Suis-je vraiment lesbienne?

Bonjour à toute l’équipe! Cela fait presque 2 ans que je réfléchis sur mon orientation sexuelle.
J’arrive toujours à la même réponse: que je suis lesbienne. Je n’ai jamais réussis à aimer un gars seulement les filles. Je n’accepte pas vraiment et ça me fait déprimer.
De plus, depuis presque 2 mois et demi, j’ai ‘flashée’ sur une fille: je tremble, mon coeur fait un bond quand je la vois, je viens la tête dans la guimauve, je ne peux pas m’empêcher de la fixer. Est-ce que c’est ça l’amour?
C’est la 2 à 3ième fois que cela m’arrive. Mes amies commencent à se poser des questions à mon sujet. Je ne sais plus quoi faire. Je ne sais pas si je dois leurs dire. Ça m’obsède, je pense juste à ça. Mais en même temps j’ai peur de leur dire, cela me stresse. SVP aidez-moi!
Pour mes parents, je leurs en ait déjà parler et ma mère la pas pris. Elle s’est mise à capoter. Mon père lui m’a dit : “voyons ça se peut pas, j’ai déjà vu des lesbiennes c’est impossible que tu le sois, tu ne leur ressembles pas, oublie ça c’est juste une passe.”
Comment je peux en parler a mes amies et en reparler à mes parents? Quelle sont les signes quand on est en amour? Est-ce que les “passes”, ça existe vraiment? Merci de bien vouloir m’aider.

Équipe -Pose ta question!-

Bonjour Kasandra,

Tout d’abord, nous voulons vous féliciter d’avoir pris un moment pour nous écrire concernant vos questionnements et vos états d’âme. Nous pouvons comprendre qu’il n’est pas toujours facile de le faire.

D’après votre courriel, nous comprenons que vous vivez beaucoup d’inquiétude, de solitude, de doute, de stress, d’angoisse et de peine à propos de votre orientation sexuelle. Vous dites reconnaître être attirée par les filles et ressentir, depuis quelque temps, des sentiments à propos d’une fille en particulier. Vous vous demandez si c’est cela être en amour. Vous nous dites aussi être indécise envers vos amies. Vous vous demandez si vous devriez ou non leur parler de vos sentiments envers les filles. Enfin, vous nous dites avoir parlé de votre situation à vos parents, mais malheureusement ils semblent ne pas vouloir l’accepter ou vouloir le croire.

Premièrement, sachez que vous, et vous seule, pouvez savoir vers qui vous vous sentez attirée. Personne d’autre ne peut savoir et décider à votre place. L’orientation sexuelle n’est pas quelque chose que l’on choisit, mais bien quelque chose que l’on vit et que l’on ressent. L’orientation sexuelle se définit comme étant l’attirance (physique, affective/émotionnelle et sexuelle) envers une personne de son propre genre, d’un autre genre ou de plusieurs genres. À ce sujet, vous semblez savoir, après 2 ans de réflexion, vers qui vous vous sentez attirée. Par contre, vous n’arrivez pas à l’accepter et cela vous déprime. Donnez-vous du temps, l’assimilation et l’acceptation de son orientation homosexuelle peut s’avérer un processus assidu se développant au rythme de chacun.e. Ce cheminement est propre à chaque personne et est coloré de par l’environnement, le soutien reçu et la personnalité. C’est pourquoi certaines personnes embarrassées par la honte, par la peur du rejet et du jugement, et par l’homophobie, que nous appelons intériorisée, parviennent difficilement à accepter cet aspect de leur être, sans passer par des périodes difficiles. Donc, ce que vous vivez actuellement est tout à fait correct et normal.

Deuxièmement, il pourrait être facilitant pour vous de ne pas rester seule avec ce secret et d’en parler à des gens en qui vous avez confiance. D’abord, nous avoir écrit est un premier geste qui vous a certainement aidé à vous libérer un peu de ce que vous supportez sur vos épaules à tous les jours. Par contre, nous vous suggérons de bien choisir les personnes à qui vous voudriez en parler. Est-ce que ces personnes seront là pour vous écouter, vous soutenir, vous épauler et garder la confidentialité si vous leur demandez? Vous sentez-vous prête à recevoir la réaction de vos proches, même si celles-ci peuvent être négatives et vous blesser. Si vous jugez que non, peut-être serait-il plus sage d’attendre avant de leur en parler, même si ces personnes sont vos ami.es ou vos parents. Comme vous, les gens qui vous côtoient auront peut-être besoin de temps avant d’accepter votre orientation sexuelle. Peut-être seront-ils en colère, auront-ils de la peine ou peur, auront-ils des préjugés et des jugements à votre égard. Cela fait malheureusement partie de la réalité de beaucoup de jeunes qui en parlent à leur entourage. Dites-vous que vous n’êtes pas seule, que plusieurs jeunes filles vivent la même situation que vous et que vous êtes en droit de recevoir de l’aide et d’être heureuse.

Pour poursuivre votre démarche, il existe de la documentation très pertinente sur le net, dont certains articles sur ce site et, à titre informatif, dans votre région, il existe le GRIS où des intervenant.es pourront vous apporter le soutien dont vous avez besoin et vous donner le coup de pouce nécessaire pour poursuivre votre cheminement. N’hésitez pas à les contacter. Également, vous pouvez contacter la ligne d’écoute d’Interligne dont es services d’écoute sont accessibles sans frais partout au Québec, sept jours sur sept au 1 888 505-1010.

GRIS – Chaudière-Appalaches

302-5731 Rue Saint-Louis, Lévis, QC G6V 4E2

Téléphone: (418) 903-7878

Fax: 1 855 948-9154

Courriel: info@grischap.org

Site Internet: https://www.grischap.org/

Enfin, pour répondre à votre question qui est de savoir si ce que vous ressentez pour la fille sur laquelle vous avez flashée est de l’amour, il est difficile pour nous d’y répondre, car l’amour peut être vécu différemment selon chaque personne. Par contre, le fait de trembler, d’avoir le cœur qui fait des bonds et de la fixer régulièrement, sont certainement des signes qui indiquent qu’elle vous attire, qu’elle vous plaît et que vous voulez en savoir davantage sur elle.

Bonne chance et n’hésitez pas à nous écrire à nouveau si vous en éprouvez le besoin. Nous sommes là pour vous.

Lyne Massie

Sexologue, B.A., M.A.

Similaire