J’aimerais savoir si ces pensées envahissantes sont liées au TOC homo?


Bonjour, mon message me paraît assez stupide mais je ne sais pas où en parler donc je poste ça ici en espérant avoir une réponse..
Alors voilà, je m’appelle Lola j’ai 18 ans et je suis en couple avec un garçon depuis plus d’un an maintenant. Avant lui j’ai eu une relation avec un garçon qui a durer plus de 3 ans.
Je n’ai jamais étais attirer par les filles, ça ne m’est jamais venu à l’esprit ou autre d’envisager une relation avec le sexe opposé.
J’ai toujours eu une attirance pour les garçons, j’ai toujours eu envie de plaire aux garçons et non aux filles.
Le problème c’est que depuis 2/3 jours, sans raison particulière, je me suis demander si c’était possible que je sois BI ou alors lesbienne et depuis cette question ne me quitte plus..
Il faut savoir qu’il y a déjà 2 ans je me suis déjà imaginer être lesbienne ou alors transgenre alors que c’est vraiment pas du tout ce que je veux loin-delà, je n’ai rien contre ces personnes mais moi, je ne veux pas devenir comme ça.. À cette période je me suis remise énormément en question, j’ai lu beaucoup d’article et de témoignage sur internet, j’ai même fais des tests d’orientation sexuelle pour essayer de me rassurer mais rien ne changer.. J’étais tellement stresser et anxieuse que je ne savais plus du tout où j’en étais.. Ses pensées négatives ne me quittaient plus.
Tout allait mieux ensuite jusqu’à ces derniers jours, je savais que j’étais hétérosexuel à 100% et loin d’être transgenre…
Mais depuis 2 jours maintenant, ces questions sont revenu dans ma tête et je n’arrive plus à y répondre, ça me stresse tellement que je n’ai même de réponse à ces questions, je ne sais plus où me placer dans mon orientation sexuelle avec le stress que cela me procure, j’ai l’impression que mes pensées me persuadent de me tromper dans mon orientation alors qu’au fond je sais pertinemment que je ne suis pas attirer par les filles et que j’aime mon copain mais une fois que j’ai ces pensées en tête je n’ai plus aucune réponse, je ne sais plus quoi penser.
Il faut savoir également, que j’ai étais atteinte de TOC du couple, avec des pensées négatives dans ma tête chaque jours sur mon couple, mon copain, je ne savais plus si je l’aimais, si je l’avais aimer ect…
J’ai également eu des TOC comme la peur de faire du mal aux gens…
Je suis une très très grande stresser dans la vie, très très anxieuse, je pense que tout cela joue également mais bon..
J’hésite énormément à consulter un psy pour passer au dessus de tout ça, mon médecin me l’avait d’ailleurs conseiller..
Mais pour le moment j’aimerais savoir si cela fait partie du TOC homo, j’ai lu énormément d’article là-dessus et de témoignage également donc j’espère que tout cela fait seulement partie de mes pensées…
En espérant avoir une réponse de votre part, merci !

Lola

Salut Lola,

 

Merci de nous avoir envoyé ta question! Elle n’est pas stupide du tout et nous recevons beaucoup de questions sur ce sujet, alors tu es loin d’être la seule! Si je comprends bien, tu t’es toujours considérée comme hétéro et tu es en ce moment en couple avec ton copain, mais tu as beaucoup d’anxiété à l’idée d’être attirée par les filles, est-ce bien cela?

 

Je crois comprendre que cette anxiété n’est pas nouvelle, puisque tu expliques que tu as eu par le passé des questionnements sur ton orientation sexuelle et ton identité de genre qui t’avaient préoccupée, n’est-ce pas? Penses-tu qu’il s’agirait d’un épisode similaire? Est-ce que tu te rappelles de ce qui t’avait aidée à passer à travers cette période? D’ailleurs, que l’on soit gay, asexuel‧le, bi ou hétéro, cis ou trans, se questionner sur ses préférences et son identité est tout à fait normal et permet d’apprendre à mieux se connaître. De plus, l’orientation romantique et sexuelle ou l’identité de genre ne sont pas des cases aussi rigides qu’on peut le penser et peuvent même changer au cours de la vie d’une personne! La vie est remplie de zones grises, et nombreux sont les gens hétéros qui ont déjà été attirés ou eu une expérience avec quelqu’un du même genre qu’eux et vice-versa, sans que ça ne change la façon dont ils se définissent. Tu peux y penser comme un spectre sur lequel tu peux te situer ou même te déplacer vers où tu te sens le plus toi-même et heureuse. À AlterHéros, on utilise souvent l’image de la licorne pour expliquer cela. Par rapport à l’orientation sexuelle/romantique, les mots que tu choisis pour te décrire peuvent refléter tes attirances ou tes expériences mais plusieurs personnes préfèrent ne pas utiliser d’étiquettes du tout! 

Là où cela devient plus difficile, c’est lorsque ces questionnements deviennent obsessionnels et amènent de la détresse. C’est le cas, par exemple du fameux “TOC homo”. Je pense que tu es déjà très informée sur le sujet et tu mentionnes que c’est aussi quelque chose qui a déjà affecté d’autres sphères de ta vie. Comme les autres types de TOC, le TOC homo est caractérisé par des obsessions (des pensées intrusives anxiogènes) et des compulsions (des comportements physiques ou de rituels mentaux qui visent à calmer les obsessions). Par exemple, une personne souffrant de TOC homo pourrait “ [chercher] à se faire rassurer sur son hétérosexualité, vérifier ses réactions physiologiques pour déceler un érotisme [ou éviter les interactions avec les personnes du même genre qu’elle] pour réduire l’anxiété” (source).

 

Comme accepter son orientation sexuelle peut aussi être difficile pour plusieurs personnes LGBTQI2+, en raison de l’homophobie et de l’hétéronormativité qui caractérisent malheureusement encore plusieurs milieux familiaux, scolaires, professionnels, etc., cela peut être difficile de distinguer entre ce type de situation et un TOC homo. Par contre, comme tu le sais, l’attraction est un sentiment qui ne peut pas être vérifié intellectuellement avec des questionnaires sur internet, par exemple. Un peu comme quand tu dis toi-même que tu sais instinctivement que tu es attirée par les garçons ou que tu aimes le chocolat! 

 

Identifier précisément ce qui te fait peur par rapport à l’idée ou à la possibilité d’être attirée par les filles peut aussi t’aider à dédramatiser la situation. Par exemple, as-tu peur de perdre ton attirance pour ton copain? Des réactions que ton entourage pourrait avoir si tu aimais les filles? As-tu une perception différente de l’hétérosexualité versus la bisexualité ou l’homosexualité? Est-ce qu’il y a une orientation qui te semble meilleure qu’une autre? Si oui, pourquoi d’après toi?

 

Tu dis que ces inquiétudes sont revenues depuis quelques jours sans raison particulière. Souvent, l’anxiété et les pensées intrusives sont plus intenses lors de périodes de stress ou de fatigue. Est-ce ton cas? Dans ces moments, avoir un système de soutien solide et des outils pour affronter ces défis devient particulièrement important. Peux-tu identifier autour de toi des proches, ami‧e‧s, professionnel‧le‧s à qui tu fais confiance et qui sont là pour t’épauler? La suggestion de ton médecin de rencontrer un‧e psy ou un‧e thérapeute est aussi une très bonne idée! Les psys sont formé‧e‧s pour te donner des stratégies qui peuvent t’aider à faire la différence entre attirance et anxiété par exemple, mais aussi pour t’aider à surmonter les autres types de TOC (comme ceux par rapport aux relations de couple, ou la peur de blesser autrui) et de troubles anxieux. Ton médecin a sûrement des références à te proposer si l’idée t’intéresse, qu’en penses-tu? Je sais que ça peut demander beaucoup de courage d’aller chercher de l’aide, donc tu peux être fière de nous avoir écrit et je ne doute pas de ton succès pour la suite.

N’hésite pas à nous réécrire et je te laisse en référence un article très détaillé sur le toc homo, une boîte à outils pour faire face à l’anxiété, et un lien vers une excellente réponse écrite sur le sujet par mon collègue Guillaume. N’hésite pas à nous réécrire quand tu veux et prends soin de toi, c’est ce qui est le plus important!

Tu peux aussi téléphoner ou clavarder avec des ressources d’aide ici :

Et même consulter diverses questions similaires ici qui ont été postées sur notre site internet. 

 

Bien à toi!

A.b., bénévole à AlterHéros


About abab

Bonjour, Je suis étudiant.e dans le domaine de la santé et il me fait plaisir de discuter avec vous.