J’ai l’impression d’avoir un toc homo depuis ma rupture avec mon amoureuse.


bonjours,
alors voila, depuis un moment j’ai l’impression d’avoir un tocHomo.
je sors d’une longue relations avec une femme avec qui je n’ai pas eu de relation sexuelle (pour des raisons propres et que je comprenais et respectais.)
depuis que je suis séparé d’elle j’ai recommencé a avoir des relation avec d’autres femmes, bcp de relations allant du simple bisous au sexe.
et récemment j’ai couché avec une femme et je n’ai pas senti de vrai sensation un peu comme si j’étais ennuyer.
et a ce moment là je me suis dit dans ma tête pour rire : “si tu prend pas de plaisir avec une femme c’est que t’es gay”.
sauf que depuis j’y pense tout le temps.
je n’ai jamais ressenti de désir pour un homme ni rien qui puisse s’y apparenter.
mais depuis que j’ai eu cette pensée elle m’obsède, quand je marche dans la rue je me demande si je trouve certains hommes beaux. et en parallèle, j’ai l’impression de ne plus avoir de désir pour les femmes (ni pour les hommes).
j’ai essayer de me rassure en regardant du porno hétéro puis gay mais rien du tout.
ayant longtemps consommé du porno (hétéro) j’ai l’impression de ne plus être excité par le porno.
et lorsque j’ai regardé du porno gay, et bien j’ai rien ressenti d’autre qu’un frisson commun devant une scène sexuelle (peu importe de quel genre) et rien d’autre, mais depuis j’ai des imagine qui tournent en boucle dans ma tête et qui me gênent.
j’ai l’impression de ne plus réussir a fantasmer sur les femmes.
a certains moment j’en arrive presque a me regarder dans la glace et à me convaincre que je suis gay, en sachant que je ne le suis pas.
et en même temps j’ai l’impression d’être “dégouter” des femmes.
depuis que j’ai eu cette pensée je me met a regarder des hommes en me demandant si je ressens des choses, et là où avant je pouvais croiser un homme et le trouver beau, maintenant lorsque ça m’arrive je me demande si cela veut dire que je suis gay.
et des fois lorsque je pense être gay je me rappel que bah je n’ai aucune attirance pour les hommes !
et je ne sais plus quoi faire.
je ne sais pas si c’est une anxiété que j’ai, car je vis une année compliqué au niveau des amours avec la rupture avec mon ex de 3ans plus des études très compliquées avec un concours à la fin.
ces pensées sont vraiment très éprouvantes.
je sais que je suis hétéro, que j’ai toujours été attiré par les femmes, que j’en ai aimé certaines.
mais depuis que j’ai eu cette pensée impossible d’éprouver un désirs pour elles ni pour quoi que ce soit d’autre même si j’arrive a me masturber sur du porno.
je suis vraiment perdu car en sachant que je suis hétérosexuel comment j’arrive à me convaincre que je pourrais être gay, comment ça se fait que j’arrive a me regarder dans un miroir et me dire “mais ****** t’es gay” en être convaincu, puis 2 min après me rappeler que je ne peux pas l’être car je n’éprouve aucun désir pour les hommes que ce soit sexuellement, ou amoureusement.

s’il vous plait répondez moi j’ai vrmt besoin d’aide.

Moi

Bonjour,

Pour commencer, je tenais à te remercier de ta confiance envers AlterHéros pour t’aider à cheminer dans tes questionnements. Aussi, je voulais te féliciter d’en avoir parlé, car ce sont des questions qui peuvent être difficiles et il n’est pas toujours évident d’exprimer ses craintes et doutes lorsqu’on est désemparé. Je vois que tu te remets beaucoup en question et je crois que cela démontre ton désir de te découvrir et d’être authentique avec toi-même ce qui n’est pas une chose facile, alors bravo! 🙂

Par contre, de ce que j’en comprends, ces questionnements semblent commencer à prendre une très grande place dans ta vie et en devient même intrusif ce qui t’amène à vivre beaucoup de souffrance. Tu as peur que le fait de te poser toutes ces questions signifie implicitement que tu serais homosexuel, même si tu n’as jamais ressenti de désir envers les hommes.

Alors, il est certain que l’on ne peut pas te confirmer ton hétérosexualité, car la seule personne qui peut déterminer ton orientation sexuelle et bien c’est toi. Je crois d’ailleurs que c’est pour cela que quand ta famille et tes amis ont essayé de te rassurer, cela ne t’a pas réellement aidé, car en fait, il n’y a que toi qui peux connaître la réponse. Toutefois, le fait d’en parler peut aider à cheminer dans sa réflexion et donc, je t’encourage à continuer d’en parler avec les personnes en qui tu as confiance et avec taon psychologue.

Je t’invite vraiment à te faire confiance dans cette exploration, si tu ne ressens pas de désir ou d’attirance envers les hommes et bien, je crois que tu as ta réponse 🙂 Bien sûr, il est aussi possible d’explorer le doute que tu décris, l’aspect de devoir se convaincre ou encore la peur d’être homosexuel et de le refouler. La société dans laquelle on vit est hétéronormative ce qui signifie que d’emblée, les gens considèrent que les personnes qui les entourent sont hétérosexuel‧le‧s et tout ce qui s’en éloigne est « classé » comme différent. Bien que je croie que la situation s’améliore, il reste qu’historiquement les personnes de la diversité sexuelle et de genres ont été maltraité‧e‧s et brutalisé‧e‧s et encore aujourd’hui, il y a malheureusement de l’homophobie dans la société. Pas vraiment la meilleure pub pour avoir envie de faire partie de ce groupe… en tout cas moi ça me faisait peur! Et pas parce que je croyais qu’être homosexuelle était mal, mais plutôt parce que je craignais d’être rejetée par les autres. Je n’avais pas envie d’être différente et considérant la société dans laquelle on vit, il est normal d’avoir peur selon moi. Toutefois, le fait de mieux comprendre les différents éléments qui peuvent influencer sa réflexion et de réfléchir pour déconstruire cette homophobie intériorisée (ou refoulée comme tu dis) aide grandement à pouvoir explorer sa sexualité librement et sans se juger. Il se peut que je me trompe, mais j’ai l’impression que tu anticipes toutes les difficultés/différences que vivent les personnes homosexuel‧le‧s, bisexuel‧le‧s, pansexuel‧le‧s et que comme tu ne veux pas vivre ces difficultés/différences et bien, cela te fait peur d’en faire partie ce qui alimente ton anticipation et ainsi de suite. Le fait de réfléchir d’où vient cette peur d’être homosexuel, bisexuel ou pansexuel pourrait t’aider à arrêter cette boucle d’anxiété qui finalement, ne t’aide pas à répondre à tes questionnements. D’ailleurs, il est important de se rappeler que la sexualité est un élément fluide ce qui signifie qu’elle peut changer dans le temps et selon les contextes. Aussi, la sexualité n’est pas un choix, mais plutôt une part de son identité. Donc peu importe ton orientation sexuelle, ce n’est pas de ta « faute », c’est seulement une (belle) partie de qui tu es. Voici quelques questions de ma collègue Marie-Édith qui pourrait t’aider :

  • « Est-ce que tu connais des personnes homosexuelles? Si c’est le cas, quels genres de modèles t’offrent-elles? Les perçois-tu généralement comme de bonnes ou de mauvaises personnes?

  • Est-ce que les gens de ton entourage ont une vision positive des personnes de toutes orientations sexuelles, ou sont plutôt homophobes?

  • Les adultes autour de toi ont-ils toujours pris pour acquis ton hétérosexualité, ou ont-ils été conscients du fait que tu pourrais ne pas avoir cette orientation sexuelle? Autrement dit, as-tu été témoin de signes d’ouverture envers les personnes homosexuelles et face à ta propre sexualité ou non? »

Voici également d’autres questions qui pourraient t’apporter des pistes de réflexion :

Pourquoi ai-je si peur d’être fay alors que je suis sexuellement attiré envers les filles?

Attiré par les filles depuis toujours, je me questionne, pas envie d’être gay ça me répugne. 

Je pense ne pas être homo, mais cette peur constante d’avoir une attirance pour les hommes… 

Je ne banque plus depuis que ma copine m’a quitté, j’ai peur maintenant d’être gay.

Je me persuade de trouver les hommes moches depuis ma rupture et je me demande si je ne suis pas lesbienne.

Pourquoi je me questionne encore à savoir si je suis gay alors que je suis attiré envers les filles? 

Dans la sexualité, il y a l’attirance émotionnelle et l’attirance sexuelle. Ces 2 composantes ne sont pas toujours pareilles et donc, il est possible de se sentir attiré romantiquement par un homme par exemple, mais de ne pas avoir envie d’avoir des relations sexuelles avec lui. Peut-être qu’analyser ces 2 composantes séparément pourrait t’aider et voir s’il y a des différences?

Il est important d’être bienveillant envers soi-même. Ce sont des questionnements qui peuvent être difficiles et il est normal que cela prenne du temps pour y répondre ou même que ces réponses changent. Aussi, le processus pour trouver les réponses à ces questions peut varier selon chaque personne et donc, cela peut prendre du temps. Il est donc possible d’apprendre à tolérer ces incertitudes afin d’aider à diminuer la détresse vécue quand on se pose toutes ces questions. Ce que je veux dire par tolérer l’incertitude, c’est de se donner le droit de ne pas connaître la réponse à une question et de reconnaître que cela nous fait vivre de l’inconfort sans essayer de deviner ce que cela veut dire ou ce que cela implique pour le futur. Plus facile à dire qu’à faire tu me diras, et tu aurais tout à fait raison, et c’est pourquoi il faut se laisser du temps et y aller petit à petit.

Pour ce qui est de ta baisse de libido, je te rassure, il est tout à fait normal qu’elle fluctue. La société présente souvent la sexualité des hommes dans la performance, comme s’ils devaient toujours avoir envie d’avoir des relations sexuelles, mais ce n’est pas la réalité. Plein d’éléments peuvent expliquer pourquoi tu as moins envie comme ta peine d’amour, ton coup d’un soir qui s’est mal déroulé, ton angoisse vis-à-vis tes questionnements sur ton orientation sexuelle, ton niveau d’énergie, deux ans de pandémie mondiale, la fatigue, etc. L’important c’est de s’écouter! 🙂 Pour que la masturbation redevienne une activité plaisante, tu peux essayer de réaliser un exercice de relaxation avant, de mettre de la musique qui te plait ou encore de briser le « rituel » et de réaliser cette activité à un nouveau moment quand tu en as envie. Par ailleurs, tu fais référence à la pornographie dans ta question, mais sache que le fait de visionner du porno gay ou hétéro ne constitue pas d’indicateurs solides pouvant nous aider à définir notre orientation sexuelle. En effet, l’objectif numéro 1 de la porno c’est d’exciter… afin de faire de l’argent! Et il est complètement normal d’être excité (ou non) devant certains scénarios mettant en scène de la sexualité, peu importe si cela constitue quelque chose dont nous souhaitons réaliser ou non dans la vraie vie. Par exemple, je connais des femmes lesbiennes dont leur pornographie préférée est… le porno d’hommes gais! La pornographie que nous écoutons n’a donc pas nécessairement de lien avec notre orientation.

Pour le TOC homo, je mis connais moins alors je te mets un extrait d’une réponse de mon collègue Guillaume :

«Chez AlterHéros, nous sommes généralement très prudent‧e‧s à aborder le sujet du TOC homo. Pourquoi? Parce qu’il s’agit d’un concept en psychologie utilisé par des thérapeutes professionnel‧le‧s et qu’il est souvent mal interprété et mal utilisé au quotidien par les internautes. De plus, c’est un concept sur lequel il est possible de trouver une tonne d’informations fausses sur Internet. En effet, ce concept est trop souvent utilisé afin d’invalider des questionnements sains et normaux dans le développement identitaire d’une personne. Ceci peut donc contribuer à une forme d’homophobie intériorisée en offrant la prémisse que les questionnements sur l’orientation sexuelle sont liés à un trouble psychologique et non pas à un développement psychologique normal. Alors avant d’approfondir la question du TOC homo, rappelons-nous ces quelques éléments :

  • Il est complètement sain d’avoir des questionnements sur son orientation sexuelle.
  • Il n’y a pas d’âge ou de moments précis pour avoir des questionnements, des réflexions ou des idées érotiques au sujet de l’orientation sexuelle.
  • Toutes les orientations sexuelles sont aussi belles les unes que les autres. Aucune orientation sexuelle n’est meilleure ou inférieure à l’autre.
  • Les orientations sexuelles ne sont pas limitées à l’hétérosexualité ou l’homosexualité, mais que les personnes bisexuelles, pansexuelles et asexuelles existent. Il est donc possible que nos désirs et comportements ne s’inscrivent pas dans une case précise.
  • Les orientations sexuelles comprennent plusieurs composantes liées aux attirances physiques et aux attirances romantiques. Il est donc possible d’être romantiquement attiré‧e par un type de personnes et sexuellement attiré vers plusieurs types de personnes.
  • La sexualité est quelque chose de fluide : nos préférences, besoins, intérêts, désirs et libido peuvent varier avec le temps, selon les contextes et selon les rencontres que nous faisons.
  • Ce n’est pas parce que quelqu’un a eu une idée, une attirance, un questionnement ou un fantasme homosexuel que cela nie son hétérosexualité.»

De plus, considérant que c’est un diagnostic médical, je t’invite à consulter un‧e professionnel‧le de la santé comme un‧e psychologue ou un‧e sexologue si ton questionnement persiste.

J’espère avoir pu t’aider à y voir un peu plus clair et je te souhaite le meilleur pour la suite! Si jamais tu as encore des questionnements, n’hésite pas à nous écrire à nouveau. 🙂

 

Mégane (elle/la), bénévole à AlterHéros


About Mégane

Je m'appelle Mégane (elle/la) et je suis étudiante en ergothérapie à l'Université du Québec à Trois-Rivières. De nature curieuse, j'adore en apprendre plus sur les gens qui m'entourent et les différentes expériences qu'iels peuvent vivre. Je m'intéresse particulièrement à la grossophobie, au racisme et à la santé mentale. Je suis également l'heureuse propriétaire de 2 chats, Marguerite et Tournesol, et j'espère un jour vivre dans un petit cottage dans le milieu de la forêt entouré de fleurs et d'un jardin ce qui illustre bien ma nature optimiste considérant mon incapacité à garder un cactus en vie.

Leave a comment