Est-ce qu’il y a un lien scientifique entre un Œdipe inversé et une possible homosexualité?


y ‘ a il un lien scientifiquement prouver entre un oedipe inversé , et une possible homosexualité ? Merci

Rémi64

Rebonjour Rémi64, 

 

Merci de continuer de nous accorder ta confiance. Cette fois-ci, tu te demandes s’il y a un lien scientifiquement prouvé entre un complexe d’Œdipe inversé et l’homosexualité. Il me ferait plaisir de continuer sur ce sujet et d’apporter des données scientifiques crédibles.

Comme j’expliquais dans ma précédente réponse au sujet de l’Œdipe inversé, il y a de très nombreuses critiques qui peuvent être appliquées à cette théorie ce qui fait en sorte qu’elle n’est plus très souvent utilisée de nos jours. Je pourrais te citer un extrait d’un de mes manuels universitaires, “Nos sexualités”, de Robert L. Crooks et Karla Baur (2017), une référence qui regroupe les résultats d’une multitude de recherches sexologiques récentes. L’extrait se lit comme suit :

Freud croyait que dans un développement normal, chaque personne passe par une phase homoérotique. Il alléguait que les garçons peuvent faire une fixation durant cette phase homosexuelle s’ils ont une piètre relation avec leur père et une relation excessivement étroite avec leur mère; la même chose pourrait arriver à une fille si elle développait l’envie du pénis. Or, des hommes gais comme hétérosexuels ont connu à l’occasion cette dynamique familiale au cours de leur enfance, et de nombreux homosexuels ne l’ont jamais expérimenté. Bell et ses collaborateurs (1981) en conclurent que, malgré certains témoignages suggérant un lien entre homosexualité et relation père-fils déficiente, aucun phénomène particulier de la vie familliale ne permettrait à lui seul d’expliquer le développement homosexuel ou hétérosexuel.

 

Cette dernière phrase est la principale conclusion à retenir, et je peux l’approfondir avec toi. Le manuel “Nos sexualités” consacre un chapitre complet aux orientations sexuelles et une section importante sur les recherches envers les soi-disant causes de celles-ci. Ces études cherchaient à déterminer si l’homosexualité était un phénomène inné (on naît avec) ou acquis (on le devient). Différentes théories biologiques (génétique, neurologie, longueur des doigts, nombres de frères) et psychosociales (mythes de la séduction, théories psychanalytiques) ont ainsi été articulées à travers les années. 

La croyance préjudiciable voulant que l’hétérosexualité soit correcte et l’homosexualité mauvaise a malheureusement influencé les recherches sur les causes de l’homosexualité. On a échafaudé de nombreuses théories pour tenter d’expliquer les origines de l’orientation sexuelle, particulièrement de l’homosexualité. Force est de constater que les résultats des recherches sont souvent contradictoires et qu’il n’existe pas de consensus scientifique sur la question.

 

En guise de conclusion, il est donc impossible de réduire les différentes orientations sexuelles à une seule et unique cause ou explication.

Au lieu de penser que l’orientation sexuelle s’explique par une seule cause, il conviendrait plutôt de considérer les orientations sexuelles comme le produit de l’interaction de divers facteurs biologiques, environnementaux, culturels et historiques propres à chaque personne et fluctuant au cours de la vie.

 

Non seulement cela est impossible, il serait même inutile, voire nocif, de chercher à rationaliser l’homosexualité par une simple et unique explication. Cette explication pourrait être utilisée par des personnes pour trouver des moyens pour la “guérir” ou l’éliminer, ce qui ne peut être que dommageable. Pour reprendre l’excellente réponse de mon collègue Guillaume à une question similaire :

Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est que toute tentative de trouver les causes des orientations sexuelles est inutile. Après tout, pourquoi chercher la cause à quelque chose de complètement normal et inhérent à la diversité humaine? C’est l’équivalent de tenter de trouver la cause sur pourquoi certaines personnes écrivent de la main gauche au lieu de la main droite…

Plusieurs scientifiques tentent effectivement de comprendre les causes de l’homosexualité, bisexualité ou asexualité, sans pour autant s’intéresser aux causes de l’hétérosexualité… alors que l’ensemble des orientations sexuelles sont naturelles et valides. Quoiqu’il en soit, l’homosexualité, la bisexualité et l’asexualité ont toujours existé, et ce, partout dans le monde.

C’est avec cela que j’aimerais conclure. Les relations amoureuses et sexuelles entre personnes de même sexe ont toujours fait partie de la société. L’homosexualité est une orientation naturelle, saine, et plaisante. 

 

Comme il s’agit de ta deuxième question sur le sujet, j’ai un peu l’impression que c’est quelque chose qui te préoccupe ou qui te touche personnellement. Si tu te sens confortable, n’hésite pas à nous partager ce qui motive tes interrogations.

 

En te souhaitant une très bonne journée,

 

Maxime, intervenant.e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment