Est-ce qu’il y a moyen de m’assurer que je sois demigirl?


Parfois je me sens fille parfois non-binaire et parfois garçon.
J’aimerais être sûr.e que je suis demigirl et j’aimerais en parler à ma famille afin qu’ils arrêtent de me traiter comme leur petite princesse …
Il y a un moyen de m’assurer que je suis demigirl ?
Et comme j’aime les filles est ce que je suis lesbienne ou c’est autre chose si je suis demigirl?
Et comment aborder la sujet face à mes parents alors que j’ai du mal à parler avec eux car je suis plutôt réservée ?
Ça me perd tout ça

Cam

Salut Cam!

 

Merci de nous écrire 🙂 Tu poses trois questions dans ton message je vais donc te répondre une à la fois si ça te va. 

 

Je vais aussi utiliser des termes, des pronoms et des accords neutres pour parler de toi dans ma réponse. Tu ne précises pas ta préférence là-dessus mais comme le féminin utilisé par tes parents te dérange je me disais qu’on pourrait essayer ainsi! Alors :

 

Comment être sûr·e et certain·e de son identité de genre?

 

C’est facile! Au centre des catacombes de Paris se trouve un·e sorcier·ère du genre, si tu lui poses la question elle pourra regarder dans sa boule de cristal et confirmer le genre qui te décrira pour le reste de ta vie 🙂 En réalité, il n’y a malheureusement pas de test ni de solution miracle. Nos sentiments par rapport à notre genre peuvent varier de jour en jour, il va probablement y avoir des moments où tu seras convaincu·e et d’autres ou tu douteras, cela fait partie du processus de découverte de soi. Généralement, la confiance vient avec l’expérience et on peut devenir plus confiant·e en son son genre en l’exprimant quotidiennement pendant un certain temps. Ça aide d’être entouré·e de gens qui nous comprennent et nous respectent dans le genre demandé, mais ce n’est pas exactement un prérequis. On est beaucoup de personnes à grandir dans des familles semblables à la tienne, à survivre à son adolescence pour fleurir à l’âge adulte, en rencontrant et se liant d’amitié à d’autres personnes comme nous.

 

Le fait que tu ressentes plusieurs genres à différents moments peut compliquer légèrement ton processus d’identification. Mais sache que les genres fluides et multiples existent : tu peux alterner entre garçon, fille et non-binaire ou en ressentir plusieurs en même temps. Cet article du blogue La vie en Queer pourrait t’intéresser. L’auteur·e est gentil·le et conclut avec un petit résumé accessible que je te mets ici :

  • Les personnes de genres fluides et multiples s’identifiant partiellement ou parfois à leur genre assigné n’ont pas le privilège cis ni le privilège masculin dans le cas où elles sont assignées garçon à la naissance.
  • Les personnes de genres fluides et multiples sont légitimes à s’identifier trans non-binaires.
  • Les personnes de genres fluides et multiples peuvent avoir n’importe quelle expression de genre, elles n’en sont pas moins fluides et multiples.
  • Les personnes de genres fluides et multiples sont toujours fluides et multiples.

 

Mais pour revenir à ta question, un truc pour t’aider à savoir si demi-girl est bien le terme qui décrit ton genre pourrait être de consulter plusieurs définitions, des témoignages d’autres demi-girls et même de discuter avec des personnes qui s’identifient ainsi. Ça pourrait être sur des chaînes Discord comme Fransgenre par exemple. En ayant de l’information de plusieurs sources en tête tu serais en mesure de faire des réflexions plus poussées. Je t’encourage aussi simplement à te faire confiance, si tu en est venu·e à t’identifier ainsi il y a surement une bonne raison.

 

Comment la découverte de son identité de genre peut influencer son orientation sexuelle?

 

Il revient à toi de définir ta relation avec la féminité et avec l’identité lesbienne. Tu dis que tu te sens parfois fille et que tu aimes les filles, en tant que tel il n’y a pas d’obstacle à ce que tu t’identifies comme lesbienne. Il y a peut-être une possibilité que te décrire comme lesbienne viennent invalider ton coté non-binaire et/ou masculin. Il y a d’autres termes que tu pourrais utiliser si c’est le cas. Tu pourrais utiliser gai·e/gay ou encore queer, ou tu pourrais dire que tu es attiré·e par les filles, sans mettre de terme précis. Tu peux aussi toujours alterner entre différents termes, selon les contextes, les personnes avec qui tu discutes ou ton niveau de masculinité/féminité/neutralité du moment.

 

Comment parler de son genre à ses parents pour être genré·e comme on le souhaite?

 

Une question un peu plus épineuse. Tu dis que ta famille te traite en royauté, j’aurais tendance à croire qu’iels tiennent à toi mais sont maladroit·e·s dans leur façon de l’exprimer. Je comprends que tu n’as pas encore abordé le sujet avec elleux, je crois donc que la première étape serait de planifier ce que tu veux leur dire et comment. Comment aimerais-tu introduire le sujet? Peut-être avec un exemple de ton entourage ou une discussion plus générale pour voir leurs réactions? Quels pronoms, accords et surnoms affectueux aimerais-tu qu’iels utilisent à la place? Peux-tu préparer des exemples, à l’écrit et à l’oral? De quelle façon aimerais tu faire l’annonce : par écrit ou à voix haute? Serais tu plus à l’aise de préparer un petit texte avec tes arguments ou d’improviser sur le moment? Est-ce que tu aimerais avoir une personne présente avec toi, ou à qui tu pourrais écrire après? Tu n’es pas obligé·e d’avoir toutes les réponses tout de suite, ça peut être des pistes de réflexion pour t’aider à te préparer.

 

Ton genre alterne entre fille, garçon et non-binaire, est-ce que tu te sentirais confortable de leur communiquer et si oui comment? Tu peux leur demander de te poser la question régulièrement, mais il est possible que le réflexe prenne quelque temps avant de s’installer de leur côté.

 

D’ailleurs, il est également possible que malgré ton annonce tes parents oublient ou fassent des erreurs pendant un certain temps. Si tu te sens le courage de les corriger chaque fois tant mieux, tu peux aussi leur dire plus tard et faire des rappels à l’occasion. C’est une habitude qui vient avec la pratique.

 

Je comprends comment être timide peut rendre la communication plus difficile. Pour certaines personnes le fait de savoir ce que l’on va dire, de se pratiquer ou de communiquer par écrit peut aider. Tu peux voir quels trucs fonctionnent pour toi. Ne te met pas trop de pression pour tout dire parfaitement du premier coup non plus, il n’y a pas de coming out parfait.

 

Je te mets les liens pour d’autres questions et réponses de notre site, elles ne sont pas toutes de jeunes demi-girls mais les techniques générales peuvent souvent être adaptées assez facilement :

 

N’hésite surtout pas à nous écrire à nouveau si tu aimerais travailler le dévoilement de ton identité de genre plus en détails ou si tu as d’autres questions!

 

Solidairement,

 

Maxim·e, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment