J’aimerais savoir ce que c’est d’être non-binaire.


Bonjour,
Je suis une personne qui me questionne sur mon genre. Je pense que je suis non binaire mais je ne suis pas sûre. Je me sens plus fille que gars mais en même temps je ne sens pas trop fille. Je me sens comme un peu perdu(e). J’ai vraiment besoin de conseil. J’aimerais aussi savoir ce que c’est être non binaire. C’est a dire comment les autres vous appelle est ce qu’il faut changer ton prénom tes pronom… J’ai hâte de recevoir votre réponse.
Kiki

Bonjour Kiki!

 

Moi aussi je suis une personne qui se questionne sur son genre! Non-binaire est le mot qui semble me convenir le plus et ça me fera plaisir de t’en parler un peu.

 

En premier lieu, je veux juste te dire que tu as le droit de te questionner, de ne pas être complètement sûr.e et de changer d’avis. Tes sentiments et tes pensées ne sont pas un examen, il n’y pas de bonne ou de mauvaise réponse ni de temps pour arriver au bout. Il y a des personnes qui passent leurs vies à se questionner et d’autres qui refusent de trouver de se limiter à une seule réponse.

 

Mais pour revenir à ta question : toute personne qui ne s’identifie pas entièrement ou exclusivement dans les catégories “homme” ou “femme” peut décider de revendiquer une identité non-binaire. La non-binarité est souvent associée à un genre neutre (ni masculin ni féminin) et c’est ce que beaucoup de personnes non-binaires ressentent, mais ce n’est pas la seule option non plus. Par exemple, certain.e.s vont vivre une identité quelque part à mi-chemin entre feminin et masculin, en partie l’un ou l’autre, complètement ailleurs, qui est fluide et qui change dans le temps et selon les contextes, ou une absence de genre, un vide où celui-ci devrait se trouver. Tout ça pour dire qu’il y a plein de façon de mettre des mots sur la diversité des vécus et d’expériences qu’est la non-binarité. 🙂 Si pour toi c’est d’être plus fille que garçon, mais pas vraiment fille non plus, c’est 100% valide. Si tu crois que ça pourrait t’aider de lire ou d’écouter d’autres formulations, je te laisse ces liens :

 

Certaines personnes autochtones vont aussi s’identifier comme bispirituel.le.s (two spirit), une identité culturelle traditionnelle qui est à la fois similaire et à la fois différente des identités trans et non-binaires. La bispiritualité, pour citer ce guide, est «un concept des Premières nations qui indique à la fois une identité autochtone et une appartenance à la diversité sexuelle et de genre. Cependant, chaque communauté autochtone a sa propre définition de la bispiritualité, notamment en ce qui a trait à la dimension spirituelle du terme. La bispiritualité ne peut être réduite aux seules dimensions que sont l’orientation sexuelle, l’identité de genre et l’expression de genre.» Je ne sais pas si tu es toi-même autochtone, n’hésite pas à nous écrire si tu aimerais en savoir plus! 

 

Est-ce qu’être non-binaire signifie que l’on doit changer de prénom et de pronoms? C’est vraiment comme tu le sens! Certaines personnes vont changer, d’autres gardent les mêmes, les deux sont tout aussi légitimes. C’est une étape qui peut faire partie de ce qu’on appelle la transition sociale. D’autres étapes peuvent consister à changer son apparence (coupe et couleur de cheveux, tattoos, piercings, maquillage, style de vêtement , accessoires, parfum, etc.), ses comportements, sa voix ou son attitude.

Une personne non-binaire peut choisir un esthétique typiquement masculin, feminin, neutre ou non. Il y a d’autres trajectoires de transition légales et médicales qui sont possibles selon les objectifs et les préférences de chacun.e.s.

 

Si tu veux, je peux te donner un petit aperçu du français neutre ou inclusif. Pour les pronoms, j’imagine que tu t’en doutes mais il y a il et elle, à quoi s’ajoutent iel et ille (les pronoms neutres les plus utilisés en français). Il en existe d’autres comme ol, ul, ael, æl. Il y a aussi y et el qui ressemblent beaucoup à il et elle à l’oral, mais qui s’écrivent différemment. Il y a des gens qui utilisent tous les pronoms ou certains pronoms en alternance (un pour une phrase, un autre pour la suivante), d’autres qui n’utilisent pas de pronoms et qui préfèrent qu’on répète leur nom à la place. C’est impossible de devenir les pronoms d’une personne que l’on rencontre, c’est pourquoi quand on rencontre une nouvelle personne on peut dire ses pronoms et de demander ceux de l’autre lorsqu’on échange nos prénoms. 

 

Il y a aussi les accords pour les noms et les adjectifs, en voici quelques possibilités :

  • Auteur, auteure, autrice, auteurice, auteur.trice, auteur-ice, auteur·e

Une personne peut utiliser des pronoms et des accords en accordance (comme ille et accords neutres) ou non (iel et accords masculins). Certain.e.s vont choisir d’épeler leur noms de façon inclusive (Gabriel-le, Charl.e.s). À l’oral, c’est un peu plus difficile de prononcer les termes inclusifs qu’à l’écrit, mais on peut le dire au long (étudiant étudiante), prononcer en “euh” (étudianteuh) ou reformuler (personne qui étudie).

 

Enfin, il y a des mots qui sont créés ou modifiés afin de remplacer certains termes très genrés. Voici d’autres exemples :

  • Lo, lae, læ (le, la)
  • Toustes (tous, toutes)
  • Celleux, elleux, ellui (celles, ceux, elles, eux, elle, lui)
  • Belleau (belle, beau)
  • Froeur, adelphe (frère, soeur)
  • Mix, Mx. (Madame, Monsieur, Mme., Mr.)

 

Tu me suis toujours jusqu’ici? En tant que personne qui n’a pas toujours eu des bonnes notes en français je trouve que ça peut être compliqué à retenir, mais je trouve aussi que c’est une aventure linguistique vraiment créative et amusante. J’ai des liens à te donner pour tout cela aussi :

 

En passant, notre algorithme n’arrive pas à déterminer dans quelle région tu te situes! :0

Je ne peux donc pas te proposer de groupes ou d’organismes 2SLGBTQIA+ de ta région, mais tu peux toujours nous répondre si c’est quelque chose qui t’intéresse!

 

Je te laisserais sur une citation que j’aime bien : «not all who wander are lost (ce n’est pas toustes celleux qui vagabondent qui sont perdu.e.s)».

 

J’espère que mes quelques mots t’éclaireront un peu!

 

Passe une bonne journée,

 

Maxime, stagiaire pour AlterHéros


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment