J’ai l’impression de rechercher beaucoup de validation sociale à travers le sexting avec d’autres hommes…


Bonjour,
Merci pour votre réponse. J’ai toujours quelques questionnements que je souhaiterais vous exposer.
Tout d’abord, pour clarifier davantage mon ressenti par rapport à l’expérience dont je vous ai fait part, cette culpabilité vient d’un profond sentiment de dissonance cognitive entre mes valeurs et mes actes, d’autant plus que je suis de nature très timide et pudique. En sois, le fait d’avoir été excité par des communications érotiques avec des hommes ne me dérange pas particulièrement, ou du moins j’aurais certainement préféré que ça soit avec une fille mais je perçois plus ces échanges comme un coup de main entre mecs, comme on pourrait avoir dans une bromance (que j’ai longtemps fantasmé car ayant été souvent seul je rêvais d’un ami avec qui je pourrais partager absolument tout et qui sois comme moi) vous me suivez ?
Mais j’ai également le sentiment d’être dans le vice complet ce qui me déroute. Je vais essayer d’être le plus clair possible. Je ne place, ni ne privilégie aucune orientation sexuelle (en tout cas maintenant) elles ont toutes été envisagées à un moment donné et je me dis parfois que si j’avais été tout simplement gay, je n’aurais pas ce conflit interne, vous me suivez toujours ? Vous dites que “certains hommes, par exemple, peuvent s’identifier comme hétérosexuels car leurs attirances sont principalement vers les filles, mais cela ne les empêche pas néanmoins d’avoir des comportements à connotation sexuelle avec d’autres hommes de temps en temps.” Et je pense plutôt faire partie de cette catégorie d’hommes, la sexualité étant très fluide.
En fait, j’ai le sentiment de jouer à un jeu très malsain avec ces hommes en cherchant à combler quelque chose que je n’arrive pas à obtenir avec les femmes, mais tout cela n’est qu’un jeu pour moi, et c’est en ça que je trouve ça malsain, et ça ne me rend pas heureux véritablement. Qu’en pensez vous ? En me cachant derrière un écran je suis beaucoup plus désinhibé et je joue à quelqu’un que je ne suis pas, qui me fait pensé à un pervers narcissique ce qui me fait peur. Je m’explique, dans ces communications je recherche beaucoup à satisfaire mes propres besoins bien que je satisfasse les leurs aussi mais j’ai l’impression de rechercher beaucoup de validation sociale. Ça me permet de combler quelque chose tant que ça reste dans la sphère virtuelle j’arrive à y prendre plaisir mais je n’envisage absolument pas d’aller plus loin, tout simplement parce que je n’en ai pas envie.
Aussi, je me suis complètement détourné de toutes images à caractère sexuel depuis un petit moment dans le but de pouvoir me recentrer sur moi. Mon désir d’aimer et d’être aimé dans une relation stable avec une femme est toujours très fort ou ne serait-ce que l’envie de retrouver la petite excitation qu’il peut y avoir en flirtant avec une fille sans forcément me mettre en couple.
Je vous remercie.
Medhi

Rebonjour Medhi,

 

Merci de prendre le temps de clarifier et d’ajouter des nuances à ton récit, c’est très clair et j’arrive à suivre ce que tu dis. 🙂 Ça montre aussi que tes questionnements te préoccupent et que tu es prêt à mettre les efforts pour mieux te comprendre. C’est tout à ton honneur! Pour t’accompagner là-dedans je vais y aller point par point :

 

Premièrement, concernant ta dissonance entre tes valeurs et tes actes, à quelles valeurs spécifiquement fais-tu référence? La sexualité est sujette à des interprétations et perceptions différentes selon les valeurs de chaque personne. Il est donc à toi de réfléchir concrètement sur cette dissonance entre tes valeurs personnelles et tes actes en ce qui concerne l’échange de mots ou photos érotiques de façon consentante. Je vais prendre l’exemple d’un slogan bien connu dans les communautés BDSM (bondage, domination, soumission, masochisme) qui est utilisé pour s’assurer que les personnes aient une sexualité épanouie et satisfaisante. On dit en effet que chaque activité sexuelle doit être «sûre, saine et consensuelle» :

Sûr : être informé des risques possibles et tenter de les minimiser. 

Sain : être dans un bon état d’esprit, respecter ses limites personnelles et celles de ses partenaires.

Consensuel : consentir de façon libre, éclairée et enthousiaste.

 

Vouloir avoir des conversations érotiques et échanger des photos, mais ne pas aller plus loin, par exemple, ça rentrerait dans les limites personnelles et le consentement. Ça pourrait donc être un point de départ pour réfléchir à tes valeurs en matière de sexualité. Mais si on se fit à petit slogan «sûr, sain et consensuel», tout porte à croire que le fait de sexter de cette façon avec d’autres garçons respecte entièrement ces critères. Toutefois, il est bien évidemment possible que tu aies des critères personnels et des valeurs qui diffèrent avec ce slogan. À toi d’y réfléchir et de les mettre en mots. 🙂

 

Les mots que tu utilises (pervers, vice, malsain, narcissisme) me font beaucoup penser au concept du “charmed circle” (cercle vertueux) de la théoricienne et activiste Gayle Rubin. Selon son analyse, la compréhension dominante de la sexualité dans notre culture est divisée entre les pratiques jugées “bonnes, normales, naturelles” (soit la sexualité à visée reproductive dans un couple monogame et hétérosexuel) et les autres pratiques jugées “mauvaises, anormales, étranges ou dangereuses”. Rubin a développé ce concept pour illustrer que cette catégorisation de certaines pratiques sexuelles comme plus respectables ou acceptables que d’autres est arbitraire, injustifiée et inutile. Elle soulève aussi que cette distinction est renforcée de façon directe et indirecte par diverses institutions (politique, éducation, religion, culture, médias, famille, etc). Qu’en penses-tu? Crois-tu que des gestes entre adultes consentants, informés et enthousiastes et qui ne nuisent à personne d’autre sont réellement immoraux? Est-ce que toi aussi tu as l’impression que notre vision de la sexualité, de ce que nous considérons comme sain ou malsain, a pu être façonné et influencé par notre entourage, notre éducation et les représentations médiatiques? Qu’en penses-tu? 

 

Ensuite, tu dis que ce qui te dérange beaucoup est que tu as l’impression de jouer un jeu et d’adopter un rôle qui ne te correspond pas dans le but de satisfaire tes désirs; en l’occurrence la validation sociale et l’excitation sexuelle. Il existe plusieurs motivations à la sexualité, que ce soit pour répondre à un besoin, atteindre un objectif personnel, assouvir de la tension ou de l’anxiété, avoir du plaisir, se rapprocher d’une personne, et même, parfois, la reproduction. Ce que je veux dire par là c’est qu’il n’est pas égoïste en soi d’entretenir des échanges érotiques avec d’autres hommes pour satisfaire tes désirs ; comme tu as dit, ton correspondant en retire aussi quelque chose de positif. Tant et aussi longtemps que toutes les personnes impliquées consentent, y retirent du plaisir, comprennent et appliquent les mêmes règles de jeu… alors il n’y a aucun mal. La sexualité, c’est aussi un terrain de jeu!

 

Le contraste entre ta nature timide/pudique et la personnalité que tu adoptes dans tes relations virtuelles te rend inconfortable. Étant donné l’anonymat et la distance physique et émotionnelle que procure les interactions en ligne, beaucoup de personnes agissent différemment qu’iels ne le feraient en personne. Cet effet de “désinhibition” est donc normal dans le contexte et c’est pourquoi il est parfois plus facile pour les personnes timides de socialiser en ligne. Est-ce que tu serais plus confortable si tu n’essayais pas de jouer ce rôle? Tu as le droit d’être toi-même, avec toutes les qualités et les caractéristiques qui te rendent unique. Cela pourrait t’aider à trouver une personne qui partage tes intérêts et tes désirs.

 

Enfin, tu parles de bromance et de ton rêve d’avoir un ami proche avec qui tu pourrais tout partager. Être entouré de personnes qui nous ressemblent et nous comprennent est important pour tout le monde. L’être humain est une créature sociale! 🙂 Mais j’en conviens que rencontrer des gens et préserver des amitiés n’est pas une tâche facile lorsqu’on est plus timide. As-tu pensé à lire des questions sur le sujet sur notre site (Par exemple, celle-ci ou cet article). Cette page du site Jeunesse J’écoute a aussi des bons conseils. D’ailleurs, comment ça se passe avec les filles? Tu dis que tu aimerais flirter avec elles, sais-tu dans quels contextes tu pourrais le faire? Est-ce que cela t’arrive de flirter sur internet avec d’autres filles aussi? Sur des applications de rencontre? En personnes lors de diverses activités qui te plaisent? À travers ton réseau personnel?

 

Tu précises que la dernière définition que nous t’avons donnée concernant l’orientation sexuelle t’interpelle particulièrement. Pour citer une collègue : « L’orientation sexuelle se décline en trois aspects : les désirs, les comportements et l’identité. Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personne, qui on aurait envie d’embrasser, etc.). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé notre amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue, [avoir échangé des nudes avec telle personne, etc]). Finalement, l’identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, lesbienne, pansexuel.le, etc.). » Ainsi, chaque personne peut définir son orientation sexuelle en fonction des termes ou des paramètres qui font le plus de sens pour elle. De plus, comme tu le nommes si bien, la sexualité étant fluide, conséquemment notre façon de s’identifier en fonction de nos désirs, comportements ou identités peuvent tout autant fluctuer dans le temps et en fonction des contextes!

 

Par contre, il m’est important de préciser que ce n’est pas une autre personne qui saura te rendre “complet”. Tu dis que tu veux te recentrer sur toi, et c’est une excellente nouvelle! Tu es important et il a plusieurs facettes qui entrent en jeu dans ton bien-être global. Mis-à-part de réduire ta consommation de matériel érotique, quelles actions concrètes prends-tu pour prendre soin de toi? Les périodes de confinement que la France et le Québec vivent en ce moment peuvent être difficiles sur plein de niveaux différents. Il est compréhensible, qu’après autant de mois d’incertitudes causés par cette pandémie, qu’il soit difficile de se sentir connecté avec soi-même. C’est dans ces moments que l’on doit pratiquer notre compassion personnelle, soit le fait de ne pas être trop dur envers soi-même, de faire preuve de compassion envers soi-même au lieu de se critiquer ainsi que de reconnaître et accepter nos sentiments et nos pensées sans jugement plutôt que de les supprimer… Et surtout, de faire des activités qui nous plaisent! 

 

Il me ferait plaisir de continuer à réfléchir avec toi sur ces sujets si tu veux, n’hésite pas à nous réécrire de nouveau.

 

Bonne route!

Maxime, stagiaire pour AlterHéros


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment