#en questionnement
#orientation romantique
#orientation sexuelle
#relations interpersonnelles
#Rencontres
#sites de rencontres
22 février 2024

Est-ce que ce serait mal de tenter de sortir avec des filles sur les sites de rencontres sans être sure de mon orientation? Est-ce que je suis aromantique?

Bonjour ,

Je viens de passer 10min à écrire ma question dans tapez votre question avant de me rendre compte que je m’étais trompé d’endroit alors je recommence .Je suis nee dans un foyer banal avec un frère et une sœur de 6 et 10 and de plsu que moi. Ma sœur (hétéro) est mariée et à un enfant. Mon frère (homo) est en couple et à fait son coming out il y a des années. Et il reste moi. Paumé. Indesise. Perdu. Il y a 5 ans je me suis posé la question de ma sexualité quand ma meilleur amie et partie pour l’autre bout du pay et que ça m’a déchirer le cœur. Alors je me suis demander si il n’y avait pas plus que de l’amitié… Je me suis dit que ça expliquerais beaucoup de chose. Mais comment j’allais faire pour le dire au parent ? 1 enfant homo ça va mais 2 ?!! Pourtant ne pouvant rien cacher à ma mère surtout quand ça me perturbe je lui en ai parler et elle m’a dit pas de soucis je t’accepte telle que tu es.

Alors je suis sortie avec une fille qui me plaisait beaucoup. Ça a était désastreux. Elle ç attacher alors que moi je m’éloigner et on a rompu. C’était atroce. Ma première petite amie et ma première rupture. Je me suis dit alors que ma lesbiennitude ne devait qu’être un effet de « mode » ou juste un passage. Et je n’y ai plus trop repensais. Mais me voilà 5 ans plus tard, une autre relation tout aussi courte et désastreuse que la précédente avec un homme cette fois. Et je ne sais plus quoi penser. Sur les site de rencontre, je me rend compte qu’aucun n’homme n’est attirant alors que la plus part des femmes me font m’arrêter plusieurs minutes tellement elles sont belle. Mon soucis c que les vagins me dégoute. Et que j’ai peur de me trompe. Je me dis sortir avec un homme et rompre ç que ça marche/match pas alors que sortir avec une femme sans être sur ç une arnaque/une fraude/un mensonge/une trahison ?… De plus je lis énormément de yaoi (romance entre homme) hard ou non (avec même qq fois un penchant pour les jeux de dominant soumis) et pas du tt de Yuri (romance femminine) Donc si je fantasme sur le sexe masculin c’est bien que je suis hétéro non ?

Est ce que se serais mal de tenter de sortir avec des filles sur les sites de rencontré sans être sur de mon orientation ?! En sachant je le rappel que je n’ai pas d’esperience sexuelle et que je suis un peu coincé à se niveau là… Est ce que ça fait de moi qq’un d’aromantique ? Même si je cherche depuis des années l’amours ?!!

Maiya (elle/she/her), accords féminins

Bonjour, 

 

Merci de faire confiance à Alterhéros pour répondre à tes questions ! 

Si j’ai bien compris, tu es confuse et un peu perdue au sujet de ton orientation sexuelle et tu te sens en conflit interne quant à savoir si tu devrais commencer à sortir avec d’autres femmes, même si tu ne sais pas avec certitude qui t’intéresse. 

Je voudrais commencer par dire qu’il est tout à fait normal que tu t’interroges encore au sujet de ta sexualité et que tu as l’impression d’être toujours coincée en ce qui concerne ton orientation sexuelle/romantique. Il semble que tu te sens un peu découragée à l’idée que ton frère et ta sœur connaissent déjà leur sexualité, alors que tu n’en es toujours pas sûre. Certaines personnes le savent tout de suite et c’est génial, mais d’autres ne le savent pas, et c’est également correct. Il est important de noter ici que la sexualité est fluide et que nos préférences peuvent changer au fil du temps, en fonction de nos expériences de vie et des personnes que nous rencontrons.  L’orientation et l’attirance peuvent être et sont complexes et spécifiques à l’individu·e.  Même si cela peut sembler accablant, saches qu’il n’y a pas de pression ni de limite de temps fixées pour s’auto-découvrir. Au contraire, prendre de petits pas et faire ce qui te sembles le mieux pour toi est une excellente première étape, mais aussi être douce et tolérante envers soi-même pendant le processus. 

Il semble que la première fois que tu as commencé à te poser des questions sur ta sexualité, c’était avec ta meilleure amie. Tu as eu le cœur brisé quand elle est partie et tu t’es demandé si ces sentiments n’étaient pas plus forts que l’amitié.  C’était peut-être, en effet, un fort sentiment d’amitié que tu avais, mais cela aurait facilement pu être plus, ce qui rend parfois la distinction difficile à faire. En général, cela dépend de ce que nous ressentons pour cette personne, de la manière dont nous agissons avec ou de ce que nous attendons de l’autre personne.  Cela dépend aussi de ce que nous considérons comme de l’amour. Saches qu’il s’agit d’un sujet complexe, car cela peut prendre des formes très différentes pour des personnes très différentes. Il est donc compréhensible que la réponse ne soit pas si simple pour toi. Mon collègue explique très bien la différence entre l’amour et l’amitié si tu veux en savoir plus. 

Par ailleurs, c’est génial que tu aies choisi d’explorer ta sexualité en sortant avec une fille après avoir fait cette découverte et cinq ans plus tard avec un homme ! Je suis désolée d’apprendre que ces deux relations se soient mal terminées, te laissant encore plus confuse. Lorsque quelque chose ne va pas dans une relation, cela peut être un indicateur de beaucoup de choses, pas seulement de l’attirance (bien que cela puisse aussi signifier cela). 

Parfois, la façon dont nous agissons dans les relations n’est pas tant une question d’attirance pour la personne que de style d’attachement ou d’autres raisons pour lesquelles la relation ne fonctionne pas. C’est pourquoi il est important de découvrir nos besoins, nos désirs, nos préférences, mais aussi nos limites personnelles dans les relations, notamment en apprenant à nous connaître plus profondément. Une bonne façon d’y parvenir est également d’essayer et de tester. Nous ne savons pas comment nous sommes dans une relation jusqu’à ce que nous y soyons. Peut-être que tes besoins n’étaient pas satisfaits, que les choses allaient trop vite/trop lentement, que tu ne te sentais pas à l’aise pour une raison quelconque, que tu avais besoin d’abord d’une connexion émotionnelle/intellectuelle/intime/physique/romantique/etc. Cela pourrait aussi être complètement différent et être quelque chose d’indépendant sur lequel tu dois travailler, comme certaines insécurités/peurs/déclencheurs qui apparaissent lorsque tu es dans une relation.  

Peut-être aussi que ces personnes n’étaient tout simplement pas faites pour toi. Tu peux être attirée par quelqu’un, mais quand il s’agit d’être dans une relation, quelque chose ne clique pas. Cela ne signifie pas que tu n’étais pas intéressée au départ – ou peut-être que c’est exactement ce que cela signifie, et tu n’étais tout simplement pas attirée comme tu le pensais. Il se peut aussi que tu n’es juste pas attirée par les femmes ou les hommes ou qui que ce soit, ou que tu n’es tout simplement pas intéressée sur le plan romantique ou sexuel, ou seulement un peu intéressée, selon le contexte. Quelles que soient tes raisons, tu as le droit de faire des erreurs et de changer d’avis. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse ; toi seule te connais le mieux et ce qui correspond à ta vérité authentique.

D’ailleurs, même le fait que tu n’es pas sûre de ta sexualité et que tu as l’impression de faire semblant peut jouer un rôle. Il semble y avoir eu une certaine pression pour que tu fasses ton coming out à tes parents en tant que deuxième enfant « homo ». Je suis heureuse d’apprendre que ta mère l’a bien pris et qu’elle t’accepte ! Et même si elle l’était, cela peut encore être beaucoup à gérer émotionnellement et mentalement. Je sais que pour moi, il y avait aussi l’inquiétude supplémentaire qu’après mon coming out, cela signifiait que c’était une affaire conclue, que je ne pouvais pas revenir en arrière, et que si je finissais par être seulement intéressée par les hommes, cela signifiait que j’étais un imposteur ou un menteur pour avoir prétendu être attirée par les femmes et les individus qui ne s’identifient pas avec le genre masculin. Je pourrais avoir tort, mais il semble que tu partages peut-être un sentiment semblable lorsque tu envisages de sortir avec des femmes par rapport aux hommes où tu ressens une sorte de syndrome de l’imposteur.

Le concept de « coming out » comme une déviation de la norme, et avec l’hétérosexualité étant traditionnellement considérée comme le défaut, on a souvent l’impression de devoir prouver nos préférences ou d’en être sûrs. Tu n’as pas besoin de prouver quoi que ce soit tant que la personne avec qui tu es te fait sentir bien et correspond à la version la plus authentique de toi-même ; il en va de même pour ce que tu décides de partager aux autres. 

Je pense qu’il peut être utile de définir l’attirance et les différentes formes qu’elle peut prendre. Généralement, nous parlons d’une différence entre l’attirance sexuelle (qui nous désirons ou interagissons sexuellement avec–plutôt dans un sens physique) et l’attirance romantique (qui nous désirons être en couple ou interagissons de manière romantique avec–plutôt d’un sens émotionnel/affectif), dans laquelle les gens se situent le long d’un continuum. L’attirance sexuelle et romantique peuvent être identiques ou différentes, en fonction de l’individu et de ses préférences personnelles. Par exemple, il est possible d’être attiré·e sexuellement par des personnes du même genre que soi, mais romantiquement par des personnes d’un autre genre, ou vice-versa. 

De plus, il peut y avoir présence de l’un mais pas de l’autre (ou l’absence des deux), d’où les termes asexuel (être romantiquement attiré·e mais ne pas ressentir d’attirance sexuelle) ou aromantique (être sexuellement attiré·e sans qu’il ait d’intérêt/désir romantique). Il existe également des zones grises dans le spectre des orientations sexuelles/romantiques, comme le besoin d’établir une connexion émotionnelle avec quelqu’un avant de ressentir une quelconque attirance sexuelle, comme le montre la demisexualité. 

Selon le centre LGBTQ de l’UNC, d’autres formes d’attraction peuvent inclure esthétique (attiré·e par l’apparence ou la beauté de quelqu’un), sensuelle (désir d’intimité / toucher non sexuel), émotionnel (désir de connaître quelqu’un plus profondément que le niveau superficiel / physique) et même intellectuelle (désir d’interagir intellectuellement avec quelqu’un, de connaître ses opinions / pensées).  AVEN wiki fait un bon travail pour expliquer ce qu’est l’attirance, si tu veux en savoir plus à ce sujet. 

De plus, si tu préfères lire principalement du yaoi, les fantasmes sexuels prédominants d’une personne ne définissent pas nécessairement son orientation sexuelle ou ses préférences. Peut-être que tu n’as pas encore trouvé d’histoires yuri qui ont capté ton intérêt ou que les relations décrites sont trop douces, pas à ton goût. Comme l’explique un·e autre collègue, généralement, l’orientation sexuelle peut être divisée entre les désirs, comportements et identité

« Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personne, qui on aurait envie d’embrasser, etc.). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé notre amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l’identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, lesbienne, pansexuel.le, etc.)…L’identité, c’est vraiment propre à chaque personne, sa façon de se percevoir et son sentiment d’appartenance à une orientation sexuelle plutôt qu’une autre.»

Tout comme avec nos préférences d’attirance, celleux-ci ne correspondent pas automatiquement.  Pour le dire plus concrètement, j’ai vu des témoignages de personnes qui s’identifient comme lesbiennes [identité] qui ont déjà eu un béguin sur des hommes fictifs ou des célébrités du genre masculin (ex : Harry Styles) [désir], mais qui sortent exclusivement avec des femmes ou personnes qui ne s’identifient pas avec le genre masculin [comportement]. Dans ces cas-ci, l’importance que ces personnes accordent à leur comportement est peut-être plus grande que celle qu’iels accordent à leur désir, et sur quoi iels se fient pour déterminer leur identité sexuelle. 

Bien qu’une aversion pour les vagins puisse être indicative de tes préférences sexuelles, ce n’est pas nécessairement le cas. Certaines personnes peuvent ne pas trouver le vagin attrayant, ou ne sont pas spécifiquement attirées par eux, mais ont quand même des relations sexuelles et / ou aiment avoir des relations sexuelles avec des personnes qui en ont (plutôt attirées par leurs personnalités, autres aspects de leur corps, etc.). Aussi, tu peux toujours agir sexuellement sans qu’il y ait de contact avec les génitaux ou même être dans une relation avec quelqu’un sans qu’il y ait une composante sexuelle. Je pense qu’il serait également pertinent de comprendre pourquoi tu es dégoûtée par le vagin, ou ce qui te fait sentir spécifiquement dégoûtée par eux. Pour aider à mieux définir l’orientation sexuelle par rapport à l’attirance, voici un extrait d’une autre réponse qu’un·e collègue a écrite : 

« L’orientation sexuelle c’est l’attirance sexuelle (physique, érotique, sensuelle) que l’on a envers certains genres, indépendament de leur sexe ou de ce qu’iels pourraient avoir entre les jambes. Donc à priori, non, il n’y aurait pas de terme spécifique. Des personnes pourraient ne pas être attiré.e.s par les pénis et s’identifier comme bisexuel.les, pansexuel.les, lesbiennes, queer ou autre. Les organes génitaux sont l’une des nombreuses caractéristiques de chaque personne, comme sa personnalité, sa forme physique, son travail, ses intérêts, etc. Il est possible et totalement légitime d’avoir des préférences ou de l’aversion envers différents aspects, mais à l’heure actuelle les orientations sexuelles ne permettent pas de mettre de mot sur ces expériences. »

Pour répondre à ta question initiale, il ne serait pas mauvais de sortir avec des filles sur des sites de rencontres, même si tu n’es pas certaine de ton orientation sexuelle ni tes préférences d’attirance. Tu peux les explorer même si tu n’es pas sûre. Beaucoup de gens ne le découvrent par elleux-mêmes qu’une fois qu’iels ont vécu des expériences.

Pour n’importe qui, quel que soit leur genre, il y a la possibilité que tu les rencontres et que cela ne corresponde pas/ne fonctionne pas. Il est important d’être honnête et transparent avec la personne, mais tu ne dois pas à la personne d’être attirée par iel simplement parce que tu as swipe sur iel – il en va de même pour la personne, iel pourrait aussi choisir de ne pas être intéressé·e. Ce qui est amusant avec les sites de rencontres, c’est que tu ne connais pas la personne et c’est une occasion d’apprendre à la connaître. Qui sait peut-être que tu es mieux en tant qu’ami·es et que c’est l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes cool. Tu ne le saurais pas tant que tu n’aurais pas essayé. Si tu finis par ne plus le sentir, il est important de ne pas leur donner espoir et de leur faire savoir, mais, en fin de compte, c’est à toi de décider ce que tu penses être le mieux pour leur dire. Si tu es particulièrement inquiète, tu peux toujours dire à la personne à l’avance tes préoccupations, que tu es en questionnement, ou même que tu préfères simplement commencer en tant qu’ami·es.  De nombreuses applications de rencontres ont maintenant la possibilité d’inclure ton orientation sexuelle dans ton profil, y compris, je crois, si tu es en questionnement. Tu peux également l’écrire dans ta bio afin que les gens puissent le savoir à l’avance. 

 

C’était une longue réponse, donc si tu es arrivée jusque-là, je te remercie de t’y être tenue jusqu’à la fin. J’espère que cela a aidé à répondre à tes questions ! Saches que peu importe qui t’attire et comment tu choisis de t’identifier, tu es valide et digne d’être aimée tel que tu es. N’hésite pas à écrire à AlterHéros si tu as d’autres questions 🙂 

Maiya (elle), bénévole chez AlterHéros

Similaire