Comment on fait pour faire l’amour à une fille?


Comment on fait pour faire l’amour à une fille?
Anonyme

Salut toi !
Tu te demandes comment faire l’amour à une fille.

Tu es loin d’être la seule à te poser la question ! La preuve, c’est que plusieurs personnes nous ont écrit au fil des années pour connaître la même chose. Je te laisse lire ces réponses. Si jamais ces informations ne te suffisent pas, n’hésite pas à nous réécrire. On est là pour toi !

Comment faire l’amour avec une autre fille ? (2007)
Comment faire l’amour entre filles ? (2008)  
Comment faire l’amour ? (2008)
Comment faire l’amour avec une autre femme ? (2009)
Comment faire l’amour avec une fille ? (2010)
Mon partenaire et moi sommes vierges. Comment doit-on s’y prendre […] ? (2020)

Je te laisse d’ailleurs lire ici l’entièreté ou presque de cette dernière réponse fantastique de ma collègue Marion:

 

  1. Choisir le lieu et le moment. Une des choses qui peut être source de douleur, c’est le stress. Quand on est stressé.e, nos muscles sont contractés, l’anus peut être plus contracté, l’érection du pénis peut être plus difficile à avoir ou à maintenir et le vagin peut être moins lubrifié (mouillé), alors la friction pour l’un comme pour l’autre pourrait être douloureuse. Probablement que vous voudrez partager ce moment intime dans un endroit confortable où vous ne risquez pas d’être dérangé.e.s et à un moment où vous avez le temps de prendre le temps (pas dans une salle de classe vide entre deux cours, par exemple!).
  2. Préparer le corps de l’autre. Pour qu’une relation sexuelle avec pénétration se passe bien, c’est important que notre tête, mais aussi notre corps soit détendu. Il y a plusieurs activités de type sexuel qui peuvent aider le corps à se préparer à une pénétration en aidant l’érection du pénis et la lubrification du vagin : les baisers, les caresses, les massages, etc. Le corps répond à ces gestes, mais comme je l’ai mentionné plus haut, c’est normal de ressentir de la nervosité et celle-ci peut rendre plus difficile pour le corps de se détendre. Ne vous en faites pas et allez-y à votre rythme. Au besoin, vous pouvez utiliser du lubrifiant pour réduire la friction lors des caresses sur les organes génitaux ou durant la pénétration, tout particulièrement si vous prévoyez avoir un rapport sexuel anal!
  3. Se protéger. Utiliser une ou des méthodes de prévention ou de contraception, particulièrement le condom, peut aider à réduire le stress qui peut être occasionné par la peur d’une grossesse non désirée ou pas la transmission d’ITSS (infection transmissibles sexuellement et par le sang).
  4. Ne pas se mettre de pression. La première fois que l’on a une relation sexuelle avec quelqu’un, on veut que ça se passe le mieux possible, alors on a tendance à se mettre beaucoup de pression sur les épaules. Pourtant, ce n’est pas un concours! On n’a pas besoin de « bien performer », mais simplement de profiter de ce moment ensemble, d’être à l’écoute de l’autre et de son propre corps. Par ailleurs, une relation sexuelle ne doit pas nécessairement se traduire par une pénétration ou par un orgasme! Il y a plein de façon d’explorer la sexualité avec un.e partenaire sans pour autant avoir une pénétration. Et il serait bien triste de résumer un rapport sexuel à un simple orgasme de quelques secondes, alors que le plaisir est présent pendant l’ensemble de la relation sexuelle. 🙂
  5. Communiquer. Ça peut sembler banal ou cliché, mais la communication tient un rôle important lorsque l’on parle de sexualité. Tout d’abord, c’est important de s’assurer que l’autre personne est d’accord avec les pratiques proposées (baisers, caresses, quelles parties du corps toucher, masturbation mutuelle, pénétration, etc.) : c’est ce qu’on appelle le consentement. D’autre part, il est important de communiquer à notre partenaire comment on se sent et de le demander à l’autre également. « Est-ce que tu aimes ça quand je fais ____? » « Est-ce que tu veux que je continue? » « Est-ce que ça te fait mal quand je _____? ». »Est-ce que le rythme est correct? Est-ce que je peux accélérer? Peux-tu ralentir? » Simplement se montrer à l’écoute de l’autre permet de rendre le moment plus agréable.

J’ai envie de te dire en terminant qu’il n’y a pas vraiment de formule magique. Tu peux te permettre d’explorer, avec l’autre personnes, des touchers et sensations pour voir ce qui vous plaît et ce qui vous plaît moins. Et comme l’a dit Marion, même si ça peut être gênant au début, c’est toujours mieux de communiquer – parfois par la parole, mais si vous êtes gênées, vous pouvez aussi vous entendre sur des gestes, des codes pour vous dire “continue”, “arrête”, “j’aime ce que tu fais” et autres.

Aussi, une bonne façon de connaître son corps, ce qu’on aime et ce qu’on aime moins avant une relation sexuelle, c’est de se masturber. Pour en savoir plus sur la masturbation, tu peux lire les questions en lien avec celle-ci sur notre site web dans la section “Masturbation”.

Prend soin de toi,
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.

Leave a comment