Comment obtenir un binder alors que mes parents n’ont pas bien réagi à mon coming-out?


Bonjour!
Pour commencer, je ne me sens vraiment pas a l’aise avec mes seins. J’ai demander a ma mère si je pourrais avoir un binder mais elle a refuser en disant que je n’ai pas beaucoup de seins de toute façon. Mais le problème c’est que ce peu de seins me dérange énormément. Dernièrement j’ai penser a commander du tape trans mais le problème c’est que si je veux en commander, il faut absolument que je passe part mes parents (et je ne pourrais pas passer par mon amie parce que elle aussi ses parents (qui sont ami avec mes parents)regarde ce qu’elle commande). J’ai peur de demander a ma mère/mon père parce que j’ai pas envi qu’elle refuse encore. Aussi, en automne, j’avais décidé de faire mon coming out a ma mere, lui dire que je ne m’identifie pas comme “une fille cisgenre” mais depuis j’ai l’impression qu’elle fait exprès de m’appeler souvent “sa BELLE petitE FILLE” genre plus qu’avant et ça me met vraiment pas confortable. J’ai peur de lui dire que je m’identifie surement comme étant un “gars” parce qu’elle je veut même pas respecter les pronoms de personne trans (par exemple Tranna de big brother) en utilisant comme excuse que “sa mère doit sûrement continuer de l’appeler ” il” parce qu’elle sais bien que c’est un gars” et malgres toute les fois où moi et ma soeur ont essayer de lui expliquer, elle refuse ou elle roule les yeux. Et aussi mon père croit que c’est juste dans la tête, genre si je lui dirais, il accepterait mais pour lui je serais toujours sa fille (tout comme ce serais pour ma mère).
En tout cas, merci d’avance et je trouve se site vraiment bien!

Lilo

Bonjour Lilo!

Merci d’avoir adressé ta question à AlterHéros! 

J’ai des bonnes nouvelles pour toi! Puisque tu es en Estrie, il sera possible pour toi de te procurer un binder sans que tes parents soient au courant. En effet, l’organisme TransEstrie offre des binders et parfois du trans tape sur la base de contributions volontaires, ce qui veut dire que tu paies ce que tu peux, si tu le peux, et que sinon tu peux quand même obtenir un binder gratuitement. Tu peux aller essayer un binder au local de l’organisme lors des groupes de discussion pour les jeunes trans de 12 à 17 ans deux fois par mois, ou encore lors d’une séance “sans rendez-vous” qui se tient au local de l’organisme environ une fois par semaine. Tu peux consulter le calendrier de l’organisme sur sa page Facebook ou Instagram pour savoir quand est le prochain événement. Ne t’inquiète pas, s’il n’est pas possible pour toi de te déplacer au local, tu peux quand même obtenir un binder. L’organisme peut te visiter à ton école ou encore t’en envoyer un par la poste. Je t’invite donc à contacter TransEstrie directement si ça t’intéresse, soit sur ses médias sociaux ou encore par courriel au info@transestrie.org.

 

Outre le binder, tu dis dans ton message que tu aimerais reparler de ton identité de genre à ta mère, mais que tu as peur de sa réaction puisque la dernière fois que tu lui en as parlé, elle utilise encore plus des formulations blessantes pour toi comme “belle petite fille”. De plus, elle fait preuve d’irrespect envers les personnes trans en général, par exemple elle mégenre des personnalités publiques qui sont des femmes trans.

 

Cette situation est vraiment difficile à vivre, et je le sais d’expérience puisque je l’ai moi-même vécu. Beaucoup de personnes dans ma famille n’ont pas compris lorsque je leur ai annoncé que je n’étais pas une fille que ça voulait dire que je ne voulais plus me faire genrer au féminin. Pour moi c’était évident, mais pour elleux, c’était comme si je leur avais parlé en japonais. Iels ne comprenaient pas du tout!

 

De plus, d’autres membres de ma famille pensaient que ce n’était pas quelque chose de sérieux et que ça allait passer avec le temps. Iels pensaient me protéger en continuant de me genrer au féminin, car iels pensaient que ça allait “m’aider à accepter le fait que j’étais une fille”. Iels ne comprenaient pas que ça me blessaient beaucoup et qu’aucune quantité de mots au féminin allait soudainement me faire accepter mon genre assigné à la naissance!

 

Les parents de jeunes trans ont souvent ces réactions, car iels ont très peur que leur enfant vive de la discrimination s’iels s’affirment comme trans. Iels essaient donc de convaincre leur enfant de ne pas être trans, sans comprendre que ce n’est ni possible ni aidant. Iels ne se rendent pas compte qu’en faisant cela, iels discriminent elleux-même leur propre enfant! 

 

Est-ce que tu crois que c’est ce qui se passe avec tes parents?

 

Si oui, il y a plusieurs choses que tu peux faire. Tu peux essayer de leur parler de nouveau pour exprimer à quel point ça te fait mal quand iels te mégenre, et que tu sais que ce ne sera pas toujours facile pour toi d’être trans, mais que ce serait encore plus difficile de continuer à faire semblant d’être une fille. Ça peut être bien de se préparer si tu veux faire ça, par exemple en te faisant un plan à l’avance de ce que tu veux leur dire. Si tu es trop stressé.e pour leur en parler directement ou si tes parents ont l’habitude de m’interrompre quand tu essaies de lui parler de choses qui sont importantes pour toi, tu peux aussi leur écrire une lettre ou un courriel, pour qu’iels n’aient pas le choix de lire le texte au complet et d’y réfléchir avant de t’en parler. Qu’est-ce que tu en penses? Pour d’autres conseils sur le coming-out, n’hésite pas à consulter la section de notre site qui rassemble les questions à ce sujet!

 

Tu peux aussi aller chercher de l’aide. Tu peux venir parler de ce que tu vis avec les autres jeunes qui fréquentent le groupe de discussion de TransEstrie et leur demander des conseils. De plus, TransEstrie a un groupe de soutien pour les parents de jeunes trans. Si tu réussis à convaincre tes parents d’y assister, ça pourrait vraiment les aider! Souvent, après un coming-out, les parents ne savent juste pas comment agir. Rencontrer d’autres parents qui ont vécu la même chose et ont choisi de soutenir leur enfant dans leur transition peut leur faire réaliser qu’il s’agit de la seule bonne façon de faire en sorte que tu sois plus heureuxe. 

 

Tu peux aussi solliciter l’aide d’un.e professionnel.le. Il y a une nouvelle clinique à Sherbrooke pour les jeunes de 12 à 245 ans qui s’appelle Aire ouverte. Il y a des travailleuses sociales et des sexologues qui travaillent là-bas et qui peuvent aider les jeunes trans et non-binaires à toutes les étapes de leur parcours, dont le coming-out. Si ça t’intéresse, tu peux leur écrire au aireouverte.ciussse-chus@ssss.gouv.qc.ca pour leur demander un suivi. Ce qui est encore plus cool avec cette clinique c’est que les professionnel.le.s se déplacent dans les écoles et offrent des rencontres virtuelles si tu ne peux pas te déplacer. Et c’est 100% gratuit!

 

J’espère que mon message t’aide un peu. N’hésite pas à me réécrire (tu peux répondre à ce courriel ou encore envoyer un autre question via notre site web) si tu veux en parler davantage et n’oublie surtout pas que tu n’es pas seul.e là-dedans. Il y a plein de ressources disponibles pour t’aider. 

 

Je t’envoie plein de courage!

 

Séré, intervenant pour AlterHéros


About Séré

Séré est un activiste trans non-binaire de la région de l'Estrie qui adore expliquer la pluralité des genres avec des métaphores de crème glacée. Iel défend les droits des jeunes trans et non-binaires en contexte régional, tout en essayant de se laisser du temps pour coller son chien et son chat.

Leave a comment