Est-ce que je suis juste une lesbienne confuse qui ne cherche que de l’affection?


Bonjour, je m’appelle Meïra et j’ai 17 ans. J’ai toujours était perdue en ce qui concerne mon orientation sexuelle.
Voici ma problématique : Je suis en capacité d’être attirée romantiquement et sexuellement par les filles, mais en ce qui concerne les garcoy je suis totalement dans le flou. Je suis que les garçons ne m’ont jamais attirée sexuellement, et rien que l’idée de le faire avec un homme me repousse et m’effraie. Pourtant, j’ai déjà eu des crushs sur quelques garçons. Le problème, c’est que je ne saurais dire si c’était vraiment des sentiments amoureux ou si je n’étais qu’en recherche d’affection provenant d’un homme, n’ayant jamais eu de figure paternelle, et surtout, ma seul représentantation de l’amour à toujours été ma mère ayant eu divers hommes dans sa vie. Est-ce que je suis juste une lesbienne confuse qui ne cherche que de l’affection ? est-ce que les hommes m’attirent uniquement romantiquement ? Je suis totalement larguée, et je souhaiterais énormément que vous m’offriez votre aide.

Meï

Salut Meï! 

Merci grandement pour la confiance que tu accordes envers l’équipe d’AlterHéros! J’entends très bien que tu te sens mélangée en ce moment concernant ton orientation sexuelle et que tu souhaites volontier un petit coup de main pour t’accompagner à démêler tout ça. Si je comprends bien, tu affirmes avoir la capacité à être attirée physiquement et romantiquement par certaines filles, mais ne pas être certaine en ce qui concerne les garçons. Tu sais néanmoins que les garçons ne t’attirent pas sexuellement et que l’idée d’avoir un rapport sexuel avec un homme te repousse et t’effraie, même si tu affirmes avoir déjà eu des crush sur certains garçons. Néanmoins, tu nous partages ne pas être certaine s’il s’agissait réellement de sentiments amoureux ou d’une recherche d’affection de la part de la gente masculine. Tu précises n’avoir jamais eu de figure paternelle et d’avoir eu comme modèle une mère hétérosexuelle. Tu te demandes ainsi si tu es lesbienne ou non et si les hommes ne t’attireraient que romantiquement. Ai-je bien résumé? 

Premièrement, je ne peux pas me prononcer sur ton orientation sexuelle à ta place. L’orientation étant quelque chose de super personnel et d’intime à chaque personne, tu demeures la meilleure personne pour pouvoir mettre des mots sur ton orientation sexuelle. Néanmoins, rien ne t’oblige non plus à mettre des mots immédiatement sur cette orientation! Les orientations sont d’abord et avant tout des mots, des étiquettes, une forme d’outils que l’on se donne pour définir un phénomène très complexe que sont les attirances humaines! Tu peux ainsi choisir les mots qui te font sentir bien et qui te font sentir confortable ici et maintenant. Ces mêmes mots peuvent également fluctuer dans le temps, selon le contexte, au rythme de rencontres sociales, de nouvelles expériences ou de curiosité.

Deuxièmement, même si je ne suis pas en mesure de te confirmer ou d’infirmer ton orientation sexuelle, je peux néanmoins te préciser que tu me nommes à plusieurs reprises que tu as la capacité d’être physiquement et romantiquement attirée (entre autres) envers des femmes. Non? Maintenant, en ce qui concerne ta capacité à être attirée envers des hommes, c’est quelque chose dont tu peux t’offrir du temps pour réfléchir et démystifier. Il existe diverses nuances entre le fait d’être hétérosexuelle ou lesbienne, on n’est pas obligé.e de choisir entre l’un ou l’autre, et le fait de possiblement un jour ressentir de l’attirance (physique ou romantique) pour des hommes n’efface pas pour autant ton attirance pour les femmes! Qu’en penses-tu? Par ailleurs, on peut parfois avoir la peur de «gâcher sa vie en se trompant» : il n’y a aucune façon de «gâcher sa vie» à ce sujet! Chacune de nos expériences ne fait que nous permettre d’apprendre à mieux se connaître. Ces questionnements que tu navigues présentement font partie de cette longue route vers une meilleure connaissance de soi et, en aucun cas, ces diverses expériences ou questionnements ne sont synonymes de «gâchis». D’accord? 🙂

Permets-moi de citer ma collègue Marion pour t’éclairer en ce qui concernent les différentes composantes de l’orientation sexuelle : «Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personne, qui on aurait envie d’embrasser, etc.). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé notre amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l’identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, lesbienne, pansexuel.le, bisexuel.le, hétéroflexible, etc.).» Certaines femmes qui auraient principalement des liaisons intimes et amoureuses avec d’autres femmes, mais des attirances diversifiées pour plusieurs personnes de genre différents, peuvent donc décider de s’identifier comme homosexuelles, puisque c’est le terme qui correspond le mieux à leurs comportements. D’autres pourront décider de s’identifier comme bisexuelles, puisque c’est le terme qui correspond le mieux à leurs désirs. L’identité, c’est vraiment propre à chaque personne, sa façon de se percevoir et son sentiment d’appartenance à une orientation sexuelle plutôt qu’une autre. En ce sens, tu as entièrement l’autonomie de choisir le terme qui correspond le mieux à la beauté et à la complexité de tes attirances. Et c’est aussi très correct de choisir de ne pas se limiter à un seul mot ou d’attendre avant de revendiquer quoi que ce soit. Bref, si tu as des questions plus précises entourant tes questionnements concernant ton orientation sexuelle, n’hésite surtout pas à nous les formuler. 🙂 Il est aussi possible de consulter cette question entourant les étiquettes utilisées par les femmes qui aiment les femmes diverses questions entourant la bisexualité sur notre site internet ou même de consulter cette réponse de notre collègue Cat : J’ai beaucoup de questions entourant ma bisexualité… Tu n’as pas abordé le sujet de la bisexualité dans ton message, si j’en parle ce n’est pas pour t’étiquetter à ta place, mais plus pour t’ouvrir les yeux sur la diversité d’expériences possibles associées aux attirances!

Tu sais, ça arrive relativement souvent que des gens ressentent une attirance physique pour un certain type de personnes et qu’ils ressentent une attirance émotionnelle pour un autre type de personnes. L’orientation sexuelle et l’orientation romantique ne coïncident pas toujours à 100%, et ce n’est pas négatif. Il y a autant de combinaisons d’attirances possibles qu’il y a d’humains (tu peux jeter un coup d’œil à ce schéma si tu le souhaites, les deux dernières catégories illustrent assez clairement comment peuvent fonctionner nos attirances sexuelles et sentimentales). As-tu déjà pris le temps de te demander quel(s) genre(s) de personnes t’attire(nt), amoureusement, sexuellement? Ce qui t’attirent spécifiquement chez ces personnes? Avec quel(s) genre(s) de personnes tu tends à te projeter dans le futur? Avec qui tu t’imagines tenir la main? Partager une intimité sexuelle? Avec qui te sens-tu le plus confortable et le plus en accord avec qui tu es? Lorsque tu as ressenti des crush pour certains garçons, comment comparerais-tu ces crush envers des garçons par rapport aux crush que tu as pu ressenti envers des filles? 

Je ne crois pas rien t’apprendre en disant qu’il existe une grande pression de notre entourage et de la société en général à être hétérosexuel.le. C’est ce que l’on nomme l’hétéronormativité, soit le fait de considérer l’hétérosexualité comme étant la norme à suivre et comme étant une orientation plus importante que les autres. Bien sûr, toi et moi pouvons certainement critiquer cette norme et aller à l’encontre de ces standards, mais ce n’est pas toujours facile. Pour citer une ancienne réponse : «Plusieurs jeunes bisexuel.le.s ou homosexuel.le.s grandissent en intériorisant un sentiment de honte à l’égard de leur orientation sexuelle. Notre principal défi en grandissant est de déconstruire tous ces préjugés que nous avons inconsciemment intériorisés et de transformer ce sentiment de honte en quelque chose de plus positif ; en un sentiment de fierté d’être simplement nous-mêmes. Ce n’est pas quelque chose de facile pour tout le monde, c’est pourquoi il est important de s’entourer de personnes envers qui nous avons confiance et de respecter notre propre rythme dans ce processus. Il n’y a pas de presse.» Conséquemment, c’est tellement normal d’avoir des idées possiblement négatives entourant la bisexualité ou l’homosexualité lorsque ça peut possiblement nous concerner nous-mêmes! Ce n’est pas de notre faute, mais tu as tous les outils pour avancer dans ces réflexions.

Si je dis ça, c’est pour introduire le prochain sujet que je souhaite adresser avec toi! Tu te demandes si tu ne rechercherais pas l’attention des hommes de par le fait que tu n’as pas eu de figure paternelle et que ton modèle d’enfance a été ta mère qui rencontrait divers hommes. Pour reprendre cette réponse : «Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est que toute tentative de trouver les causes des orientations sexuelles est inutile. Après tout, pourquoi chercher la cause à quelque chose de complètement normal et inhérent à la diversité humaine? C’est l’équivalent de tenter de trouver la cause sur pourquoi certaines personnes écrivent de la main gauche au lieu de la main droite…

Plusieurs scientifiques tentent effectivement de comprendre les causes de l’homosexualité, bisexualité ou asexualité, sans pour autant s’intéresser aux causes de l’hétérosexualité… alors que l’ensemble des orientations sexuelles sont naturelles et valides. Quoiqu’il en soit, l’homosexualité, la bisexualité et l’asexualité ont toujours existé, et ce, partout dans le monde.» Là où je veux en venir, c’est qu’il sera toujours possible de réfléchir aux différentes causes qui expliqueraient pourquoi nous nous sentons davantage attiré.e.s envers certains types de personnes plutôt que d’autres, mais la réalité est beaucoup plus complexe que n’importe quelle hypothèse que nous pouvons réfléchir! En effet, le fait de n’avoir eu aucun modèle paternel n’est pas un indicateur de notre capacité à être attiré.e envers des garçons. Toutefois, c’est tout à fait valable de se demander et de réfléchir sur la nature de nos attirances envers les garçons, à savoir si c’est une réelle attirance émotionnelle ou bien une quête de validation d’autrui. Et c’est aussi possible de réfléchir à savoir comment l’hétéronormativé ambiante influence ou non notre propre définition de nos propres attirances. Ce sont toutes des questions valides auxquelles je n’ai malheureusement pas de réponse! Mais je t’invite à poursuivre ces réflexions de ton côté. Et en attendant, tu sembles déjà confiante et confortable avec le fait d’être (au minimum) attirée romantiquement et sexuellement envers certaines femmes. En ce qui concerne ta capacité à être romantiquement attirée envers certains garçons, tu peux prendre tout le temps dont tu as de besoin pour démêler tout ça!

En guise de conclusion, autorise-moi à citer cette récente réponse : «Mes recommandations? T’autoriser le fait de prendre du temps à démêler tout ce qui concerne tes différentes attirances, t’autoriser à changer de discours au rythme de tes réflexions, t’autoriser à expérimenter si tu en as envie, t’autoriser à réfléchir sur l’importance ou non d’une étiquette pour définir ton orientation sexuelle, t’autoriser à réfléchir à la possibilité de définir différemment nos attirances romantiques et nos attirances sexuelles, t’autoriser à écouter tes désirs, tes besoins, tes limites et tes craintes. T’autoriser à te questionner sur la source de ces dites craintes. Et surtout, t’autoriser à nous écrire de nouveau si tu en ressens le besoin. Deal? »

Merci encore une fois pour ta confiance! N’hésite pas à nous écrire à nouveau, que ce soit pour nous donner de tes nouvelles, pour rebondir sur certains éléments de cette présente réponse ou pour nous adresser de nouvelles questions! On est là pour toi. 🙂

Chaleureusement,

Guillaume (il/he), pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment