Est-ce qu’il y a un risque de contracter une MST en touchant son propre sperme?


Bonsoir,
je voulais savoir si il y avait un risque de contracter une MST en touchant SON PROPRE sperme sec avec son penis ?
Merci d’avance

Oo_oO

Salut Oo_oO !

Merci grandement pour la confiance que tu accordes envers AlterHéros! Il n’est pas toujours facile de poser des questions concernant la santé sexuelle, et je te félicite d’avoir pris le temps de nous écrire!

Si je comprends bien, tu te demandes s’il y a un risque de contracter une infection transmissibles sexuellement ou par le sang (ITSS) en touchant son propre sperme sec avec son pénis. À AlterHéros, nous préférons l’expression ITSS plutôt que MTS (maladie transmissible sexuellement), car le terme infection est beaucoup plus englobant que maladie, puisque la majorité du temps nous ne sommes pas malades en étant porteur d’une infection! Enfin, tu comprends la distinction. 🙂

 

Alors pour répondre à ta question de façon très simple : Non, il n’y a aucun risque de contracter une infection transmissible sexuellement ou par le sang en touchant son propre sperme, que celui-ci soit sec ou frais! 

 

Pour citer cette ancienne réponse que j’ai composée (Est-ce grave ou normal de manger son propre sperme?) : «D’abord, il n’y a absolument rien de bizarre ou d’anormal à apprécier [toucher] son propre sperme lors de nos séances de masturbation. Parfois, c’est une façon de mieux se connaître et de mieux connaître son corps. D’autres fois, cela ajoute à l’excitation du moment et fait partie intégrante de nos séances de plaisir solitaire. Peu importe tes motivations ou l’effet que cela te procure, [toucher] son propre sperme est très courant et aucunement dangereuse! C’est une pratique que je fais également et qui est ma foi davantage répandue que l’on pense! Le sperme ne constitue pas une sécrétion néfaste pour la santé humaine : ce constat est valide pour l’ensemble des êtres humains, peu importe leur identité de genre ou orientation sexuelle

 

Maintenant, est-ce qu’il y a un risque pour la santé de toucher son sperme avec son pénis, ou même de le manger? Plus précisément, est-ce qu’il y a une possibilité de développer une infection transmissible sexuellement ou par le sang (ITSS) en touchant son propre sperme? Pour citer cette ancienne réponse à une question (très!) similaire à la tienne : «Une ITSS, par définition, se transmet d’une personne à une autre via un échange de fluides corporels pendant un rapport sexuel ou s’il y a contact de sang. Comme il s’agit de ton sperme à toi, il n’y a pas de risque. Toutefois, advenant que tu sois déjà porteur d’une ITSS où l’infection est limitée au pénis, il est possible de transmettre l’infection [à un autre site, soit l’anus ou la gorge].» En d’autres mots, il est impossible de contracter une nouvelle ITSS en ayant été en contact avec ton propre sperme, seule une infection déjà présente dans ton corps pourra se transmettre ailleurs. Je tiens toutefois à te rassurer, tu n’es pas un danger pour toi-même!

 

Par ailleurs, si jamais tu touches dans le futur à des sécrétions humaines d’autres personnes, comme des sécrétions vaginales, sécrétions anales ou du sperme, sache qu’effectivement, les risques sont plutôt complètement nuls lorsque les sécrétions sont complètement sèches! Les bactéries et virus responsables des ITSS ne survivent pas longtemps à l’extérieur du corps humain! Je t’invite à te renseigner sur les différentes infections transmissibles sexuellement ou par le sang, sur leurs traitements respectifs et leurs modes de transmission. Le site du Portail VIH/sida du Québec contient une énorme banque d’informations à ce sujet sous l’onglet «Je veux m’informer»! Tu peux toujours nous écrire si tu as d’autres questions au sujet de la santé sexuelle!

Pour terminer, il n’y a aucun danger pour ta santé à toucher ton propre sperme avec ton pénis! Amuse-toi. 🙂

 

Au plaisir! 🙂 Et écris-nous de nouveau si tu en ressens le besoin!

Chaleureusement,

Guillaume, pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment