J’ai le fantasme de me faire sodomiser. Suis-je gay?


Bonjour j’ai 16ans et demi et je me pose là questions sur mon orientation sexuel depuis 1ans environ ,avant c’était juste passager mais en ce moment ça me tourmente et me rend insomniaque (a cause de l’angoisse) je suis en couple avec une fille et je pense l’aimer (je suis sûr de l’avoir aimer mais en ce moment due aux stress et au questionnement je suis perdu dans tout les domaines ) j’ai toujours était attiré par les femmes j’ai eu plein de relation avec les femmes et bande sur elle mais depuis 1semaine plus aucun genre m’attire (homme comme femme ) je pense que c’est dû aux stress qui me travail car j’aime toujours regarde les femmes et non les hommes mais à chaque fois que je vois un homme la question :est ce que il m’attire ?reviens . J’ai depuis la 5eme des fantasmes sur la sodomie pas forcément par un homme mais juste l’envie de savoir ce que ça fait ( cette envie est née quand un ami m’a dis en rigolant qu’il aller m’acheter un gode et je me suis dis dans ma tête que ça pourrais être sympa de voir ce que ça fait ) je me suis déjà mis des doigts pour voir et je n’apprécie pas(je trouve que ça fait mal ) ,je n’en n’ai parlé à personne et ne désire pas en parler par honte ( pas d’être gay potentiellement mais juste de me poser ma question à cette âge là) je pense profondément être hétérosexuel mais le doute me rend dingue et me fait penser defois que je suis gay ( je n’ai pas de problème avec eux juste que je ne veut pas ce genre de vie) je n’ai jamais été attiré par un homme (mes potes font des blagues à montrer leur cul et leur bite et je n’ai jamais ressenti le désir d’y goûter ) mais j’ai déjà ressenti un fantasme en dormant avec un ami à moi ( j’ai voulu qui me sodomise mais c’était que passager ) j’aimerai de l’aide et qu’on m’éclaire sérieusement et pas qu’on me donne juste d’autre questions à me poser . Je tiens à préciser que ce doute est due aux fantasme de me faire sodomiser (pour savoir ce que on peut ressentir )
Kira

Salut Kira ! Merci beaucoup pour ta question.
Tu expliques que tu t’interroges au sujet de ton orientation sexuelle depuis environ un an, de façon plus intense depuis quelques temps. Tu es en couple avec une fille que tu penses aimer, mais le stress prend beaucoup de place en ce moment. Ce qui te fait te questionner, surtout, ce sont des fantasmes à propos de la pénétration anale. Tu penses être hétérosexuel, mais le doute persiste et tu es très anxieux. Ce dont tu as besoin, c’est que l’on t’éclaire sérieusement et pas de devoir te poser plus de questions. Plusieurs personnes nous ont écrit sur le même sujet au cours des dernières années. Tu n’es vraiment pas seul dans cette situation, je te rassure, et tu n’as pas à avoir honte. D’accord ? Ce que tu vis est normal.
D’abord, prenons un moment pour démystifier quelques éléments :
– C’est correct d’être homosexuel. Il n’y a rien de mal à être gay, lesbienne ou bisexuel.le. Je sais que tu es probablement au courant, mais c’est toujours bon de le rappeler !
– Le désir ou la pratique de la pénétration anale donnée ou reçue n’est pas un signe d’une orientation sexuelle ou d’une autre. Certains hommes hétérosexuels adorent la pénétration anale et certains hommes homosexuels la détestent. Plusieurs couples hétérosexuels apprécient la pénétration anale – et oui, les hommes hétérosexuels aiment aussi la recevoir parfois. Les personnes assignées “homme” à la naissance ont d’ailleurs la chance d’être dotées d’une prostate, qui peut procurer des plaisirs insoupçonnés lors de la pénétration anale ! Je t’invite à lire cet article fantastique du magazine URBANIA pour en savoir plus : Petit guide du pegging et des joies de la prostate. C’est donc bien dommage que le sexe anal soit associé à des clichés souvent enracinés dans l’homophobie… pour cette raison, plusieurs personnes se privent de grandes choses ! Et en passant, le sexe anal, ça prend de la préparation, de la détente et du lubrifiant. Je comprends que ton expérience n’a pas été agréable ; c’est correct ! On n’est pas obligé d’apprécier une pratique sexuelle ou une autre. Mais pour avoir du plaisir, mieux vaut éviter la sécheresse avec un bon lubrifiant et prendre son temps. Si tu lis l’anglais, je te propose de lire cet article de notre directeur général (et sex blogger) June Pilote : What is the right lube for me ?
– Tu parles d’avoir un “genre de vie” homosexuel. Qu’est-ce que tu veux dire ? Souvent, lorsqu’on parle d’un “mode de vie homosexuel”, on pense à des clichés et stéréotypes associés aux hommes gais. Pourtant, on n’a jamais entendu parler d’un “mode de vie hétérosexuel”. En réalité, les hommes gais vivent des vies tout aussi différentes que les hommes hétéros. Tu penses peut-être à certaines activités, certains vêtements ou attitudes. Je crois que tu serais surpris de voir à quel point chaque homme homosexuel est différent, un peu comme les hommes bisexuels ou hétérosexuels.
– Tu expliques ceci : “j’ai toujours était attiré par les femmes j’ai eu plein de relation avec les femmes et bande sur elle”. C’est super pour toi ! Par contre, le fait d’avoir eu plusieurs relations sexuelles avec d’autres personnes n’est pas un signe d’une orientation sexuelle ou d’une autre. Le fait d’avoir des érections ne l’est pas toujours non plus – le corps étant ce qu’il est (réactif !), il est possible d’avoir une érection en pleine classe de math alors qu’on pense à une clémentine et même d’avoir de telles réactions physiques lors d’une agression sexuelle. On peut toutefois dire que si ce qui provoque une érection chez toi la majorité du temps, ce sont des filles, tu es probablement hétérosexuel ou bisexuel…  Tu comprends ?
Je suis bien consciente que tu es à la recherche d’indices pour trouver ton orientation sexuelle et je ne souhaite pas briser tes efforts. Ce qui est le plus important dans l’équation, c’est la façon dont tu te sens, vers qui tu as envie d’aller, avec qui tu as envie de faire des découvertes et te laisser emporter, avec qui tu as envie d’avoir des relations sexuelles, avec qui tu as envie de passer une partie de ta vie (si applicable). Notre orientation sexuelle nous appartient et est basée sur nos sentiments et désirs profonds, ainsi que sur notre auto-identification. Cela dit, es-tu gay ? Probablement pas, puisque tu dis avoir toujours été attiré par les femmes. Es-tu bisexuel ? Peut-être. Es-tu hétérosexuel ? Probablement. Je ne peux pas t’offrir de réponse claire, puisque c’est à toi de voir ce que tu ressens vraiment.
Maintenant que tu as ces informations en main, que faire ? Tu peux te permettre de continuer à te demander si certains hommes t’attirent. C’est correct ! Je vais te dire un secret (bon, pas très secret puisque c’est sur le web mais bon) : je suis lesbienne et il m’arrive d’être attirée par des hommes et des personnes non-binaires une fois de temps en temps. Est-ce que ça remet mon orientation sexuelle en question ? Non. Je me permets simplement d’apprécier la beauté et le charme de certaines personnes. Est-ce que forcément j’ai envie d’avoir des relations sexuelles avec ces personnes ou de vouloir être en relation amoureuse avec elles ? Non. Le terme qui me convient le mieux pour parler de mon orientation sexuelle, c’est le terme “lesbienne”. C’est ça, l’auto-identification. Et voilà !
Tu peux continuer à fréquenter ta copine et te concentrer sur les bons moments que vous passez ensemble. Tu l’expliques bien – c’est normal qu’avec le stress, tu doutes de certaines choses ou que tu te sentes moins à l’aise dans certaines situations. Nous avons tous et toutes des périodes où nous avons l’impression que nos sentiments sont moins forts ou qu’on n’a pas beaucoup d’énergie ou d’envies sexuelles. Prends bien soin de toi, permets-toi de continuer à te questionner, non seulement c’est normal mais c’est aussi très riche ! Je suis certaine que tu trouveras réponse à tes interrogations très bientôt.
Bon courage, Kira. J’espère le tout aidant. Si jamais tu as d’autres questions ou que tu souhaites nous donner des nouvelles, tu peux nous réécrire.
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros

About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.

Leave a comment