J’ai dit à ma mère que j’étais gaie, mais maintenant elle m’insulte tout le temps…


Bonjour Chloé.

Je te remercie de t’être adressée à nous.

Dans ton message, tu nous expliques que tu as révélé à ta mère ton homosexualité, mais que celle-ci ne l’accepte pas et adopte même à ton égard une attitude agressive.

Ton témoignage m’a beaucoup touché. Je sais qu’il est parfois difficile – surtout à l’adolescence! –d’afficher son homosexualité et de la vivre de manière sereine. La découverte de son orientation sexuelle est quelque chose de très personnel et tous ne vivent pas cette étape au même moment. Certains se définissent comme étant gays ou lesbiennes dès le début de la puberté, vers 12-13 ans, alors que d’autres, pour toutes sortes de raisons, mettront beaucoup plus de temps à s’assumer pleinement. Hélas! Il y a même des gens qui, à cause de la honte et de la peur, n’accepteront jamais de vivre leur homosexualité. Or, à ce niveau-là, ton cas semble très clair : tu nous dis que tu éprouves des sentiments pour une fille de ton école et, par ailleurs, ce n’est pas la première fois que cela se produit. Une conclusion s’impose donc à la lumière de ton témoignage : soit tu es une personne bisexuelle, c’est-à-dire capable d’éprouver une attirance pour des garçons et pour des filles; soit tu es une personne lesbienne, dans la mesure où ton attirance pour les filles serait exclusive.

Face à cette réalité, ta mère a très mal réagi. Tu dois savoir qu’il n’est pas toujours évident pour un parent d’accepter l’homosexualité de son enfant. Comme tu as annoncé cette nouvelle à ta mère il y a à peine deux mois, il faudra que tu fasses preuve de patience avant qu’elle ne finisse par l’accepter. Cependant, là où il ne doit y avoir aucune forme de tolérance, c’est par rapport à l’agressivité qu’elle manifeste à ton endroit. En effet, tu nous dis qu’en plus de nier ton orientation sexuelle, elle te provoque et t’insulte sans cesse. Ce comportement, qui s’apparente à du harcèlement psychologique, est inacceptable! Si tu habites la province de Québec, je te recommande vivement de contacter le Centre jeunesse de Montréal (www.centrejeunessedemontreal.qc.ca). Il s’agit d’un organisme qui a pour mission de protéger les jeunes qui sont victimes de violence physique et/ou psychologique de la part d’un parent. Tu n’a qu’à aller sur leur site et à cliquer sur « Faire un signalement à la DPJ » en haute de la page. Les intervenants qui y travaillent évalueront ta situation et, au besoin, te trouveront un endroit sûr où habiter. Par ailleurs, si tu habites une autre province, il faudrait que tu nous réécrives afin que nous puissions t’orienter vers les bonnes ressources.

Dans une situation comme la tienne, il n’est pas facile d’être seule. Parfois, le simple fait de partager avec quelqu’un d’autre nos peines et nos frustrations suffit à nous remonter le moral. Si tu as le goût de connaître des jeunes qui sont confrontés à des difficultés semblables aux tiennes, je t’invite à visiter la « Zone des AlterHéros » qui se trouve sur notre site. En t’y créant un profil, il te sera facile d’entrer en contact avec des jeunes allosexuel(le)s et d’échanger avec eux. Dans un même ordre d’idées, si tu résides dans la région de Montréal, je te conseille vivement d’aller sur le site de « Jeunesse Lambda » (www.jeunesselambda.org). Il s’agit de groupe qui organise à tous les mois des discussions et des activités sociales pour les jeunes allosexuels de moins de 25 ans. Je suis sûr que tu y ferais de belles rencontres!

Voilà! J’espère que mes commentaires t’aideront à surmonter tes difficultés. En cette période douloureuse, Chloé, je suis de tout coeur avec toi et prie pour que tu puisses grandir dans la fierté et la joie!

Bon courage!

Benoît


About Pascale

Pascale détient un baccalauréat en éducation du français et de la morale au secondaire. Elle a aussi une maitrise ès arts en littérature avec un mémoire sur la nouvelle érotique féminine au Québec (2007).

J'aime l'idée que, grâce à Internet, il m'est possible d'aider des gens qu'il me serait difficile, parfois même impossible, de rencontrer en personne. J'ai beaucoup, beaucoup, beaucoup lu sur la sexualité et les relations amoureuses dans le cadre de mes études - mais aussi par intérêt personnel - et je suis heureuse quand je peux aider en partageant ces connaissances.

Leave a comment