Je me sens demi-girl, mais je me sens complètement illégitime…


Bonjour,

Cela fait déjà quelques mois que je me questionne au sujet de mon genre.
J’ai été assigné femme à la naissance.
Mais je me souviens alors que je ne m’y suis jamais senti complètement à l’aise, d’avantage lorsque j’ai pris conscience de cela vers le collège. J’avais vraiment du mal à me sentir « fille » pour autant je ne m’identifiais pas au genre «garçon » je pensais que cela passerai mais aujourd’hui j’ai vraiment du mal, et je n’arrive pas à comprendre car je me sens plus femme que homme mais je ne me sens pas totalement femme malgré tout.
je me sens comme demi-girl, et j’aimerai que mes pronoms soient « iel, ol » et pour autant j’aimerai conserver mon prénom.
Mais je me sens complètement illégitime.
Voilà je ne sais pas

Merci d’avance pour votre réponse !!! <3

Safaa

Bonjour Safaa,

 

J’espère que tu vas bien! Merci de nous contacter aujourd’hui! 🙂

 

Donc tes ressentis en lien avec ton genre sont en évolution depuis l’adolescence. Tu ne t’es jamais vraiment associé au côté masculin ni féminin. Ces temps-ci la balance pèse un peu plus du côté « femme », mais pas totalement, et tu n’es pas sur.e si tu as le droit de te dire demi-girl.

 

Je vais être honnête avec toi, ta question est très facile à répondre! Si tu te sens demi-girl et que tu veux utiliser les pronom iel et ol et garder ton prénom, tu as le droit et c’est complètement 100% légitime! 

 

Je pourrais finir ma réponse là, en même temps je comprends aussi que c’est aussi plus compliqué que ça, et j’entends que tes questionnements te posent des difficultés. Mais au final, c’est vraiment important pour moi que tu réalises que tu es capable de déterminer l’identité qui correspond le mieux à ton ressenti intérieur et les pronoms qui te font sentir visible et valide.

 

Je me reconnais beaucoup dans ce que tu écris. Quand j’étais ado, je savais que les attentes et caractéristiques traditionnellement associées avec les « garçons » étaient à des kilomètres de ce que je ressentais, mais je ne m’identifiais pas vraiment plus à la case « fille ». À l’époque, je n’avais pas encore les mots pour en parler ou y réfléchir, alors j’ai un peu mis ça de côté et j’ai juste tenté simplement d’être un garçon pendant un temps. Quelques années plus tard, après bien des rencontres et des aventures, j’ai trouvé la définition de non-binaire : ni exclusivement fille ni exclusivement garçon, que ce soit quelque part entre les deux, ni l’un ni l’autre ou ailleurs complètement. Ce n’est pas la même chose que d’avoir une apparence neutre, c’est la façon dont on se perçoit et comment on interagit avec le reste du monde. Personnellement, j’utilise les pronoms iel et j’ai gardé mon prénom de naissance. C’est possible que je les change un jour ou non, je suis en paix avec ça.

 

Il peut y avoir des moments ou des contextes ou l’on se sent plus masculin, plus féminin ou plus androgyne et c’est okay. Le genre n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Dit autrement, pour reprendre la métaphore que Séré a utilisé dans une réponse :

Le genre, c’est comme la crème glacée. Les saveurs les plus populaires sont vanille et chocolat, mais ce ne sont pas les seules saveurs de l’univers! Il y a de la crème glacée à la fraise, à l’érable et même au bacon. Pareillement, femme et homme sont les genres les plus connus, mais ça ne veut pas dire qu’ils sont les seuls. Il y a aussi une infinité de genres qu’on regroupe sous l’étiquette de non-binaire, comme agenre, genderqueer, bigenre, fluide dans  genre, demiboy, demigirl, neutre, etc. 

 

Je sais pas si ça fait du sens pour toi? Demi-girl fait partie de la grande famille des identités non-binaires et elle est tout aussi merveilleuse et importante que les autres genres.

 

Je veux aussi te dire que c’est correct d’hésiter entre différentes étiquettes, de changer d’idée et de ne pas savoir! C’est même correct de ne jamais savoir! Le genre c’est quelque chose de dur à décrire et c’est vécu de plein de façons différentes par des personnes différentes.

 

Je t’inviterais peut-être avec gentillesse et bienveillance à s’interroger à savoir d’où provient cette impression que tu n’es pas légitime. Je t’assure que tes besoins et tes préférences méritent d’être écoutés et entendus, que ce soit sur le plan du genre ou ailleurs.

 

Je t’encourage à lire différentes questions concernant la non-binarité sur notre site internet. Tu peux également jeter un coup d’oeil à ces différentes réponses : 

J’ai l’impression d’être un.e imposteur.e et de ne pas être « assez non-binaire » pour en faire partie ou d’être « trop cis » pour être non-binaire.

Suis-je assez non-binaire pour pouvoir m’identifier comme non-binaire?

Je ne me sens pas légitime d’être genderfluid et non-binaire…

 

D’ailleurs, connais-tu l’association algérienne LGBTQI, Trans Homos Dz? Si jamais tu ressens le besoin de discuter avec d’autres personnes vivant ou ayant vécu une situation similaire à la tienne, tu pourrais prendre contact avec ce groupe. 🙂

 

On est là si tu as besoin d’autre chose!

 

Chaleureusement, 

 

Maxime, stagiaire pour AlterHéros


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment