J’ai fait un coming-out comme lesbienne, mais je crois maintenant être trans. Comment puis-je m’y prendre pour re-faire un coming out à mes proches?


Bonjour, je m’appelle Sarah j’ai 16 ans cette année et en ce moment je me pose beaucoup de question sur mon identité de genre et ma sexualité, je suis née fille mais depuis que je suis enfant, je n’ai jamais apprécié être traité tel-quel, je me disais que ça allait passer, mais non. En octobre 2018 je me suis rendu compte que j’aimais les femmes, je me considérais lesbienne mais j’ai toujours envié les hommes pour leurs torses plats, pommes d’Adam, grandes mains, je pensais être attiré par ces traits dans le sens “je suis bi” mais sexuellement je ne ressent pas grand chose pour les hommes, je pense vouloir en être un.. Pensent être lesbienne au début du confinement j’ai fait un coming out à ma petite soeur qui m’a accepté et des gens de ma classe on remarqué ma photo de profil instagram qui était le drapeau lesbien et maintenant j’ai très peur de re-faire un coming out.

Ma question est donc :-Comment puis-je m’y prendre pour re-faire un coming out à mes proches ?(je veux juste que mes soeurs le sachent en me prenant au serieux et je trouve que faire un double coming out peut me décrédibiliser)

 

Bonjour Sarah!

Merci de faire confiance à AlterHéros avec ta question! Je vais faire de mon mieux pour t’éclairer par rapport à ce que tu vis en ce moment. 🙂

Donc, tu t’es rendu compte il y a un moment que tu aimes les femmes, alors tu as fait un coming-out comme lesbienne. Mais, maintenant, tu crois être un homme trans et tu te demandes comment faire un deuxième coming-out à tes proches. C’est bien ça?

D’abord, félicitation pour ton premier coming-out! Il y a toujours de quoi être fier lorsqu’on affirme son identité comme ça à ses proches. Le fait que tu t’identifies maintenant autrement n’enlève rien au courage dont tu as fait preuve en t’affirmant ni à la légitimité de ce que tu ressentais à ce moment-là.

Tu sais, le coming-out est souvent présenté comme UNE étape unique et obligatoire, mais c’est loin d’être le cas pour tout le monde. Il y a des personnes qui font leur coming-out à différentes personnes à différents moments, il y a des gens qui refont un coming-out lorsqu’iels apprennent à mieux connaître leur identité, et il y a des personnes qui font deux coming-outs différents pour leur orientation sexuelle ou romantique et pour leur identité de genre. Et il y en a qui ne font pas de coming-out du tout! Faire ou non un ou plusieurs coming-outs est un choix tout à fait personnel.

Personnellement, j’ai fait plus de coming-out que ce que j’ai la capacité de me souvenir! À quinze ans, j’ai fait mon premier coming-out comme fille bisexuelle à mes parents. Ensuite, à seize ans, j’ai appris l’existence de la pansexualité et j’ai commencé à m’affirmer comme personne pansexuelle auprès de mes ami.e.s. Puis, à dix-sept ans, je me suis rendu compte que je n’étais pas une fille du tout, alors j’ai fait mon coming-out comme personne non-binaire transmasculine à mes ami.e.s et à ma famille. Par après, je me suis rendu compte que j’étais surtout attiré par les hommes, alors j’ai arrêté de me dire pansexuel.le et j’ai plutôt commencé à m’identifier comme gai, mais je n’ai pas vraiment refait de coming-out, car je n’en voyais pas l’utilité. À chaque coming-out, j’exprimais comment je me sentais par rapport à mon identité à ce moment-là. Par la suite, quand je réalisais que l’étiquette que j’avais employée par le passé ne me convenait plus, je ne le vivais pas comme avoir « changé d’idée », mais plutôt comme avoir appris à mieux me connaître. Et c’est ainsi que je l’expliquais à mes proches. 

Notre identité n’a pas à être fixe non plus. Ce n’est pas parce que maintenant je ne suis attiré que par les hommes que les sentiments amoureux que j’ai eus par le passé envers des femmes et des personnes non-binaires n’étaient pas authentiques. C’est normal de vivre de la fluidité dans notre orientation sexuelle et romantique, ainsi que dans notre identité de genre.

Maintenant, il faut aussi faire la différence entre identité de genre et orientation sexuelle! Ce sont deux concepts complètement séparés. En effet, tu as fait un coming-out comme lesbienne, car tu aimes les femmes. Maintenant que tu réalises que tu te sens davantage comme un homme que comme une femme, ça ne change pas nécessairement le fait que tu aimes les femmes. C’est seulement l’étiquette « lesbienne » qui change, car si tu es un homme qui aime les femmes, tu es plutôt hétérosexuel. Tu peux l’expliquer ainsi à tes sœurs : « Je vous ai fait un coming-out comme lesbienne, car je suis attiré par les femmes. Mais maintenant je réalise que je suis un garçon. Ça ne change rien au fait que je suis attiré par les femmes, c’est juste que je ne m’identifie plus comme lesbienne, mais comme un garçon trans hétérosexuel. »

J’aime bien ce schéma qui permet de voir la différence entre l’identité de genre (qui je suis), l’expression de genre (de quoi j’ai l’air), l’orientation sexuelle (qui m’attire sexuellement) et l’orientation romantique (qui m’attire romantiquement). Penses-tu que de le montrer à tes proches quand tu leur dévoileras ton identité trans pourrait les aider à mieux comprendre?

Finalement, je veux te dire que tu n’es pas seul dans cette situation. Je connais beaucoup d’hommes trans qui se sont d’abord identifiés comme lesbienne avant de réaliser qu’ils étaient en fait des hommes. En effet, comme il n’y a toujours pas beaucoup de représentations positives des réalités trans et non-binaires dans les médias, alors que les différentes orientations sexuelles sont un peu mieux connues du large public, il arrive souvent que les personnes trans fassent d’abord un coming-out comme personne lesbienne, gaie, bisexuelle, pansexuelle ou asexuelle avant de réaliser qu’elles sont trans. Parfois, comme dans ton cas (et le mien!), l’étiquette qu’elles utilisent pour désigner leur orientation sexuelle change, et parfois non. Tout ça pour dire que tous les parcours sont légitimes à 100 %.

J’espère que ma réponse t’aide à envisager ton coming-out avec moins d’anxiété. Si tu veux avoir davantage de conseils pour faire un coming-out trans, je t’invite à aller consulter nos autres réponses à ce sujet! On a aussi une foule de réponses sur l’identité de genre en général.  Si tu en ressens le besoin, n’hésite surtout pas à nous recontacter. On est là pour toi!

Je t’envoie tout plein de courage,

 

Séré, intervenant pour AlterHéros


About Séré

Séré est un.e activiste trans non-binaire de la région de l'Estrie qui adore expliquer la pluralité des genres avec des métaphores de crème glacée. Iel défend les droits des jeunes trans et non-binaires en contexte régional, tout en essayant de se laisser du temps pour coller son chien et son chat.

Leave a comment