J’ai peur d’être pris pour un gay parce que je me masturbe en pensant à des garçons…


Bonjour Monsieur ou Madame Alterheros, j’ai eu une question mais j’ose la poser à d’autres personnes que vous. J’ai déjà honte de l’avoir, mais j’ai vu qu’il y avait des personnes homosexuelles pour répondre aux questions et je me sens rassuré.
J’ai 12 ans et je me masturbe depuis plusieurs mois, j’ai essayé au début en m’imaginant avec des filles que je connais mais sans effet et sans me faire ce bien que j’aime et maintenant je m’invente plein d’histoires avec des garçons que je connais, genre on craque en secret l’un pour l’autre et on finit ensemble sur la plage, à la piscine, dans la forêt dans ma chambre …
Toutes ces histoires imaginaires entre mec me font beaucoup de bien sur le coup , j’ai un sentiment de bien, et j’aime beaucoup le sentir à chaque fois quand j’éjacule.
J’ose pas demander à mes potes si parfois il leur arrive de penser autre chose à des femmes, j’ai peur d’être pris pour un gay. On parle souvent de sexe sur les femmes (comme lui brouter le minou et autres trucs très sexuels que certains ont vu dans des vidéos) et je ne me sens pas bien d’en parler, mais si je fais pas semblant d’en parler, j’ai peur d’être pris pour un gay.
Je voulais savoir si je suis normal ? Et si ça arrivait aussi à d’autres personnes de s’imaginer dans des histoires avec les mêmes personnes de même sexe.

Kinou

Bonjour Kinou!

Tout d’abord, merci de faire confiance à AlterHéros pour ta question! Je sais qu’il peut être difficile de poser des questions sur la sexualité et je suis contente que tu nous aies trouvé!

Pour résumer ta question, tu te demandes s’il est normal de t’imaginer des scénarios romantiques ou sexuels avec d’autres garçons que tu connais si tu te considères hétérosexuel?

Premièrement, ces histoires que tu t’imagines dans ta tête lors de la masturbation peuvent être des fantasmes. Un fantasme, c’est une représentation mentale qu’on peut s’imaginer, de manière consciente ou inconsciente, qui nous procure de l’excitation ou du désir. Ainsi, il y a une différence entre les fantasmes et la réalité. Ce n’est donc pas parce que tu t’imagines des scénarios avec des personnes du même genre que toi lorsque tu te masturbes que tu es nécessairement attiré par eux. En effet, les fantasmes ne définissent pas ton orientation sexuelle.

Beaucoup de personnes hétérosexuelles ont des fantasmes sexuels avec des personnes du même genre, mais ne les réaliseront jamais. Tu n’es donc pas le seul à t’imaginer ce genre de scénario! De plus, il y a aussi des personnes hétérosexuelles qui ont parfois des relations sexuelles avec des personnes du même genre qu’eux, mais cela ne remet pas en question leur orientation sexuelle et ils se considèrent donc toujours hétéros!

Pour résumer ce que je viens de dire, tes fantasmes font partie de ton imaginaire personnel et ne changent pas les attirances que tu ressens en réalité. Et oui, il est normal pour tout le monde de s’imaginer des scénarios sexuels différents de ce que l’on veut vraiment. Ainsi, il vient à toi de te poser des questions sur ce que signifient tes fantasmes pour toi, l’importance que tu leur accordes. Te verrais-tu vivre ce genre de scénario romantique ou sexuel avec une personne du même genre que toi? Ressens-tu une attirance envers les personnes que tu t’imagines? 

Voici sinon quelques réponses à des questions semblables à la tienne:

 

Je te mets un extrait de cette dernière question, car la réponse parle d’un sujet que je n’ai pas encore abordé avec toi:

« Par ailleurs, la question de l’excitation et de l’érection n’est pas nécessairement liée à l’orientation sexuelle. Il est possible d’avoir une érection en regardant un homme, sans nécessairement avoir envie d’une relation avec lui. Même lorsqu’il est question d’excitation, cela ne vient pas nécessairement affecter l’orientation sexuelle.

[…]

Si tu es hétérosexuel, il n’y a rien qui t’empêche d’avoir une érection en regardant un homme. Il est possible que tu te sentes plus en confiance, que tu veuilles regarder un homme parce qu’il te fait sentir bien, ou qu’il t’excite, ce qui peut provoquer une érection. Mais en aucun cas tu ne devrais te sentir mal ou avoir peur de ton orientation sexuelle. Elle n’est définie que par toi et toi seul. Si tu te considères comme étant hétérosexuel, alors c’est que tu l’es. Si un jour tu veux essayer autre chose, il n’y a rien qui t’en empêche et une relation sexuelle avec un homme ne changera pas ton orientation sexuelle. »

 

Donc, comme mentionné dans cet extrait, ton érection et ton excitation par rapport aux scénarios que tu t’imagines n’ont pas non plus d’impact sur ton orientation sexuelle car, de toute façon, c’est toi-même qui mets les mots sur ton orientation sexuelle. Si tu te considères hétérosexuel, tu l’es, tout simplement. Dans tous les cas, et ceci s’adresse à tout le monde indépendamment de leur orientation sexuelle, il est toujours sain de garder une attitude ouverte concernant la façon que notre orientation peut fluctuer avec le temps. Un peu comme les goûts alimentaires, nos préférences et nos attirances peuvent aussi fluctuer. Il n’y a rien de mal à ça, au contraire, il faut simplement rester bienveillant envers soi-même! 

 

Finalement, j’aimerais aussi adresser tes craintes face au fait d’être « pris pour un gay ». Qu’est-ce qui te fait peur là-dedans? Est-ce que tes amis comprennent les différentes orientations sexuelles et romantiques? Tu as peur de te sentir jugé? Pourtant, toutes les orientations sexuelles sont aussi valides les unes que les autres et il faut être fier‧e de qui on est! Ce n’est pas une mauvaise chose d’être attiré par d’autres genres et je tiens à te dire que peu importe ton orientation, tu as le droit de ressentir ce que tu ressens et c’est toujours bien d’avoir un entourage qui te comprend et qui t’accepte!

 

Sur ce, j’espère avoir répondu le mieux possible à ta question. Si jamais tu as d’autres questions qui sont ressorties, n’hésite pas à nous recontacter!

 

Émilie (elle/she), stagiaire à AlterHéros


About Émilie Grandmont

Émilie (elle/she) est une femme bisexuelle et féministe. Elle étudie présentement au baccalauréat en sexologie à l’UQAM. Elle est entrée dans ce programme avec le but d’en apprendre davantage sur la diversité sexuelle et de genre, sur la santé sexuelle et sur l’éducation sexuelle intersectionnelle. Aujourd’hui, elle souhaite venir en aide aux survivant.es d’agressions sexuelles et offrir une écoute inclusive et sécuritaire à toute personne faisant partie de la communauté LGBTQIA2S+. Ses ami.es la décriraient comme passionnée des animaux, effrayée par les papillons et difficile à réveiller aux petites heures du matin.

Leave a comment