Comment faire pour être moins dégoûtée par le fait que mon partenaire utilise un sex toy pour la masturbation anale?


Cela fait quelques semaines que je sors avec mon copain. Il m’avait déjà dit qu’avec son ex il avait connu le sexe anal pour lui. Il m’a annoncé qu’il y a quelques mois avant qu’on sorte ensemble donc il a acheté un sex toy anal et cela me gêne beaucoup de savoir qu’il se fait du bien avec. Il m’a dit qu’il l’avait utilisé que quelques fois et que ça ne lui avait pas plus tant que ça. Je sais que c’est stupide car c’est son intimité et que c’est pas si grave mais ça me gêne vraiment et il m’a dit l’avoir jeté alors que ce n’est pas vrai.

Comment puis-je faire pour être moins dégoûter ou d’avoir d’images en tête ? Je lui en ai déjà parlé et ça se termine en dispute le plus souvent.

Amélie

Bonjour Amélie,

Merci de faire confiance à AlterHéros!

Tu nous écris parce que tu vis un malaise en lien avec le fait que ton copain t’ait partagé avoir apprécié la pénétration anale avec une autre personne et seul à travers la masturbation avec un jouet sexuel. Tu ressens du dégoût et tu aimerais que cela cesse d’être un obstacle dans votre relation. Bien que tu tentes d’en discuter directement avec lui (bravo pour ton ouverture à la communication!), tu constates que cela se termine en conflit la plupart du temps. Tu aimerais savoir comment faire pour que cela ait moins d’impacts négatifs sur toi et ta relation.

Le sexe anal demeure un tabou dans la société, donc ce n’est pas surprenant que ce soit un sujet qui puisse provoquer de la gêne et de l’inconfort de ton côté. Je te propose qu’on puisse défaire quelques mythes ensemble à ce sujet-là et qu’on explore des causes possibles de ce sentiment de dégoût. C’est plus facile de trouver des solutions quand on comprend mieux quel problème exactement on souhaite régler. J’ai envie de te demander quelles sont les pensées qui te viennent automatiquement lorsque tu penses à cette pratique sexuelle.

Pour reprendre les mots de ma collègue Marie-Édith dans J’ai le fantasme de me faire sodomiser, suis-je gay? :

« – C’est correct d’être homosexuel. Il n’y a rien de mal à être gay, lesbienne ou bisexuel.le. Je sais que tu es probablement au courant, mais c’est toujours bon de le rappeler !

– Le désir ou la pratique de la pénétration anale donnée ou reçue n’est pas un signe d’une orientation sexuelle ou d’une autre. Certains hommes hétérosexuels adorent la pénétration anale et certains hommes homosexuels la détestent. Plusieurs couples hétérosexuels apprécient la pénétration anale – et oui, les hommes hétérosexuels aiment aussi la recevoir parfois. Les personnes assignées “homme” à la naissance ont d’ailleurs la chance d’être dotées d’une prostate, qui peut procurer des plaisirs insoupçonnés lors de la pénétration anale ! Je t’invite à lire cet article fantastique du magazine URBANIA pour en savoir plus : Petit guide du pegging et des joies de la prostate. C’est donc bien dommage que le sexe anal soit associé à des clichés souvent enracinés dans l’homophobie… pour cette raison, plusieurs personnes se privent de grandes choses ! »

Ainsi, on associe souvent à tort le fait qu’un homme aime recevoir la pénétration anale (pratique sexuelle) au fait qu’il soit gay (orientation sexuelle). C’est une association qui ne fonctionne pas pour plusieurs raisons, la première étant surtout qu’il n’y a pas de lien causal entre l’orientation sexuelle et les pratiques sexuelles d’une personne. Déjà, ce ne sont pas tous les hommes homosexuels qui aiment le sexe anal! À l’inverse, il y a beaucoup d’autres personnes, y compris les gars cis hétéros, qui apprécient particulièrement ce type de sensations. Alexandra Tizio s’attaque justement à ce sujet dans son article Les gars, il est temps de briser le tabou de l’orgasme prostatique.

