J’aimerais entamer une transition vers un genre féminin, mais j’ai peur de la réaction de ma famille. J’ai peur de les décevoir…


Bonsoir.. j’ai besoin d’aide.
Je m’appelle Florian, j’ai 19ans et je suis un homme. Mais cela fait plusieurs mois que je me sens plus à l’aise dans mon corps. J’ai l’impression d’être enfermé.. Je me sens plus garçon. Je me sens fille maintenant. J’ai des manières de filles, j’essaye de m’habiller comme une fille. Je me maquille. ( tout ça en cachette. Peur du jugement )
Au début, je pensais que me travestir allait fonctionner. Mais en faite, pas du tout. J’ai réfléchi, et je veux vraiment changer se sexe. Je veux devenir une fille. Mais je sais pas comment faire. J’en ai parlé à personne, j’ai tellement peur d’être rejeté par ma famille. Mes amis. J’ai une soeur, et ma mère voulait un gars et une fille. Et j’aurais peur de l’a décevoir. Mais je me sens de moins en moins bien en garçon.. Que faire ??
Florian

Bonjour Florian !
Merci beaucoup de faire confiance à AlterHéros pour tes questionnements sur ton identité. Je vais faire de mon mieux pour te donner des pistes de réflexion. Étant moi-même trans, je comprends vraiment à quel point ça peut être difficile de commencer à se questionner.
D’abord, il est très important de différencier l’identité de genre de l’expression de genre. L’identité de genre, c’est le sentiment intime d’être un homme, une femme ou bien une personne non-binaire. Personne d’autre que toi ne peut savoir quelle est ton identité de genre, et tu ne peux pas connaître celle des autres sans le leur demander, car l’identité de genre est une caractéristique invisible !
Ce qui est visible, c’est l’expression de genre. Ça comprend des caractéristiques évidentes, comme notre façon de s’habiller et de se coiffer, mais aussi d’autres choses plus subtiles comme la façon de bouger et de parler. L’expression de genre est en grande partie basée sur des stéréotypes : on perçoit comme féminin le fait de se maquiller, comme masculin le fait d’avoir des cheveux courts, etc. Ces stéréotypes font en sorte que les personnes non conformes dans le genre, par exemple les garçons qui aiment porter des robes ou les filles qui n’aiment pas se maquiller, sont souvent ridiculisées dans notre société. Par contre, aucune de ces caractéristiques ne « fait » une fille ou un garçon, car comme je l’ai dit plus tôt, l’identité de genre est un sentiment intérieur et n’a donc pas besoin de correspondre à l’expression de genre ou au sexe assigné à la naissance.
Ceci étant dit, je peux maintenant répondre un peu plus directement à ta question. Ce que je comprends, c’est que tu as commencé à explorer ton expression de genre en faisant des choses qui sont perçues comme féminines par la société, comme te maquiller et porter des vêtements dits féminins, alors que tu as été assignée garçon à la naissance. Il n’y a pas de honte du tout à explorer son expression de genre et je suis vraiment désolé de lire que tu as peur du jugement de tes proches. C’est vraiment dommage qu’on ne laisse pas plus de place aux gens pour explorer différentes façons de s’habiller et de se présenter.
Ce que tu sembles aussi exprimer, c’est que tu croyais que cette exploration allait être suffisante, mais que tu ressens plutôt le besoin de transitionner. Transitionner est un terme utilisé par les communautés trans pour regrouper toutes les démarches qu’une personne trans peut entamer pour être mieux avec son corps, son expression de genre et la façon dont elle est perçue par les autres. Chaque personne trans a une transition unique : il n’y a pas une seule façon de « devenir une femme ». Il n’y a pas d’opérations, d’hormones ou de démarches qui feront de toi une femme, car si tu sens à l’intérieur de toi que tu es une femme, tu en es déjà une. 
Donc, qu’entends-tu quand tu dis que tu veux devenir une femme ? Quelles sont les démarches que tu veux entreprendre pour te sentir mieux dans ta peau ? Quand tu t’imagines être bien, comment te vois-tu ?
Je te comprends d’être perdue, ce n’est pas évident de savoir quelles démarches on peut entreprendre quand on est trans, car on n’en entend pas parler à l’école, ni dans les médias, ni vraiment nulle part ! Puisque je suis au Québec, je ne peux pas t’outiller précisément sur les ressources qui sont disponibles près de chez toi, donc je te suggère de visiter le site de la Fédération Trans et Intersexes de France afin de trouver une association qui pourrait t’aider. Par contre, ce que je peux faire, c’est de te parler des différents types de transitions possibles afin de t’éclairer un peu sur le sujet.
La première sorte de transition que la plupart des personnes trans entreprennent est la transition sociale. Ce que ça veut dire, c’est de commencer à se présenter socialement comme le genre de son choix, donc dans ton cas, de te présenter en tant que femme. Ça peut impliquer de commencer à t’habiller comme tu le préfères et de te maquiller, sans te cacher, ou d’utiliser des articles d’affirmation comme des gaffs ou des prothèses mammaires. Ça peut aussi impliquer de choisir un nouveau prénom et de nouveaux pronoms (par exemple elle au lieu d’il) et de demander aux autres de les utiliser.
Souvent, il peut être préférable ou nécessaire de faire un ou des coming-outs avant de commencer à transitionner socialement, afin que ton entourage comprenne la raison de tous ces changements. J’ai écrit récemment quelques réponses sur le coming-out, je t’invite donc à les lire (ici et ici) si tu veux des astuces plus précises à cette situation. Dans une de ces réponses, je mentionne une vidéo qu’on peut envoyer à un.e proche pour faire un coming-out à notre place!  Voici l’équivalent pour les femmes trans. Ça peut être très effrayant de faire un coming-out à notre famille et puisque je ne connais pas tes circonstances particulières, je ne peux pas savoir si c’est sécuritaire ou non pour toi de dire à ta famille que tu désires transitionner. Considère toujours ta sécurité avant tout: par exemple, es-tu dans une position où tu peux te passer du soutien financier de ta famille si jamais elle ne réagit pas bien à ton coming-out? Personnellement, j’ai attendu d’être dans une position où je pouvais quitter le domicile de mes parents avant de leur dire que j’étais trans. Le coming-out auprès de ma famille et leur adaptation à cette nouvelle réalité ont été difficiles, mais aujourd’hui, après 4 ans, ma mère me supporte pleinement et je peux dire que tout ce cheminement en a valu la peine.
Je veux te rappeler que tu n’es jamais seule là-dedans. Si tu as besoin d’aide ou que tu vis de la violence transphobe, je t’invite à contacter la ligne d’écoute SOS Homophobie au 01.48.06.42.41.
Une autre sorte de transition est la transition médicale. C’est la sorte de transition dont on entend le plus souvent parler et elle nous est souvent présentée comme essentielle, comme si l’on ne pouvait « devenir » une femme que lorsqu’on a une chirurgie et que l’on prend des hormones. Cela est complètement faux : si tu sens que tu es une femme, tu es une femme, que tu transitionnes médicalement ou non.
Ceci dit, beaucoup de personnes trans (j’en fais partie !) choisissent de transitionner médicalement. Il y a deux principales catégories de transition médicale : les thérapies hormonales et les chirurgies. Pour en apprendre plus sur l’hormonothérapie en France, je t’invite à consulter cette brochure. Pour ce qui est des chirurgies, la plus connue est la vaginoplastie, qui consiste à créer un vagin et une vulve, mais il en existe d’autres, comme la chirurgie de féminisation faciale, l’ablation de la pomme d’Adam et la chirurgie de la voix. Je veux vraiment insister sur le fait que tu n’as pas besoin d’avoir ces chirurgies si tu ne les veux pas, et que si tu décides que tu en as besoin, tu es déjà une femme avant de les avoir. Une femme qui a un pénis est une femme au même titre qu’une femme qui a une vulve. 
J’espère que ma réponse t’aide un peu à y voir plus clair. Un dernier conseil que je peux te donner est de prendre ton temps ! Il n’y a pas de recette magique pour transitionner, le secret est de faire beaucoup d’introspection pour savoir quelles démarches te mettront plus à l’aise avec ton corps et ton expression. Personnellement, ce qui m’a beaucoup aidé est de m’entourer d’autres personnes trans en fréquentant des organismes d’aide aux personnes trans et des groupes Facebook dédiés à l’échange entre personnes trans.
Je t’envoie tout plein de courage et de douceur. N’hésite surtout pas à nous réécrire si tu en ressens le besoin.
Séré, intervenant pour AlterHéros


About Séré

Séré est un.e activiste trans non-binaire de la région de l'Estrie qui adore expliquer la pluralité des genres avec des métaphores de crème glacée. Iel défend les droits des jeunes trans et non-binaires en contexte régional, tout en essayant de se laisser du temps pour coller son chien et son chat.


Leave a comment

2 thoughts on “J’aimerais entamer une transition vers un genre féminin, mais j’ai peur de la réaction de ma famille. J’ai peur de les décevoir…