de rencontre, si tu es confortable tu pourrais aller dans des bars ou des lieux gays de socialisation, ou des activités sociales, communautaires ou festives (Les célébrations de Fierté par exemple). Plusieurs lieux de socialisation gays ont un certaine composante sexuelle, mais cela n’empĉhe pas la création de liens significatifs et platoniques.

 

Une chose est sûre, tu n’es pas seul. Et je ne parle pas qu’en termes de possible partenaires sexuels ou romantiques, les concepts de communauté et de famille choisie sont très importants pour beaucoup de personnes LGBTQ+. 

 

S’il y a une chose que j’aimerais que tu retiennes c’est que l’affection et la sensualité avec un autre homme est quelque chose de beau et de puissant. Pourquoi voudrais-tu t’en priver 🙂 ?

 

Si tu le souhaites, tu peux consulter ces diverses réponses qui pourront compléter mes mots :

Comment avancer dans la découverte de mes attirances homosexuelles et effacer cette honte?

J’aimerais ne plus jamais être attiré par des garçons afin d’être hétérosexuel. Est-ce possible?

Quelles sont les précautions à prendre pour une première relation sexuelle entre hommes?

J’ai plusieurs questions entourant la sexualité entre hommes, la masturbation anale et la pornographie.

Je suis dans le flou concernant mon orientation sexuelle et ma consommation de pornographie…

Est-ce que le fait d’avoir des fantasmes homosexuels fait de moi une personne homosexuelle?

 

Bonne continuation, et au plaisir,

 

Maxime, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.