Est-ce que une personne asexuelle peut avoir le désir d’embrasser quelqu’un?


Est-ce que une personne asexuel peut avoir le désire d’embrasser quelqu’un?

 

Bonjour à toi!

 

Merci de faire confiance à l’équipe d’AlterHéros pour répondre à ta question 🙂

 

Tu te demandes donc si une personne asexuelle peut désirer embrasser quelqu’un.

 

La réponse à ta question est oui, une personne asexuelle peut ressentir le désir d’embrasser quelqu’un, comme elle peut aussi désirer de l’affection, une relation amoureuse et parfois des relations sexuelles. L’asexualité est un terme parapluie dans lequel se trouvent plusieurs termes auxquels des personnes asexuelles peuvent s’identifier. Voici un extrait d’une de mes anciennes réponses pour expliquer un peu le spectre de l’asexualité: « As-tu déjà entendu parler du spectre de l’asexualité? Les personnes faisant partie de ce spectre ne ressentent pas ou peu d’attirances sexuelles envers les autres ou ont la capacité de ressentir des attirances physiques que dans certains contextes ou auprès de certaines personnes en particulier.  Ce spectre regroupe beaucoup de types d’asexualité, soit la demisexualité, la gris-sexualité, la réciprosexualité, l’akoisexualité, l’aegosexualité et bien d’autres! Je ne te donnerai pas toutes les définitions de ces termes, puisqu’il y en aurait beaucoup à dire, mais si jamais tu as envie d’en savoir plus sur ceux-ci, je t’invite à aller voir sur le blog: Le spectre de l’asexualité et de l’aromantisme. Pour le terme de l’asexualité, celui-ci représente les personnes qui n’ont pas d’attirance sexuelle envers les autres. Elle est tout de même à ne pas relier avec la libido, ou le désir sexuel, puisque celle-ci dépendra de personne en personne, étant asexuelle ou non. Une personne asexuelle peut tout de même ressentir un désir sexuel ou de l’excitation sexuelle, mais le tout ne sera pas nécessairement dirigé envers quelqu’un, puisque la personne ne ressent pas toujours d’attirance envers autrui. Il est aussi possible pour ces personnes d’avoir des relations sexuelles avec des partenaires, pour d’autres raisons que de l’attirance sexuelle. Une personne asexuelle peut aussi très bien ne pas avoir de libido et ne sera donc pas portée à se masturber. À ne pas confondre aussi l’asexualité et l’aromantisme (ne pas avoir d’attirance romantique envers les autres), puisque, comme déjà mentionné, une personne asexuelle peut avoir des intérêts et attirances romantiques envers les autres. Si tu veux en lire plus sur le sujet de l’asexualité, je t’invite à aller consulter la page de l’Association pour la visibilité asexuelle.

Alors, le spectre de l’asexualité est très large, englobe beaucoup de termes et le ressenti et l’expérience de l’asexualité peuvent varier selon chaque personne. Ce n’est pas tout le monde qui a les mêmes comportements, les mêmes intérêts, et il est propre à toi de trouver ce qui te représente le mieux. L’orientation (a)sexuelle et les attirances sexuelles et romantiques sont aussi fluides et peuvent changer avec le temps. »

 

Alors, si nous regardons les définitions des termes comme demisexuel·le, qui est le fait de ressentir de l’attirance sexuelle envers une personne après qu’un lien émotionnel fort se soit développé, gris-sexuel·le, qui fait partie de la zone grise de l’asexualité, réciprosexuel·le, défini comme le fait de ne pas ressentir d’attirance sexuelle envers une personne tant que celle-ci n’est pas attirée par nous, etc., nous voyons bien qu’il est fort possible d’avoir envie d’embrasser une autre personne, malgré que nous soyons asexuel·le.

 

Comme mentionné aussi au début de l’extrait, l’asexualité se définit comme le fait de ressentir pas ou peu d’attirance sexuelle. Cela signifie donc qu’une personne asexuelle peut ressentir un peu d’attirance sexuelle.

 

Voilà pour ma réponse, j’espère avoir pu t’aider. N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions!

 

Émilie (elle/she), pour AlterHéros

 


About Émilie Grandmont

Émilie (elle/she) est une femme bisexuelle et féministe. Elle étudie présentement au baccalauréat en sexologie à l’UQAM. Elle est entrée dans ce programme avec le but d’en apprendre davantage sur la diversité sexuelle et de genre, sur la santé sexuelle et sur l’éducation sexuelle intersectionnelle. Aujourd’hui, elle souhaite venir en aide aux survivant.es d’agressions sexuelles et offrir une écoute inclusive et sécuritaire à toute personne faisant partie de la communauté LGBTQIA2S+. Ses ami.es la décriraient comme passionnée des animaux, effrayée par les papillons et difficile à réveiller aux petites heures du matin.

Leave a comment