Je ne sais pas si je me sens mal dans ma peau par rapport au fait que je suis vu comme une femme alors que je suis non-binaire ou un garçon trans?


Bonjour , j’ai 19 ans est j’ai été assigné fille à la naissance et a vrai dire ma vie s’est vraiment cassé la figure pendant le confinement..
J’étais en fait depuis quelques mois en “depression” , j’étais cet année a la fac et je commençais a ne plus réussir a aller a la fac ainsi qu’aller faire mes courses sans faire de crise de panique , je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivais c’était de pire en pire, un jour je sentais que je voulais changer de tête alors j’ai couper mes cheveux au dessus des épaule et ça faisait vraiment court j’ai été choqué pendant un moment limite a regretter mais je m’y suis fait , cette coupe ne me correspondait pas vraiment je ne pouvais plus coiffer comme je voulais mes cheveux . Ensuite pendant le confinement j’ai dû rentrer chez mes parents et je ne faisais pas grand chose de mes journées mais je sentais que ça n’allais vraiment pas qu’il y avait quelque chose , un matin je me suis levée et d’un seul coup j’ai eu un sentiment très bizarre qui m’est passé j’ai sentis une sensation bizarre dans mon ventre et je me suis direct dis mais en fait depuis tout ce temps je ne suis pas là personne que je prétend être alors je me suis directement dit tu es un garçon , j’ai commencé a rejeter mes formes j’étais tellement mal a l’aise avec mon corp, du jour au lendemain je rejetais TOUT mes vêtements féminins ainsi que le maquillage et les conversations dites de “filles” , par exemple le sujet des règles de se lisser les cheveux ect . A partir de se jour là j’ai essayé de me forcer a continué d’être qui “j’étais ” et cela n’a pas été bénéfique je me suis renfermé sur moi même je ne sortais plus voir mes ami.e.s car j’avais l’impression de leur mentir sur mon identité, il me semble même avoir fait de la dépersonnalisation car le monde et moi même me semblait tellement étrange c’était super désagréable et surtout horrible . J’ai enfoui tout ça en moi pendant 2 mois et j’ai finis par en parler a ma mère ainsi qu’à une amie car vraiment plus j’avançais sans en parler plus ça me détruisait , moins j’arrivais a dormir , plus je pleurais . Quand j’en ai parlé mes proches ont été gentil et mont dit que quoi que je fasse il maimerait et qu’il n’y aurait rien qui changerait entre nous , seulement bizarrement cela ne m’as pas du tout enlevé de poids . Je ne sais pas si je me sens mal dans ma peau par rapport au fait que je suis vu comme une femme alors que je suis non – binaire ou si je suis réellement transgenre .. Plusieurs personnes mont dit de tenter de nouveau prénom et pronom de me couper les cheveux de changer de style et de peut être m’habiller en garçon pendant un temps et que même si je me trompais ça n’étais rien , mais j’ai peur de passer ces étape et de me découvrir réellement FtM vraiment je veux pas a avoir a traverser tout ça , ainsi ça serait une erreur une perte de temps . Dernière chose depuis ce questionnement sur mon identité de genre je ne sais même plus par qui je suis attiré j’ai l’impression de ne plus me connaître et de devoir recommencer à 0. C’est tellement compliqué moi qui ai fait plusieurs dépression étant petite je suis quelqu’un de très anxieuse et ça me pourrit la vie de ne plus savoir qui je suis , comment je veux m’habiller comment je veux me genrer, par qui suis je attiré..
Ah oui et dernière chose lorsque j’étais petite je ne comprenais pas vraiment les filles j’étais pas comme elle capricieuse avec des manières et toujours a vouloir attiré les garçons , alors oui il m’arrivait de jouer un rôle pour me fondre dans la masse aussi .. En fin voilà je vous remercie d’avance j’ai beaucoup étalé ma vie j’espère que vous pourrez m’aidez
Encore merci bonne soirée à vous

Ade

Bonjour Ade,

 

Je voudrais d’abord te remercier de nous faire confiance avec ta question. Si je comprends bien, tu as vécu beaucoup d’épisodes dépressifs, dont un en ce moment. De plus, en te questionnant sur le fait que tu ne te sentes pas “toi-même”, tu en es arrivé à la conclusion que tu étais peut-être non-binaire, ou un garçon trans. Toutefois, malgré une exploration de ce sujet, et des discussions avec tes proches, tu ne sens toujours pas d’amélioration dans ton quotidien. Finalement, tu as peur de confirmer que tu sois un garçon trans dû à des appréhensions sur les conséquences que ça pourrait apporter et un parcours que tu envisages difficile, est-ce que j’ai bien résumé la situation?

Si tu le veux bien, je te propose de décortiquer cette situation en plusieurs sous-points, puisque quand tout ceci forme une grosse boule d’émotions et de questionnements, ça peut être très intimidant. Lançons-nous! 🙂

 

Premièrement, je crois comprendre qu’en ce moment, tu vis un mal-être général, est-ce que je me trompe? Il peut être compliqué de déterminer si les causes de ce mal-être sont la dépression, l’anxiété, ou une inadéquation entre ton identité et la façon dont les gens te perçoivent, surtout que toutes ces causes peuvent bien sûr d’additionner et s’entremêler. Je crois qu’il ne faut pas non plus-sous estimer que le confinement et le stress apporté par la pandémie peuvent exacerber tout ceci. Je ne sais pas si tu as un suivi médical, mais si ce n’est pas le cas, je t’encouragerais à discuter de tout cela avec un.e professionnel.le de la santé, comme ta/ton médecin généraliste, un.e psychologue ou un.e psychiatre. Durant le confinement, plusieurs offrent des consultations en ligne/via vidéo. Déjà, si tu peux maintenir la dépression et l’anxiété sous contrôle, et apprendre à appliquer des outils pour mieux les gérer, tu vas pouvoir respirer un peu, te sentir mieux et plus à-même de réfléchir aux sujets qui te préoccupent. Aussi, si tu penses que ce serait bénéfique pour toi de pouvoir discuter de ton identité de genre en même temps, sans compter le fait que c’est toujours utile de ne pas se sentir limité dans ce dont on peut parler avec un.e psy,  je te laisse ici une liste de psychologues transfriendly / trans-affirmatifs travaillant en France :

 

Je te laisse aussi des documents de soins personnels pour prendre soin de la santé mentale que tu peux prendre connaissance de différentes facettes de la santé mentale et différentes astuces pour prendre soin de soi  : 

 

Ensuite, j’aimerais revenir un peu à tes questionnements par rapport au fait d’être non-binaire versus un homme trans : Je ne sais pas si je me sens mal dans ma peau par rapport au fait que je suis vu comme une femme alors que je suis non – binaire ou si je suis réellement transgenre …”. Dans tous les cas, je crois comprendre que tu n’aimes pas te faire percevoir comme une femme, est-ce bien le cas? Est-ce que tu penses que tu pourrais détailler ce que tu n’aimes pas par rapport à cette perception que peuvent avoir les autres? Je te laisse quelques pistes de réflexion :

  • Est-ce parce que tu n’aimes pas que les gens t’associent à des stéréotypes de “filles” (“capricieuse avec des manières et toujours à vouloir attirer les garçons”)? 

Dans ce cas, ça ne nous avance pas nécessairement, puisque plusieurs filles et plusieurs personnes assignées filles à la naissance ne se sentent pas à l’aise d’être associé.e.s à ces stéréotypes, ce qui est au fond assez normal, puisque la plupart des gens n’aiment pas être stéréotypés et que chaque personne a des goûts différents.

 

  • Est-ce que c’est parce que tu n’aimes pas les choses traditionnellement associées aux filles (ex. maquillage, cheveux longs, vêtements “de filles”, etc.)

Là encore, c’est un peu comme le point précédent, ce sont davantage ici des sujets reliés à l’expression de genre qu’à l’identité, mais qui peuvent t’aider à mieux te connaître.

 

  • Est-ce que tu n’aimes pas que les gens te perçoivent comme une femme, car tu n’en es fondamentalement pas une?

Dans ce cas, si tu ne te sens pas fondamentalement une femme, plein de possibilités peuvent être envisagées. Je t’invite à tenter de faire ta propre Licorne du genre en cliquant sur ce lien. En cliquant sur les petits ”?” après chaque concept, tu auras accès à une définition du terme. Le Licorne du genre est un petit exercice que tu peux faire afin de t’aider à mieux te connaître et démêler ce qui concerne ton identité de genre, ton expression de genre, ton sexe assigné à la naissance et tes orientations sexuelle et romantique. 

 

Comme tu le vois illustré sur cette image, l’identité de genre (comment tu te perçois toi-même) est séparée de l’expression de genre (comment tu exprimes ton genre, par les vêtements ou les cheveux, que ce soit en accord avec les stéréotypes ou non) et aussi séparée de l’orientation romantique/sexuelle (par qui tu es romantiquement/sexuellement attiré.e). Toutes ces composantes ne sont pas nécessairement figées dans le temps non plus et peuvent changer au cours de la vie d’une personne. Tu dis que tu te mets à douter de tes attirances, ce qui n’est pas nécessairement étonnant, puisque quand on commence à se questionner sur un sujet, souvent un tas d’autres questions sur d’autres sujets font boule de neige et on se met à tout remettre en question. Je sais que ça peut être plutôt embêtant de gérer tout ça, mais tu peux te dire que se questionner est un processus sain et normal, la clé, c’est comment on gère ces questionnements, dans la panique ou avec sérénité. Des petits trucs qui je trouve personnellement peuvent aider à relaxer avec ça, c’est de se rappeler que c’est correct de ne pas savoir tout de suite et d’être dans le flou, que c’est correct de ne pas avoir de mots précis pour décrire son identité, que c’est correct de changer d’idée autant de fois que l’on veut, que c’est correct de se tromper, que c’est correct d’explorer. Aussi se rappeler que peu importe la conclusion à laquelle tu arrives, toutes ces questions n’auront pas été ”pour rien” puisque dans tous les cas, elles te permettent d’apprendre à mieux te connaître. C’est aussi facile de mettre un hyperfocus (se concentrer beaucoup) sur notre genre lorsqu’on se questionne sur celui-ci, mais ça fait du bien de se rappeler parfois que notre identité de genre n’est qu’une des multiples facettes de notre personnalité, et qu’il ne faut pas non plus laisser de côté les autres facettes qui font de toi la personne que tu es, telles que tes aspirations, tes amitiés, tes loisirs, tes goûts, ce qui te fait rire et te sentir bien, etc.

 

Ici, je te laisse une deuxième image qui peut aider à clarifier le vocabulaire utilisé par rapport à la transidentité :

 

…et enfin deux petits lexiques : 

 

Finalement, tu te dis sûrement, oui c’est bien tout ça, mais comment je vais finir par savoir mon genre, n’est-ce pas? Je voudrais donc revenir sur cette partie avec toi si ça te convient : «Plusieurs personnes m’ont dit de tenter de nouveau prénom et pronom de me couper les cheveux de changer de style et de peut être m’habiller en garçon pendant un temps et que même si je me trompais ça n’étais rien , mais j’ai peur de passer ces étapes et de me découvrir réellement FtM vraiment je veux pas a avoir a traverser tout ça , ainsi ça serait une erreur une perte de temps». 

En fait, comme tu t’en doutes sûrement, il n’y a pas de recette magique pour découvrir son identité. Heureusement, il y existe différents trucs qui peuvent t’aider à avancer dans ta réflexion. En voici quelques-uns :

*S’informer

Que ce soit en lisant des témoignages de personnes ayant vécu un processus de réflexion par rapport à leur identité de genre (qu’elles soient trans ou cis (c’est-à-dire non trans)), en regardant des documentaires, des vidéos youtube, en s’informant auprès d’associations trans de ton pays (qui ont souvent un volet en ligne), tout cela peut te permettre de te reconnaître ou non, de constater la diversité des expériences possibles (il n’y a pas deux parcours trans/cis qui soient identiques), d’atténuer tes peurs, etc. Je suis sûr que c’est déjà quelque chose que tu fais, je vais tout de même te laisser quelques ressources d’information si ça te dit d’aller voir ça :

 

*Se poser des questions 

  • Dans le futur (1,5,10,25 ans etc.), comment t’imagines-tu? 
  • Quel serait ton scénario idéal (disons dans un monde sans transphobie, où tout est facile et rapide)
  • Est-ce que tu aimerais que les gens te perçoivent comme un homme, une femme, aucun, qu’ils n’accordent pas d’importance à cela, etc.
  • Comment aimes-tu parler de toi-même/te percevoir, avec un genre, quel genre, quels pronoms, aucun pronoms?
  • etc.

 

*En discuter

Je te félicite d’en avoir discuté avec tes proches et de nous avoir envoyé cette question, je sais que c’est souvent loin d’être facile. Je t’encourage à continuer d’en parler avec des proches ou des professionnel.le.s si tu sens que ça t’aide.

 

*Explorer

Je vois que ceci t’a déjà été proposé, mais en effet l’exploration plus concrète peut en effet t’aider à voir plus clairement à quel niveau se situe ton malaise : 

  • est-ce que c’est au niveau de quels pronoms/prénom ton entourage utilise? En effet, comme tes ami.e.s te l’ont déjà dit, tester un nouveau prénom/pronom juste avec toi-même ou avec des proches peut te permettre de savoir avec quoi tu te sens le plus à l’aise et ceci n’engage à rien.
  • est-ce que c’est au niveau de ton expression de genre? Là encore, il est vrai que tester différents styles est tout à fait réversible et peut te permettre de trouver comment tu es à l’aise de t’exprimer.
  • est-ce que le malaise est au niveau physique/corporel? Là aussi, rien ne t’empêche d’essayer divers méthodes telles que le binding  ou packing  pour te permettre de déterminer comment tu te sens le mieux.

 

Tu sembles hésiter à explorer puisque premièrement, ce serait à ton avis une perte de temps, est-ce que je comprends bien? Peu importe si, suite à ton exploration, tu arrives à la conclusion que tu es un homme trans, une femme cis, une personne non-binaire, il me semble comprendre que ton but en ce moment c’est d’avoir une réponse à tes questions, est-ce que je me trompe? Au final, si ceci te permet d’avoir une réponse, ce n’aura pas été une perte de temps totale, qu’en penses-tu? Ce n’est jamais une perte de temps lorsqu’on travaille à tenter de mieux se connaître! Au contraire, si tu essaies de refouler tout ça dans un coin de ta tête, c’est comme essayer de ne pas penser à un éléphant rose, ça ne marche jamais. À l’inverse, rester avec ce stress et cela qui te trotte dans la tête, on pourrait aussi considérer cela comme “une perte de temps”. Je n’aime pas trop les mots “perte de temps” en fait, parce que ce n’est pas parce que tu te questionnes sur un sujet que tu perds ton temps, puisque peu importe la réponse ou même l’absence de réponse à laquelle tu arriveras, ces réflexions peuvent t’aider à cerner ce qui te rend à l’aise, qu’en penses-tu? De plus, tu n’as aucunement l’obligation de “tester ton genre” d’une façon qui te rend inconfortable. Par exemple, si tester un nouveau prénom t’angoisse plus que cela ne t’intéresse, ce n’est peut-être pas le moment pour essayer ça et c’est correct aussi. De plus, en parlant de “perte de temps”, ce n’est pas parce que tu explores/te poses des questions que ça t’empêche de faire des activités, etc. Il faut bien sûr avoir un équilibre et se rappeler de prendre soin de soi, de faire des activités qui te rendent bien (que ce soit étudier, discuter avec des ami.e.s, s’adonner à des loisirs, etc.) et de se rappeler que le but est de te rendre bien dans ta peau, donc un processus de questionnement qui te rend mal, ce n’est pas l’idéal. Qu’est-ce que tu en dis?

 

Tu dis aussi que tu as peur de te découvrir FTM, est-ce bien ça? Si ça peut te rassurer, ce n’est pas en te posant des questions ou en explorant que tu vas “devenir ftm”, et à l’inverse, si tu es un homme trans, tu ne vas pas cesser de l’être en arrêtant d’y penser. Je t’inviterais à préciser ce qui te fait peur à l’idée d’être possiblement FTM. Est-ce la réaction de certains proches ou de la société? La peur de la discrimination? Les démarches médicales et/ou administratives? Je tiens à préciser que ce n’est pas parce que tu es un homme trans que tu dois faire “plus de démarches” que si tu es non-binaire. En effet, plusieurs personnes trans binaires (hommes ou femmes trans) choisissent de ne pas prendre d’hormones, ou de ne pas faire une/plusieurs opérations, ou de ne pas changer de prénom, de marqueur de genre, de garder les cheveux longs/courts, de ne pas changer leur habillement, etc. et à l’inverse, plusieurs personnes non-binaires entament des transitions médicales ou administratives. La seule différence entre les personnes trans binaires ou non-binaires c’est le genre/ou l’absence de genre auxquels iels s’identifient. C’est vraiment au choix, ou à la carte si tu veux, c’est bien comme ça. 🙂 Au fond, on transitionne pour être soi-même, pas pour coller à tout pris à des stéréotypes.

 

J’espère que cette réponse a pu t’aider un peu. Je crois vraiment que si tu peux traiter ta dépression et ton anxiété, le reste sera beaucoup plus facile à démêler et beaucoup moins lourd à vivre. Je te souhaite la meilleure des chances et je t’invite à nous réécrire en cas de besoin. Prends soin de toi,

 

A.b., bénévole pour AlterHéros

 

Tu peux aussi te référer à ces différentes questions récentes similaires répondues sur notre site internet pour avoir des pistes de réflexions complémentaires à mes mots :


About abab

Bonjour, Je suis étudiant.e dans le domaine de la santé et il me fait plaisir de discuter avec vous.

Leave a comment