Connaissez-vous des oeuvres littéraires utilisant le pronom iel?


Bonjour,
J’aimerais savoir s’il existe des histoires (roman, BD) ou audio / vidéo qui ont des personnages avec qui ont iel comme pronom et des accords non-binaire. Je pense que j’aimerais que les gens utilise iel lorsqu’on me désigne, mais je n’en suis pas certain. Je trouve que c’est difficile à expérimenté, car ce n’est pas tout le monde qui est familier avec cela et je ne veux pas gosser le monde ou rendre les conversations weird, non fluide.
Merci!
Loki (il/iel)

Allo Loki!

Quelle magnifique question! Tu nous demandes nos recommandations d’histoires ou d’oeuvres littéraires, audio ou vidéo où des personnages utilisent le pronom iel comme pronom et des accords neutres. Tu nommes que tu trouves difficile d’expérimenter ce pronom puisque ce n’est pas tout le monde qui est familier avec celui-ci et tu ne voudrais pas «déranger». Somme toute, tu n’en es pas certain‧e si tu aimerais l’utiliser, mais c’est tout à ton honneur d’être intéressé‧e à l’essayer! 🙂

D’abord, c’est vraiment cool que tu souhaites t’autoriser à explorer et expérimenter un différent pronom! Après tout, explorer un nouveau pronom peut être vraiment une belle expérience avec soi-même ou avec des personnes de confiance autour de nous. C’est après tout la seule façon de savoir si un pronom nous colle bien à la peau. Pis n’oublions pas que c’est vraiment okay de changer de pronoms à différents moments de notre vie. Ça n’a pas à être définitif ou rigide!

Sinon, bien que je peux comprendre que tu dis que tu ne souhaites pas gosser le monde avec tes pronoms et accords, mais peut-être qu’en faisant cela, tu te gosses toi-même au final? 😉 Ce que je veux dire ici, c’est que tu mérites autant que tout le monde d’être respecté‧e et de te sentir vu‧e pour la personne que tu es. Tu n’as donc pas à diminuer ton propre sentiment de confort et de bien-être uniquement pour éviter l’inconfort des autres. Tu n’es pas responsable du malaise des autres. C’est clairement épuisant corriger des personnes et, dans un monde idéal, tu n’aurais pas à les corriger, mais bien simplement à les informer des pronoms et accords que tu utilises : point final. Je comprends néanmoins que nous en sommes pas encore tout à fait là en tant que société, bien que dans certains cercles sociaux ce soit bien intégré comme pratique!
Revenons à ta question! Voici quelques suggestions recueillies par maon libraire queer & non-binaire préféré‧e, Benoit, qui travaille à la Librairie Zone Libre (on aime encourager les librairies indépendantes!) ainsi que par quelques ami‧e‧s autour de moi :
Romans 
  • Valide – Chris Bergeron – Plusieurs utilisations de langage épicène, utilisation de cielleux par exemple.
  • L’incivilité des fantômes – Rivers Solomon – Il y a un personnage qui utilise iel. Il y a aussi des personnages non-binaire
  • Noopiming – Leanne Betasamosake Simpson – Utilisation du iel pour tous les personnages (c’est ce qu’on m’a dit)
  • Fèms magnifiques et dangereuses – Kai Cheng Thom – Roman trans avec utilisation de iel et un souci de traduction queer
  • Manifeste céleste – Pattie O’Green
  • After – Jean-Guy Forget
  • Les Enragé‧e‧s – Valérie Bah

Littérature jeunesse 

  • Enfant de fourrure, de plumes, d’écailles, de feuilles et de paillettes – Kai Cheng Thom

Ouvrages généraux

  • Le Guide de poche des identités queer et trans – Mady G et J.R. Zuckerberg
  • Apprendre à nous écrire : Guide et politique d’écriture inclusive – Collaboration de Les 3 Sexe* et Club Sexu

Fanfiction

Collectif

  • Aranéides, magazine queer de région
  • Zishad Lake dans le collectif Self-Care

Audio 

  • Podcast «On se touche!» par deux thérapeutes du toucher, dont l’un‧e est non-binaire, et où le pronom iel est systématiquement utilisé!

Vidéo

  • Il parait que dans la dernière saison de Degressi, sur Netflix francophone, il y a un personne non-binaire utilisant le pronom iel 
  • Sans rendez-vous, une websérie québécoise sur Tou.Tv, a aussi un personne non-binaire utilisant iel 
  • Sha-Ra et les princesses au pouvoir, version française sur Netflix
C’est pour l’instant ce qu’on m’a suggéré! 🙂 Bonne lecture & écoute! <3
Sinon, j’ai envie de conclure cette réponse avec le partage de extraits écrits par deux de mes collègues concernant l’écriture inclusive. Iels y abordent notamment diverses perceptions personnelles entourant le pronom iel et différentes astuces de syntaxe! 🙂

Mon collègue Séré, iel-même non-binaire, utilisant le pronom iel et les accords au masculin, écrit dans cette réponse :

Ensuite, pour le langage neutre, il existe plusieurs ressources qui pourraient t’aider. Voici par exemple un document de l’organisme Divergenres qui propose des règles de grammaire qui ne mettent pas l’accent sur le féminin ou le masculin, et un tableau pratique qui propose de nouvelles terminaisons pour les mots genrés. Il y a deux clés pour assurer le succès dans l’emploi d’un nouveau vocabulaire pour parler d’une personne non-binaire ou genderfluid. D’abord, il faut voir avec cette personne ce qu’elle préfère utiliser comme mots. Par exemple, est-ce que ton/ta partenaire préfère utiliser le masculin certains jours et le féminin d’autres jours? Ou bien utiliser du langage neutre en tout temps? Quelle sorte de langage neutre préfère-t-iel? Quels sont les mots qu’iel aime et ceux qu’iel déteste? Cette conversation doit être continue, car il se peut que ses préférences changent.

Ensuite, la clé est la pratique. Plus tu te pratiqueras à utiliser des nouveaux pronoms et des nouveaux accords, plus il sera facile de les utiliser. Si tu vois que tu trébuches souvent sur certains mots, il est très utile de prendre un moment pour faire des recherches et trouver des alternatives. Par exemple, quand j’ai commencé à utiliser des accords neutres pour parler de moi-même, je trébuchais tout le temps quand je voulais dire que j’étais bon/bonne pour faire quelque chose. J’ai finalement sorti mon dictionnaire des synonymes et j’ai réalisé que « doué.e » était une alternative qui est neutre à l’oral. Aujourd’hui, j’utilise surtout le masculin pour parler de moi ainsi que quelques mots neutres que j’aime beaucoup comme heureuxe.

Voici également quelques suggestions de mots de couples à adopter qui sont neutres :

  • Mon amoureuxe
  • Mon amour
  • La personne avec qui je suis en couple
  • Ma douce moitié
  • Ma personne significative
  • Maon copaine

 

Maon autre collègue Maxime, utilisant également le pronom «iel» mais les accords neutres, écrit également dans cette réponse :

Si tu veux, je peux te donner un petit aperçu du français neutre ou inclusif. Pour les pronoms, j’imagine que tu t’en doutes mais il y a il et elle, à quoi s’ajoutent iel et ille (les pronoms neutres les plus utilisés en français). Il en existe d’autres comme olulael, æl. Il y a aussi y et el qui ressemblent beaucoup à il et elle à l’oral, mais qui s’écrivent différemment. Il y a des gens qui utilisent tous les pronoms ou certains pronoms en alternance (un pour une phrase, un autre pour la suivante), d’autres qui n’utilisent pas de pronoms et qui préfèrent qu’on répète leur nom à la place. C’est impossible de devenir les pronoms d’une personne que l’on rencontre, c’est pourquoi quand on rencontre une nouvelle personne on peut dire ses pronoms et de demander ceux de l’autre lorsqu’on échange nos prénoms.

Il y a aussi les accords pour les noms et les adjectifs, en voici quelques possibilités :

  • Auteur, auteure, autrice, auteurice, auteur.trice, auteur-ice, auteur·e

Une personne peut utiliser des pronoms et des accords en accordance (comme ille et accords neutres) ou non (iel et accords masculins). Certain.e.s vont choisir d’épeler leur noms de façon inclusive (Gabriel-le, Charl.e.s). À l’oral, c’est un peu plus difficile de prononcer les termes inclusifs qu’à l’écrit, mais on peut le dire au long (étudiant étudiante), prononcer en “euh” (étudianteuh) ou reformuler (personne qui étudie).

Enfin, il y a des mots qui sont créés ou modifiés afin de remplacer certains termes très genrés. Voici d’autres exemples :

  • Lo, lae, læ (le, la)
  • Toustes (tous, toutes)
  • Celleux, elleux, ellui (celles, ceux, elles, eux, elle, lui)
  • Belleau (belle, beau)
  • Froeur, adelphe (frère, soeur)
  • Mix, Mx. (Madame, Monsieur, Mme., Mr.)

Tu me suis toujours jusqu’ici? En tant que personne qui n’a pas toujours eu des bonnes notes en français je trouve que ça peut être compliqué à retenir, mais je trouve aussi que c’est une aventure linguistique vraiment créative et amusante. J’ai des liens à te donner pour tout cela aussi :

voilà <3 N’hésite pas à nous écrire à nouveau si tu as des questions. 🙂

Solidairement,

Guillaume (il/he), pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment