Marie-claire


About Marie-claire

Marie-Claire détient un baccalauréat en sexologie de l'université du Québec à Montréal. Elle aime le vélo, lire avec un cappuccino à la main et donner des surnoms moches à ses chats.


Je porte des tampons dans mon rectum 7 jours par ...

Question, les dangers du tampon, peut paraître ridicule mais je veux être certain. Je dois dire que je suis née homme mais dans mon plus profond, je suis une femme. Depuis quelques années, je porte des tampons pendant 7 jours par mois (dans mon cul) pour faire comme si j’étais vraiment menstruée. La petite corde qui dépasse est le summum du féminin. Je voulais savoir si il y a un risque à cette pratique. J’ai lu que certaine femme ont des problèmes de santé avec les tampons. Merci!


Après avoir divorcé avec ma femme il y a plusieurs ...

je Divorcé d'une femme depuis plusieurs année et j'ai eu des relation avec d'autre gars et j'ai aimé .... je sais que maintenant je préfère les relation avec des gars et faire du Naturiste mais sais pas comment annoncer cela à ma fille,famille et amis ????


Est-ce que la libido d’une personne hyposexuelle peut changer avec ...

Bonjour et gros becs de France! Voilà, je suis mariée depuis 10 ans à un homme que j'aime et qui m'aime. Nous avons des jumeaux de 6 ans (et j'ai aussi des jumelles de 17 ans d'une précédente union), et c'est un papa fantastique et un beau-père attentionné. Mon souci est que je pense qu'il est hyposexuel. Le sexe ne l'intéresse pas beaucoup, il ne manifeste pas de désir envers moi et nos rapports sont très peu fréquents (1 à 2 fois par an avec pénétration, toujours dans la même position et cela ne dure pas très longtemps. Sinon, du sexe oral (lui pour moi généralement, i semble aimer m'offrir cela) mais rarement aussi, je dirais 1 fois tous les 3-4 mois). Il me dit que le sexe ne lui manque pas, il ne se masturbe même pas... Moi en revanche, le sexe me manque, j'aime ça et n'en ai pas honte. Nous avons consulté des sexologues ensemble, j'ai tenté de "varier le plaisirs", certaines choses fonctionnent sur le coup, mais cela retombe toujours très rapidement. Il ne prend jamais l'initiative et je me lasse de devoir réclamer ses faveurs à chaque fois. Je me sens très frustrée et perds confiance en moi au fil des ans: je suis bourrée de complexes (irrationnels pour la plupart), je ne me sens pas femme mais seulement mère et "copine", je suis sous anti-dépresseurs... Je me sens "faner" petit à petit, ne pas susciter d'intérêt physique chez mon mari. Nous nous entendons très bien au quotidien, on rit beaucoup ensemble, c'est quelqu'un qui a énormément de qualités. Mais je sens que je craque. Je me sens attirée par d'autres hommes (physiquement mais pas du tout sentimentalement) et me demande si des aventures extra-conjugales ne seraient pas la solution. Je lui ai déjà dit que je n'étais pas à l'abri de succomber un jour si un type me faisait des avances et me plaisait. Il m'a répondu qu'il en avait conscience et que si ça devait se passer, il préférait ne rien savoir. Bref, ma question est la suivante: que puis-je faire pour éviter d'en arriver là? (le tromper n'est pas ce dont j'avais rêvé en l'épousant. Je précise qu'au début de notre relation, notre vie sexuelle était un peu plus active, mais pas non plus exceptionnelle: il souffrait du dos, prenait de la morphine, et je mettais ça sur le compte de ses problèmes médicaux. Il a été opéré depuis, va beaucoup mieux, ne prend plus de morphine, mais pour autant, notre vie sexuelle est de plus en plus plate). Dois-je me résigner? Une personne hyposexuelle peut elle changer (j'en doute fort... Et mon mari a 49 ans...) Merci d'avance pour votre aide... Bravo pour votre site!!!



J’aimerais lécher l’anus de ma copine. J’ai peur de sa ...

Bonjour Alterhéros. Comment allez-vous ? Moi, ça va. J'ai besoin d'aide, si possible J'ai une copine, on s'entend bien, on s'aime. On est un couple heureux. Mais y a une envie, que j'aimerais faire. C'est de lui lécher l'anus. J'ai toujours voulu faire ça. Mais j'ose pas trop lui en parler. J'ai peur de sa réaction. À votre avis, je doit lui en faire part ou non ? Flo Bonjour Flo! Merci d’avoir pris le temps de nous écrire. Tu es en couple, vous êtes en amour et tout va bien, mais tu aimerais pouvoir explorer l’idée de lécher son anus avec elle. Tu es stressé à l’idée qu’elle réagisse mal donc tu hésites à lui en parler. La sexualité est encore un sujet assez tabou. C’est donc un thème qu’il peut parfois être difficile à aborder dans nos relations amoureuses. Cela demande de dévoiler une partie de soi que nous avons souvent tendance à laisser cachée. De plus, la sexualité anale semble pour beaucoup sortir de l’ordinaire. Nous en parlons très peu. Pourtant, l’anulingus, comme tu le décris, est pratiqué par un couple sur quatre en France. Si tu comprends l’anglais, je te suggère cet excellent podcast sur le thème de la sexualité anale. Comme mentionné dans ce podcast sur la sexualité anale, celle-ci est souvent entourée de honte. On a tendance à le voir comme une partie du corps qui est sale. Pourtant, l’anus est une zone très érotique du corps qui comprend beaucoup de terminaisons nerveuses. En l’occurrence, elle peut procurer énormément de plaisir. Malheureusement, c’est aussi une région qui n’est souvent pas stimulée adéquatement et beaucoup de personnes ont de mauvaises expériences avec celle-ci. Cela ajoute à toutes les idées négatives que les gens se font des pratiques associées à l’anus. Il est donc important d’approcher la sexualité anale avec l’idée de procurer du plaisir à la personne qui reçoit la stimulation. Par contre, même si cela n’est pas toujours facile, démarrer une discussion sur nos fantasmes sexuels peut ouvrir tout un horizon de possibilités pour un couple. Il y a plusieurs manières de démarrer une telle discussion. Un moment intéressant pour le faire peut être, par exemple, après une relation sexuelle. Tu peux demander à ta partenaire des questions telles que : «Qu’est-ce que tu as aimé?», «Est-ce que tu as aimé ci ou cela?», «Qu’est-ce que tu as moins aimé?», «Qu’est-ce que tu aimerais?», «Est-ce que tu as des fantasmes que tu aimerais réaliser»… Tu peux également débuter la conversation en t’intéressant à son univers érotique.  «Est-ce que tu te masturbes?», «Comment aimes-tu te masturber?», «À quoi penses-tu quand tu te masturbes», «Consommes-tu des médias érotiques?», «Que lis-tu? /  Qu’écoutes-tu? / Que regardes-tu?», etc. Tu peux enchaîner en partageant tes propres préférences selon son niveau d’aisance, ses intérêts ou ses questions. Sinon, si tu as plus de difficulté à t’exprimer verbalement sur ce sujet, tu pourrais lui proposer de lire, de regarder ou d’écouter un médium érotique avec toi et de partager avec elle une discussion sur ce que vous avez regardé ou sur vos préférences et limites mutuelles. Vous pourriez sinon aller visiter une boutique de sexe (sex shop) ensemble et tu pourrais initier une conversation à partir de ce que vous observez autour de vous. Ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise de parler de partenaires antérieur.e.s, mais cela peut également être une avenue intéressante pour avoir une idée de comment elle pourrait se sentir par rapport à tes préférences sexuelles. «As-tu le souvenir d’une relation sexuelle que tu as particulièrement aimé?», «Voudrais-tu me le.la montrer?», «Qu’est-ce qui te déplaît le plus chez un.e partenaire sexuel.le?», etc. Comme le mentionne Shinri dans sa réponse à une question semblable, que je te recommande d’ailleurs d’aller lire, il peut être intéressant de remplir des fiches de «yes, no, maybe» (oui, non, peut-être) avec ta partenaire. Cela permet, en premier lieu, à ce que vous vous posiez vous-mêmes des questions sur ce que vous aimez, ce que vous pourriez peut-être aimer et ce qui ne vous intéresse pas du tout. Si vous ressentez de l’inconfort à l’idée de dévoiler entièrement vos fantasmes, vous pouvez remplir ces fiches de manière séparer et discuter, par après, de ce que vous vous sentez à l’aise de partager Dans tous les cas, c’est un outil assez intéressant pour démarrer une discussion sur le fantasme, l’exploration sexuelle et le consentement. Voici quelques exemples de listes : https://www.autostraddle.com/you-need-help-here-is-a-worksheet-to-help-you-talk-to-partners-about-sex-237385/ 2. http://www.thatotherpaper.com/files/Yes_No_Maybe.pdf 3. https://fr.scribd.com/document/409442377/Bad-Girl-s-Bible-BDSM-Checklist Si cela semble trop formel, une autre manière intéressante d’explorer les préférences sexuelles, dans un cadre consentant, avec son ou sa partenaire est d’utiliser la méthode du «chaud, tiède et froid» ou du «rouge, jaune et vert». C’est une technique que les gens ont tendance à utiliser avec de nouveaux/nouvelles partenaires qui consiste à jouer à découvrir le corps de l’autre ainsi que ses préférences sexuelles en utilisant un code comme «chaud, tiède et froid» pour exprimer qu’un acte procure beaucoup de plaisir (chaud ou vert), est plutôt neutre (tiède ou jaune) ou que ce qui l’acte devrait prendre fin (froid ou rouge). Cela peut être un jeu amusant pour explorer vos intérêts mutuels tout en restant dans le consentement. C’est une activité assez fluide qui permet de prendre en compte les sentiments du moment parce que, parfois, on peut ressentir des inconforts dans la sexualité et il est important de les adresser même s’ils sont passagers. Cela permet aussi d’apprendre petit à petit ce qui procure du plaisir à son ou sa partenaire ce qui n’est, de toutes évidences, pas sans intérêt. Il est important de discuter, par après, de la signification des verts, des jaunes et des rouges ayant eu lieu lors de la relation sexuelle. J’espère que ma réponse t’aidera dans tes aventures romantiques et sexuelles. Hasta la vista, Marie-Claire Jones


Pouvons-nous être cisgenre et queer à la fois?

Bonjour, Depuis quelque temps, je ressens un questionnement sur mon identité sexuelle/romantique. Je n'ai jamais douter le fais d'être une femme cis. Par contre, je croyais être demisexuelle et panromantique, mais je commence à peut-être envisager être Queer... Je me demandais ce que signifiais être Queer, si nous pouvons être cisgenre et queer à la fois, mais refuser le modèle de binarité sans tout fois être soi-même non-binaire. Merci beaucoup! A-lx Salut! Merci d’avoir pris le temps de nous écrire afin de nous partager tes questionnements. Je constate que cela fait un certain temps que tu te questionnes sur ton orientation sexuelle. Tu t’identifiais comme étant demisexuelle et panromantique, mais tu commences à te demander si l’identité queer te représenterait bien. Tu voudrais donc avoir une définition du terme queer afin de t’orienter un peu dans ton processus. Bien, en fait, queer est un terme qui comporte plusieurs définitions. Je vais donc prendre le temps de les décrire au meilleur de ma connaissance, car il se pourrait que tu croises des personnes adoptant l’une ou l’autre d’entre-elles. D’abord, «queer» est un mot signifiant, en anglais, étrange. C’était, pendant une certaine période, un mot utilisé comme une insulte envers les minorités sexuelles, de genre ou les personnes ayant une sexualité marginalisée (BDSM, fétichisme, travail du sexe, polyamour, etc.). Encore aujourd’hui, dans les communautés LGBTQ, on peut croiser des personnes qui vont considérer que ce mot est violent, surtout dans les pays majoritairement anglophones, au même titre que ‘’fif’’ ou ‘’brouteuse’’. Il est, par contre, plus probable que tu croises des individus s’étant réapproprié cette même définition. Dans de nombreuses communautés anglophones, le mot «queer» est devenu un mot rassembleur synonyme de membre d’une communauté sexuelle ou de genre. C’est un peu comme un doigt en l’air aux gens qui l’ont utilisé  ou qui l’utilisent encore comme une insulte. En gros, pour certaines personnes «être queer» peut n’être qu’un synonyme d’être, par exemple, «homosexuel» ou «simplement pas entièrement hétéro». C’est un mot valise qui commence à faire de plus en plus sa place dans les communautés francophones. Le terme queer peut aussi être revendiqué par des personnes qui ne se retrouvent pas dans la vision dominante de l'hétérosexualité et qui définissent leur orientation sexuelle de façon beaucoup plus flexible! Tu pourrais, par exemple, te définir comme étant une personne sur le spectre de l’asexualité, demisexuelle, comme tu le faisais et utiliser le terme queer dans le sens du mot valise «queer». Panromantique, être attiré(e) de manière romantique soit envers des personnes de tous les genres confondus ou, selon la définition, avoir une préférence romantique d’abord et avant tout pour la personnalité d’un individu, peut à la fois entrer dans cette définition de queer, mais cela comporte également des similarités avec certaines composantes de la théorie queer. Donc, finalement, j’arrive à la définition qui, je crois, t’intéresse le plus. «Queer» est aussi une théorie selon laquelle le genre et, par le fait même, l’orientation sexuelle comme nous l’entrevoyons sont des concepts entièrement construits par la société dans laquelle nous vivons. Cela se base sur l’idée que le genre est un concept qui, au fil du temps et selon la société dans laquelle tu vis, va changer. En gros, le genre est une idée abstraite. Petite analogie, c’est un peu comme un standard de beauté. Tu as des endroits où plus tu as un long cou, plus tu es sexy. Il y en a où plus tu as des petits pieds, plus tu es physiquement avantagé. Il y en a où être beau c’est d’avoir le nez percé et d’autres où c’est de ne jamais s’être fait tatouer. Puis, il y en a d’autres où tout le monde se contrebalance un peu de ce que tu as l’air. Selon la théorie queer, le genre, c’est un peu pareil, mais, dans la société où nous vivons, il n’y en a que deux genres qui sont historiquement représentés et ce de manière assez restrictive. Disons que si tu n’as pas le nez percé, on va te le faire remarquer pas rien qu’à peu près. C’est donc un modèle binaire, mais ce modèle n’est pas universel et donc, selon cette théorie,  gagnerait à être déconstruit. Ok, mais qu’en est-il de l’orientation sexuelle? Bien, si tu fais complètement exploser le concept de genre, BANG, l’orientation sexuelle explose aussi parce que celle-ci dépend du genre. Si le genre est entièrement construit, l’orientation sexuelle l’est toute aussi. Encore une fois, selon cette même théorie, l’orientation sexuelle est aussi un concept qui prend une définition différente selon la société et la période historique dans laquelle nous nous trouvons. Par exemple, dans notre société, être un homme homosexuel, signifie le plus souvent «être attiré par une personne du même genre». Dans certaines cultures et d’ailleurs, historiquement, cela a également été le cas à certains endroits en Amérique du Nord, être un homme homosexuel signifie être une personne qui aime se faire pénétrer par un autre homme. Bref, la conceptualisation que nous nous faisons de l’orientation sexuelle est très récente et particulière à la société dans laquelle nous vivons. C’est un aperçu très bref de la théorie queer, mais certaines personnes vont utiliser ce terme afin d’exprimer le fait qu’elles s’identifient à celle-ci. Ensuite, il est possible d’observer diverses variantes. Certaines personnes vont s’identifier uniquement à une ou l’autre des composantes de la théorie. Les gens vont, par exemple, se définir comme queer, mais ils ne vont l’utiliser que pour dire qu’ils ne croient pas que leur orientation sexuelle peut rentrer dans une catégorie basée sur un modèle binaire. Parfois les gens l’utilisent pour signifier qu’ils vont à l’encontre des normes ou des stéréotypes de genre. C’est un terme qui a tendance à être plutôt politisé et qui est utilisé à plusieurs sauces.  Oui, tu pourrais donc utiliser le terme queer tout en t’identifiant au genre qui t’as été assigné à la naissance. Tu peux également le rejeter si tu trouves que cela ne te correspond pas non plus. Tu peux l’adopter et changer d’idée en cours de route. Ce n’est pas quelque chose qui se doit d’être fixe! Je te propose au passage l'article de mon collègue Guillaume au sujet du queer : Que signifie être queer? Cet article fait notamment un portrait de l'usage historique de ce terme! J’espère que cela t’a aidé et je te souhaite bonne chance dans la suite de ton questionnement, Marie-Claire Jones


Je viens de découvrir que mon mari est bisexuel… pourquoi ...

Bonjour, J'ai 22ans et je suis mariée depuis 9 mois , d une homme qui me depasse de 10ans, je connais mon mari depuis 2ans mais on a jamais eu de relations sexuelles avant d etre mariés, notre relation sexuel est médiocre, aucun sentiment venant de sa part je le sens une machine, contrairement a moi j'éprouve bcp d amour et de passion a mon mari lors des raports, nos rapports sont fréquents dire une nuit sur deux mais aucune qualité, on en a jamais communiqué ou parler a propos de notre vie sexuelle (jai pas abordé le sujet par espérance que cela s améliore avec le temps vu qu'on est nouveau dans la vie conjugale) mais hélas 9 mois et aucune amélioration. Vu quil n éprouvait aucune attirance pour moi g mener ma ptite enquête et je viens de découvrir qu'il été Bisexuel, anéanti et choquée je ne sais plus que dois je faire, je lai decouvert sur son téléphone il envoit des photos de lui nu et de son sex aux hommes et il reçoit des photos semblables, cela me tue. Ce sentiment d etre trahi me hante, une cachetrie pareille est inacceptable pour moi. Plein de questions m anéanti, pour quoi il me la pas dit auparavant? Pourquoi il s'était marié si il avait d autre orientations sexuelles ? Pour quoi il me fait l amour tres fréquemment ? Je suis totalement perdu, je supporte pas de le voir il me degoute je me sens tres mal et jen a aucun échappatoire, svp aidez moi, conseillez moi que dois je faire et comment dois je gérer cette situation ?? Merci



Je suis attirée par les garçons qui aiment les fortes ...

Hey, jai toujours aime etre une fille avec du caractere qui ne montre pas ses sentiments et qui est suivie par pleins de garcons mais... ce n'est pas le cas. Je suis du genre a etre sensible, discrete et trop gentille malgre que jai un fort caractere avec les filles. Je suis attiree par des garcons qui eux sont attires par les fortes personnalites. Comment proceder ?? Olga