Est-ce que la vaginose bactérienne peut se guérir seule ?


Bonjour,

Merci tout d’abord d’avoir écrit à Alterhéros. Je débute en vous disant que les pertes vaginales constituent le problème gynécologique le plus fréquent.

La vaginose bactérienne est très commune, mais rarement symptomatique. Elle présente avec des pertes grisâtres, liquides, sans inflammation majeure ou prurite (ie ça ne pique généralement pas). Les pertes rappellent souvent une odeur de poisson, qui peut être augmentée au contact du sperme, après la relation sexuelle. Je vous invite d’ailleurs à consulter les autres questions sur les pertes vaginales si vous voulez plus de détails concernant les différentes infections et inflammations vulvovaginales.

À prime abord, on ne traite jamais une vaginose bactérienne asymptomatique. Il n’y a pas de risque pour la santé, il ne s’agit que d’une altération dans la flore qui fait que certaines bactéries ont pris le dessus sur d’autres (moins de lactobacilles avec la vaginose). On la traitera seulement si la femme est importunée par les symptômes, ou si on doit faire une procédure utérine comme la pose d’un stérilet ou un avortement. On la traite occasionnellement aussi dans la grossesse, surtout s’il y a une histoire d’un accouchement prématuré antérieur.

Le meilleur traitement demeure le métronidazole (Flagyl), un antibiotique en prise orale, quoique le gel vaginal puisse aussi fournir de bons résultats. Quoiqu’il en soit, ces deux traitements demandent une prescription d’un médecin. Certaines études démontreraient une amélioration des symptômes avec la consommation régulière de lactobacilles, qu’on trouve dans le yogourt. Il s’agit des fameux probiotiques dont on entend parler partout depuis quelques années. Je crois qu’il s’agit d’une approche intéressante, puisque le fait de consommer plus de yogourt n’entraîne pas d’effets indésirables importants et contribue en même temps à diminuer l’ostéoporose plus tard chez la femme. Les produits à base d’ail ou d’huile de théier n’ont pas fait leur preuve dans des études de qualité. Finalement, j’ai déjà entendu des anecdotes de patientes qui avaient utilisé le yogourt comme lavement vaginal avec de bons résultats selon elles, mais je ne vous le recommanderais pas.

Bref, la vaginose bactérienne est très commune et ne présente pas de risque pour la santé. Il s’agit d’une altération de la flore qu’on ne cherchera pas à traiter, à moins que la femme soit très symptomatique. La plupart des femmes affectées ne le savent même pas. Le traitement consiste en des antibiotiques prescrits par votre médecin ou gynécologue. Le yogourt en prise orale peut favoriser la dominance des lactobacilles et le retour à une flore vaginale « plus normale ». Même avec traitement par antibiotique, le quart des femmes éprouveront des récidives… J’espère que cette réponse vous éclairera un peu.

Sincèrement,

Frédéric Picotte

Résident en médecine familiale


About Frédéric Picotte

Frédéric est médecin de famille pratiquant dans la région de Shawinigan. Il a complété en mai 2008 mon doctorat en médecine à l’Université McGill et deux ans plus tard sa spécialité en médecine familiale via l’Université de Montréal. C’est l'une de ses amies, étudiante en psychiatrie, qui lui a présenté AlterHéros en 2008. Elle cherchait alors un bénévole qui répondrait de manière plus spécifique aux questions à thème « médical », ce qui a constitué la majeure partie de sa contribution jusqu’à maintenant.

J’aime m'impliquer à AlterHéros car on peut rejoindre et rassurer beaucoup de gens, peu importe l’âge, l’orientation sexuelle ou la culture. Je trouve intéressant que la majorité de nos visiteurs soient de jeunes internautes et qu’on puisse donc leur fournir une information de qualité et un espace pour poser des questions qu’ils auraient du mal à obtenir autrement.

Leave a comment