Est-ce que garder un sextoy plusieurs heures dans le rectum peut avoir des conséquences sur la santé?


Bonjour, Je voulais savoir si garder un sextoys plusieurs heures dans l’anus peut avoir des conséquences néfastes sur la santé ? J’y ai pris goût, mais je suis pas arriver à obtenir un orgasme anal, il me faut beaucoup de temps. Pour moment je le laisse 1 heure max, j’aimerai faire plus longtemps genre 2h ou 3h pour arriver à ce que je recherche, mais je veux vérifier si c’est pas mauvais pour la santé, je sens que physiquement c’est possible pour moi.
Merci.

Conan

Salut Conan!

Merci grandement pour la confiance que tu portes envers AlterHéros! Il n’est pas toujours évident de trouver les bonnes personnes avec qui parler de masturbation anale, mais je peux te garantir que nous sommes nombreux.ses à AlterHéros à adorer discuter de masturbation anale. Après tout, l’ensemble des êtres humains ont un anus, il est donc bien normal de s’intéresser au plaisir anal!

Si je comprends bien ta question, tu aimerais savoir si le fait de garder un jouet sexuel (butt plug, dildo, knot, etc) pendant plusieurs heures dans le rectum pourrait avoir des effets négatifs sur ta santé. Tu affirmes prendre goût à ce type de pratiques masturbatoires et que tu aimerais augmenter la durée de la masturbation anale de 1 heure à 2 ou 3 heures par séance. Tu nommes que, selon ta propre analyse de ton corps, que tu serais capable d’augmenter la durée de la sorte.

 

Si tu me permets, j’aimerais citer un extrait d’une réponse que j’ai composée concernant la masturbation anale:

«D’abord, j’en comprends que cette pratique t’apporte beaucoup de bienfaits positifs! Ce qui est merveilleux. Chaque personne a une expérience différente concernant le plaisir anal et l’important est que tes pratiques de masturbation anale puissent contribuer à ton bien-être, d’abord et avant tout : ce qui semble être le cas! Ensuite, est-ce qu’il y a des risques? La question des risques dépend de l’individu, du contexte et des jouets utilisés. Ainsi, un même jouet utilisé sur une autre personne pourrait avoir davantage de risque. Un même jouet utilisé sur une personne déjà initiée peut avoir un risque différent si le contexte est différent (si la personne est intoxiquée par exemple). Conséquemment, chaque situation est à analyser indépendamment.

 

Néanmoins, tu es l’expert de ton propre corps! Et conséquemment, je t’invite simplement à demeurer à l’écoute de celui-ci. Est-ce que tu sens que ton corps aurait besoin de plus de repos entre chaque séance de plaisir anal? Est-ce que tu sens que ton corps pourrait en prendre davantage? C’est vraiment à toi de juger cela. Si tu prends la décision d’augmenter la fréquence [ou la durée] des séances, je t’invite à y aller doucement et à demeurer à l’écoute des différents changements que tu pourrais ressentir, notamment au moment d’aller à la selle. Est-ce que tu ressens des douleurs à la suite de ces séances? Est-ce que tu notes des présences de microlésions (par exemple, de la présence de sang dans tes selles)? Est-ce que tu notes une difficulté à retenir ton sphincter anal? En général, de petites présences de sang après des séances de sexualité anale sont fréquentes. Si les saignements sont très brefs et faibles, ce n’est pas très inquiétant. Si tu notes que les saignements persistent plusieurs jours, alors là il peut être intéressant de consulter un.e médecin ou de téléphoner à la ligne d’info-santé de ton pays.

 

Pour répondre plus directement à ta question, pratiquer des massages prostatiques ou des séances de masturbation anales avec des dildo de 4 à 6 cm de diamètre ne comporte pas de risques en soi si tu connais tes propres imites, si tu utilises une quantité suffisante de lubrifiant, si tu laves correctement tes jouets, si tu mets fin à l’activité lorsque tu ressens que c’est le moment et si tu offres à ton corps le temps de récupération que tu as de besoin. En fait, je suis certain que cette pratique t’apporte beaucoup plus de bienfaits que de possibles effets négatifs. Je crois donc que tu as une gestion très saine et équilibrée de cette pratique! Alors amuse-toi. 🙂»

 

J’espère que cette (longue!) citation t’a apporté quelques réponses à tes interrogations. En gros, l’important c’est d’écouter ton propre corps, de stimuler ton anus au préalable pour te dilater (par un massage digital par exemple) et d’utiliser autant de lubrifiant que tu en crois nécessaire. Je t’invite à garder en tête que certaines douleurs ou blessures, comme les fissures précédemment nommées, peuvent survenir plus souvent en fonction de la vitesse et de la force utilisées pendant la séance. À toi d’ajuster les paramètres de ta masturbation en fonction de ces informations! 🙂

 

En fouillant sur internet, il est très possible que tu sois tombé sur plein d’informations contradictoires sur les risques sur la santé de la pénétration anale. Je tiens donc à rectifier, juste pour être certain, quelques informations. D’abord, la pénétration anale est associée à beaucoup plus de points positifs (le plaisir!) que de points négatifs. Mais si on souhaite explorer les potentiels aspects négatifs, nommons qu’il n’y a pas de risques de problèmes d’hémorroïdes associés à une pratique de la sodomie qui est bien faite, bien préparée et bien lubrifiée. Cependant, si une personne présente déjà une maladie hémorroïdaire pré-existante, alors il est possible que les hémorroïdes fluctuent en fonction de l’intensité ou de la grosseur des objets pénétratifs. De plus, si une personne a déjà eu ou prévoit avoir une chirurgie au niveau rectal pour des hémorroïdes, comme l’intervention chirurgicale de Longo, il est préférable de discuter avec son ou sa médecin de l’intention de poursuivre les pratiques sexuelles anales.

 

Au niveau des risques de l’incontinence anale, il n’y a toujours pas de données probantes qui officialisent une quelconques corrélations entre la pratique de la pénétration anale et l’incontinence anale. Toutefois, ce que l’on sait, c’est que les rapports sexuels par voie anale diminuent le tonus anal. En d’autres mots, le sphincter interne devient un peu plus souple. Est-ce que cela engendre à son tour de l’incontinence anale? Pas nécessairement! Ce que l’on peut supposer toutefois, c’est que les personnes pratiquant la sexualité anale réceptive ont un meilleur confort anal et que ces dernières soient tout simplement plus relaxées que les autres au moment de déféquer. Un petit truc personnel, c’est de garder en tête qu’après une sodomie et/ou masturbation anale, on a ,d’une part, beaucoup de lubrifiant sur les parois rectales et, d’autre part, que nos sphincters interne et externe sont plutôt dilatés! Conséquemment, si on ressent le besoin d’aller à la selle dans l’heure suivant une sodomie et/ou masturbation anale, on est mieux de ne pas trop tarder afin d’éviter les dégâts… (oui oui, je parle en expérience personnelle! hehe). Il faut après tout laisser le temps à notre corps de récupérer! 😉

 

Je te laisse ces deux questions abordant la sexualité anale si tu souhaites poursuivre tes lectures à ce sujet :

J’ai eu un saignement anal un peu plus grand que l’habitude après l’utilisation d’un dildo avec un knot…

Comment bien me préparer pour le sexe anal ?

 

J’espère que le tout répond à tes différentes interrogations. Je te souhaite, honnêtement, beaucoup de plaisir dans l’exploration de la masturbation anale. N’oublie pas de resté à l’écoute de ton corps! 🙂

 

Je t’invite à nous écrire de nouveau si tu en ressens le besoin. Il nous fera toujours plaisir de répondre à tes futures questions (ou simplement pour avoir de tes nouvelles!).

 

Solidairement,

 

Guillaume, pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment