Carnets de voyage : À la découverte de la Californie


Dans le cadre de ses voyages et ses périples autour du monde, notre envoyé spécial, Marc-Olivier, fondateur d’AlterHéros, nous partage ses impressions sur des destinations voyages à découvrir. Après Paris, découvrons
la Californie !

Pour plusieurs,
la Californie est en quelque sorte l’eldorado des États-Unis. Avec ses plages sur l’océan Pacifique, son industrie informatique et ses riches studios d’Hollywood, cet état américain attire avec raison beaucoup de touristes. Chez les personnes allosexuelles,
la Californie inspire notamment de par ses valeurs d’ouverture envers la communauté et ses quartiers connus mondialement comme Castro, à San Francisco et West Hollywood à Los Angeles. Ayant vécu cinq mois en 2006 en Californie, je vous fais part de mes impressions sur cet état qui en vaut le détour.

photo: Marc-Olivier Ouellet

Un état riche et beau
Si
la Californie était un homme, il serait grand et séducteur. Il prendrait soin de lui, serait en santé et possèderait plein de qualités à découvrir. Grand, parce que
la Californie est le troisième plus grand état des États-Unis, représentant 4,4% de la superficie totale du pays. Riche, parce que si
la Californie était un pays indépendant, il serait la 5e puissance économique mondiale. Avec sa Silicon Valley qui accueille le siège social de milliers de sociétés informatiques comme HP, eBay, Google et Apple, et son industrie cinématographique avec ses studios d’Hollywood,
la Californie est riche mais il faut l’être aussi pour pouvoir s’y installer et y vivre, puisque le coût de la vie y est très élevé.

En plus de sa richesse monétaire,
la Californie possède aussi plusieurs richesses naturelles qui font de son paysage, un quasi-paradis. Les plages qui bordent la côte ouest par l’océan Pacifique sont à couper le souffle. Contrairement aux plages sur l’océan Atlantique, la mer du pacifique y est plus déchainée et les contrastes avec ses montagnes et ses falaises sont encore plus frappants. Pas surprenant que plusieurs stars y aient trouvé résidence aux alentours des plages, comme à Malibu par exemple. En plus de ses plages,
la Californie jouit des magnifiques vallées de Napoma et Sonoma où les vins de
la Californie sont cultivés. Dans un paysage enchanteur où le climat est presque toujours stable aux alentours de 20° et 25°C, la dégustation de vins est un must pour tous visiteurs de
la Californie.

La Californie , un état gai ou gay-friendly?
Or, qu’en est-il de son côté gai?
La Californie est-elle vraiment gaie ou bien gay-friendly? Pour en savoir plus, tout comme au Québec, il faut se rapprocher des grands centres pour découvrir la communauté gaie californienne. Contrairement au Québec où la majorité de la population fait preuve d’une grande ouverture d’esprit face à la communauté allosexuelle, en Californie, ce n’est malheureusement que la population des grands centres comme Los Angeles (LA) et San Francisco (SF) qui est favorable à la diversité sexuelle. Contrairement aux croyances,
la Californie est un état plutôt de droite, omis LA et SF qui sont beaucoup plus libérales.

photo: Marc-Olivier Ouellet

San Francisco, la gay-mecca
San Francisco est la 5e ville la plus peuplée de
la Californie avec plus de 700 000 habitants. Comparativement à Montréal et Paris, SF est donc une ville de taille moyenne. Cette ville est selon plusieurs la plus belle de toutes villes des États-Unis. Ayant visité moi-même plusieurs villes américaines, je peux aussi en attester. Ce qui m’a tout de suite plu à San Francisco, c’est sans aucun doute son architecture à la fois victorienne et moderne.  Bâtie autour d’une baie, San Francisco est entourée d’eau et se trouve sur un territoire très accidenté. Vous avez certainement tous des images en tête de la ville avec ses vieux tramways défilant sur des rues très arpentées. Ce que l’on voit dans les films américains décrit bien ce qu’est cette ville.

Bien que San Francisco dans son ensemble respire la liberté d’expression et la diversité culturelle multiethnique, le quartier gai de SF est situé en retrait du centre-ville dans le quartier nommé The Castro.  Il s’étend de Market Street vers Church Street et sur 18th Street des deux côtés de Castro Street sur environ deux pâtés de maison. Environ deux fois la grandeur du Village gai de Montréal, le quartier Castro est très joli et vivant. Impossible de parcourir ce quartier sans reconnaître qu’il est gai. Chaque lampadaire porte fièrement un drapeau arc-en-ciel qui colore ce quartier de la ville. Contrairement au Village gai de Montréal qui s’entend presque uniquement sur la rue Ste-Catherine, le quartier Castro s’entend sur plusieurs rues formant un véritable quadrilatère rempli de petites boutiques sympathiques, de succulents restaurants, de jolis cafés et de bars.

Bien que Castro soit un endroit que je recommande à tous, ce quartier reste majoritairement blanc et masculin, offrant peu d’activités aux jeunes allosexuels. On dit même de ce quartier qu’il est maintenant le lieu privilégié pour les retraités gais américains. Malgré tout, ce quartier reste aussi un symbole de la lutte pour la reconnaissance de l’identité et des droits égaux pour la communauté LGBT.

West Hollywood ne vaut pas le détour
Une autre ville californienne qui attire de milliers de touristes par année est sans aucun doute Los Angeles, la deuxième plus grande ville américaine après New York. Cette immense ville a un look très industriel et n’a pas le charme et l’architecture de San Francisco. Bruyante et polluée, Los Angeles accueille le siège social de plus de 60% des sociétés californiennes, qui fait d’elle une ville de travail plutôt qu’une ville touristique, un peu comme Montréal versus Toronto. Puisque son industrie touristique n’est pas des plus développées, les touristes s’orientent généralement vers les parcs à thèmes tels que Disneyland ou Universal Studios Hollywood. Le parcours touristique classique inclut aussi généralement un tour dans les artères célèbres telles que Sunset Boulevard, Santa Monica Boulevard ou Melrose Avenue puis une visite au Chinese Theater de Hollywood Boulevard, un passage sur Rodeo Drive (les Champs-Élysées locaux) à Beverly Hills, un tour en roller sur Venice Beach et une baignade à Malibu. Pour finir, une photo souvenir sous le Hollywood Sign s’impose.

photo: Marc-Olivier Ouellet

Le secteur gai de Los Angeles est situé dans la ville voisine nommée West Hollywood. La section du Santa Monica Boulevard, allant de
La Cienega Blvd au Robertson Blvd est surnommée le Boys Town.  Malgré qu’on affirme que West Hollywood accueille la plus grande communauté gaie au monde, avec des night-clubs célèbres, l’impression que j’en ai eue est tout autre. D’abord, les rues sont très larges et les boutiques et restaurants dispersés n’arrivent pas à recréer l’intimité et l’ambiance que l’on trouve dans le village à Montréal ou bien dans le Marais à Paris. Aussi, West Hollywood n’a pas le cachet de San Francisco avec son architecture victorienne. À West Hollywood, c’est davantage l’art-déco qui prédomine et l’ambiance repose surtout sur les aspects superficiels typiquement américains. Y vivre est peut-être différent d’y passer quelques jours en tourisme puisque cette ville a été la première ville américaine à avoir un conseil municipal majoritairement gai et, en 1985, à avoir mis en place un registre pour partenaires de même sexe.

Californie, une destination qui s’impose!

La Californie est un état qui a beaucoup à offrir, notamment pour un public allosexuel. Si vous prévoyez un voyage de courte durée, je vous recommande fortement de concentrer vos énergies à la découverte de San Francisco et son quartier Castro et d’en profiter pour faire une visite de la vallée de Nappa à 30 minutes en voiture de San Francisco. À moins que vous soyez un fan de trucs typiquement américains, Los Angeles peut s’avérer une destination intéressante, mais San Francisco reste encore aujourd’hui parmi mon top 5 des plus belles villes au monde.

Source :


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.

Leave a comment