J’aime avoir une apparence masculine mais j’ai peur que ce soit juste passager…


Bonjour . Je suis déjà venu ici vous posez une question similaire , mais a présent ma question se complexifit et j’aimerais que vous m’aidiez a nouveau . Voilà , né fille , j’ai commencé a rejeté cette étiquette vers mes 14 ans pour vouloir “devenir un garçon”. Je n’ai pas lâché cette idée , je m’y accrochait , je n’arrivais pas à penser à autre chose . Je ne sais pas si j’avais de la dysphorie a l’époque mais a présent j’en ai . J’ai d’ailleurs peur de m’avoir créer une fausse dysphorie pour correspondre a l’étiquette “homme trans”. Pendant deux ans cette idée ma rongée , j’ai essayé d’en être fier , de le dire , j’ai aussi tenté de juste être une tomboy ou une lesbienne et rien n’a marché . J’ai peur d’avoir tout faux , et d’en fait être une fille qui fait un caprice … Je sais bien que enfant deja je refusais d’avoir de la poitrine , de faire des “trucs de filles” … J’ai même aujourd’hui du mal a distinguer mon amour et ma jalousie pour des hommes. En tant que fille je me sens mal , je me sens laide , bizarre , déguisé , et en mec j’ai l’impression d’être à l’aise , capable de tout faire , limite extraverti. Mais je me dit … Peut être que je suis juste une fille originale ? Cette idée m’effraie et me dégoûte un peu mais au fond , j’aimerais en être une parce que ça m’éviterait pas mal d’angoisse. Entre la peur de me tromper , la peur des hormones , la peur du coming out … Pfff … Ca le torture l’esprit. Qu’en pensez vous ? J’aime être appelé il/lui , avoir une apparence masculine mais jai peur que ce soit juste passager et de le regretter plus tard … S’il vous plaît , aidez moi .
(Désolé de ne pas avoir clairement formulé une question , je ne savais vraiment pas quelle question poser . )
(Ho , j’ai aussi cherché pour voir si il n’y avait pas une question déjà posées similaires a la mienne mais étant donné que je ne sais même pas comment formulé la question … J’ai donc cherché , peut être pas assez , mais je n’ai rien trouvé .. donc j’ai préférer vous écrire . )
Merci d’avance ,
-Colin
 
Salut Colin !
 
Merci de la confiance que tu portes à nouveau envers AlterHéros. Si je comprends bien, tu as été assigné.e fille à la naissance. Toutefois, tu affirmes que dès l’âge de 14 ans, tu as commencé à rejeter l’étiquette fille pour devenir un garçon. Tu as tenté de t’affirmer en tant que garçon, puis tu as également tenté de t’affirmer en tant que fille ayant une expression de genre plutôt masculine (tomboy) ou même en tant que lesbienne. Tu affirmes avoir ressenti un malaise au fait d’avoir une poitrine et ne t’es jamais senti représenté.e par les activités stéréotypement associées aux filles. Tu dis aussi avoir de la difficulté à différencier l’intérêt envers les garçons : s’agit-il d’amour ou d’une jalousie? Tu ne sais pas si tu es une fille avec une expression de genre particulière ou si tu es un garçon. Tu apprécies être nommé.e par les pronoms il-lui et avoir une apparence plutôt masculine, mais tu crains que ce soit passager. Tu as peur d’une possible transition médicale et peur également d’un possible coming out.
 
D’abord, lorsque tu dis avoir rejeté l’étiquette fille pour devenir un garçon, qu’est-ce qui motivait cette réflexion? L’identité de genre est un sentiment très intime et profond dont tu es la seule et unique personne qui peut la définir. Lorsque tu dis vouloir devenir un garçon, qu’est-ce que cela signifie pour toi? Il existe plusieurs façon d’être garçon, et ce n’est pas toutes les personnes trans qui désirent entamer un processus de transition médicale – dont la prise d’hormones. Plusieurs garçons trans se sentent confortables avec leur corps de naissance sans pour autant vouloir modifier celui-ci. Plusieurs vont apprécier être genré avec des pronoms masculins et avoir un prénom différent. Ce qui est important à noter, c’est que chaque personne a la possibilité de définir ses objectifs de transition, respecter son rythme et s’offrir une possibilité d’exploration de son genre.
 
Tu nommes le fait de craindre de paraître comme une personne ayant des caprices. Tu sais, il serait triste de résumer notre quête d’une meilleure connaissance de soi et d’une volonté d’être heureux.se comme un caprice. Peu importe les conclusions de tes réflexions, sache qu’il est magnifique de se laisser l’opportunité d’explorer son genre et la façon dont nous souhaitons se représenter aux autres. C’est un très grand apprentissage sur toi-même que tu t’autorises présentement à travers différentes explorations et expérimentations que tu fais présentement pour tenter de trouver l’identité qui te fait sentir bien. C’est, en toute honnêteté, entièrement en ton honneur! Ma principale recommandation serait de demeurer à l’écoute de tes besoins et de ton propre rythme. Il n’y a aucune presse à définir aujourd’hui si tu es un garçon, une fille ou une personne non-binaire.
 
Tu dis n’avoir jamais apprécié les activités ou les trucs dits de filles. Plusieurs filles ne vont pas se reconnaître dans les standards imposés par la société. Or, l’identité de genre est un sentiment très profond et intime et qui n’est pas lié à nos préférences d’activités. Et toi, à l’intérieur de toi, comment te sens-tu? Le genre est un spectre, c’est-à-dire qu’on n’est pas obligé.e de s’identifier 100% comme une fille ou 100% comme un garçon. Il existe plein de nuances de gris entre les deux pôles qui sont entièrement valides l’une de l’autre. Et la façon dont nous nous identifions peut également varier dans le temps, et c’est entièrement correct!
 
Tu dis ne pas être certain.e de ton sentiment envers les garçons de ton âge, s’il s’agit d’un intérêt romantique ou d’une forme de jalousie. Pour t’éclairer sur cette question précise, je t’invite à lire cette réponse : Je jalouse le corps des garçons de mon âge et maintenant, certains d’entre eux m’attirent
 
Je te propose fortement de lire cette réponse merveilleuse écrite par un.e collègue de travail : J’ai l’impression d’être un garçon piégé dans un corps de fille
 
Finalement, est-ce qu’il y a des personnes autour de toi avec qui tu te sens confortable d’aborder ces sujets? Est-ce qu’il existe une association trans dans ta ville ou ta région que tu pourrais contacter afin de partager tes questionnements avec d’autres personnes ayant vécu des questionnements similaires aux tiens? Connais-tu la Fédération trans et intersexe de France? Il s’agit d’une fédération regroupant l’ensemble des associations trans en France.  AlterHéros étant basé au Canada, il est difficile pour nous de t’indiquer avec précision les ressources de ta région. Toutefois, en regardant leurs différents membres, tu pourras trouver l’association la plus proche de chez toi et les contacter au besoin.
 
Il est aussi possible de rencontrer un.e professionnel.le de la santé avec qui tu pourrais discuter pour t’aider dans tes réflexions actuelles. En contactant un groupe trans de France, tu pourrais leur demander une recommandation d’un.e professionel.le de la santé qui est compréhensif.ve des réalités vécues par les personnes trans!
 
Finalement, je ne peux malheureusement pas répondre à ta place sur quel est ton genre ou si tu es attiré.e envers les garçons, les filles ou l’ensemble des individus indépendamment de leur genre. Tu es en effet la seule personne qui peut trouver réponse à ces questions, car personne d’autre que toi ne te connaît mieux! Prends le temps qu’il te faut pour démêler le tout. Et surtout, rappelle-toi que c’est correct de se tromper : dans tous les cas, on arrive à une meilleure compréhension de soi-même!
 
Bonne route et n’hésite pas à nous contacter de nouveau en cas de besoin ou à lire les différentes questions abordant la notion de genre en cliquant ici.
 
Guillaume, pour AlterHéros
 


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment