Pourquoi n’ai-je pas réalisé avant que j’aimais porter des vêtements masculins?


Bonjour. Je souhaite vous remercier pour votre réponse bienveillante. Pour répondre à vos conseils j’ai un métier plus tôt masculin en général (je suis paysan) je vis au quotidien dans des vêtements amples parfois de vieux vêtements d homme. Une autre partie de mon travail c’est la vente au marché et j’y ai testé ma “nouvelle apparence” un collègue m’a dit qu’il ne m’avait pas reconnue qu’il m’avait pris pour un garçon. J’ai bien aimé. Des clientes (que des femmes) m’ont dit que mon look était très sympa. Je suis rentrée chez moi ravie . Mais je retrouve à la maison l’air trahis de mon mari je ne comprends pas car a la maison a pars ma coupe de cheveux je n’ai pas changé. C’est peut être parce que même si je suis déjà “garçon manqué” depuis toujours il s aperçoit maintenant que je ressemble parfois a un garçon. Je lui ai emprunté un jean il a dit “Mouais c’est quand même pas très féminin” j’ai pas relevé j’ai pas dormi non plus cette nuit là. Une autre fois je lui emprunte un pantalon de travail et alors qu’il vas l’ouvrir pour me toucher il me dit “ça fait bizarre d’habitude c’est pas des filles qui le porte” alors je me dit qu’il faut peut être que je choisisse des vêtements assez éloigné de son style et de celui des hommes qu’il côtoie pour moins le perturber qu’en pensez-vous ? Je n’arrive pas à suivre votre conseil de parler ouvertement du plaisir que j’ai a ressembler a un homme. Je n’ose même pas penser à lui dire les choses qui m allument comme vous dîtes cela le choquerait encore plus. Je vais essayer de parler à la psychologue que je vois pour mes tendances dépressives mais même la j’ai peur du jugement. Caché derrière un écran c’est tellement plus simple plus facile. Et puis j’ai trente quatre ans je suis en couple depuis treize ans j’ai deux enfants comment je peux expliquer que j’en suis là aujourd’hui ? Comment j’ai pas réalisé certaines choses avant ? Merci de m’avoir lue désolée pour le roman.

Bonjour,

 

Je t’en prie, tu peux te sentir libre d’écrire ce que tu as sur le cœur, ton message est loin d’être trop long 🙂 Et merci de nous écrire de nouveau!

 

Je suis ravi·e d’entendre les compliments et les commentaires positifs que tu as reçu au travail sur ton nouveau style! C’est drôle, être heureux·e d’entendre des collègues ou des client·e·s nous prendre pour un garçon (ou pour une fille) est une expérience extrêmement éclairante pour beaucoup de gens que je connais à travers des professions très diversifiées.

 

À ce que je comprends, tu te sens bien dans ton corps et avec les changements que tu mets en place, mais ton mari exprime son étonnement et son inconfort par des regards et des commentaires lourds de sens. Ça doit être terriblement décevant de lire de la trahison sur le visage de son conjoint lorsqu’on aborde une nouvelle coupe de cheveux ou encore d’entendre qu’il est soi-disant “bizarre” de porter les pantalons que l’on trouve confortables et attirants. Il est possible que, selon sa perception, ces modifications semblent venir de nul part et qu’il ait besoin d’un certain temps pour se réhabituer. Après tout, on grandit toustes dans une société qui nous prépare pour des rôles d’hommes et de femmes très précis et très strictes. Toujours est-il qu’il ne fait pas exactement preuve d’ouverture et de sensibilité dans ses réactions initiales… Est-ce qu’il lui arrive souvent de réagir ainsi?

 

Je comprends que tu veux qu’il soit confortable, mais je ferais aussi attention à ne pas trop tenter de réduire tes émotions ou tes désirs pour lui plaire. Tu nommes peut-être essayer de porter des vêtements masculins mais dans un style différent des hommes de son entourage afin de ne pas trop le perturber. Cela pourrait être un bon compromis à condition que tu sois pleinement heureuse ainsi. C’est essentiel de ne pas se forcer à s’oublier et à se rapetisser pour le bien de son partenaire, entre autres car cela peut définitivement avoir un impact sur les tendances dépressives que tu indiques avoir.

 

Au niveau de la communication, adopter soudainement du jour au lendemain un style ouvert et sans gêne est peut-être trop ambitieux. Il serait moins intimidant d’y aller plus graduellement, étape par étape. Ça pourrait être de mentionner les compliments que tu as reçu au marché, ou encore de demander à ton mari si ça va lorsqu’il a une expression de surprise ou d’inconfort. La communication est quelque chose qui se travaille, mais ça peut faire partie des nouvelles choses que tu essayes. Je comprends la peur du jugement, ou de l’incompréhension, et je crois que le but n’est pas de ne jamais avoir peur, mais bien de tout de même faire des tentatives malgré ses craintes. Je suis d’accord que de parler à une psychologue qualifiée pourrait apporter du soulagement et des conseils utiles.

 

Dernière chose, il n’y a pas un âge limite pour apprendre à mieux se connaître! Découvrir que l’on aime certains styles ou vouloir changer son apparence n’est pas réservé aux jeunes, aux personnes célibataires ou n’ayant pas d’enfants. Je connais des personnes de 40, 50, 60 ans et plus, la plupart ayant passé la plus grande partie de leur vie marié·e·s et faisant aujourd’hui des découvertes majeures sur le plan de leurs identités et de leurs désirs. Le truc est que souvent en fondant une famille et/ou en développant une carrière on devient trop occupé·e pour les grandes questions existentielles. Notre quotidien tourne autour de notre routine, de nos occupations et de nos responsabilités. Les gens qui. comme toi, réussissent à s’interroger, se trouver et se réaliser à travers tout ça font preuve de beaucoup de courage, de perspicacité et d’amour pour soi. Je t’invite à ne pas oublier cela et à mettre de l’avant ces qualités dans ta vie de tous les jours.

 

Au plaisir! Bonne chance,

 

Maxime, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment