Il y a un élève trans dans la classe où j’enseigne, comment éviter les erreurs pouvant le blesser?


Bonjour. Je suis enseignante en lycée et une de mes élèves de terminale m’a expliqué qu’elle ne se reconnaissait pas dans le genre féminin mais qu’elle préférait qu’on utilise pour elle le pronom “il”. Je voudrais juste savoir quelles erreurs à éviter pour ne pas la ou plutôt le blesser et que faire pour être sûre que tout se passe bien pour lui cette année.
Merci d’avance pour vos réponses.

Salut SuperTeacher!

Merci d’avoir pris le temps de nous écrire et d’avoir fait confiance à Alterhéros pour ta question!

Si je comprends bien, un de tes élèves t’a fait un dévoilement de son identité de genre et tu aimerais avoir des conseils pour le soutenir et l’accompagner dans son cheminement.

Premièrement, la chose la plus importante à faire est de respecter ses pronoms. Il a mentionné préférer qu’on utilise le pronom « il » quand on parle de lui, il est donc primordial de les utiliser correctement! Respecter les pronoms d’une personne trans est un bon réflexe à adopter en tant que personne alliée. Lorsqu’on genre correctement une personne trans, cela permet de montrer qu’on est à l’écoute de cette personne et qu’on respecte réellement son identité.

Il se peut que cela te demande un peu de pratique au début et que tu commettes quelques erreurs. Quand on se trompe et qu’on mégenre accidentellement une personne, on se corrige brièvement (sans faire de scène) et on continue la conversation avec les bons pronoms et les bons accords de genre. Il est aussi très important de ne pas culpabiliser la personne en disant que ses pronoms sont difficiles! En tant qu’adulte et en tant que professeure, c’est à toi de faire les efforts pour adapter ton langage et de donner l’exemple aux autres. Tout ce qu’il te faut c’est de la pratique! Le truc que je donne souvent aux gens pour se pratiquer est de trouver 3 compliments dans sa tête à propos de la personne en utilisant les bons pronoms et les bons accords. Si tu fais cet exercice assez souvent, un moment donné tu ne feras plus d’erreurs et tu associeras directement les pronoms et les accords masculins à ce jeune-là!

Dans ta question, tu demandes aussi quoi faire pour être sûre que tout se passe bien pour lui cette année. Avant de mettre en place certains changements dans ta classe, il est important de faire un petit travail sur soi et d’apprendre à être une bonne personne alliée. Une personne alliée est une personne qui se sent touchée par les réalités des communautés LGBTQ+ et se mobilise pour leur cause. Faire preuve d’écoute et d’humilité est essentiel lorsque tu t’engages auprès des communautés LGBTQ+. Voici quelques comportements importants à adopter pour devenir une meilleure personne alliée (tirés des outils contre l’intimidation d’Interligne) :

  1. S’informer sur les différentes réalités des communautés LGBTQ+ : par le biais de lectures, de formations, de partenariats avec des organismes LGBTQ+, etc.
  2. Remettre en question tes propres opinions et préjugés quant aux personnes LGBTQ+ : cette étape est sûrement la plus difficile et complexe, mais remettre en question nos propres comportements est la première étape pour les changer et devenir une meilleure personne alliée.
  3. Écouter les personnes LGBTQ+ autour de toi pour savoir comment mieux les soutenir : chaque personne et communauté a des besoins différents puisque chaque vécu est unique!
  4. Afficher ton soutien en tant que personne alliée : par exemple, tu peux afficher des drapeaux LGBTQ+ dans la salle de classe, des dépliants et des affiches d’information.
  5. Réagir face aux situations d’intimidation et de discrimination dont tu es témoin : en tant que professeure tu es un modèle pour les jeunes de ta classe, les élèves doivent savoir que des comportements et propos transphobes sont inacceptable et ne sont pas toléré.

Une fois ce petit travail personnel fait, tu peux commencer à penser à des petites actions qui pourraient rendre l’espace en classe plus sécuritaire pour cette personne (et d’autres personnes LGBTQ+ ou en questionnement sur leur identité!).  Je te conseille de consulter ce guide créé par le GRIS Montréal et le Conseil Québécois LGBT : La transphobie, c’est pas mon genre!. Tu y trouveras un lexique ainsi que des idées pour rendre ton espace en classe plus sécuritaire pour les jeunes personnes trans et non-binaires et plein d’autres pistes d’action intéressantes! Le guide présente aussi des activités que tu peux faire en classe pour éduquer les jeunes quant aux réalités trans et non-binaires. Si tu es à l’aise en anglais, tu peux aussi consulter le guide de GLSEN, Safe Space Kit: A Guide to Supporting Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, and Queer Students in Your School, qui vise la création d’espace sécuritaire pour les jeunes LGBTQ+ et qui présente de bonnes pratiques pour être une meilleure personne alliée!

Finalement, je termine ma réponse avec le conseil le plus important : respecter le rythme de la personne. Il serait vraiment pertinent d’avoir une conversation avec le jeune que tu mentionnes pour vérifier avec lui ses besoins et ses attentes par rapport à toi. Un coming out est une grosse étape dans la vie d’une personne LGBTQ+. Dévoiler son identité à quelqu’un est souvent associée à une panoplie d’émotions et de sentiments comme la joie, le soulagement, la peur, l’anxiété, etc. Mais attention, le coming out est un processus intime et personnel et peut être différent d’une personne à l’autre! C’est pour ça qu’il est important de vérifier avec la personne ses attentes! Un dévoilement est aussi un signe de confiance donc vérifier la confidentialité de l’information est essentiel : si le jeune ne veut pas que tu en parles à d’autres personnes et s’il n’est pas prêt à ce que le reste de la classe/les autres professeurs/ses parents le sachent, c’est important de le savoir! Sinon tu pourrais accidentellement briser sa confiance et le outer (dévoiler son identité sans son consentement) alors qu’il n’est pas nécessairement prêt. Être à l’écoute et demander comment tu peux le soutenir dans son processus est une bonne façon de respecter son rythme et de ne pas faire de faux pas.

J’espère que ces quelques pistes de réflexion t’aideront! Pour aller plus loin et continuer de t’informer, tu peux toujours consulter des réponses de notre site ou des pamplets sur les comportements et attitudes alliées, des guides sur les mesures trans-affirmatives à l’école et les réallités et les besoins des élèves trans, comme celui-ci, celui-là ou celui-ci (il y en a plusieurs!) ou encore l’excellent livre Hétéro, l’école?. Je t’encourage aussi à contacter des organismes LGBTQ+ autour de toi ou des lignes d’écoute comme Interligne, la ligne Azur et C’est comme ça qui pourront répondre à tes questions et te conseiller! N’hésite surtout pas à nous réécrire si jamais tu as besoin d’autres ressources!

Merci encore pour ta confiance!

Anaïs


About Anaïs

Anaïs est intervenant·e en sexologie auprès des communautés LGBTQIA2S+ et s'identifie comme lesbienne non-binaire. El parle beaucoup (trop) de vélo et des cossins véganes qu'el découvre.

Leave a comment