J’ai des pensées intrusives homosexuelles depuis deux semaines…


bonjour depuis 2 semaines j ai des penser intruisives homosexuel. Depuis se temps je me sens mal a l aise avec les hommes je peur de voir des homme torse nu et etre attirer je me suis tester sur du porno gay mais jai pas eu la moindres mais jai ressentis comme une boule au ventre et parfois comme un debut d erections qui disparait tres vite.. Et je me demande si il est obligatoire d avoir des erections lorsque qu on voit des jolies filles. Je suis deja tomber amoureux d une fille mais avec ses penser j arrive pu a avoir de desir pour les filles.

Maxime

Bonjour Maxime !

 

Merci de nous adresser ta question et de faire confiance à AlterHéros pour partager tes inquiétudes. De ce que je comprends de la situation, tu dis avoir des «pensées intrusives homosexuelles» et te sentir mal à l’aise avec la présence d’hommes, que tu crains de voir torse nu. Tu dis avoir regardé de la porno gai et avoir ressenti une boule au ventre, ainsi qu’un début d’érection qui est rapidement disparu. Tu te questionnes donc sur ton orientation et tu dis que ces questionnements ont un impact sur le désir que tu peux avoir pour les filles. J’espère avoir bien compris. 

 

Dans un premier temps, permets-moi de définir ce qu’on considère comme étant une pensée intrusive : on considère ces pensées comme étant obsessionnelles, voire indésirables et causant une forme de détresse. Bien que ce type de pensées puisse en ce moment te causer de l’anxiété, des inquiétudes, des doutes, sache que le fait de ressentir des interrogations envers ton orientation sexuelle est tout à fait sain et légitime. Pour t’en parler davantage, j’aimerais emprunter les mots de mon collègue Guillaume pour te rappeler quelques éléments : 

  • «Il est complètement sain d’avoir des questionnements sur son orientation sexuelle. Il n’y a pas d’âge ou de moments précis pour avoir des questionnements, des réflexions ou des idées érotiques au sujet de l’orientation sexuelle.
  • Toutes les orientations sexuelles sont aussi belles les une que les autres. Aucune orientation sexuelle n’est meilleure ou inférieure à l’autre.
  • Les orientations sexuelles ne sont pas limitées à l’hétérosexualité ou l’homosexualité, mais que les personnes bisexuelles, pansexuelles et asexuelles existent. Il est donc possible que nos désirs et comportements ne s’inscrivent pas dans une case précise.
  • Les orientations sexuelles comprennent plusieurs composantes liées aux attirances physiques et aux attirances romantiques. Il est donc possible d’être romantiquement attiré par un type de personnes et sexuellement attiré vers plusieurs types de personnes.
  • La sexualité est quelque chose de fluide : nos préférences, besoins, intérêts, désirs et libido peuvent varier avec le temps, selon les contextes et selon les rencontres que nous faisons.
  • Ce n’est pas parce que quelqu’un a eu une idée, une attirance, un questionnement ou un fantasme homosexuel que cela nie son hétérosexualité. »

Ainsi, tu l’auras compris: il est tout à fait normal d’avoir ce genre de questionnements. T’es tu déjà demandé pourquoi cela t’angoissait d’avoir ce type de pensées? Qu’est-ce qui puisse te rendre insécure dans le fait de ressentir du désir envers les hommes? As-tu peur de la réaction des gens autour de toi? As-tu peur de ne plus être attiré par les femmes? Qu’est-ce qui rend ces questionnements aussi inconfortables pour toi? En tout cas, si ces pensées reviennent si souvent, c’est qu’elles méritent ton attention, qu’en penses-tu? Le fait de te questionner sur tes propres biais et tes propres perceptions par rapport à ta peur de développer du désir envers les hommes peut être une façon de mieux te découvrir et de mieux te comprendre. 

 

Tu mentionnes également avoir écouté de la porno gaie et avoir ressenti une boule au ventre, ainsi qu’un début d’érection qui partait rapidement. Comment perçois-tu cette réaction physiologique de ta part? Est-ce que cette boule au ventre ou cette perte d’érection pourrait traduire une forme de honte ou de culpabilité? Ou encore une forme d’excitation refoulée? Est-ce la première fois que tu ressens ce genre de réaction en écoutant de la porno? Je tiens à souligner que ce qui nous excite en regardant de la pornographie ne constitue pas nécessairement ce que nous souhaitons reproduire comme comportement dans la réalité. Souviens toi qu’il y a une distinction à faire entre des fantasmes et des scénarios pornographiques, qui ne sont pas nécessairement concordant avec la manière de définir nos attirances physiques et sexuelles. Par exemple, il arrive souvent que des personnes hétéros écoutent des scénarios pornographiques qui ne correspondent pas à leur orientation sexuelle et c’est tout à fait correct. Ce que je veux dire, c’est que le fait de regarder de la porno gaie n’est pas un indicateur suffisant pour cerner l’orientation sexuelle/romantique d’une personne. Après tout, l’objectif numéro de l’industrie de la pornographie est… d’exciter! (et de faire de l’argent, certes!). Il est donc vraiment commun de ressentir de l’excitation sexuelle sur des scénarios pornographiques sans toutefois vouloir réaliser ces comportements dans la vie de tous les jours. Si cela t’intéresse, je t’invite à consulter d’autres réponses au sujet de la pornographie sur notre site internet en cliquant ici !

 

L’orientation sexuelle, c’est d’abord une façon de s’auto-identifier, de se nommer, de mieux se (re)connaître. L’orientation est fluide et mouvante: elle peut évoluer avec le temps et selon le contexte. C’est donc entièrement valide de se questionner, et ce n’est pas nécessaire de se fixer des cases rigides ou de savoir tout de suite comment tu as envie de t’identifier: prends le temps d’explorer les différentes facettes de ta sexualité,  il n’y a pas de presse. Si cela te cause beaucoup d’angoisse et d’anxiété, et que ces pensées sont obsessionnelles, as-tu déjà pensé en parler avec un.e professionnel.le (sexologue, psychologue?). Souvent, le fait de parler de ces enjeux avec une personne ressource nous aide à y voir plus clair. À toi de voir comment tu te sens face à tout ça !

 

Ensuite, tu te demandes s’il est obligatoire d’avoir des érections lorsque qu’on voit des jolies filles. Pour répondre à cette question, je te dirais que le désir ne se mesure pas seulement par le fait d’avoir des érections. Le désir peut se manifester de différentes façons, il n’y a pas une seule façon de le déceler ou de le définir: il peut se traduire par l’envie de découvrir quelqu’un, par une attirance marquée pour un individu, il peut procurer une forme d’excitation, qu’elle soit d’ordre sexuelle ou romantique, etc. Le désir peut effectivement précéder l’excitation sexuelle sans qu’il y soit nécessairement associé. Ainsi, il n’est pas nécessaire d’avoir une érection pour qu’il y ait présence de désir. Certaines personnes ont même des érections sans aucune stimulations sexuelles! Il n’y a donc pas automatiquement de corrélation entre l’érection et le désir.

 

De plus, tu dis être déjà tombé amoureux d’une fille mais qu’avec ses pensées, tu n’arrives plus à avoir de désir pour les filles. Sache que l’anxiété ou le stress associé à ces pensées peuvent effectivement affecter la capacité à ressentir du désir ou de l’attirance. Je ne peux pas savoir si le fait que tu ne ressentes plus de désir pour les filles présentement soient liés ou non avec tes questionnements sur ton orientation, car tu es la seule personne à pouvoir répondre à cette question. La question de l’orientation sexuelle/romantique est quelque chose d’intime et émotif, l’important c’est que tu te sentes bien et que tu sois à l’écoute de tes attirances et de tes besoins pour y répondre ! De plus, sache que tes potentiels désirs pour les hommes et pour les femmes peuvent coexister ou varier selon les différents contextes de ta vie.

 

En résumé, je t’invite à poursuivre ta réflexion et à questionner tes propres peurs face à tes désirs envers les hommes. Nous vivons dans une société où l’hétérosexualité est érigée comme une norme à suivre et comme le modèle à privilégier dans nos cadres relationnels. C’est pourquoi la majorité des gens auront tendance à se considérer comme étant hétéro d’emblée, sans se questionner. Par contre, lorsqu’un individu développe certaines pensées ou attirances qui ne cadrent plus dans la norme hétérosexuelle, cela peut causer certaines angoisses de peur d’être considéré comme étant «anormal» ou «hors norme». Ainsi, malgré notre bonne volonté, nous finissons par intégrer ces dictats et cela peut affecter notre propre conception des identités sexuelles minoritaires. Il y a toutefois une distinction à faire entre la peur du jugement des autres et nos propres attitudes négatives par rapport à l’homosexualité. Ces attitudes négatives et ces peurs peuvent être comprises comme de l’homophobie intériorisée. Parfois, ces attitudes peuvent être nuisibles quant à l’affirmation de certaines parts de notre identité. À ce sujet, il y a plusieurs choses que l’on peut faire pour déconstruire nos préjugés potentiels face à l’homophobie, soit : lire sur la question, questionner nos propres conceptions, aller chercher des ressources et intégrer des groupes LGBTQ+, s’informer sur l’histoire des luttes pour la défense des droits LGBTQ+ ou encore consulter un.e thérapeute qui connaît les réalités des communautés LGBTQ+, etc. À toi de voir ce qui te parle dans tout ça.

 

J’espère que ces différentes informations t’ont été utile dans ta réflexion, Maxime, et je t’invite à continuer ton exploration et à te permettre de l’accueillir dans ce que tu es pleinement. Peu importe comment tu choisis de te définir ou de t’affirmer, sache que tu n’as pas à te sentir coupable de quoi que ce soit, au contraire, tu peux être fier du cheminement que tu fais peu importe où cela te mène!

 

Je t’invite à consulter cette ressource:C’est comme ça ou encore cette question: J’ai peur d’être devenu bi ou homo… j’arrive plus à contrôler mes angoisses pour approfondir ta réflexion. 

 

Prends soin de toi et n’hésite pas à nous réécrire au besoin, 

 

Cat


About Cat

Détentrice d'un baccalauréat en développement social, ses intérêts portent sur la (in)visibilité des personnes bisexuelles dans la sphère publique, sur le mouvement de défense des droits des personnes travailleuses du sexe et sur la représentation des sexualités marginalisées en contexte de ruralité.

Leave a comment