Quand une femme transgenre a une vaginoplastie, peut-elle avoir des orgasmes?


Je voulais savoir quand une femme transgenre ce fait opérer pour avoir le vagin je voulais savoir si on pouvais avoir des orgasme et si on pouvais ressentir la penetration comme pour un vrai vagin de femme cisgenre ou pas vraiment?
Maya

Bonjour Maya !
Je tiens à te remercier chaleureusement pour la confiance que tu portes envers AlterHéros! Réfléchir à une vaginoplastie peut entraîner son lot de questions! Je tiens donc à te féliciter de nous avoir écrit. J’espère que cette réponse t’apportera des pistes de réflexion intéressantes.
Si je comprends bien ta situation, tu te demandes si une femme trans qui reçoit une vaginoplastie peut ressentir des orgasmes ou ressentir une pénétration d’une façon similaire d’une femme cisgenre. Est-ce bien cela?

Comme par hasard, j’ai tout récemment composer une réponse à une question très similaire à ta question qui s’intitulait : Est-ce qu’une vaginoplastie me permettra de ressentir du plaisir ? Si tu me l’autorises, je citerai certains extraits de cette réponse pour te répondre. 🙂

J’aimerais d’abord débuter en précisant que chaque corps est différent. Chaque personne ressent le plaisir sexuel d’une façon différente, à différents degrés, selon des zones de sensibilités différentes. Il est donc difficile de comparer le plaisir sexuel d’une femme cisgenre et celui d’une femme trans ayant eu une vaginoplastie, car même parmi les femmes cisgenres il existe une multitude de façons de définir ce type de plaisir. Dans cette optique, j’invite plutôt chaque personne, cis ou trans, à prendre le temps d’explorer son propre corps -et ses nouvelles composantes, le cas échéant- ainsi que son propre plaisir afin de trouver les mots qui correspondent à leurs expériences personnelles du plaisir. 🙂

Maintenant, qu’est-ce qu’une vaginoplastie? En se référant à cet article du blog de la clinique GRS concernant la vaginoplastie, la seule clinique québécoise offrant des soins chirurgicaux aux personnes trans, on y lit que :

La vaginoplastie est une procédure chirurgicale effectuée sous anesthésie régionale ou générale. Le ou la chirurgien.ne retirera dans un premier temps le scrotum ainsi que les testicules.
Pour constituer l’ouverture de l’urètre, les lèvres, et le clitoris, le chirurgien (ou la chirurgienne) utilisera le gland, l’urètre et de la peau provenant du scrotum. Les racines capillaires seront cautérisées pour prévenir la croissance de poils dans la cavité vaginale.
C’est le gland qui sera utilisé pour créer le clitoris. Le gland, comme le clitoris, est sensible. Ceci permet généralement de maintenir des sensations sexuelles après la chirurgie.
Une cavité vaginale sera créée (uniquement sur demande. Certaines personnes optent pour une vaginoplastie sans cavité vaginale). La prostate ne sera pas retirée car son ablation pourrait causer une incontinence urinaire définitive. De plus, la prostate demeure un organe sensible et une zone érogène lors de relations sexuelles impliquant la pénétration. La peau du pénis sera inversée pour créer la paroi interne du vagin. Le chirurgien (ou la chirurgienne) utilisera aussi de la peau provenant du scrotum pour compléter la paroi vaginale.
Si le chirurgien (ou la chirurgienne) a besoin de davantage de peau pour constituer les nouveaux organes, il pourrait prélever de la peau sur une autre partie du corps comme la cuisse. Même si cette procédure est rare, vous serez informée par votre chirurgien.ne si elle est nécessaire avant l’intervention.
Un moule sera placé temporairement dans la cavité vaginale afin d’éviter que cette dernière se referme et sera retiré entre les 5ième et 7ième jours après la chirurgie. Ensuite débuteront les dilatations vaginales qui permettront de maintenir la cavité ouverte. Notez que ces dilatations devront être maintenues à vie.

En résumé, l’utilisation du gland du pénis comme clitoris et la préservation de la prostate peuvent contribuer à maintenir un plaisir sexuel. Selon les informations du site de la clinique GRS, il est possible de commencer à explorer la région du clitoris avec nos doigts environ 8 semaines après la chirurgie. Les terminaisons nerveuses ayant été affectées pendant la chirurgie, il se peut que les sensations soient différentes ou diminuées. Il est donc recommandé de prendre le temps d’explorer les nouveaux organes génitaux afin de découvrir ces nouvelles sensations. De plus, la stimulation des nerfs par le toucher ainsi que les massages vont contribuer à reconnecter les terminaisons nerveuses, augmentant ainsi les nouvelles sensations de plaisir. Puis, il est recommandé de patienter 12 semaines après la chirurgie avant d’avoir des relations sexuelles orales réceptives ou d’avoir des relations sexuelles impliquant une pénétration vaginale ou anale. Il est également possible que les premières fois soient douloureuses puisqu’il s’agit d’un effort physique impliquant les muscles affectés par la chirurgie.

Mais ce n’est pas tout! Plusieurs personnes témoignent d’une grande amélioration de leur plaisir sexuel à la suite d’une chirurgie de par le confort que ces personnes ressentent par rapport à leur propre corps. À ce sujet, je me permets de citer cet article de ma collègue Marie-Pier au sujet de la vaginoplastie :

En ce qui concerne les nouvelles dimensions de la sexualité amenées par la vaginoplastie, il est certain que cela peut provoquer un certain stress. En effet, l’anatomie de tes organes génitaux ainsi que ta réponse physiologique à l’excitation sexuelle seront différentes. (…) Certaines personnes optant pour des chirurgies au niveau des organes génitaux témoignent de l’aspect magnifique d’avoir l’opportunité de découvrir des nouvelles zones de plaisir. D’autres témoignent également que leur rapport à la sexualité a complètement changé au cours de leur transition, car elles éprouvent aujourd’hui un confort avec leur propre corps : augmentant leur propre désir de se caresser, par exemple. Toutefois, (re)découvrir sa sexualité et sa corporalité peut être un long processus. Même si nous pouvons être satisfait.e.s d’une chirurgie, il s’agit toutefois d’un nouveau apprentissage : un vagin ne vient pas avec un code d’instructions ! Chaque personne explore à sa manière et à son rythme ses nouvelles organes génitales. Cela peut nécessiter parfois un certain apprivoisement. Certaines personnes ayant vécu une chirurgie au niveau des organes génitaux vont préférer en parler à leurs partenaires dans les premiers temps suivant la chirurgie, afin d’établir un climat sécuritaire permettant au ou à la partenaire de guider la personne dans la découverte de cette nouvelle sexualité.

En résumé, pour répondre directement à ta question, oui, une vaginoplastie a le potentiel de créer un taux important de plaisir sexuel pour les personnes qui optent pour cette chirurgie, que ce soit par stimulation du clitoris ou par pénétration vaginale. Je t’invite à consulter cette fiche technique très complète du GRS concernant la vaginoplastie ainsi que la foire aux questions concernant cette chirurgie. Je suis certain que tu y trouveras plusieurs informations intéressantes. 🙂

J’espère que ceci a pu répondre à tes différents questionnements. Si jamais tu souhaites prendre contact avec diverses personnes ayant vécu des questionnements similaires aux tiens, je t’invite à contacter les groupes de soutien pour personnes trans de Montréal via les groupes communautaires de ASTTEQ ou de l’Aide aux trans du Québec. N’hésite pas à nous écrire de nouveau si tu en ressens le besoin. 🙂

Solidairement,
Guillaume (il/he), pour AlterHéros.


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment