Mon ex m’a menti sur sa bisexualité et aujourd’hui en relation avec un homme. Ai-je été qu’une mère porteuse pour lui?


bonjour, je suis restée pendant 9 ans avec mon ex, c’était mon 1er, nous avons deux filles de 5 et 8 ans. Il m’a quitté il y a deux ans car il ne m’aimait plus. Me reprochant tout un tas de chose, que j’étais trop exigeante avec lui…. déjà cela n’a pas été facile pour moi, mais je viens d’apprendre qu’il est avec un homme depuis un an et demi, certes ce n’est déjà pas évident de penser que j’ai été pour lui un genre de mère porteuse, il a fait son boulot niveau société et une fois qu’il a eu ses enfants il a pu enfin s’épanouir dans la sexualité qu’il voulait. Ce qui me dérange le plus c’est qu’il m’a avoué qu’il était bisexuel depuis toujours et qu’il avait eu des relations avec des hommes avant notre relation. Je me sent trahis, bafouée surtout qu’on a souvent eu des discussions de ce genre ( des hommes qui ont quittés leurs femmes pour des hommes, sodomie ça ne l’a jamais attiré soit disant, je lui ai même demandé si il était homosexuel au début de notre relation car je le trouvais maniéré dans sa façon de parler) toutes ses réponses avaient été négatives et je le croyais. Même sa relation actuelle, il l’a présenté à nos filles il y a un an et son nouveau est même resté dormir deux nuits dans le même lit et sous le même toit que mes filles. Bref toutes ces épreuves sur sa nouvelle relation qui a été officialisée il y a peu ont déjà été très dure à encaisser, mais le fait que j’apprenne sa bisexualité ne passe vraiment pas, je ne supporte pas le mensonge, toute ma relation avec lui est basé sur le mensonge. Elle était vouée à l’échec et moi comme une idiote je lui ai fait deux enfants avec qui il pourra profiter avec son ami. Une famille Moderne que je n’accepte pas du tout, je suis en colère déjà de devoir partager mes filles une semaine sur deux et en plus suite à une relation mensonge avec moi. Je ne sais pas comment accepter ce mensonge volontaire de sa part car il m’a dit également que quand il l’avait dit à une ancienne petite amie elle l’avait quitté et qu’il ne voulait pas la même chose. Mais vu la façon dont ça s’est terminée avec moi, cela montre qu’il ne voulait que des enfants et après pouvoir s’épanouir pleinement ensuite. Je suis perdue, comment réussir à me reconstruire. Depuis deux ans ce ne sont que des plans culs mais ça me déprime encore plus, les hommes ne veulent que baiser avec moi et pas avoir une relation suivie. Pourriez vous m’aider à y voir plus clair et m’aider à mieux avaler cette pilule? Merci de m’avoir lu. Bonne journée

C.

Bonjour!
Merci grandement pour la confiance que tu accordes envers les services d’AlterHéros. Je peux comprendre qu’une foule d’émotions se manifestent présentement chez toi. Les ruptures amoureuses peuvent être des événements difficiles, particulièrement lorsque des enfants sont dans l’équation, lorsqu’on découvre une nouvelle facette de l’identité de notre ancien‧ne partenaire ou même lorsqu’on apprend l’existence d’une nouvelle liaison amoureuse chez l’autre. Toutes ces émotions sont très compréhensibles. Puisque tu écris à AlterHéros, un service d’aide et de soutien pour toutes personnes concernées par des questions liées à la diversité sexuelle et de genre, dont l’entièreté de l’équipe est elle-même LGBT (lesbienne, gay, bisexuel‧le ou trans), j’orienterais donc davantage ma réponse sur le sujet de la bisexualité de ton ex-conjoint. Néanmoins, je ferai de mon mieux pour adresser l’ensemble des éléments que tu as adressés dans ta question!
Rupture : 
Pour commencer, il n’est jamais facile de se reconstruire à la suite d’une relation. Il est correct et compréhensible de traverser une foule d’émotions à la suite d’une rupture. Il est aussi possible qu’on ait tendance à chercher des explications ou des réponses sur pourquoi la relation s’est terminée sur une certaine note, cela nous pousse parfois même à réanalyser le passé et tenter d’y voir des indices particuliers. C’est un mécanisme complètement normal, mais il arrive que l’on obtienne pas de réponses claires à certaines de nos interrogations ou que ces réponses peuvent possiblement nous provoquer encore plus d’émotions diverses. Dans tous les cas, l’important à la suite d’une séparation, c’est de pouvoir de recentrer sur soi-même et de placer son propre bien-être au coeur de nos préoccupations. Bien plus facile à dire qu’à faire, j’en suis conscient! Mais je suis certain que tu peux compter sur des êtres autour de toi pour t’accompagner, sur le soutien d’un‧e thérapeute pour t’écouter dans cette grande étape de reconstruction, ainsi que sur ta propre connaissance de toi-même pour éclaircir tes futures actions et définir tes propres besoins et limites pour le futur. Je sais que ta présence sur notre site internet démontre bien que tu es motivée, que tu recherches des méthodes efficaces et que tu as besoin d’un soutien et de conseils pour aller de l’avant. Cette réponse à elle-seule demeurera insuffisante pour t’offrir tous les outils nécessaires, mais c’est un premier pas dans la bonne direction. Je t’invite donc à aller chercher l’aide dont tu as de besoin dans toute cette situation. <3
Nouvelle flamme : 
Tu précises que ton ex est maintenant en relation avec un homme depuis plus d’un an. Cela peut sans aucun doute être difficile à apprendre que notre ex est maintenant en relation amoureuse avec une autre personne. On peut avoir tendance à jalouser un peu le fait que lui ait pu trouver un nouvel amour, ou même à avoir tendance à se comparer à cette nouvelle personne. Mais est-ce que ces réactions ou comportements sont nécessairement sains? Bien qu’une rupture ne soit pas toujours facile, il n’en reste que vous avez partagé 9 ans de votre vie ensemble et avez vécu ensemble une foule d’événements positifs. Tout cela ne s’efface pas en raison d’une rupture ou d’une nouvelle relation amoureuse. Même si c’est très difficile à mettre en application, il est possible de travailler, à notre rythme, à tenter de convertir le sentiment de colère, de jalousie ou d’inconfort à l’égard du fait que notre ex soit de nouveau en relation vers un sentiment de compersion, soit le sentiment éprouvé lorsqu’on se réjouit du bonheur d’autrui. Je sais que c’est difficile et cela prendra autant d’années que nécessaires! Il n’y a absolument aucune presse! Les blessures peuvent prendre du temps à guérir et c’est correct comme cela. Là où je veux en venir, c’est que je me questionne à savoir si ta réaction aurait été différente si ton ex serait aujourd’hui en relation amoureuse avec une femme plutôt qu’un homme. Si cela avait été une femme, est-ce que tu te serais sentie comme «une mère porteuse»? Est-ce que tu aurais été choquée de la même façon d’apprendre que cette personne aurait passé deux nuits sous le même toit que tes enfants? Est-ce que cela aurait remis en question de la même façon votre ancienne relation? Tu me vois un peu venir… Peu importe s’il s’agit d’un homme ou d’une femme avec qui ton ex est présentement en relation, cela n’efface aucunement les 9 belles années que vous avez vécues ensemble, cela n’efface aucunement l’amour que vous avez ressenti l’un‧e envers l’autre et cela n’efface aucunement le fait que vos enfants ont deux parents extraordinaires et plein d’amour pour les accompagner vers l’âge adulte.
Bisexualité :
Pour commencer au sujet de la bisexualité, ton ex est le seul qui peut définir sa propre orientation sexuelle. Les orientations sexuelles et romantiques sont d’abord et avant tout des mots que l’on utilise comme outils pour définir des réalités très complexes et uniques à chaque personne que sont les attirances humaines. Conséquemment, si le terme bisexuel est celui qui résonne davantage pour ton ex, il est le seul qui peut en juger. La manière qu’il a de s’identifier et de raconter son parcours lié à sa bisexualité lui appartient, tout comme son propre rythme au sujet du coming-out. Il s’agit d’un processus personnel et unique à chaque personne.
 
L’orientation sexuelle peut se décliner en trois aspects : soit les désirs, les comportements et l’identité. Permets-moi de citer ma collègue Marion pour t’éclairer en ce sens : «Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personne, qui on aurait envie d’embrasser, etc.). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé notre amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l’identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, lesbienne, pansexuel‧le, bisexuel‧le, hétéroflexible, etc.).» Certains hommes qui auraient principalement des liaisons intimes et amoureuses avec d’autres femmes peuvent donc décider de s’identifier comme hétérosexuels, puisque c’est le terme qui correspond le mieux à leurs comportements. D’autres pourront décider de s’identifier comme bisexuels, puisque c’est le terme qui correspond le mieux à leurs désirs. L’identité, c’est vraiment propre à chaque personne, sa façon de se percevoir et son sentiment d’appartenance à une orientation sexuelle plutôt qu’une autre. 
 
J’aimerais maintenant d’introduire deux différentes illustrations concernant la bisexualité. Elles sont en anglais, alors sens-toi à l’aise de me faire signe si tu souhaites une traduction. 
 
Voici la première illustration : 
 

Cette illustration a comme objectif de visibiliser qu’il y autant de façon d’être bisexuel‧le qu’il existe de personnes bisexuelles sur cette terre! C’est vraiment okay si certaines personnes bisexuelles ont des préférences romantiques ou physiques envers un genre plutôt que l’autre, comme l’illustre cette illustration. Mais peu importe les degrés ou nuances d’attirances envers l’un ou l’autre des genres, cela ne change aucunement que ces personnes utilisent le terme bisexuel‧le pour définir leur identité. La bisexualité, pour en faire une définition très courte, signifie uniquement d’avoir la capacité de ressentir des attirances sexuelles et romantiques envers des gens de son propre genre et d’un autre genre. Par exemple, certaines personnes bi ont la capacité de ressentir une attirance romantique et sexuelle forte envers les femmes et plus faible envers les hommes. C’est l’une des nombreuses nuances de la bisexualité et c’est vraiment okay comme ça! 
 
Plusieurs mythes sont véhiculés à l’égard de la bisexualité, encore à ce jour, tels que : « les personnes bis ne savent pas ce qu’elles veulent », « la bisexualité n’est qu’une phase », « les personnes bis sont plus susceptibles de tromper leur‧s partenaire‧s », etc. Tous ces mythes contribuent à invisibiliser et invalider l’identité bisexuelle, alors qu’il s’agit bel et bien d’une orientation en soi et qu’elle est complètement valide et réelle. J’aime souvent dire que le fait d’être bisexuel‧le n’est pas 50% homo et 50% hétéro, comme l’illustre cette illustration, mais bien 100% bisexuel‧le. Il y aura des moments où il est possible d’être davantage attiré‧e par des hommes et d’autres moments par des femmes. Si ton ex choisit d’être en relation avec une femme, cela ne fait pas de lui une personne hétéro, s’il choisit de se mettre en relation avec un homme, il n’est pas homo pour autant, mais dans tous les cas, il demeure bisexuel si c’est ainsi qu’il choisit de se définir. 

Je te suggère l’écoute de ce petit vidéo humoristique et percutant sur les mythes associés à la bisexualité. Tu peux lire cet article qui aborde les différentes facettes de l’invisibilité bisexuelle si tu en as envie ! Et pour revenir sur deux petits éléments dont tu as fait référence… Les pratiques sexuelles que l’on aime ou qu’on est intéressé à avoir ne sont pas du tout un indicateur de l’orientation sexuelle. La sodomie, par exemple, peut être appréciée ou non par tout le monde, peu importe l’orientation sexuelle et peu importe les organes génitaux. Pour ce qui est de s’exprimer de façon maniérée, ce n’est pas non plus un indicateur d’une orientation sexuelle. On peut s’exprimer de façon très viril et même être super matchiste tout en étant gai par exemple, et l’on peut être très féminin tout en étant hétéro. Être maniéré n’est donc pas un indicateur d’une bisexualité ou d’une homosexualité.

C’est aussi possible de lire cette réponse à cette question : Comment je peux être certain que ma copine bisexuelle va être lesbienne avec moi et ne pas me larguer pour un mec comme plein d’autres bi? J’ai l’impression que tu as nommé un inconfort ou une insécurité à l’idée d’avoir été dans le passé dans une relation avec un homme bisexuel, car tu as l’impression que cette relation était vouée à l’échec en raison de sa bisexualité. Pourtant, ton ex a été en amour avec toi pour la personne que tu es, pour la femme que tu es, et personne d’autre! Le fait qu’il soit bisexuel n’efface aucunement l’amour et l’attirance qu’il a eu pour toi! Le fait qu’il soit bisexuel ne signifie pas qu’il doit ”combler” des besoins ailleurs. Le fait qu’il soit bisexuel ne signifie pas qu’il a besoin de relations avec des gars. Le fait qu’il soit bisexuel n’est pas lié à votre rupture amoureuse ou à l’échec d’une relation. Le fait qu’il soit bisexuel n’a aucun impact sur l’intensité des sentiments amoureux qu’il a ressentis à ton égard. Le fait qu’il soit bisexuel ne signifie pas qu’il a eu des plans machiavéliques de t’utiliser comme mère porteuse. Deux personnes dans une relation amoureuse n’ont pas l’obligation d’avoir la même orientation pour être en amour et avoir une vie intime épanouissante! Tant et aussi longtemps que les deux partenaires ont la capacité de ressentir de l’attirance amoureuse et sexuelle l’un pour l’autre, c’est tout ce qui compte. Ton ex a été en amour avec toi. Il t’a aimé. Et la façon dont il s’identifie et la façon dont il définit sa capacité à ressentir du désir sexuel ne change absolument rien en l’amour, l’intérêt, l’admiration, la confiance et le respect qu’il a eu envers toi. L’orientation sexuelle est d’abord et avant tout un terme, une forme d’identité, et n’est pas synonyme de pratique sexuelle, d’infidélité, de mécontentement affectif ou de famille moderne. 

Néanmoins, il est très compréhensible d’être choquée par le fait qu’il n’a jamais ouvert le dialogue avec toi concernant sa bisexualité. La communication et la confiance au sein d’un couple sont des valeurs importantes. Et à ce niveau, je peux entièrement comprendre que cela peut être vécu comme un bris de confiance important à son égard. Malheureusement, beaucoup de personnes issues de la diversité sexuelle ressentent encore une peur, aujourd’hui, à l’idée de dévoiler leur orientation sexuelle à leurs proches. C’est encore plus vrai chez les personnes bisexuelles qui doivent faire face à des jugements négatifs à la fois chez les personnes hétérosexuelles que chez les personnes homosexuelles… À ce sujet, on grandit dans un monde qui dicte que tout le monde doit être hétéro jusqu’à preuve du contraire. Tous ces stéréotypes et stigmates prennent racine dans ce que l’on nomme l’hétéronormativité. Qu’est-ce que l’hétéronormativité? L’hétéronormativité renvoie à l’idéologie dominante selon laquelle la norme sociale à laquelle tous les individus devraient se conformer est l’hétérosexualité. Il s’agit de cette pensée selon laquelle les rôles sociaux, les genres, les sexes et les sexualités devraient correspondre à un modèle hétérosexuel. Ce système de valeur est souvent inconscient, comme le sont d’autres systèmes d’oppression comme le sexisme ou le racisme. On ne naît pas homophobe ou biphobe par exemple, mais on le devient : en grandissant on vient à adhérer et à intérioriser les idées selon lesquelles l’homosexualité ou la bisexualité sont des orientations inférieures à l’hétérosexualité. Ces idées sont véhiculées par divers moyens, que ce soit pas nos familles ou nos institutions (le mariage, l’adoption, les médias, la façon dont les livres d’école traitent de la sexualité, le traitement social de la diversité sexuelle dans différentes institutions religieuses, etc). Ainsi, inconsciemment, on intériorise l’idée selon laquelle nous devons être hétéro. Dans ce contexte, on grandit toute notre vie sans modèle positif de personnes qui ne sont pas hétérosexuelles. On grandit, en tant que personne lesbienne, gaies, bisexuelles, pansexuelles ou asexuelles, à devoir se battre pour faire reconnaître nos réalités et la validité de nos expériences. Il n’est pas étonnant que ces mêmes personnes puissent ressentir de la honte ou de la peur à l’idée de ne pas être hétérosexuel‧le‧s… Et devant cette peur, certain‧e‧s peuvent décider de garder certaines informations personnelles pour soi-même. Je ne dis pas ça pour excuser ton ex qui ne t’a jamais parlé de l’éventails de ses expériences du passé et de la façon qu’il définit son orientation sexuelle, je ne dis pas ça non plus pour l’excuser de t’avoir menti et d’ainsi avoir abîmé grandement ta confiance, je dis cela pour contextualiser sa décision. S’il a eu de mauvaises expériences dans le passé dans une relation amoureuse où il avait dévoilé sa bisexualité, il est possible qu’il ait choisi de ne pas s’exposer de nouveau à des réactions négatives.

La suite? 
Maintenant… que faire à partir de maintenant pour avaler cette pilule, pour reprendre tes mots. D’abord, je t’invite à prendre soin de toi et à prendre le temps dont tu as de besoin. Tu n’as pas besoin d’ouvrir la discussion avec ton ex de si tôt par exemple. Je comprends certainement la douleur associée au mensonge de ton ex entourant son orientation sexuelle. Si c’est quelque chose qui peut te faire du bien, tu peux lui écrire une lettre pour lui informer de comment tu t’es sentie lorsque tu as appris cela et que tu aimerais savoir, par exemple, comment il définissait et percevait votre amour pendant ces 9 neufs. C’est peut-être quelque chose qui pourrait te rassurer d’entendre, par ses propres mots, que ses sentiments à ton égard étaient valides et qu’ils ont bel et bien existé. Puis, même si cela peut paraître difficile ici et maintenant d’avoir cette posture, j’aimerais également t’inviter à voir d’un oeil positif le fait que tes propres enfants bénéficieront de modèles familiaux positifs et diversifiés. S’il y a bien un souvenir dont je me souviens en tant que jeune ayant grandi dans une famille de parents divorcés, c’est qu’il est très difficile de grandir pendant toute notre jeunesse en entendant nos parents parler l’un contre l’autre ou d’entendre nos parents critiquer le ou la partenaire de l’autre… Or, il est sain et important de ventiler parfois et de s’exprimer négativement envers notre ex! Je comprends naturellement cela! Je reviens donc à ma proposition du début de continuer à t’entourer de personnes de confiance avec qui te confier et d’une thérapeute pour t’accompagner dans cette reconstruction. Et dans la même veine de prendre soin de soi, j’entends parfaitement les difficultés entourant le fait de rencontrer des hommes dans les deux dernières années, notamment la question des plans culs sans engagement. Rencontrer d’autres hommes célibataires intéressés à s’investir dans une relation n’est pas toujours facile, j’en conviens. En faisant des activités que l’on aime, en s’impliquant dans des associations qui nous tiennent à coeur, en sortant dans certaines fêtes ou même en utilisant des applications de rencontre, il peut être possible de rencontrer de nouvelles personnes. Je sais que cela peut être un travail épuisant et même confrontant par moment, c’est pourquoi je t’invite à demeurer à l’écoute de tes besoins, limites et envies dans cette situation.

J’espère que cette présente réponse t’offre des pistes de réflexion intéressante? Nous demeurons disponibles pour poursuivre la discussion à tes côtés, au besoin! Et merci encore une fois pour la confiance que tu accordes envers AlterHéros!

Chaleureusement,

Guillaume (il/he), pour AlterHéros

About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment