J’ai l’impression d’être un.e imposteur.e et de ne pas être « assez non-binaire » pour en faire partie ou d’être « trop cis » pour être non-binaire.


Salut à vous!

J’ai 27 ans et il y a environ deux ans, j’ai commencé à m’identifier en tant que personne libraféminine. Je suis donc principalement agenre, mais je ressens une forte connexion pour le genre féminin. J’ai été identifié.e à la naissance en tant que femme et je n’ai jamais ressenti de dysphorie de genre. Je considère que mon assignation en tant que femme fait partie de mon identité et de mon vécu mais qu’elle ne me définit pas du tout. Je ne me sens ni femme, ni féminine même en portant des habits féminins ou en me maquillant.

Pour cette raison, je ressens une appartenance au spectre de la non-binarité, mais je ne me considère ni tout-à-fait cisgenre, ni tout-à-fait transgenre. Alors que j’ai expliqué mon ressenti dans un groupe Facebook pour personnes trans et non-binaires, une personne du groupe s’est moquée de moi, j’ai donc quitté car je me sentais invalidée. Depuis, j’ai l’impression d’être un.e imposteur.e et de ne pas être « assez non-binaire » pour en faire partie ou d’être « trop cis » pour être non-binaire. Pourtant, je me sens bien dans mon identité libraféminine et cela m’a même aidé.e à apprécier mon corps davantage que lorsque je m’identifiais femme.

Certaines personnes me disent qu’être non-binaire, c’est d’être forcément trans, mais ce n’est pas vraiment mon ressenti à 100%. Est-ce que c’est normal? J’aimerais beaucoup parler de mon identité de genre à plus de personnes mais on dirait que ce petit détail m’en empêche par peur de me faire invalidé.e.

Merci et bravo pour votre belle implication <3

Isa

Bonjour Isa!

 

Merci vraiment de nous envoyer ta question! Je n’avais pas encore entendu parler de l’identité libragenre (ou libraféminine dans ton cas), c’est très intéressant! J’ai fait quelques recherches et j’en ai beaucoup appris. Merci de contribuer aux apprentissages d’AlterHéros! 

 

Mais pour en revenir à ta question, si je comprends bien, tu n’es pas certain.e de ta relation avec la non-binarité et la transitude étant donné que tu t’identifies encore en partie à ton genre assigné à la naissance. Suite à un commentaire invalidant sur un groupe Facebook, tu te poses plus de questions et tu as peur d’en parler aux gens.

 

Si c’est correct, je vais te mettre quelques définitions que j’utilise souvent, juste pour s’assurer qu’on parle des mêmes choses. C’est possible que pour toi ça soit un peu différent. Chaque personne a un vécu et un ressenti légèrement différent en lien avec son genre, c’est pour ça qu’il y a autant de diversité!

  • Cis (cisgenre) : personne qui s’identifie complètement à son genre assigné à la naissance
  • Trans (transgenre) : personne qui ne s’identifie pas entièrement à son genre assigné à la naissance
  • Non-binaire : personne qui ne s’identifie pas exclusivement comme homme ni comme femme
  • Agenre : personne qui ne s’identifie à aucun genre ou encore à un genre neutre

 

Selon ces définitions, ton expérience pourrait être incluse dans les étiquettes trans et non-binaires, car tu ne t’identifies pas complètement ou uniquement en tant que femme. Toutefois, tu as absolument le droit de choisir les étiquettes qui représentent le mieux ton vécu et si tu ne te reconnais pas dans l’un ou l’autre, ce n’est vraiment pas grave.

 

Trans et non-binaire sont des identités plus générales, il existe aussi des identités plus spécifiques (ou micro-étiquette, comme agenre ou libragenre). Ces identités sont souvent moins connues par la population générale, mais elles ne sont pas moins réelles ou valides! Il existe une multitude d’autres identités, pour te donner une idée voici une liste non exhaustive mais plutôt complète. Par ailleurs, ce blogue est une mine d’information sur les enjeux de la diversité de genres. Les articles suivants pourraient peut-être t’intéresser :

 

L’identité de genre est différente de l’expression de genre. C’est pour ça qu’il est possible de porter des robes et du maquillage que l’on soit un garçon, une fille, cis ou trans, ou encore une personne non-binaire, agenre ou libragenre. 🙂 Peu importe ton style et ta façon d’exprimer ton genre en société, ton identité demeure légitime.

 

Maintenant, pour ce qui est de la dysphorie de genre, comme tu le sais sûrement, il s’agit d’un sentiment douloureux ou inconfortable associé au fait de ne pas être perçu.e dans son genre désiré. Ce n’est pas toutes les personnes trans et non-binaires qui vont en ressentir. À l’inverse de la dysphorie existe aussi l’euphorie de genre, ou un sentiment de joie et de soulagement d’être reconnu.e dans le genre que l’on souhaite. Dans ton cas, tu dis n’avoir jamais vécu de dysphorie. Pourtant, j’ai l’impression que l’invalidation que tu as vécue sur le groupe ressemble à de la dysphorie… Et toi, qu’en penses-tu? La nouvelle appréciation que tu as découverte pour ton corps pourrait compter comme de l’euphorie de genre.

 

Tu écris que tu ne t’identifies pas à la féminité, ni en tant que femme, même si tu as une forte connexion avec le genre féminin. Même si ça peut sembler contradictoire, je comprends comment les identités de genre peuvent être complexes. Peut-être que parler de non-binarité permettrait d’être plus facilement compris.e dans certains contextes en tout cas? En même temps, je tiens à préciser que tu n’as aucunement à te forcer d’adopter une étiquette qui ne convient pas.

 

L’identité de genre peut être fluide, dans le sens que le ou les mot.s qui te décrivent le mieux peuvent changer dans le temps. Il n’y a rien de mal à s’identifier comme cis à un moment et comme trans ou non-binaire à un autre ou de faire des allers-retours.  Ça peut être compliqué et tu peux passer par des périodes de questionnements. Je te rassure que ça fait partie du processus et que ce n’est pas problématique. Se demander si l’on est suffisamment trans ou suffisamment non-binaire pour pouvoir s’identifier comme tel est souvent une étape qui revient. À ce sujet, je te mets une réponse que j’aime bien de maon collègue Phillie. Un contre-argument que j’ai déjà entendu est que les personnes cis ne posent généralement pas autant de questions sur leurs genres. Mais c’est tout à fait okay de se poser des questions et de finalement réaliser qu’on est cisgenre. C’est juste plus rare.

 

As-tu déjà entendu le mot queer? C’est un mot qui a été réapproprié dans les années 80s-90s pour devenir un symbole d’émancipation, de libération et de contestation politique. Aujourd’hui, toute personne qui ne se reconnait pas dans le modèle cisgenre hétérosexuel peut revendiquer une identité queer. Ça pourrait être une façon de t’identifier, mais sans rentrer dans les détails. Mais c’est à toi de voir. Tu es la seule personne qui a le droit de déterminer les étiquettes qui te conviennent.

 

Pour conclure, je pense que ce qui est le plus important à retenir est que tu peux choisir l’étiquette qui correspond le mieux à tes expériences personnelles en lien avec le genre. Si c’est librafemme qui t’apporte le plus de sentiment positif, c’est une identité valide et c’est très bien ainsi.

 

J’espère que mes explications étaient compréhensibles. 🙂 Tu peux toujours nous écrire si tu veux en parler davantage ou si tu as d’autres questions.

 

Bien cordialement,

 

Maxime, stagiaire pour AlterHéros


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment