Pourquoi ai-je l’impression de ressentir moins d’attirances envers les filles?


Bonjour, je suis un homme de 23 ans et je me pose énormément de question sur mon orientation sexuelle en ce moment j’aimerai savoir si vous pouvez m’éclairer.
Alors voilà j’ai toujours su que j’étais bi mais je n’ai jamais été attiré sentimentalement par les hommes. Ce que j’aime sentimentalement c’est les femmes. Sexuellement les femmes me plaisent plus aussi, disons qu’un homme pouvait m’exciter une fois sur 100.
Cependant depuis quelques mois je suis en dépression et lorsque je me masturbe les femmes ne m’excitent plus. En revanche j’ai rencontré une femme il y’a quelques semaines et quand je l’ai j’étais naturellement excité. Je me demande donc pourquoi ce rejet des femmes.

Victor

Bonjour Victor!

Merci grandement pour la confiance que tu portes envers AlterHéros! Si je comprends bien ta situation, tu te poses présentement plusieurs questions concernant ton orientation sexuelle. Tu affirmes t’identifier comme bisexuelle en me partageant que tes attirances romantiques sont exclusivement envers les femmes, mais que tes attirances sexuelles sont en grande partie envers les femmes, mais parfois envers certains hommes. Tu dis être en dépression et que ton excitation envers les femmes semble avoir diminuer. Tu te demandes pourquoi.

 

En premier lieu, et pour citer ma collègue Marion : «l’orientation sexuelle se décline en trois aspects : les désirs, les comportements et l’identité. Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personne, qui on aurait envie d’embrasser, etc.). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé notre amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l’identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, gai, pansexuel.le, etc.).» Certains hommes, par exemple, qui auraient des désirs sexuels invariablement de l’identité de genre des personnes qui l’intéressent, mais n’avoir eu des expériences sexuelles qu’avec d’autres femmes, pourraient se définir comme hétéro (se basant plutôt sur leurs comportements) ou comme bisexuels (se basant davantage sur leurs désirs) ou même d’autres termes s’ils lui conviennent mieux! L’identité, c’est vraiment propre à chaque personne, sa façon de se percevoir et son sentiment d’appartenance à une orientation sexuelle plutôt qu’une autre. Du coup, si tu te sens plus à l’aise de te considérer bisexuel parce que c’est ce qui te semble le plus juste par rapport à ce que tu ressens, c’est la seule chose qui compte. C’est ton identité à toi, après tout! Ainsi, pour répondre à l’une de tes questions, tu as entièrement la légitimité de te définir comme bisexuel si c’est le terme qui te fait sentir toi-même, qui te fait sentir bien et dont tu es confortable avec. Et cela peut certainement être d’autres termes! À toi de voir! Il n’y a pas de mauvaises réponses, car la façon que tu te définies t’appartient entièrement. Et puis, l’orientation se décline en deux dimensions, soi l’orientation romantique et l’orientation sexuelle. Parfois, nos attirances émotionnelles et physiques concordent, parfois non, comme tu sembles l’expliquer dans ta propre situation. C’est très correct et super fréquent!

 

En deuxième lieu, la libido (ou l’appétit sexuel) change et évolue tout au long de notre vie. Il peut arriver d’avoir une libido plus forte pendant certains moments, et une libido plus basse à d’autres moments. Notre libido peut également être influencé par l’anxiété que l’on vit, par certaines médications (comme des antidépresseurs par exemple) ou par notre état émotionnel en général. Tu dis être en dépression en ce moment. Je tiens à te remercier et te féliciter de le nommer. Il n’est pas toujours évident de parler de notre santé mentale dans une société qui n’offre si peu de soutien en santé mentale et où il existe encore une grande stigmatisation des enjeux de santé mentale. Est-ce que tu as du soutien externe en ce moment? Est-ce que tu un.e thérapeute qui t’accompagne dans cette dépression? Est-ce que tu as un suivi médical concernant cette dépression? Si oui, as-tu eu l’occasion de discuter de ta baisse de libido avec ton ou ta médecin ayant diagnostiqué cette dépression? Cette personne pourra discuter plus profondément avec toi de la dépression, des impacts sur la sexualité et, le cas échéant, possiblement adapter les médicaments y étant associés (si cela correspond à ta situation).

 

Tu te demandes pourquoi «ce rejet des femmes». J’admets ne pas être 100% certain du sens de ta question ici, puisque tu partages également avoir rencontré une femme récemment qui t’excitait. Est-ce que ce qui t’inquiète est le fait que lorsque tu es seul et que tu te masturbes, tu sembles moins excité envers les filles? Tu sais, nos attirances et ce qui nous excite lorsque nous nous masturbons ne sont pas nécessairement fixes dans le temps. Il peut arriver que certaines images sexuelles nous excitent davantage ou moins dans certaines périodes. Ce n’est pas un problème en soi. Aussi, tu ne précises pas dans ta question si tu consommes de la pornographie lorsque tu te masturbes ou non. Sache simplement que la pornographie est une immense industrie dont l’objectif principal est de faire de l’argent… et ce… en nous excitant! En d’autres mots, tout est mis en scène dans les vidéos pornographiques pour exciter notre principal organe sexuel : notre cerveau. Conséquemment, il n’est pas surprenant d’être excité par des images pornographiques ou des comportements dont on ne ressent pas d’attirances dans la vie de tous les jours ou dont nous ne ressentons pas l’envie d’expérimenter dans la vraie vie. Cela peut donc arriver d’être moins excité par les filles dans la pornographie, par exemple, sans pour autant que cela ne remette en question ton orientation sexuelle ou romantique dans la vie de tous les jours. Si les différentes préoccupations que tu ressens sont liées à la consommation de pornographie, tu peux essayer de varier les sources externes d’excitation, comme en écoutant des podcasts érotiques ou en lisant des nouvelles érotiques (ces médiums laissent davantage de place à l’imagination et peuvent transformer une séance de masturbation en une expérience divertissante en stimulant davantage de sens). Tu peux également tenter de varier les sensations sur ton corps. La peau étant notre organe sexuel le plus large en termes de superficie, il y a d’innombrables endroits sur notre corps que l’on peut stimuler et toucher. C’est aussi possible de s’amuser avec divers jouets sexuels. L’objectif ici est de simplement nous autoriser à découvrir de nouveaux plaisirs, de nouvelles sensations et de sortir un peu de la mécanique ”porno+branlette=éjaculation”.

 

J’entends bien que tu ressens une baisse importante de libido ces temps-ci. Je comprends également que cela peut être préoccupant pour certaines personnes. Je tiens simplement à te partager qu’il n’y a rien d’inquiétant de noter une variation de notre libido. Est-ce que le fait de ressentir moins d’excitation envers les filles lorsque tu te masturbes est quelque chose d’inquiétant pour toi? Lorsque tu affirmes t’identifier comme bisexuel, est-ce un terme dont tu es confortable avec?

 

N’hésite pas à demander de l’aide pour t’accompagner dans la dépression dont tu nous partages. Des ressources existent pour toi. Tu n’as pas à rester seul dans cette épreuve. <3

J’espère que cela a pu te guider un peu dans tes réflexions. Je t’encourage à m’écrire de nouveau si tu souhaites approfondir certains sujets, préciser certaines angles de ta question, ou simplement pour nous donner de tes nouvelles!

Solidairement,

Guillaume, pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment