L’année 2002: catalyseur de changements


Directement des archives d’AlterHéros !


2002, année de concrétisation …
Au Québec, au Canada… Une année où les associations luttant pour la cause homosexuelle ont peut-être trouvé, dans certaines avancées politiques et sociales, une confirmation et un adjuvant à leur détermination. Tout reste encore à accomplir, mais nous parvenons de mieux en mieux à faire se muer la société, à la décanter de sa peau vieille de préjugés et d’habitudes de dinosaure impassible, figé et à l’aise dans ses peurs.
2002, année de prise de conscience et de reconnaissance. La reconnaissance de la diversité sexuelle comme une réalité …
… sinon légitime, du moins indéniable. Les hétérosexuels comme les homosexuels se rendent progressivement compte que les normes morales, sociales, sexuelles, ne sont que des idoles creuses… Tous ont droit au bonheur, dans le respect de la diversité des orientations sexuelles.
Avec l’aide de nos précieux collaborateurs, nous avons compilé une liste des événements majeurs qui ont marqué l’année 2002 en lien avec la communauté gaie, lesbienne et bisexuelle.


 

JANFEBMARAVRMAI JUINJUILAOÛTSEPTOCTNOVDEC

Janvier – Février 2002
Roger Thibault et Theo Wouters, un couple gai de Pointe-Claire, ont été le premier couple d’homosexuels dans l’histoire du Québec à annoncer leur intention de se marier, selon la nouvelle loi provinciale instituant l’union civile. Le mariage a eu lieu cet été en la présence de nombreux sympathisants encouragés et enthousiastes.
Mars 2002
La Commission canadienne des droits et libertés (CHRC) a fait pression sur le gouvernement fédéral canadien pour faire cesser la discrimination entourant le mariage. La CHRC a affirmé que les gais et lesbiennes avaient droit au respect et à la dignité, et qu’ils devraient avoir les mêmes privilèges légaux que les couples de sexe opposé.
Avril 2002
Le 15 avril 2002, en vue de désamorcer la peur qu’éprouvent bon nombre de garçons envers l’homosexualité et de favoriser ainsi l’acceptation des jeunes gais, la Fondation Émergence, avec l’aide financière du ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration, lançait une seconde campagne, intitulée Ça s’attrape pas! Peur de quoi?. 150 000 dépliants et affiches ont été acheminés dans toutes les écoles québécoises de niveau secondaire. « Favorisons le dialogue entre jeunes hétérosexuels et homosexuels! Pour cela, nous devons faire comprendre aux garçons hétérosexuels que l’on ne devient pas homosexuel en la présence d’un gai, que l’homosexualité ne s’attrape pas et qu’il n’y a donc pas raison d’avoir peur », a précisé M. McCutcheon, président de la fondation.
Mai 2002
Marc Hall, un jeune de 17 ans, s’est vu interdire d’aller à son bal des finissants avec son copain de 21 ans par la commission scolaire catholique de Durham en Ontario, affirmant que la commission scolaire ne tolère pas le « style de vie » des homosexuels. Après avoir poursuivi la commission scolaire en justice, la cour de l’Ontario a statué en faveur de Marc obligeant ainsi la commission scolaire à accepter que Marc aille à son bal avec son copain.
Juin 2002
Le 7 juin dernier, le Québec a adopté la loi sur l’union civile. Les conjoints homosexuels du Québec vivant en union civile disposent dorénavant des mêmes droits et privilèges que les couples hétérosexuels mariés et pourront adopter des enfants. La nouvelle loi permet aux gais et lesbiennes qui le désirent de s’engager formellement à faire vie commune, dans le cadre des droits et obligations stipulés par l’union civile. Elle accorde ainsi certaines protections aux conjoints de même sexe, notamment en ce qui touche au patrimoine familial, à la résidence familiale, à la succession et au régime d’assurance-vie. Avec cette nouvelle institution, le Québec se place clairement parmi les pays les plus progressifs quant à l’abolition des discriminations visant les homosexuels.
Tout près d’un million de spectateurs ont assisté au défilé de la fierté gaie et lesbienne dans les rues de Toronto, faisant de cette parade la troisième plus importante au monde.
Juillet 2002
Une décision hors du commun est survenue le 12 juillet lorsque la cour de l’Ontario a statué que la prohibition contre le mariage des personnes de même sexe était discriminatoire. La cour a jugé que le fait de nier le droit au mariage aux homosexuels et aux lesbiennes était anticonstitutionnel. La cour a donné deux ans au gouvernement pour régler le problème. Quelques semaines plus tard, le gouvernement d’Ontario a annoncé qu’il avait accepté la demande de la cour pour rayer la discrimination entourant le mariage, et a demandé au gouvernement canadien de faire de même. Le Manitoba a suivi, amenant ainsi à trois le nombre de provinces faisant des moyens de pression afin qu’Ottawa mettre fin à la discrimination.
Une étude faite par le gouvernement fédéral a relevé un appui croissant de la population, parmi les personnes de 18 à 34 ans, envers le mariage aux conjoints de même sexe. Ceci indique que la nouvelle génération de Canadiens manifeste beaucoup plus d’ouverture que la génération antérieure.
Le 29 juillet, Ottawa a annoncé qu’elle allait en appel contre la décision de la cour ontarienne, et que le gouvernement fédéral allait continuer à s’opposer au mariage des couples homosexuels. La décision d’Ottawa a été fortement critiquée. Le 30 juillet dernier, l’Alliance du Service Publique du Canada, qui représente 150 000 fonctionnaires, a condamné la décision du gouvernement fédéral d’aller en appel et a demandé au Canada de cesser cette forme de discrimination. La Fédération canadienne des étudiants s’est jointe aux protestations en vue d’arrêter immédiatement sa bagarre contre l’égalité du mariage.
Août 2002
Lancement officiel d’AlterHeros.com, l’unique site Internet bilingue canadien “démystifier nos différences” marqué par sa participation à la journée communautaire du Festival Divers/Cité (Fierté Gaie et Lesbienne) à Montréal.
 
Septembre 2002
C’est en septembre 2002 que s’est tenu la 15e édition du Festival International du Film Gai et Lesbienne Image+Nation. La sélection exceptionnelle de plus de 200 films en provenance de plus de 25 pays a marqué cette édition, une véritable tribune du monde du cinéma gai et lesbien et son évolution.
Octobre 2002
Pour la première fois dans l’histoire du Canada, le recensement 2001 a fourni des données sur les conjoints de même sexe au Canada.
Le 18 octobre dernier, s’est tenu le colloque organisé par l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) en collaboration avec la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) pour une nouvelle vision de l’homosexualité : “L’homophobie à l’école : en parler et agir “. Lors des conférences, débats et divers ateliers de ce colloque, un mot d’ordre revenait sur toutes les lèvres: l’urgence d’intervenir.
Ainsi, la Régie de la Santé du Québec a créé un coffret d’intervention en milieu scolaire, offrant aux travailleurs du milieu éducatif, non seulement un guide des ressources communautaires propres à être référées, mais aussi, clé en main, des recettes pour ateliers réalisables en classe, pour que, dès le jeune âge, celui où se forgent les fausses idées et s’enracinent les phobies, l’homosexualité puisse être démythifiée, la diversité sexuelle reconnue, voire souhaitée. Le coffret d’intervention en milieu scolaire jouit de la présence de la commission scolaire de Montréal, du GRIS (fournissant un précieux guide d’intervention en milieu scolaire), de Jeunesse Lambda, du Projet 10, le projet Contact de Séro Zéro.
Aussi, la Centrale des Syndicats du Québec (CSQ) a produit une vidéo documentaire intitulée «Silence S.V.P.», présentée lors du colloque sur l’homophobie à l’école. Cette vidéo, incluse dans le coffret d’intervention, traite précisément de la souffrance de jeunes victimes d’homophobie en milieu scolaire. Ce documentaire contribue à briser le silence sur le caractère destructeur de la discrimination et de la violence physique ou verbale et ouvre la porte au dialogue en vue de combattre l’intolérance et en contrer les méfaits.
Par ailleurs, cinq personnalités bien connues du petit écran se sont réunies pour vaincre l’homophobie qui règne chez les enfants, en particulier dans le milieu scolaire. Ainsi, France Castel, Pierre Gendron, Vincent Graton, Charles Lafortune et Dominique Pétin affirment à l’unisson que leurs «enfants ne seront pas homophobes» dans une nouvelle campagne de sensibilisation lancée par le GRIS-Montréal (Groupe de Recherche et d’Intervention Sociale gaies et lesbiennes). Cette campagne sans précédent au Québec comprendra 50 000 cartes postales publicitaires et plus de 1 500 affiches distribuées dans la grande région de Montréal.
L’homosexualité fait moins peur. Les sourires de familles venues assister en grand nombre à la dernière parade gaie, des pères de famille avec leurs bébés brandissant des drapeaux arc-en-ciel, des grands-mères applaudissant au passage des convois du défilé, etc… peuvent nous en fournir un indice.
Un indice plus évident est la publication des coordonnées de Gai-Écoute dans les différents guides du gouvernement du Québec distribués dans tous les domiciles québécois, soit celui Au service de la jeunesse, Au service de la santé, et dans l’édition réimprimée en 2003 du guide Au service de la famille. « Ce geste témoigne de l’évolution des mentalités de la société québécoise. Les personnes homosexuelles sont habituées à la tolérance, à la rectitude politique et au silence. Or, ici on dépasse ce stade. Le gouvernement reconnaît que les jeunes peuvent s’adresser à un organisme d’aide en matière d’orientation homosexuelle. »
Novembre 2002
Le Ministre de la Justice du Canada a publié un document discutant des nombreuses options que le Parlement considère en réponse aux jugements récents qui demandent que les conjoints de même sexe aient accès au mariage.
Du 2 au 9 novembre, l’Australie a été l’hôte de la sixième édition des Jeux Gais; un événement sportif et culturel international qui a réuni des milliers d’athlètes de chaque coin du globe. Par ailleurs, Montréal sera l’hôte de la septième édition des jeux gais en 2006.
Décembre 2002
AlterHeros.com atteint plus de 30 000 visiteurs venant de chaque coin du globe (près de 100 pays) et obtient le support de son cinquième collaborateur majeur, Jeunesse Lambda, en seulement 5 mois d’opération, en plus de Gai Écoute, la Fondation Émergence, Projet Sain & Sauf, le Programme Action-Santé, le Réseau Canadien de la Santé, et Stratèges Idées.
Les homosexuels et les lesbiennes luttant pour obtenir les avantages du plan de pension de leur conjoint décédé sont venus à un pas d’une résolution le 6 déc. Un juge d’Ontario a consenti à entendre leur cause qui implique toutes les provinces du Canada sauf le Québec. Ce recours collectif de $400 millions de dollars contre le gouvernement canadien a .té mis sur pied par 8000 homosexuels, qui réclament les avantages qui leur sont dus suite à la mort de leurs partenaires de vie avant 1998.
Deux décisions de la cour suprême ont donné de l’espoir aux militants de la cause pour le mariage aux couples de même sexe. D’abord, la cour a décidé que seulement les couples mariés ont automatiquement droit à une séparation 50/50 en cas de divorce. Dans la deuxième décision, la plus haute cour de Canada a rejeté la décision du comité scolaire de Colombie Britannique d’interdire trois livres montrant des parents de même sexe. Ces manuels s’adressent aux enfants de prématernelle et de la première année. Ce jugement vise, selon nous, à décourager toute forme d’intolérance dans les milieux scolaires.
Finalement, Gai-Ecoute a prolongé ses heures d’opération, et accepte maintenant des appels jusqu’à 3h du matin.
Conclusion
Malgré les grands changements dans les sphères sociales et légales qui ont marqué la communauté gaie et lesbienne ces dernières années, trop de mal-être persiste chez les jeunes gais et lesbiennes. Après l’Union civile et les lois sur l’adoption au Québec, en Europe et peut-être prochainement au Canada, après l’accès à la procréation assistée facilité pour les lesbiennes, … tout reste encore à accomplir. C’est là que s’avère indispensable la présence des associations communautaires œuvrant auprès des jeunes gais, lesbiennes, et bisexuel(le)s, en montrant que l’on peut avoir une orientation sexuelle différente (et non divergente) et être heureux, avoir le même droit au bien-être. Et c’est, cette fois-ci, à Jeunesse Lamdba, à Projet 10, au Projet ACE, aux associations de Québec et des autres villes (RLJEQ à Chicoutimi, …), qu’il convient de rendre hommage.
L’équipe d’AlterHéros ainsi que ses partenaires/collaborateurs tiennent à vous remercier pour votre soutien précieux et continu. Vous pouvez compter sur AlterHéros pour continuer à vous offrir un service de qualité. Au nom de toute notre équipe, bonne et heureuse année 2003.


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.

Leave a comment