Je crains que d’avoir échangé des nudes avec un autre garçon m’empêche de rencontrer une fille…


Bonjour, tout d’abord je tiens à vous exprimer mon immense gratitude et satisfaction d’avoir découvert votre site et compris que j’étais loin d’être le seul dans une situation similaire à la mienne. C’est souvent troublant comme des histoires que j’ai pu lire sont semblables à la mienne.

Comme je vous l’ai dis, j’ai pu lire des réponses à des quesionnements que je partage qui ont déjà pu m’aider à avancer et je vous en remercie. Notamment par rapport au fait d’être excité principalement par du porno gay ou des situations homoérotiques, ou le fait d’avoir subit des remarques “homophobes” ou des questionnements liés à mon orientation alors que je me sens hétérosexuel et hétéroromantique. De façon clair, je n’envisage de rapports sexuelles qu’avec des femmes et le fait d’être en couple également, mais je pense avoir des fantasmes liés à la représentation de l’homosexualité peut être liés à des expériences infantiles mais je ne peux pas vraiment dire d’où ça vient, ce qui est assez perturbant et très inconfortable car très dissonant.
Forcément j’ai eu des questionnements que j’ai souvent très très mal vécu et je regrette de n’être pas tombé sur votre site plus tôt, ce qui m’auait éviter de tomber dans cette profonde détresse entre 15 et 17 ans. Comme j’ai pu le lire dans vos réponses, je suis aujourd’hui rassuré quant au fait que le porno gay puisse m’exciter, et je l’accepte beaucoup mieux. Mais, j’ai aujourd’hui 21 ans et je sens que ces longues années de consommations d’images à caractères sexuelles montrant des hommes ensemble impactent ma vie sentimentale et sexuelle. Je suis toujours célibataire et je n’ai eu qu’une relation d’ eniron 3 ans qui s’est terminé du fait d’un certain inconfort/ une dissonance que j’avais entre l’amour que j’avais pour ma copine et ma consommation de porno. Lorsque nous avons fait notre première fois, tout allait bien lorsque que je me suis senti submergé par le stress, la pudeur et la crainte, sans que je ne puisse aller au bout. Je craint de ne jamais pouvoir être en couple à nouveau et que ma vie sexuelle reste pauvre.

En plus de mes craintes par rapport au fait de pouvoir être excité par des images gay, je craint peut être d’être allé trop loin dans ma curiosité, puisqu’ayant échangé des “nudes” avec d’autres hommes “pour m’amuser et changer un peu du plaisir solitaire”. Je me sens un peu “sal” d’avoir fait cela bien que je ne regrette pas particulièrement mais redoute que ça soit peut être le point de non retour pour pouvoir un jour une relation seine et épanouie avec une femme que j’aime. Malgré cette expérience, je me sens toujours complétement hétéro bien je reste quelque peu perturbé vis-à-vis de cela, surtout que ça ne me ressemble pas du tout, de nature très timide. Je ressent un peu de honte par rapport à ça et j’ai peur de ne jamais trouver l’amour, ni une vie sexuelle épanouie avec une femme.

Je vous remercie infiniement pour votre réponse.

Medhi

Bonjour Medhi!

 

Tout d’abord merci pour tes compliments, ça m’encourage énormément de voir à quel point la lecture des témoignages et des conseils sur notre site a pu t’aider dans ton cheminement personnel. 🙂 Je te félicite aussi de nous avoir écrit, ce n’est pas toujours facile de mettre des mots sur ce qui nous arrive, mais tu t’exprimes avec une grande clarté.

 

Tu écris que tu es hétérosexuel et hétéroromantique et que ta dernière relation de couple s’est terminée, car tu ressentais, entre autre, une dissonance entre celle-ci et ta consommation de pornographie gaie. Plus récemment, tu as échangé des nudes avec d’autres hommes et tu ressens beaucoup de honte vis-à-vis ces pratiques. Tu crains donc de ne pas arriver à une relation de couple épanouissante avec une femme. 

 

Si tu me permets, j’aimerais rationaliser et recontextualiser certains des éléments que tu mentionnes. Ressentir du stress, de la pudeur et de la crainte lors de sa première relation sexuelle avec un.e partenaire est très commun. Nos premières expériences ne sont pas toujours les meilleures, c’est très commun et ça ne signifie pas qu’il se passe quelque chose d’inhabituel avec toi. Lorsque ta copine de 3 ans et toi avez rompu, il est possible que tu aies ressenti une multitude d’émotions comme la peur, la tristesse ou la colère, mais peut-être aussi de la détresse et du désespoir. Il est normal de penser que l’on ne trouvera jamais quelqu’un d’autre et que l’on restera seul pour toujours, mais ce type d’émotions est souvent passager. Tu nommes les progrès que tu as faits pour arriver à mieux accepter tes fantasmes et je pense que ton empathie et ta résilience sont des bonnes raisons de garder espoir.

 

Une petite note sur la pornographie, il s’agit d’une industrie qui produit du contenu afin de faire du profit. Les gens qui travaillent dans le domaine utilisent mille et une techniques et procédés pour provoquer une réaction de leur auditoire. Je ne vais pas trop insister, car tu as déjà lu sur le sujet, mais juste au cas où je réitère qu’il n’y a pas toujours un lien direct entre l’orientation sexuelle et la pornographie et qu’il est possible d’avoir des fantasmes que l’on ne veut pas reproduire dans la vraie vie. De plus, certaines personnes vivent un stress de performance assez élevé lors de leurs premiers rapports sexuels en ayant comme seul exemple leur consommation de vidéos pornographiques. La porno n’est pas la réalité et je t’invite, si ce n’est pas déjà le cas, à ne pas considérer la pornographie comme étant les standards de performance sexuelle. 

 

Maintenant, pour la question des nudes, je pense qu’il serait important de discuter de la culpabilité que tu ressens. D’où est-ce que ça provient selon toi? Est-ce le fait d’avoir échangé des photos érotiques? Est-ce le fait d’avoir été sexuellement excité par des communications érotiques avec un autre homme? Aurais-tu ressenti cette même culpabilité si ces échanges de photos avaient été avec une fille? De ce que je comprends, tu as échangé des photos avec d’autres adultes consentants pour varier tes plaisirs et parce que ça te tentait. C’est quelque chose de légal, de moral et de très commun. Selon des études, 40% des hommes américains et 33% des hommes français entre 18-24 ans l’ont déjà fait. Cela dit, il est possible qu’une personne te mette de la pression pour que tu envoies une photo ou t’en envoie sans que tu le demandes. Il est très important que tu respectes tes limites personnelles et que tu ne te forces pas à faire quoi que ce soit. Le partage de photos explicites sans le consentement est un risque à garder en tête et le nouveau guide sexting du PiAMP donne des bons conseils sur le sujet (par exemple de ne pas inclure son visage ou un signe permettant de t’identifier dans les photos). En d’autres mots, explorer cette partie de tes désirs n’est absolument pas une mauvaise chose, tant que cela se fait dans le consentement et la sécurité. J’ajouterais aussi que dans le contexte actuel de confinement, c’est une bonne stratégie pour respecter la distanciation sociale. 😉 

 

Par ailleurs, rappelons qu’il est possible de différencier les pratiques sexuelles de notre orientation sexuelle. Certains hommes, par exemple, peuvent s’identifier comme hétérosexuels car leurs attirances sont principalement vers les filles, mais cela ne les empêche pas néanmoins d’avoir des comportements à connotation sexuelle avec d’autres hommes de temps en temps. Tu as également l’impression que tes fantasmes liés à la représentation de l’homosexualité prendrait racine dans des expériences infantiles. Je suis généralement très prudent.e à m’aventurer dans ce type de causalité, puisque jamais on entend que les fantasmes hétérosexuels sont liés à des expériences infantiles. Alors pourquoi le faire dès que cela concerne des personnes du même genre que soi?  Il n’est pas toujours nécessaire de tenter de trouver les causes de nos attirances ou de nos fantasmes, puisque ce n’est pas quelque chose que l’on choisit. 

 

J’espère que je ne t’ai pas causé plus de stress avec tout ça, je sais que tu vis déjà beaucoup d’anxiété en ce moment. Tes craintes reviennent beaucoup à ton désir d’avoir une relation romantique et sexuelle stable avec une femme. Qu’est-ce qui t’attire le plus dans cette possibilité? C’est vraiment légitime si c’est simplement ce qui te rend heureux et comblé. Néanmoins, je serais curieux.se de connaître tes opinions concernant les différentes orientations sexuelles. Est-ce qu’il y a en une qui te semble plus importante ou meilleure qu’une autre? Si oui, pourquoi? Il est possible qu’une petite partie de toi se dise que c’est aussi parce qu’une relation (sexuelle ou amoureuse) avec un homme serait impossible, moins saine ou encore ne serait pas acceptée par ton entourage. À ce niveau, notons que les couples gays sont tout aussi valides que les autres. Peut-être que le “point de non-retour” que tu mentionnes est en fait une opportunité pour te poser des questions et réfléchir à tes besoins et tes désirs. À 21 ans, tu peux encore en apprendre beaucoup sur toi et sur ce que tu aimes.

 

Tu peux faire confiance à ta curiosité et ton instinct en découvrant les choses qui t’excitent et qui t’apportent du plaisir, tant que tu respectes les limites et celles des autres. Je t’encourage aussi à continuer de lire les questions sur notre site qui ressemblent à ce que tu ressens et à nous réécrire si tu en as envie. Tu n’es certainement pas la première personne à avoir peur de ne pas trouver son âme soeur. On ne s’attend généralement pas à tomber en amour avec une personne, donne-toi le temps, prends soin de toi et voit où le fleuve de tes expériences va t’amener.

 

Maxime, stagiaire pour AlterHéros


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment