J’ai peur de devenir gay. Est-ce possible de rester hétéro toute sa vie?


Bonjour,
Il y a environ 2 semaines j’allais m’endormir puis je me suis dis “imagine je deviens gay” ca m’est deja arriver par le passé mais je prenais ça pour de la rigolade mais cette fois c’est sérieux j’ai peur dans le futur de devenir gay car ça me dégoute (sa me fais grimacer) limite je peux pas meme tenir la main a un homme (je suis pas homophobe) et sa me stress je n’arrive plus a vivre normalement j’ai cette pensé dans ma tete tout le temps comme si une voix me disais “tu deviendras gay” et quand je sors j’ai peur d’etre attiré par un homme sachant qu’il y a que les femmes qui m’éxite, j’était un couple avec une fille, j’étais naturellement attiré par les femmes et depuis 2 3 jours je fais des reves ou je suis gay c’est un cauchemar pour moi (l’a j’en fais plus) je me pose l’a question pourquoi sa me dégoute et je me dis que c’est commes sa et je voudrais savoir si je suis bel et bien Hétéro ? est ce que quand je me pose ces questions cela fera de moi un futur gay ? est ce que c’est possible de rester hétéro toute sa vie car j’ai vu que sa peut changer au cours de la vie ? et (ah oui par le passé j’avais a peu près les meme probleme mais pour les maladies c’était y’a 3 4 ans)

Joyaga

Salut Joyaga! 

Tu t’identifies comme un homme hétéro, mais depuis environ deux semaines, dans un coin de ta tête, il y a une petite voix très désagréable qui te fait douter de ton orientation. Tu te demandes si tu es réellement hétéro et s’il est possible que tu deviennes gay. Tu n’as pas du tout envie d’être gay, cette idée te rend très très mal à l’aise, ça t’inquiète énormément. C’est bien ça? Je crois que c’est une très bonne chose que tu nous écrives, on va pouvoir essayer de démêler la situation ensemble. Merci de nous faire parvenir ta question, j’espère que ma réponse t’apportera des réflexions fertiles.

 

Pour répondre rapidement à certaines de tes interrogations : non, se poser des questions ne veut pas automatiquement dire que tu es homosexuel. Oui, il est absolument possible qu’une personne s’identifie comme hétérosexuelle tout au long de sa vie. 

 

L’orientation sexuelle est une caractéristique très personnelle. Je ne peux pas te dire quelle est ton orientation. La seule personne qui peut vraiment le savoir, c’est toi. Il n’y a que toi qui peux nommer ton orientation, car tu es le mieux placé pour connaître et analyser tes sentiments, tes attirances, tes réflexions, tes désirs… Tu me suis? D’après ce que tu décris (être un homme attiré physiquement et amoureusement par des femmes, ne pas être intéressé par d’autres personnes que les femmes), j’ai l’impression que tu es hétéro, mais il n’y a que toi qui peux le confirmer. 

 

À n’importe quel âge, c’est possible de découvrir de nouvelles nuances à notre orientation. Cela ne veut pas dire que du jour au lendemain, un hétérosexuel va « devenir gay » subitement. (D’ailleurs, on ne devient pas gay, tout comme on ne devient pas hétéro, bisexuel ou asexuel. On le découvre, simplement!) Même si c’est d’elles qu’on entend le plus souvent parler, l’homosexualité et l’hétérosexualité ne sont pas les deux seules orientations qui existent. Je te laisse un petit résumé des orientations les plus courantes et tu pourras voir ce qui semble le mieux correspondre à ta réalité, d’accord? (J’ai repris un passage d’une réponse que j’ai rédigée il y a quelques semaines, tu peux cliquer ici si tu souhaites la consulter en entier.)

  • Une personne asexuelle/aromantique ne ressent pas (ou très peu) de désir sexuel/sentiments amoureux envers les autres. 
  • Une personne bisexuelle/biromantique a le potentiel de ressentir du désir sexuel/des sentiments amoureux envers certaines personnes qui ont le(s) même(s) genre(s) qu’elle ainsi qu’envers certaines personnes qui n’ont pas le(s) même(s) genre(s) qu’elle. 
  • Une personne hétérosexuelle/hétéromantique a le potentiel de ressentir du désir sexuel/des sentiments amoureux envers certaines personnes qui n’ont pas le(s) même(s) genre(s) qu’elle.
  • Une personne homosexuelle/homoromantique a le potentiel de ressentir du désir sexuel/des sentiments amoureux envers certaines personnes qui ont le(s) même(s) genre(s) qu’elle.
  • Une personne pansexuelle/panromantique a le potentiel de ressentir du désir sexuel/des sentiments amoureux envers certains individus, peu importe leur genre. 

Quand tu penses aux personnes qui retiennent ton attention, aux personnes dont tu es tombé amoureux, à celles que tu désires, à celles avec qui tu as eu des contacts intimes plaisants, à celles de qui tu as envie de te rapprocher… qu’est-ce qui te vient en tête? As-tu l’impression qu’il y a une (ou plusieurs) catégorie(s) de la liste qui te convien(nen)t bien? Si tu es plutôt visuel, tu peux consulter ce schéma, en particulier les deux dernières sections (attirance sexuelle et attirance sentimentale/émotionnelle). Il illustre assez clairement qu’il y a une infinité de possibilités et de nuances, que nos attirances se situent sur un continuum et qu’elles peuvent cohabiter avec d’autres attirances (ex. : un individu pourrait tout à fait être attiré émotionnellement par les personnes de tous les genres, ressentir une attirance sexuelle dirigée majoritairement vers les hommes tout en éprouvant parfois de l’attirance sexuelle pour d’autres personnes que les hommes). Comprends-tu? Cela veut notamment dire que même si tu découvrais un jour qu’il y a certains hommes qui peuvent te plaire, cela n’annulerait pas le désir que tu as face aux femmes et cela ne t’empêcherait pas d’être en couple avec une femme si c’est ce que tu souhaites. 

 

Tu mentionnes que tu n’es pas homophobe (c’est tout à ton honneur de vouloir te placer du côté des alliés antihomophobie 😀), mais que l’homosexualité te dégoûte profondément. Tu sais, il est très fréquent qu’on finisse par absorber malgré nous certaines réflexes ou certaines idées qui prennent racine dans l’homophobie. Même si on n’est pas activement agressif ou insultant envers des personnes faisant partie des minorités sexuelles, on peut quand même faire preuve d’homophobie de manière plus subtile. Penser que c’est honteux ou dégueulasse d’être gay, vouloir à tout prix éviter d’être associé.e à des personnes ou des enjeux gays… Ce sont des réflexions qui prennent souvent comme point de départ l’idée que l’homosexualité est une mauvaise chose ou que l’hétérosexualité est la meilleure orientation. Cela fait partie de l’homophobie. D’ailleurs, être hétéro, ça ne veut pas dire être dégoûté.e par les gens de son propre genre, ça veut dire être attiré.e par les gens d’un autre genre 😉. Désapprendre ces réflexes et de déconstruire ces idées, c’est tout un travail. Tu as fait un bon pas en avant en nous écrivant, merci encore. Tu dis que tu t’es posé la question afin de trouver pourquoi l’homosexualité te dégoûte. C’est un excellent réflexe, c’est très mature de ta part d’essayer de comprendre ce qui alimente ton dégoût. Je te propose de poursuivre ta réflexion pour creuser un peu plus loin. Quand on ressent un profond malaise face à un groupe entier d’individus, c’est assez rare que c’est « juste comme ça ». Souvent, on ne le réalise pas immédiatement, mais on a des perceptions fausses, on fait des généralisations, on prend des raccourcis de pensées, on ignore certaines choses… et ça vient consolider notre aversion. 

 

Voici quelques pistes pour t’aider à te sentir rassuré. 

  • Te rappeler que toutes les orientations sexuelles ou romantiques sont également valables. Elles sont différentes, mais il n’y en a pas de meilleures ou de pires que les autres (à cause de l’homophobie qui s’infiltre un peu partout, c’est parfois difficile de s’en souvenir et de vraiment le croire, alors ça peut aider de prendre le temps de faire consciemment l’exercice mental de remettre en question nos préjugés).
  • T’informer pour être plus familier avec les réalités des personnes LGBTQ+ (ça peut aider à nuancer les fausses croyances qui nourrissent ton inquiétude). Partager les informations que tu trouves avec ton entourage, être un allié antihomophobie (si ton entourage perçoit que tu ne veux pas être homophobe et que tu n’acceptes pas les comportements homophobes, ça pourrait avoir un impact positif sur tes proches et réduire le risque qu’ils fassent des commentaires déplacés qui alimentent ton malaise). 
  • Te rappeler que tu es la seule personne qui peut définir ton orientation. 
  • Parler de tes inquiétudes avec des gens en qui tu as confiance, écrire ce qui te passe par la tête (le but, c’est de sortir une partie de l’inconfort, pour ne pas être coincé tout seul avec le malaise). 
  • Continuer de pratiquer des activités que tu aimes et d’entretenir les relations qui te font du bien (ça peut aider à faire baisser la pression et à te changer les idées).
  • Penser aux solutions que tu avais trouvées pour te sentir mieux quand tu étais très anxieux face à certaines maladies il y a quelques années (peut-être que ces solutions pourraient s’appliquer à la situation actuelle). 

 

Je te laisse aussi des réponses à des questions similaires à la tiennent. Peut-être qu’elles t’intéresseront et t’aideront dans ton cheminement. D’ailleurs, savoir que tu n’es pas le seul à vivre ces questionnements sera peut-être source de soulagement. Je te le souhaite 🙂

 

N’hésite pas à nous réécrire si tu le souhaites! Nous pourrons échanger à nouveau. 

 

Bonne réflexions,

 

Marianne


About Marianne

Marianne est une femme bisexuelle. Elle s’intéresse notamment aux féminismes – intersectionnels –, à la justice sociale, au langage, aux questions de représentation ainsi qu’aux arts de la scène.

Leave a comment