Par la suite, il est possible que ce qui te rend inconfortable ne soit pas nécessairement la pratique de la masturbation anale, mais bien l’usage d’un jouet sexuel alors que vous êtes dans une relation amoureuse. J’aimerais t’inviter à lire cette réponse très complète de ma collègue Jessica (Ma blonde utilise encore ses jouets sexuels même si on est en couple…) dont je te laisse un extrait ici : «J’aimerais te dire que la sexualité comporte plusieurs dimensions. La sexualité peut être à la fois individuelle et à la fois partagée avec un.e/des partenaire(s). La masturbation est chose importante pour certaine personne, elle permet de se découvrir et de se retrouver avec soi-même. La masturbation au sein d’un couple ne doit pas être automatique associée à une action posée contre son couple, mais plutôt un geste posé pour soi-même. Par exemple, est-ce qu’il t’arrive toi aussi de te masturber lorsque tu es seul.e ? Que l’on se masturbe uniquement avec notre main ou bien avec un jouet sexuel, cela revient au même : il s’agit du même objectif, la recherche de plaisir. Par ailleurs, une pratique saine de la masturbation en couple se fait en complément des relations sexuelles, et non pas pour remplacer une vie érotique avec son/sa partenaire ! Le fait que ta copine [ton copain] pratique la masturbation ne remplace pas les relations sexuelles que vous avez l’occasion de partager ensemble. N’est-ce pas ?» À ce sujet, est-ce que tu as un inconfort similaire à imaginer ton amoureux se masturber le pénis? Ou est-ce uniquement l’aspect du plaisir anal qui te procure ce malaise? Si c’est le cas, j’aimerais encore une fois t’inviter à réfléchir plus en profondeur sur les raisons pour lesquelles tu ressens un inconfort à l’idée que des personnes proches de toi peuvent apprécier le plaisir anal, notamment dans un contexte de masturbation. Est-ce que tu associes ceci à quelque chose de sale? À quelque chose de moins masculin? À quelque chose de propre à une orientation sexuelle non hétéro? Toutes ces pistes sont en fait des stéréotypes et qui, par définition, ne sont pas fondés.

Une possible solution? T’inviter à percevoir que certaines personnes, indépendamment de leur identité de genre, de leur anatomie ou de leur orientation sexuelle, peuvent prendre plaisir à la stimulation de leur anus. En effet, pour citer cette réponse : «L’anus contient de nombreuses terminaisons nerveuses qui sont très (très!) susceptibles de donner du plaisir sexuel. Selon l’anatomie de la personne, la présence d’une prostate peut également produire des sensations extrêmement positives. Si une personne n’a pas de prostate, le plaisir est tout de même possible puisqu’il y a plein de récepteurs nerveux dans le canal anal qui sont directement reliés au cerveau, mais également aux terminaisons nerveuses du vagin et du clitoris. Bref, la dilatation anale ou la masturbation anale, ça nous permet de profiter des zones de notre corps qui peuvent nous procurer du plaisir. Aussi simple que ça!». Ceci étant dit, c’est entièrement valide si tu ne souhaites pas explorer le plaisir anal de ton côté et ni aux côtés de ton amoureux. Tu as droit à tes propres limites et c’est tellement okay!  

Aussi, c’est possible que tu réalises que les images qui reviennent dans tes pensées sont liées à des événements difficiles dont tu as toi-même fait l’expérience ou été témoin dans le passé. Si c’est le cas, je t’invite à en parler à une personne de confiance et à échanger avec un.e intervenant.e si tu en ressens le besoin (avec la ligne québécoise Info-aide Violence Sexuelle 1 888 933-9007 par exemple).

N’hésite surtout pas à nous réécrire si tu as d’autres questions ou si tu ressens le besoin de clarifier certains aspects de ma réponse.

J’espère que ces informations t’aideront à y voir plus clair et à te sentir mieux!

Rose Dorian, technicien.ne en travail social & bénévole pour AlterHéros


About Rose Dorian

Rose Dorian est une personne autiste, queer, trans et non binaire diplômée en techniques de travail social depuis 2016. Iel intervient principalement avec des personnes survivantes/victimes d'agression sexuelle et de violences ainsi que leurs proches et avec des personnes neuroatypiques.

Leave a comment