J’ai besoin de regarder du porno gay à tous les jours pour m’assurer de ne pas être homosexuel…


Bonjour je suis un garcon de 14 ans qui avait une peur d’etre homosexuel que je n’ai plus mais j’ai l’impression que cette peur a laisse des « séquelles » ducoup me concernant depuis tout petit je désir forme une famille avec une femme j’ai deja eu des envies de faire l’amour a des femmes et j’ai deja etais en couple avec des femmes les hommes ne m’interessent pas mais je peux en trouver beau sans plus je trouve pas sa honteux de trouver un homme beau mais depuis que j’av eu cette peur j’ai décidé de le tester sur de la porno hétérosexuel et lesbienne qui m’excitais de ouf mais plus maintenant car j’en regarde tout les jours et ducoup je n’ai plus trop desir pour les femmes ducoup je me suis dis test toi en regardant des photos d’homme beau nu et de la pornographie gay ça ne m’excite pas mais j’ai l’impression que j’ai besoin de faire ca tout les jours pour etre sur que sa m’exci pas et j’ai meme commencé a faire de la sur analyse c’est a dire que par exemple je vais regarder une statue mais dans mon champs de vision je vois des fesses d’hommes bah je fais commencer a forcer de me dire que je suis gay et continue de me dire que je suis gay mais le problème c’est que en continuant de faire ca je suis arriver au stade j’ai convaincu mon cerveau que j’etais gay ou bi alors que j’ai toujours pas d’attirance pour les hommes et qu’au fond je suis toujours hétérosexuel et j’ai meme commencé a avoir des « pulsions » (sans etre excité ni rien c juste une sensation que je sens qui est désagréable) fin c’est pas une pulsion que j’ai deja eu pour les filles ca a rien avoir et je vais dire un truc dont j’ai ultra honte dont je tiendrais a pas être juger alors un jour je carresser ma chienne et jsp si c’est une pulsion (comme les hommes) mais j’avais comme si mon cerveau voulez que je la doigte… (je ne l’ai pas fais) mais vous allez trouvé sa bizarre mais sa me rassure car je me dis que c’est peut-être une sensation délirante comme les autres et que pour les hommes c’est sûrement a cause de la pornographie qui a du changer qqlc en moi ducoup je voudrais savoir si c’est à cause de la pornographie tout sa ou est ce que s’cela veut dire je suis refoulé ? et j’ai oublié de dire que j’avais un ou deux fantasmes gay mais que je ne voulais pas réaliser et que j’ai fais un reve gay qui m’a un peu perturbé mais je suis passé à autre chose mais le fais d’avoir eu sa fais de moi un gay refoulé ? ducoup voilà désolé d’avoir écrit un long texte je voulais juste mette les choses au clair fin bref merci de me répondre et a bientot !

Jitura

 

Salut Jitura,

 

Merci beaucoup de nous faire confiance avec tes questionnements. Je comprend que cette situation puisse te causer beaucoup d’anxiété. Je vais m’assurer de te répondre au maximum de mes capacités. Si je comprends bien, tu te demandes si la pornographie a influencé ton orientation sexuelle, tu ressens de l’excitation lorsque tu regardes la pornographie gaie. Tu te demandes si à force de regarder celle-ci, tu te serais convaincu que tu es gay ou bisexuel. Tu te demandes, également, si tu refoules ton orientation sexuelle. Ai-je bien compris ? 

 

En premier lieu, je veux te mentionner que le genre de pornographie que l’on regarde n’est pas nécessairement un indicateur de notre orientation sexuelle. Les images que l’on consomme pour se stimuler sexuellement ne définissent pas envers qui nous sommes attirés hors du contexte de la masturbation. Pour citer une ancienne question de mon collègue Guillaume : «la pornographie est une grande industrie dont l’objectif premier est de faire de l’argent. On s’entend là-dessus, n’est-ce pas? Pour ce faire, la porno nous vend des images et des scénarios dont l’objectif est d’allumer notre imagination et, conséquemment, nous exciter. Puisque notre cerveau est notre principal organe sexuel, il est normal d’être excité par certaines images dont nous n’avons pas l’habitude de voir au quotidien.

 

En ce sens, il est nécessaire de distinguer que ce qui nous excite sur la pornographie ne constitue pas nécessairement ce qui nous excite dans la vraie vie. Certaines personnes hétérosexuelles vont préférer regarder de la pornographie homosexuelle par exemple, sans pour autant que ces personnes veulent avoir une expérience intime avec une personne du même genre qu’elles. Il est donc complètement normal d’être excité par des scènes ou des acteurs/actrices pornographiques sans pour autant que cela constitue des activités sexuelles que nous désirons expérimenter. Or, ces préférences pornographiques ne sont pas forcément liées à nos attirances de la vie de tous les jours.» 

 

Tu précises écouter de la pornographie quotidiennement à l’âge de 14 ans et que tu remarques ne plus te sentir excité avec des filles. Il est important de préciser que l’âge légal pour consommer de la pornographie en France est de 18 ans. Loin de moi l’envie de te dire quoi faire ou non, car tu demeures l’expert de ta propre situation, mais je tiens à te partager certaines informations associées à la consommation de pornographie à l’adolescence. D’abord, si tu habitues ton cerveau à n’être qu’excité uniquement par des images irréalistes et des performances pornographique dignes des Jeux Olympiques, il peut arriver de noter une baisse de libido ou une perte d’excitation dans la vie courante, lorsque tu rencontres une partenaire qui t’intéresse ou lorsque tu souhaites te masturber sans coup de pouce d’Internet. Il est aussi possible de banaliser certains comportements ou standards vus dans la pornographie à la vie de tous les jours, dont la violence, le non respect du consentement, l’image corporelle et la santé sexuelle, etc. Peu importe si tu continues à visionner du contenu pornographique ou non, l’important c’est de demeurer critique par rapport à ce que tu vois, que cela ne représente pas la réalité et que cela ne représente pas une représentation saine des interactions sociales et de la sexualité humaine. Tu peux peut-être essayer de réduire ta consommation de pornographie et de varier les autres sources d’excitation si c’est quelque chose qui t’intéresse? (Par exemple, en lisant des nouvelles érotiques plutôt que de visionner des vidéos qui laissent davantage de place à l’imagination, te projeter dans tes propres scénarios en te fermant les yeux, stimuler différentes zones de ton corps, etc.). Pour lire davantage sur le sujet de la pornographie, je te suggère de jeter un coup d’oeil aux autres réponses abordant cette thématique sur notre site internet ou lire cet joli article abordant de façon nuancé la pornographie.

 

Dans ton message, tu mentionnes que tu avais peur d’être homosexuel et que tu te demandais si le fait de regarder la pornographie gaie t’a rendu gay ou bi. Je ne peux pas mettre un mot sur ton orientation sexuelle pour toi, seul toi peut décider quel terme est le plus approprié pour définir ton orientation sexuelle. Toutefois, une chose est certaine, la consommation de pornographie n’influence pas l’orientation sexuelle et ne constitue pas un test pour nous aider à déterminer nos attirances. De plus, on ne devient pas homosexuel, bisexuel ou hétérosexuel, on le découvre, simplement. Comme mentionné dans une question antérieure par ma collègue Marion : « L’orientation sexuelle se décline en trois aspects : les désirs, les comportements et l’identité. Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personne, qui on aurait envie d’embrasser, etc.). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé notre amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l’identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, lesbienne, bisexuel.le, etc.). » Ainsi, chaque personne peut définir son orientation sexuelle en fonction des termes ou des paramètres qui font le plus de sens pour elle. Conséquemment, certains hommes qui auraient du désir principalement pour des femmes et des relations amoureuses qu’avec des femmes, mais certains fantasmes pour des hommes, pourraient s’identifier comme hétérosexuels car cela représente le mieux leurs comportements, ou comme bisexuels en se basant sur leurs désirs, ou encore n’importe quel autre termes qui feraient un sens pour ces personnes (hétéroflexible, bicurieux, etc.). Quoi retenir de tout ça? La règle de l’auto-identification : si une personne nous dit qu’elle est hétérosexuelle / bisexuelle / homosexuelle / asexuelle, alors elle l’est. Point final. 🙂

 

Il est important que tu prennes le temps d’essayer de décortiquer comment tu te sens par rapport à ta propre sexualité. Dans ton message, tu dis vouloir former une famille avec une femme et que tu as envie de faire l’amour à une femme. Toutefois, ta peur d’être homosexuel t’a poussé à commencer à te tester en regardant de la pornographie hétéro et lesbienne dans le but de confirmer ton orientation. Tu as également commencer à regarder de la porno gaie pour te tester. Est-ce qu’il y a une raison pour laquelle tu sens le besoin de te tester de cette façon constamment? Serais-tu en mesure d’expliquer les raisons pour lesquelles tu as peur d’être homosexuel ou bisexuel? Quelles sont tes opinions concernant les différentes orientations sexuelles? Est-ce qu’il y en a des meilleures que d’autres à ton avis? Pourquoi? J’aimerais te rassurer que toutes les orientations sexuelles sont autant valides les unes que les autres. L’hétérosexualité est souvent mise de l’avant comme étant celle de mise et celle à adopter, il est donc, compréhensible que l’on puisse intérioriser des idées négatives sur les autres orientation sexuelles. En ce sens, je t’invite à lire la réponse à cette question écrite par ma collègue Marie-Edith  : J’aimerais arrêter de constamment vérifier si je suis gay…  

 

Pour conclure, j’aimerais ajouter que l’orientation sexuelle n’est pas quelque chose qui est nécessairement fixe et inchangeable. Elle peut changer avec le temps et il est parfaitement normal que ça puisse prendre du temps avant de trouver un terme qui nous rend confortable, il est même possible que l’on décide de ne pas mettre de terme fixe sur sa sexualité. Il est aussi normal d’avoir des questionnements et des incertitudes vis-à-vis de cette dernière.

 

J’espère sincèrement que ma réponse a su t’apporter un peu de réconfort.

N’hésite pas à nous réécrire simplement pour nous donner de tes nouvelles ou pour nous poser d’autres questions.

Chaleureusement,

Misanka, intervenante pour AlterHéros


About Misanka

Misanka a récemment gradué en études féministes à l’Université Concordia. Elle est passionnée par l’études des pratiques sexuelles basées sur le plaisir et par l’étude de la race en corrélation avec la sexualité. En parallèle avec son poste à AlterHéros, elle est aussi coordonatrice du projet Sens, un programme d’éducation à la sexualité dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal (https://headandhands.ca/programs-services/sense-project/)

Leave a comment