Je me questionne à propos de mon identité de genre…


Bonjour, depuis quelques temps je me questionne à propos de mon identité. Je suis née fille mais je ne sais pas si ce corps ci me convient. Je ne souhaite pas devenir complètement un garçon car c’a ne serai pas moi mais etre une fille non plus. J’ai les cheveux longs, je m’habille comme un garcon, j’ai un comportement de garçon et les mêmes interet qu’eux. Aidez moi svp
Saara
 
Bonjour Saara,
Merci d’écrire à AlterHéros!
Tu te questionnes par rapport à ton identité de genre. Tu dis que tu ne sais pas si ton corps te convient. Tu dis t’habiller avec des vêtements davantage « masculins » et avoir des comportements et intérêts davantage socialement associés aux garçons.
D’abord, j’aimerais définir avec toi la différence entre l’identité de genre et l’expression de genre. Selon les définitions de Interligne, l’identité de genre se traduit chez toutes les personnes, peu importe l’orientation sexuelle, par le sentiment ou l’expérience individuelle d’être un homme, une femme ou d’être de genre neutre ou fluide et ce peu importe le sexe biologique ou assigné à la naissance. Toujours selon Interligne, l’expression de genre concerne la manière de percevoir son identité de genre et de l’exprimer socialement par le biais de caractéristiques et de comportements observables pour autrui, tels que l’apparence physique, les codes vestimentaires, les codes langagiers (p. ex. pronoms, prénom), la gestuelle, la personnalité ainsi que les autres attributs liés aux genres.
Il s’agit de deux concepts différents. Certaines femmes vont avoir une expression de genre davantage conforme aux attentes sociales de la « masculinité », d’autres hommes vont performer davantage d’attentes sociales liées à la « féminité ». Or, comment définir ce qui est uniquement « masculin » ou uniquement « féminin » ? C’est à chaque individu de s’exprimer comme il le souhaite, peu importe les vêtements qu’il ou elle préfère, peu importe les comportements sociaux qu’il ou elle aura. L’important, c’est que tu te sentes bien et confortable dans la façon de t’exprimer.
Par la suite, tu dis ressentir un certain inconfort par rapport à la perception de ton corps. Il faut une grande force pour exprimer ce type d’inconfort, et je tiens d’abord et avant tout à te féliciter de l’exprimer et de nous le partager. Je tiens à te rassurer : tu n’es pas la seule personne dans cette situation. Par exemple, as-tu jeté un coup d’oeil sur ces questions posées par d’autres jeunes qui concernent également des questions liées à l’identité de genre et à la transidentité ? Les réponses de mes autres collègues pourront également alimenter ta réflexion.

J’ai la mentalité d’un garçon mais le corps d’une fille… je n’en peux plus!

Je pense que je suis un garçon né dans le mauvais corps et je me sens très mal

J’ai l’impression d’être né dans le mauvais corps…

Aie-je d’après vous une transidentité ?

Le fait d’être transgenre résonne en moi, je ne vais pas bien… serait-ce lié aux conflits familiaux?

Par la suite, tu n’es pas certain.e de t’identifier entièrement au genre féminin ; mais tu dis également ne pas être certain.e de t’identifier entièrement au genre masculin. J’ai une petite question qui pourrait peut-être te guider dans tes réflexions : lorsque les gens parlent de toi, aimerais-tu que ces personnes utilisent les pronoms ”elle”, ”il”, ou bien un autre pronom non-genré , comme ”iel” ou ”ol” par exemple ? Es-tu apte à déterminer quels éléments de ton corps que tu aimerais modifier ? Répondre à ce type de questions peut être des indices pour t’aider à définir ton identité de genre.
Puis, tu dis également ne pas vouloir être «complètement un garçon». Que considères-tu comme étant un «garçon complet» ? Tu sais, les garçons ont plein de différents corps. Certains garçons ont des poitrines plus volumineuses que d’autres, certains garçons ont également un vagin, certains garçons n’ont pas de pilosité faciale, etc. Il est tout à fait possible de s’identifier à une identité de genre différente que celle qu’on nous a assigné à la naissance. Peut-être est-ce ta situation : mais tu es la seule et unique personne apte à le définir, apte à définir qui tu es et apte à définir comment est-ce que tu préfères que les gens t’identifient. Par la suite, j’aimerais attirer ton attention sur les Personnes non-binaires. Certaines personnes ne s’identifient ni au genre masculin et ni au genre féminin. Je t’invite à lire cet article écrit par un.e collègue non-binaire fantastique qui explique très bien ce qu’est la non-binarité : Comment expliquer la non-binarité?  Peut-être que cette définition t’interpelle quelque chose?
Tu sais, même de l’autre côté de l’Océan, AlterHéros demeure disponible pour te soutenir dans tes questionnements. Sens-toi confortable de nous réécrire à tout moment. Je me permets également de te parler un peu d’un organisme situé en France qui fait un travail formidable pour soutenir les jeunes issus de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres. L’organisme C’est Comme Ça offre des lignes d’écoute et un soutien à d’autres jeunes qui, comme toi, peuvent vivre des questionnements liés à leur identité de genre. Il te sera également possible de discuter avec d’autres jeunes qui sont dans une situation similaire à la tienne. Tu peux contacter l’organisme aux coordonnées suivantes :
Courriel : cestcommeca@sos-homophobie.org
Numéro de téléphone: 01 48 06 42 41
En espérant avoir su répondre à tes questions, ou du moins alimenter partiellement tes réflexions ! Je comprends que c’est des questionnements qui peuvent être difficiles pour certaines personnes. N’oublie surtout pas à prendre soin de toi et de te sentir confortable de demander du soutien à tout moment ; que ce soit envers nous, une autre association française ou auprès d’un.e professionnel.le de la santé.
Bonne journée, et bonne chance pour la suite des choses!
 


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.