Est-il possible d’être gay juste le temps d’un rapport sexuel?


Salut,

Je vous ai écrit il y a 3 jours et j’ai des trucs à vous demander après un mauvais week-end de questionnement sur moi.
J’ai trop envie de coucher avec un homme, de sauter le pas, je ne sais pas encore comment pour le moment comme j’habite à la campagne et j’ai très honte d’aller sur des applis de rencontre quand l’excitation sexuelle est passée, pour arriver à rencontrer qui que ce soit.
Il y a certains physiques masculins qui me CHAMBOULENT complétement à chaque fois que j’en vois, alors que les physiques féminins ne m’ont jamais fait ça, en toute vérité et franchise. Je ne peux plus l’ignorer et y résister.
Quand tous mes potes fantasment tous sur des stars féminines de porno, moi je fantasme totalement sur des mecs de porno gay depuis des années, mon corps me réclame des rapports sexuels gays dans la vraie vie, et ça ne veut pas passer.

Je voulais donc savoir s’il est possible d’être gay le temps d’un rapport sexuel ?
Le mec pourra m’embrasser ou me caresser s’il le veut durant le rapport sexuel, mais une fois l’excitation sexuelle passée, je ne supporterai pas que le mec me tienne la main ou m’embrasse ou continue à me toucher, je crois que je pourrai être violent avec moi même ou avec lui, j’aurai trop la honte par ce qui vient de se passer.
Comment faire comprendre à un mec que je veux seulement du sexe lors d’une rencontre et de me laisser tranquille après ce rapport sexuel ?

J’ai trop envie de coucher avec pleins de mecs, et faire plein de trucs sexuels avec eux mais je ne veux pas m’impliquer dans une relation, cette envie extrême de faire du porno gay vient de là, les choses sont explicites et la relation avec les mecs durent seulement le temps d’un film, si au moins il était possible de garder l’anonymat quand on fait du X.
J’ai déjà très honte que sexuellement, je suis totalement un foutu gay, alors être en couple avec un mec, ce n’est pas possible pour moi pour le moment.

Je bois beaucoup d’alcool, je me suis pris une cuite ce week-end, pour oublier que je suis un foutu gay sexuellement et que je vais être en couple avec un mec un de ces jours, ça va pas louper, il faut pas que je me voile la face, j’ai déjà ressenti des trucs amoureux malgré moi pour un mec par le passé et j’avais aimé les ressentir.
Je voudrais finir en couple avec une femme, je suis déjà tombé amoureux de femmes, même si je ne suis jamais sorti avec elle, mais j’aime plus les mecs que les femmes malgré moi et je serai toujours attiré sexuellement par des hommes, quand ils correspondent à un certain physique qui me CHAMBOULE totalement LA VIE ET MON COEUR.
Je me sens totalement maudit et impur à être gay et être forcé par mon corps à être gay, malgré moi.
Comment vous faîtes pour accepter d’être gay ?
Comment vous faîtes si vos parents et tout votre environnement sont homophobes ?
Est-il possible que je redevienne hétéro par magie quand mon corps aura eu ses foutus rapports sexuels gays ?

Mathieu.

Salut Mathieu!

Cette réponse fait suite à ton message envoyé il y a trois jours. Je suis heureux de savoir que tu te sens toujours en confiance de nous écrire. Le simple fait d’écrire à AlterHéros est un immense pas dans ton processus personnel de compréhension et d’acceptation de tes attirances. Tu peux en être fier!

 

Je comprends que ton envie d’avoir une première relation sexuelle avec un homme devient de plus en plus important. Tu ne sais toutefois pas comment t’y prendre : la honte d’utiliser des applications de rencontre ainsi que le climat homophobe de la campagne dans laquelle tu habites sont deux freins importants à cette exploration. Tu te demandes donc s’il est possible d’être gay le temps d’un rapport sexuel où immédiatement après l’orgasme tu désireras complètement te retirer de la dynamique intime que vous aurez alors créée. Tu affirmes pouvoir être violent (envers toi-même ou ton partenaire) de par le sentiment de honte que tu prévois possiblement ressentir.

 

D’abord, tu te demandes comment faire comprendre à un garçon que tu ne souhaites qu’un rapport sexuel sans engagement futur à ses côtés. Tu sais, ce qui est magnifique avec n’importe quelle forme de relation, c’est qu’il est possible de communiquer sur les besoins, les limites et les attentes de chaque personne impliquée. Ceci est autant vrai pour une relation d’amitié, pour une rencontre sexuelle ou pour une rencontre de type date. Si tu sais ce que tu recherches, alors il est possible de nommer au préalable que tu désires quitter la personne une fois le rapport sexuel terminé. À ce moment, l’autre gars aura à son tour l’occasion de te partager son confort par rapport à ta proposition et vous pourrez, ensemble, prendre une décision. L’important, c’est que tous les deux vous vous sentiez écoutés et respectés dans vos limites.

 

Puis, je lis pour la troisième fois que tu parles de ton idéalisation d’être acteur pour du porno gay… comme étant un compromis entre ta soif de sexualité homosexuelle et le fait de ne pas t’engager dans une quelconque forme de relation? Je crois (dis-moi si je me trompe) que ce que tu trouves attirant dans cette idée est la clarté du statut de la relation (professionnelle, ici!). Or, il y a plein de façon de rendre claire les attentes d’une relation, tel que j’ai expliqué au paragraphe précédent. C’est possible d’avoir des relations sexuelles sans pour autant s’engager émotionnellement ou romantiquement dans une dynamique – tant et aussi longtemps que c’est l’objectif des deux personnes – !

 

Je comprends que plusieurs de tes réflexions prennent racine dans de l’homophobie intériorisée, c’est-à-dire sur cette honte que tu ressens présentement à l’idée d’être homosexuel. Tu me partages également qu’il est impossible pour toi pour le moment d’être en couple avec un autre garçon. Rien ne t’oblige à entamer des rencontres de types romantiques visant à rencontrer un amoureux avec qui être en couple si ce n’est pas ton objectif du moment ou si tu ne te sens pas prêt à cela. C’est vraiment correct! De toute façon, on ne choisit pas avec qui que l’on tombe amoureux et il n’y a pas d’âge précis pour ressentir ce type de sentiments, et certaines personnes sont également aromantiques (c’est-à-dire qu’iels ne ressentent pas ou peu d’attirances romantiques). Bref, il n’y a pas de presse! Si tu me permets un conseil un peu plus personnel, je crois qu’avant d’explorer de possibles attirances romantiques envers d’autres personnes, je t’encourage d’abord et avant tout à apprendre à t’aimer toi-même, à améliorer ton estime personnel et à prendre soin de toi et de ton bien-être. Ouf… Je sais, c’est plus facile à l’écrit que dans la vraie vie! Mais chaque étape que tu franchis en ce moment est une étape de plus vers l’acceptation de ta personne. Sois patient envers toi-même, sois fier du chemin que tu franchis un peu plus chaque jour et rien ne sert de te projeter trop dans le futur. Je t’invite à te mettre des petits objectifs réalisables en ce qui concerne l’exploration de tes présentes attirances. Par exemple, écouter un film mettant en scène des personnes LGBTQ+ sans éprouver de la honte à trouver un acteur joli ; discuter du climat familial homophobe que tu vis avec une première personne de confiance ; faire des recherches sur l’homophobie intériorisée et ses impacts sur la santé ; s’outiller à répondre à de futures questions des proches en trouvant les éléments de réponses sur ce type de site d’aide spécialisé pour accompagner les parents dont leur enfant n’est pas hétérosexuel ; etc.

 

Et pendant tout ce processus, n’oublie pas de :

  • Prendre des petits moments pour se remémorer tout le chemin que tu as accompli et te féliciter en ce sens ;
  • Reconnaître que l’environnement social dans lequel tu as grandi est responsable de beaucoup de honte intériorisée que tu ressens et que tu ne dois pas être trop sévère envers toi-même pour ressentir ce type d’émotions ;
  • Que tu n’es pas responsable des préjugés et des perceptions négatives de ton entourage, que ton entourage a aussi beaucoup de choses à apprendre et à désapprendre, que tu n’es pas obligé d’éduquer les personnes sur l’homophobie ou la biphobie si tu en as pas la force ;
  • Se rappeler que ton orientation n’est pas un choix et que le fait de ne pas être hétérosexuel est quelque chose de complètement normal, valide et fréquent. Que ton orientation sexuelle est autant magnifique et authentique que n’importe qui d’autres. Que l’homosexualité ou la bisexualité ne sont pas des foutues orientations, qu’elles ne sont en aucun cas inférieures à l’hétérosexualité. Qu’il est possible pour les gars comme toi et moi d’être heureux et sexuellement épanouis ;
  • Que rien ne t’oblige à faire un coming-out à tes proches si tu ne le veux pas ou si tu ne te sens pas prêt et que tu as la possibilité de choisir chaque personne à qui tu partageras cette partie intime de toi ;
  • Que tu n’es pas seul. Que vous êtes des centaines de jeunes (et moins jeunes) à chaque année à nous écrire pour des enjeux similaires. Qu’il est possible de prendre contact avec d’autres de ces jeunes qui habitent dans ta région si tu le souhaites via les associations LGBTQ+ ou les applications de rencontres ;
  • Que notre principal défi en grandissant est de déconstruire tous ces préjugés que nous avons inconsciemment intériorisés et de transformer ce sentiment de honte en quelque chose de plus positif ; en un sentiment de fierté d’être simplement nous-mêmes. Ce n’est pas quelque chose de facile pour tout le monde, c’est pourquoi il est important de s’entourer de personnes envers qui nous avons confiance et de respecter notre propre rythme dans ce processus.
  • Que tu es une personne merveilleuse dont l’objectif principal est d’être heureux et d’avoir du plaisir! Que le sexe homosexuel est très (très!) plaisant et que plein d’hétéro peuvent être jaloux.ses de nous! 😉

 

Tu dis présentement boire beaucoup d’alcool, cette consommation semble prendre racine dans une forme d’échappatoire pour faire taire les différents questionnements que tu vis. Comme je l’ai nommé dans ma précédente réponse, c’est le type de réaction qui est très compréhensible et qui est vécue chez plusieurs personnes qui ont une orientation sexuelle autre que l’hétérosexualité. C’est une réaction à une honte intériorisée, mais je te rassure, il existe des solutions et de plus beaux jours sont devant toi! Le fait de nous écrire est la preuve que tu souhaites te sentir mieux, que tu souhaites améliorer la façon dont tu te sens par rapport à toi-même. Je t’encourage à continuer à en parler, à ne pas hésiter à aller chercher de l’aide, à parler au téléphone ou de correspondre avec la Ligne Azur ou le clavardage de C’est Comme Ça, à te confier à une première personne de confiance autour de toi. Parler de notre vécu est une façon efficace pour réduire le poids que l’on porte sur nos épaules. Et parler avec des personnes dont tu n’as pas à être honteux de qui tu es peut être extrêmement soulageant! En tant que gars gay (ou pour reprendre tes mots, en tant que foutu gay), je comprends entièrement l’ensemble de tes préoccupations, la honte que tu peux ressentir et le climat familial difficile. Souviens-toi que tu n’es pas seul dans ta situation. Et que nous serons toujours disponibles pour parler avec toi. Tu peux aussi me contacter en privé en m’écrivant directement à  intervention@alterheros.com si tu souhaites entamer un dialogue plus personnel à mes côtés.

 

Bon, et si je répondais à tes questions, finalement?! Désolé pour l’immense introduction! Je m’emporte parfois devant des questions aussi intéressantes que la tienne!

 

  • Est-il possible d’être gay juste le temps d’un rapport sexuel?

Il existe une différence importante entre l’orientation sexuelle et les pratiques sexuelles. Pour citer ma collègue Marion : «L’orientation sexuelle se décline en trois aspects : les désirs, les comportements et l’identité. Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personne, qui on aurait envie d’embrasser, etc.). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé notre amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l’identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, gay, bisexuel.le, etc.).» En d’autres mots, certains hommes qui auraient des désirs pour des hommes et des femmes, mais qui apprécient davantage la sexualité entre hommes pourraient se définir comme homosexuels (en se basant plutôt sur leurs comportements) ou comme bisexuels (se basant sur leurs désirs) ou même d’autres termes qui leur conviennent mieux! L’identité, c’est propre à chacun! Cela dépend de la façon de se percevoir et de son sentiment d’appartenance à une orientation sexuelle plutôt qu’une autre. Et toi, maintenant, comment mettrais-tu en mots tes désirs, tes comportements et ton identité?

 

  • Je me sens totalement maudit et impur à être gay et être forcé par mon corps à être gay, malgré moi. Comment vous faites pour accepter d’être gay?

Pour ma part, tout a commencé à en discutant tranquillement avec des inconnus, puis avec des ami.e.s de confiance. J’ai réalisé que je ne choisissais pas mes attirances et qu’au lieu d’avoir honte de qui j’étais, qu’il était possible d’être fier de ne pas être comme les autres. Et au fond… j’ai toujours été vraiment heureux en ayant des rapports sexuels avec des hommes et en tombant amoureux d’autres hommes. Bien sûr, c’est un long processus et chaque parcours sera différent, en fonction de nos valeurs, de notre éducation et de notre environnement social et familial. Néanmoins, tranquillement, on apprend à se découvrir soi-même et à laisser tomber les différentes carapaces que l’on s’est créées pour se protéger. Et bien sûr, tout cela demande de la patience, du respect pour son propre rythme, ses propres limites et ses propres besoins. Et surtout, cela demande de ne pas resté seul avec tous ces questionnements et ces réflexions, comme tu le fais présentement en nous écrivant.

Puis, être homosexuel n’est ni maudit et ni impur. C’est quelque chose de complètement naturelle! Contrairement à l’homophobie qui, elle, n’a rien de naturelle. En effet, tu sais, on ne naît pas homophobe, mais on le devient. Alors si l’homophobie est une phénomène social et non quelque chose d’inné, alors il est possible de la changer et de la combattre. Croire que l’homosexualité est maudite ou impure est une fausse conception et une compréhension complètement rétrograde.

 

  • Comment vous faîtes si vos parents et tout votre environnement sont homophobes?

Chaque personne ayant une histoire de vie unique, chaque personne te partagera une histoire différente à cette question! Toutefois, voici des pistes d’autres réponses à ce type de situation pouvant mettre des pistes de réflexion :

Mais pour répondre rapidement à cette sous-question, c’est tout un défi que nous avons de déconstruire les préjugés et les stéréotypes avec lesquels nous avons grandi et tout un défi d’éduquer notre entourage. Toutefois, rien ne t’oblige à parler de ce que tu vis avec ta famille si tu ne te sens pas outillé ou si tu ne te sens pas prêt. Peu importe ta décision, tu es l’expert de ta propre vie à ce sujet et le mieux placé pour savoir quelle action fait plus de sens pour toi.

  • Est-il possible que je redevienne hétéro par magie quand mon corps aura eu ses foutus rapports sexuels gays?

L’orientation sexuelle n’est pas quelque chose de rigide pour tout le monde. Certaines personnes expérimenteront, au cours de leur vie, des attirances variables pour un genre de personnes ou un autre genre. Il n’y a pas d’âge ou d’événement précis pouvant faire varier ces attirances. C’est un phénomène complètement normal!

 

Pour finir, je tiens encore une fois à te remercier pour ta question. Je suis conscient de ce que tu traverses et je suis privilégié que tu te sentes en confiance de nous adresser ta question. Tu nous écris de nouveau quand tu veux, d’accord? Oh! Avant de conclure, je t’invite à lire cette réponse : Quelles sont les précautions à prendre lors d’une première relation sexuelle entre hommes? Tu y trouveras tous les éléments de réponses pour te préparer à un premier rapport sexuel avec un garçon, si jamais la suite des choses te mène dans cette direction!

 

Bonne route, Mathieu, et à bientôt je l’espère!

Guillaume, pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment